L'Origine et le Changement

Bienvenue sur l'Origine et le Changement; un forum RPG. Plongez dans ce monde médiéval fantastique aux possibilités infinies.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Murmures des vents à flanc de montagne.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Ombre le Traqueur
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 277
Race : Invocation
Classe : Traqueur
Date d'inscription : 18/05/2010

MessageSujet: Murmures des vents à flanc de montagne.   Sam 4 Sep - 18:01

Loin dans le ciel, les monts Thalûn se montrent dans toute la splendeur de leur être et également dans toute leur dangerosité avec leurs pics inaccessibles, leurs neiges éternelles semblant toucher les nuages et leur nature totalement sauvage et indomptable. Pourtant, à un endroit du flanc de la montagne, l’agitation règne. Une ville est postée là, semblant de civilisation au milieu de la roche. La ville n’est en réalité qu’un point de passage à l’ensemble des marchandises souhaitant rejoindre l’autre côté de la montagne et le riche royaume de Déméria.

Les habitations sont d’aspect modeste avec leur mur en pierre grossièrement taillées et leur toit de bois et de pailles. Rien de plus normal pour un petit village comme celui-ci puisque ce dernier est surtout habités par des nains contrôlant les marchandises qui attendent l’autorisation de passer par les tunnels traversant la montagne. Ce petit bourg abrite également tout ce qui pourrait être nécessaire à la traversée des plaines, que ce soit d’un côté de la montagne ou de l’autre : commerces pour refaire le plein de provisions, bâtiment où des mercenaires peuvent être engagés et bien entendu une taverne.

L’approche d’un groupe armé serait sans aucune peine remarqué, surtout que ce groupe devra tout d’abord passer devant un poste de garde avant de pouvoir pénétrer dans la ville et dans ce genre de cas, mieux vaut montrer patte blanche. Surtout lorsque le garde à l’entrée est armée d’un marteau de combat qui à l’air de faire drôlement mal et que son regard dur sous ces tresses rousses montrent clairement qu‘il est prêt à faire rentrer dans le crâne des idiots venant foutre le bordel que dans cette bourgade les seules bastons autorisées se déroulent dans la taverne…

Que ce soit pour une troupe d’explorateur d’une race que l’on croyait disparue depuis tellement longtemps que plus aucune chronique ne faisait référence à elle ou bien que ce soit une sorcière à la recherche des ingrédients pour fabriquer une potion de rajeunissement et ainsi survivre un peu plus longtemps, cette petite ville était la première étape vers leur but.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empousa Mormolyce Lamie
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 54
Race : Belle-mère
Classe : Sorcière
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Sam 4 Sep - 18:20

Finalement, son aventure près des portes de Mithraïl n'avait pas eu la fin souhaité. Elle aurait normalement du repartir avec les mèches d'un immortels, la promesse de quelques Edelweiss par un jeune homme fougueux à qui elle aurait aussi demandé quelques gouttes de son sang, et elle aurait eu la totalité des ingrédients nécessaire. Et au lieu de sa, elle repart avec la rancœur et la haine. Elle n'a reçu que des menaces. Mais elle n'à pas dit son dernier mot! Elle à beau avoir presque soixante ans, elle ne se laissera pas refouler si près du but. Tout ce qu'il lui fallait, c'était une personne sur qui compter qui irais lui chercher ce dont elle à besoin. Ou bien une marchande de fleurs qui revient d'un voyage au sommet des Monts Thalun, au choix.
Seulement, le voyage qui la séparait de la taverne où elle c'était faite "remerciée" par le jeune homme et l'insolant mercenaire n'était pas de tout repos! Et il aurait put être plus reposant si cette satanée bande de brigands nains n'avait pas tenté de la voler. Surement des déserteurs de la Faveur Gobeline. Non, mais que croyaient-ils? Qu'en tant que vieille femme humaine elle se laisserait faire? Que sa seule défense serait se sac dont elle se servirait pour frapper ses assaillants qui ne sentirais même pas les coups? Et bien ils avaient eu tout faux. Une fois son affaire achevée, Empousa avait quitté son campement en laissant les voleurs à l'état de légume, le regard vide et fixe, bavant sans pouvoir ni même penser et bouger. Une bonne chose de faites, mais qui avait eu un prix. La sorcière était ressortie assez affaiblit de cette rencontre, et le reste du voyage ne l'avait pas aidé à se rétablir. Mais la taverne de cette bourgade devrait lui permettre de récupérer quelques forces. Elle paierait en aidant le propriétaire de quelques façons, puis se trouverait une personne jeune et vigoureuse, assez résistante pour affronter le climat des montagnes des nains.
Entrant donc dans la battisse, elle s'assit à une table et commandant un alcool assez fort pour réchauffer son vieux corps et le but tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azaranel Legaht
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Race : Seul le Changement le sait.
Classe : Haut-prêtre du Changement
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Dim 5 Sep - 16:07

Le poil soyeux d’Azaranel sur lequel glissait le vent reflétait les rayons du soleil mêlé à la lune pourpre qui régnait encore dans le ciel lui donnant un aspect meurtrier de lapin peu docile. Même si peux le connaissait vraiment ici car il détestait le pays nain le prêtre du changement regardait avec une délicieuse envi les ouailles qu’il ne demandait qu’a être convertie à nouveau. Car ici des magiciens avait prit pied et les Naga n’était plus les bienvenu il était donc question de voir ce qui se passait réellement dans le cœur des nains ou ce serais la main des Originel qui prendrais les rênes ne sachant pas que leur dieux n’était rien face à la toute puissance du Changement. Ce qui l’embêtait plus c’était que des païens vivent encore en ses terres et n’aient pas été chassé ou tuer pour que leur visage se tourne enfin vers le changement. D’un coup d’œil vers le sommet l’être établie de vue deux magnifiques autel ou les têtes délester de leurs corps par delà une mort dans toute la souffrance qui prouvera le repentir pourra enfin se tourner vers le changement … Puis un petit troisième, plus bas où l’on pourrais installer des pales et laisser les idolâtres mourir doucement pour enfin quitter leur ignorance et voir dans un dernier regard vers leurs sang dégoulinant le long de leur entrailles percer la vérité sur le changement et son être : le fait qu’il lui doivent la vie mais aussi leur mort et que par cette façon ils pourront être avec lui pour les siècles des siècles … Murmurant un léger amen qui se perd rapidement dans le vent le prêtre quitte son roc pour descendre de la montagne vers les nains qu’il a observer, ses ailes replier dans son dos ne vont pas montrer leurs splendeur à ses êtres qui osent ne pas croire en Dieu tendis qu’une main poser sur son katana montre qu’il n’est pas belliqueux en ce jours : C’est un faite, son katana ne serais pas encore dans sa gaine si il avait voulut tous les anéantir. Enfin les saintes paroles qu’il a à la ceinture dans leur belle couverture de cuire de kraken montrent son appartenance au Dieu.

C’est donc un faite, étonnamment et après ses quelques fluides pensé religieuse il n’était pas là pour tous les tuer … Le second fait était que les êtres croyant en changement trouverais bien la mort que voulais le dieu unique. Il n’avait donc pas à tourner leur visage dès à présent vers sa beauté car ses êtres là, bien que ne l’ayant surement jamais vue, la verrais au moment de leurs morts. Il espérait tout de même que ce petit village avait quelques vrais croyants car ce serait bien malheureux que chez ceux qui furent toujours changiste il n’y ait que des gens qui croient lorsque le sort ne leur réserve que de la douleur …

Un sourire se dessine sur son visage si particulier alors qu’il entre par l’amont, être reconnaissable entre tous et différent de tous ceux qui peuvent le reconnaitre. Enfin différent, pour l’instant… Car comme le dit Changement : ˝Et ainsi ils purent voir ma splendeur et s’agenouiller devant moi car je suis l’unique dieu qui mérite d’être prier et personne ne doit ignorer cette condition.˝.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esdrin Linordraest
Porteur de Rancune
avatar

Masculin
Nombre de messages : 665
Race : Elfe Narothyne
Classe : Dynaste
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Mar 7 Sep - 21:16

C'est avec une certaine appréhension qu'Esdrin avança en direction du petit village frontière armé, orné d'armures on ne peut plus menaçantes et surtout avec des membres méfiants. Toutefois, avant d'arriver devant le garde, il tenta de les rassurer et leur ordonna surtout de ne pas réagir tant qu'ils n'étaient pas attaqué. C'est donc en formation de marche, et les armes relativement baissées que la troupes de narothynes s'avança à l'entrée de la bourgade, les cavaliers kraeth placé aux points cardinaux pour parer à toutes les éventualités d'attaque rapidement. De ce que le capitaine avait pu voir, les personnes du coin n'étaient pas de grand combattant d'après l'état de protection déplorable de la caravane les brigands n'étaient pas vraiment de taille à combattre des tels soldats d'élites. C'est alors que le gardien se posta sur notre chemin, mettant légèrement à cran les membres de l'escouade. Il se placa donc devant avant de retirer son heaume de métal noir pour se présenter au nain. C'est avec un hochement de tête qu'il salua son interlocuteur avant de prendre la parole dans sa langue natal. Il se doutait que cela ne rendra pas ses paroles plus compréhensible pour ces barbares, mais au moins cela leur laisser croire qu'on les respecter.

"Nous ne sommes pas là pour nous battre, nous ne faisons que passer"


Mais il semble que le gardien ne comprenne pas plus les langages civilisé que les autres peuples de cette région. C'est surement dû à la jeunesse de cette race barbue et combattante. Toutefois, le capitaine arrive à comprendre les grognements du gardien qui semblait pointer une batisse au milieu du village et qu'il semblait attendre que l'un des narothynes ait envie de faire une betise pour lui enfoncer son arme droit dans son crane. Mais cela n'arrivera pas tout de suite. D'un pas serein, le groupe amena ses montures près de la batisse que l'on leur avait indiqué avant de les attacher et de pénétrer dans cet entre de repos. Esdrin lanca un dernier regard à ses hommes pour s'assurer qu'ils ne feront rien d'idiot sans le consulter. C'est donc le visage découvert, mais le reste toujours blindé par leur armures d'écailles noires comme le jais, que le groupe pénétra dans l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre le Traqueur
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 277
Race : Invocation
Classe : Traqueur
Date d'inscription : 18/05/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Ven 10 Sep - 10:01

La petite bourgade, habituellement calme si on oublie les bagarres de taverne, finit par devenir très agité à l’instant où un groupe d’humanoïdes armés fut repéré et dont la progression les menait directement vers le poste de contrôle. Le chef de la garde observa quelques instants l’avancée menaçante avant de donner un coup de pied dans le derrière d’un de ses hommes en beuglant qu’il devait traverser le tunnel afin de prévenir le poste de garde de l’autre côté de la montagne. Le messager commença à remonter toute la ville en direction du tunnel. En chemin, il croisa un être des plus étrange : une sorte de lapin humanoïde. Le nain resta quelques instants interloqué avant de se reprendre en voyant les couleurs arborés par cet être : le violet de l’Ordre du Changement.

Le messager fit un léger détour afin de prévenir qui de droit qu’un membre de l’Ordre venait d’entrer dans la ville par l’amont avant de retourner à sa mission. Désormais, les voyages pour traverser la montagne serait impossible par les chemins conventionnels et officiels. Un nain aux yeux clairs, presque blanc, et à la barbe blonde sortit de sa maison et se dirigea vers l’endroit où le membre du changement avait été vu. Sur place, le nain n’eut aucun mal à repérer « l’étranger ». Ce dernier ressortait assez du lot pour être reconnu facilement. Le nain blondinet portait une tenue en cuir souple noir, à l’exception d’un des bras qui avait été teinté en violet : le petit être était lui aussi membre de l’ordre du Changement. Bien qu’il ne soit pas aussi fanatique que le lapin qui se trouvait face à lui, il savait apprécier le travail d’un exterminateur d’originels comme Azaranel. Vérifiant une dernière fois qu’il n’avait pas oublié de porter la couleur de son Ordre, le nain s’approcha de la légende vivante.

- Que vient faire une légende telle que vous dans ce petit bourg, grand Azaranel Legaht ? Je me nomme Grender Virgorix, le prêtre soldat en charge de cet endroit. Je vous aurais plutôt imaginé du côté de la cité d’Athéile, à convertir les non croyants…


Pendant ce temps, du côté du poste de garde, la troupe armée venait d’arriver et le chef de la garde se posta devant lui. Lorsque ce qui semblait être leur chef retira son heaume noir et parla, le rouquin se recula de quelques pas et se retourna pour parler à un des hommes se trouvant près de lui :

- Frendir ! Maent yn ellyllon. Ewch yn cael y eraill, eu bod yn y dafarn.

Aussitôt un nain à la même chevelure rouquine s’éloigna en courant dans la direction indiquée par son supérieur. Lorsque le chef de la garde finit par se retourner vers les nouveaux arrivants, il eut la stupeur de voir ces derniers se mettre en marche vers la taverne… L’un des gardes voulut les en empêcher mais le chef mit sa main en opposition :

- Na! Casglu pawb o gwmpas i chi ac yn casglu'r dafarn ... Os ydynt yn gwneud un symudiad ymosodol, yr ydych yn eu troi i mewn i goeden. Edron a Mori, gyda mi.

La barrière de la langue empêcherait les elfes de comprendre ce qu’avait dit le chef de la garde avec encore plus d‘efficacité qu‘un quelconque code.

Un peu plus tôt, une vieille femme était entré dans la taverne et avait commandé un verre. Un nain brun à l’aspect plutôt jovial s’approcha de Empousa. Le tablier du nain était taché en de multiples endroits et certaines traces noirâtre ne devait pas être dues à la graisse ou à l’alcool. Il apporta un verre et y versa un liquide très légèrement visqueux et avec des reflets jaunes.

- Tenez ma bonne dame, cela va vous réchauffer. Il est rare de voir des personnes voyager seul par ici surtout en hiver. Qu’est-ce qui vous amène ?

Visiblement, le serveur était du genre bavard mais il fut rapidement interrompu par la porte de la taverne s’ouvrant sur un garde roux. Il devait avoir couru pour avoir le souffle aussi rapide.

- Des elfes… A l’entrée du village… Une vingtaine… Avec des lézards… Le chef a dit… Rassemblement…

Le garde se voulait le plus clair possible et cela avait visiblement suffit car une dizaine de nains se levèrent de leur tabouret et remirent leur casque de fer. Et alors que l’agitation était encore à son comble, la porte de la taverne s’ouvrit sur la troupe d’elfes armés. Un silence de mort s’installa, personne n’osant faire le premier mouvement qui ferait débuter le combat. Une dizaine de nains, tous armés de marteaux, masses et haches attendaient de savoir ce qui allait advenir de la situation… Le chef de la garde avait fini par rattraper la petite troupe et s’adressa à eux d’un ton absolument pas amical.

- Nid ydym yn ymyrryd â chlustiau pigfain ? Byddwch yn pasio swydd gwarchod fel pe dim byd wedi digwydd ac yr ydych yn gobeithio ddim wedi cael ei ddweud! Nawr, dim mwy bullshit! Byddwch yn dweud wrthym beth cwmni equipped ag yr ydych yn gwneud tiriogaeth rhostir.

Les paroles du chef de la garde pourraient être entendu aussi bien dans la taverne qu’au nord de la ville ou un exterminateur d’originel et le prêtre soldat de la cité se rencontrent au même moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empousa Mormolyce Lamie
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 54
Race : Belle-mère
Classe : Sorcière
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Ven 10 Sep - 23:08

-Merci mon brave vous êtes fort aimable. Répondit la Vieille Ricanante à l'attention du serveur. Avec l'hiver qui s'annonçait rude, surtout dans cette partie du monde, un alcool fort, même d'aspect peu ragoutant, était une véritable bénédiction. Puis son aimable hôte commença à lui faire la discussion, faisant naitre un sourire sincère et tout aussi chaleureux sur le visage décharné et ridé de la trop vieille humaine. Elle s'apprêta à lui répondre quand un autre nain, en même temps, quel autres chose aurait put rentrer dans cette taverne naine du pays des nains?, entra, haletant une sorte d'appel à l'aide. Le village était-il attaqué?
Même pour les vieilles oreilles d'Empousa, le bruit d'une troupe hétéroclite, composée d'étranges cavaliers montés sur des Lézard, ce qu'elle se plaisait à appeler donc des lézardiés, ainsi que de troupes d'infanterie qui ressemblaient à un mélange de tout les corps de l'armée, lui parvint. Presque autant que le raffut des nains à se mobiliser pour éviter tout débordements de la part de ces nouveaux venus. A ce moment, un dilemme s'imposa à la vieille, assouvir son désir de savoir qui avait provoqué un tel remue-ménage dans cette petite bourgade, ou éviter les ennuis et finir son verre tranquillement? Rah, maudite curiosité, quand tu nous tiens!
Aussi décida t-elle de se lever, assez péniblement, il fallait avouer, mais sans jamais lâcher son verre. Elle avait payé, elle le gardait et le boirait jusqu'au bout, ne serais-ce que par politesse envers le tavernier nain! (Même si, évidemment, la vrai raison était qu'Empousa répugnait à devoir commander un autre verre de sa poche)
Et ce soit disant vilain défaut fut une véritable bénédiction. Devant elle, une troupe entière de soldat apparemment Elfe, et étranger de surcroit. La chance lui souriait! Ou était-ce les Dieux? Sûrement Changement, plus enclin, sûrement, à faire plaisir à ses créations. La présence en ce lieu d'un de ses plus puissant représentant était peut-être un signe? Mais cela, la Vielle ne le savait pas. Du moins, pas encore.
La langue de l'Elfe ne lui était pas inconnue. En tant qu'itinérante, elle avait, au cous de sa longue existence, apprit nombre de chose, les langues de certains peuples en faisaient parties, y compris le Nains et l'Elfique Ancien. Enfin... Des notions et un peu de vocabulaire dirons-nous.
Elle finie d'abord son verre puis se dirigea en direction de ce qui semblait être le chef des Elfes, face-à-face au chef des nains. Son lourd bâton s'enfonçait dans la terre rendue molle par l'atmosphère humide lui arrachant par moment quelques soupirs. Non pas de fatigue, mais de colère. Mais pourquoi le sol était-il si bas et si peu ferme? La pierre, sa au moins c'était bien! Une chose solide, dure, à l'épreuve du temps, l'idéal pour les vieilles personnes. Mais sa, personne ne s'en souciait, non! Vive la jeunesse et leurs pieds rigoureux qu'un peu de boue ne fait pas peur, et si un vioque ou deux s'explosent les jambes en tentant d'aller boire un coup à l'auberge du coin, on s'en fout! On y pense pas assez, à ses choses là.


-Excusez-moi, maitre Elfe, dit-elle à l'attention d'Esdrin avec un accent à couper au couteau mais qui avait le plaisir d'être à peu près compréhensible. Permettez-moi de vous aider. Ce soldat nains désirerait simplement s'enquérir des raisons de votre venue. Votre attitude faàe au garde à l'entrée du village et vos armes les ont rendus un peu nerveux à votre égard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azaranel Legaht
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Race : Seul le Changement le sait.
Classe : Haut-prêtre du Changement
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Sam 11 Sep - 16:52

Un œil presque indulgent se pose sur le prêtre guerrier, ce jeune ignore mais il croit … C’est un bon début pour un nain, croire est toujours un bon début mais une petite voix retourne dans sa tête alors qu’un sourire froid dévoile ses puissants croc … de lapin.

-˝Vas et enseigne les tous car il doit savoir et apprendre que je suis, que j’ai été et que je serais pour mes création le seul père tout puissant. Athée n’a pas été demander par changement, enfin pas encore et c’est pour cela que nous ne l’aurons pas malgré la guerre et son odeur, cela tu peux le comprendre … Voilà pourquoi je ne tourne pas le visage de nos frère vers notre père pour qu’il puisse le prier en paix. Le tour de ses loups d’infidèle n’est pas encore venu petit frère.
A ton tour de m’apprendre, que font ses elfes chez vous ? Pourquoi tout ses crie et comment un nain au service des grands dieux a put baisser les yeux ne serait-ce qu’un seul instant ? Votre garde n’aurais pas assez fait de dont au temple pour pouvoir encore être assez distrait pour laisser passer toute une armée et crier après ? Ne vient-il pas assez prier ? Quelle est cette histoire exactement …˝


Il avait commencé à marcher en direction du raffut que ses infâmes de païen avait fait vers la place du village, ses longues jambes munie d’une articulation triple et bien plus complexe et puissante que ses humains lui permettait d’aller très rapidement même dans une marche qui semblait pour le moins souple… Pendant qu’il continuait vers ses verres abjects il posa une autre question à son petit frère :

˝J’ai aussi besoin de nouvelle de Demeria et de nouvelles claires et construites on m’a dit que la guerre y était déclaré contre les Pjeyhs et qu’elle avait enfin éclaté. J’ai crue comprendre que les fils du très haut c’étaient lever contre l’honnie que changement à daigner laisser dans sa grande bonté pour faire croire à l’homme qu’il pourrait avoir ne serais-ce qu’une infime partie de sa puissance. Ont-ils un nouveau roi ? Un chef au moins ? Raconte moi tout ce que tu sais car il se peut que je doive voler vers la citée sans nom.˝

Il sourit en passant un de ses trois doigts sur la bague qui se trouve à son oreille avant que sa main ne rejoigne son katana, le sabre que beaucoup reconnaitrons comme étant celui du seigneur samourai créateur du clan du lapin il y a plus de six-cent ans de cela. Azaranel sourit montrant les crocs puissant d’un redouter lapin blanc que tout enchanteur sais craindre alors que les chevaliers …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esdrin Linordraest
Porteur de Rancune
avatar

Masculin
Nombre de messages : 665
Race : Elfe Narothyne
Classe : Dynaste
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Dim 12 Sep - 17:49

L'auberge, qui étaient particulièrement froide au moment où Esdrin et ses hommes y étaient entrés, était devenue encore plus désagréable. Le garde, qui avait tenté de communiquer avec nous sans prendre la peine de faire un effort pour parler avec les mains, avait semble-t-il appelé des renforts. Cela n'eut pas une très bonne impression sur les soldats Narothynes qui, entendant le ton agressif de celui ci, mirent leur mains sur leur armes par réflexe. Il faut dire qu'ils étaient des hommes et femmes d'actions, rompus à la guerre. Les gardes noirs pointaient leur lance dans la direction de l'entrée, les arbalétriers avait leur arme à l'épaule, les cavaliers, eux avait placé leur main sur l'épée battant sur leur flanc. Les seuls qui restaient un minimum stoïques étaient les 3 assassins, mais eux c'était spécial, ils avaient les mains caché sous leur cape. Et quand on ne voit pas leur main, il y a une chance sur deux qu'ils aient leur mains sur des dagues et si ce n'est pas le cas il y a une chance sur deux qu'ils aient la main sur une bombe au poivre.

"Approche gnome poilu ! Et je te tranche en deux !" étaient l'une des diverses paroles que lançaient les narothynes quand les nains entraient l'air belliqueux

Mais une situation qui dégénère, cela nuira à la mission du dynaste. C'est pour cela que le jeune elfe s'avança devant ses hommes, sans pour autant leur faire baisser les armes. Dans une négociation, il était toujours bon d'avoir un petit moyen de pression pour pouvoir être égal à égal avec son interlocuteur. Alors qui passait devant la ligne des lanciers, il n'oublia pas de garder le controle de ses chiens de guerre.


"Tout le monde,garde son calme. Armes pointées, Assassin paré àagir, Tibor et Lumia près à lancer un sort de barrière passant au milieu des troupes ennemies. Je vais tacher de parlementer avec leur chef, si on peut dire"


Esdrin n'avait pas peur de combattre dans cette taverne, il faut dire que les troupes narothynes étaient les maitres des escarmouches en milieu restreint. Si ca pétait, ca risquait d'être une très jolie baston, mais ca risquerait de ruiné la pseudo liberté de mouvement dont il jouissait pour l'instant.C'est donc pour cela que le noble se présenta devant celui qui devait être le chef. Pour montrer qu'il ne souhaitait pas faire de grabuge, il sortit le fourreau de son épée de sa ceinture avant de la tenir devant lui. C'est à cet instant qu'une vieille chose au visage frippé par les années s'adressa à Esdrin. Tout d'abord surpris de voir un elfe aussi vieux ... mais même les elfes aussi vieux n'avaient pas cette apparence, il le savait, car même dame Darkalia, la conseillère du roi Sorcier était la doyenne de sa civilisation et n'avait pas l'air aussi usé par les années. La chose la plus surprenante était tout de même l'étrange accents que celle ci avait. Etait elle une elfe si vieille qu'elle avait connu les langages plus anciens que celui des Narothynes ? Improbable cela serait vraiment trop vieux. Elle devait donc avoir appris cette langue de manière volontaire et non maternelle. Quoiqu'il en soit elle pouvait être la solution à bien des problèmes. Esdrin se tourna donc vers Empoussa avant de lui dire :


"Je ne sais pas ce que tu es, ancienne, mais tu semble pouvoir nous sortir d'un problème épineux. Nous ne comprenons pas le langage primitif de cette race aussi étrange soit elle. Tu pouvais dire à ce petit homme, que nous ne sommes que de passage et comptons juste nous reposer avant de repartir. Rien de plus rien de moins. Et nos armes ne sont là que pour notre protection dans ces contrées sauvages"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Mar 21 Sep - 16:52

Spoiler:
 

Le prêtre soldat en charge du village écoutait avec un respect évident le Haut-prêtre qui se trouvait devant lui. Bien que ce sa foi ne soit pas aussi grande, chaque parole pouvait être une inspiration supplémentaire dont il se servirait avec habileté lorsqu'il mènerait des groupes de fidèles au combat au nom du Changement. Mais pour l'heure, le Haut-prêtre demandait des informations sur les elfes Déméria. "Déméria, Déméria..." se disait-il tout en caressant sa barbe blonde. Il fallait qu'il rassemble chaque détails que sa mémoire pouvait trouvé et les présenter de façon cohérente à Azaranel afin de ne pas décevoir ses attentes. Cela ne lui prit quelques secondes mais il finit par déclarer :

- J'ignore un peu ce que font ces elfes ici. J'étais dans ma maison entrain de travailler la prière de la semaine prochaine que je ferais réciter aux fidèles. Mais il semblerait que ceux là ne parlent pas le langage des hommes ou des nains. Mais il me semble que cette vieille... chose sache leur parler.

Il fallait avouer que de près Empousa était affreusement laide mais on pouvait, éventuellement, trouver un lien entre elle et l'humanité. De loin, on pouvait seulement dire qu'elle était vieille. Son appartenance à une race pouvait même être mise en doute, elle pouvait être un horrible monstre à l'air naturellement vieux, ce ne serait pas étonnant dans une contrée ou le Changement à régner en maître incontesté depuis des siècles. Mais Grender le prêtre n'avait pas terminé de parler, il avait simplement marqué une pause pour désigner d'un geste Empousa avant de retourner vers le lapin humanoïde qui était son supérieur.

- Quant à Déméria, il y à peu un homme que l'on appelait le Phénix est venus de part Thalûn et tout les chevaliers du Stolenmark qui y avaient trouvé refuge après que leurs forteresse soit tombée ce sont ralliés à sa bannière à ce que l'on dit. On à également vu pas mal de mercenaires de Zolt passer dans le coin et la rumeur veut que l'or ait coulé à flot car c'est presque toute la guilde qu'il aurait engagé.

Pour les elfes et l'ancienne, il leurs faudrait parler et parler vite. Le garde semblait plus d'avis d'envoyer voler la tête de cet elfe insolent qui rentrait dans son secteur de garde avec une troupe armée en faisant mine de rien plutôt que de le laisser parlementer mais après tout, comme le lui avait dit son instructeur à l'armée, "N'écrasez pas un ennemi qui parlera si vous êtes capables de le séparer de sa descendance". C'était encore une possibilité faisable, le garde avait simplement toutes les chances du monde de briser les deux jambes de l'elfe au passage mais après tout, qui s'en souciait vraiment ? Mais alors que Empousa parlait à Esdrin, le garde nain se tourna vers elle avec des yeux remplit d'une puissante colère qui se voulait contenue. Après tout, si faire valser des elfes lui plaisait, ils étaient vingts et si certains ne semblaient pas fait pour le combat de rue, ils feraient sans aucun doute de gros dégâts.

-
Rydych chi siarad eu hiaith yn hynafiad ?! Brysiwch yna ddweud wrthyf beth y mae'n ymddangos ger fy amynedd yn rhedeg allan !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Empousa Mormolyce Lamie
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 54
Race : Belle-mère
Classe : Sorcière
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Mer 22 Sep - 16:09

Quand même, Empousa n'était pas si horrible que sa! Si? Il est vrai qu'elle n'était pas des plus agréable à regarder, et que certains n'hésitaient pas à faire un grand détour pour éviter de tomber nez-a-nez avec elle ou de trop s'en approcher. Et pourtant sa bonté et sa solidarité étaient inversement proportionnelles à sa beauté, en d'autres termes, son apparence hideuse ne l'empêchait pas de bien vouloir porter aide et assistance lorsque cela était nécessaire, tout comme c'était le cas en ce moment même.
Elle se tourna vers le nains après avoir parler à l'Elfe, et commença dans une langue qui n'était pas plus fameuse que celle qu'elle avait utilisée avec les Elfes:

-Am eu gwario, ni eisiau i ymosod. Rydych chi ddweud wrthyf beth ydych eisiau gofyn cwestiwn i Coblynnod, yr wyf yn ei ddwyn ef i chi a chi i ef. Yr wyf yn gofyn i chi fod yn amyneddgar, yn estroniaid 'n annaearol, hyd yn oed ar gyfer Coblynnod. Gwell cais i wybod yn union beth y maent ei eisiau.

Son nainiques, ou nanesque on disait les deux, dépendament des régions et des pays, cumulait quelques fautes de temps, de petites traductions grossières et approximatives ainsi qu'une alternance entre bons accords et absence totale de ces derniers, mais avait au moins le plaisir d'être prononcé avec un accent parfait et dans une grammaire à peu près correcte. C'était la seule chose dans laquelle elle excellait dans les langues, la prononciation. Pour l'Elfe Ancien, elle avait une excuse: l'ayant très peu utilisé dans sa vie, il était normale qu'elle l'ait peu travailler. Par contre la langue qu'utilisait les Elfes actuellement, sa il n'y avait aucun problème. Elle maitrisait mieux la Nains que l'Elfe, car elle passait beaucoup plus de temps en Thalun qu'en Elvem Adisil. Empousa n'avait été que deux ou trois fois, sa mémoire lui faisait défaut, dans l'Archipel du Peuple Immortel. En fait, ce n'est pas là bas qu'elle à apprit leur langue, mais d'un mercenaire Elfe qu'elle avait croisée, au hasard d'un chemin, en Démeria. Un peu comme celui qu'elle avait rencontré quelques semaines plus tôt, mais en nettement plus sociable et d'une compagnie lus agréable.
Elle se tourna à nouveau vers Esdrin et lui dit:

-Tachez de montrer quelques signe de reddition. Il est prêt à vous sauter dessus et croyez-moi, ce "peuples primitifs, comme vous dites, et passé maitre dans l'art dans la guerre. Si un combat devait éclater, vous serez perdant, à coup sur. Alors prenez sur vous et jetez vos armes au sol. Maintenant.

Un conseil ou un ordre? Difficile de faire la différence. Même si l'Elfe était plus âgé qu'Empusa, qui était déjà bien marqué par les années, elle avait l'attitude et, elle l'espérait, l'autorité de ce qui pourrait être considéré comme une mère.

-Et on ne perd pas de temps! Faites le tout de suite! Rajoutat-elle plus impérieuse mais toujours respectueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azaranel Legaht
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Race : Seul le Changement le sait.
Classe : Haut-prêtre du Changement
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Jeu 23 Sep - 16:45

… Les chevaliers ne craignent que ce qu’ils voient ils ne savent pas que les crocs d’un lapin blanc sont si fin et précis qu’ils passent sous les armures, ils ne savent pas que la construction de ses pates lui permet de sauté des longueurs hallucinantes, ils ne savent pas que son poil luisant peux se couvrir de sang jusqu’à ce qu’ils voient ceux de leurs hommes rejoindre ce sang qui macule cette blancheur comme la fleur de sang de l’homme qui meurt sur la neige du changement. C’est donc la main sur son croc que le lapin blanc aux pates puissantes se pose sur la place du village. Dans la taverne les elfes rencontre la rage des nains alors qu’une vieille femme n’a rien d’autre a faire qu’essayer d’aider ses deux parties … Il sourit calmement, il ne rentrera pas dans la taverne mais à l’extérieur les siens sont là.

La main posé sur la poigner de son sabre il regarde ses militaires et la petite host prête à se faire massacré … Ce village se doit de savoir la puissance du changement. Il s’adresse d’abord au prêtre guerrier qui le suit :


-˝Bonne chose que de préparer cette prière, je la lirais pour t’aider à orienter les yeux de nos fidèle toujours plus sur la lumière aveuglante que seul notre dieux peux leur montré, ils surpasseront leur peur pour enfin toucher la vérité crois-tu ? Le salue est à leur porte ! Mais à présent c’est ces êtres qui foulent les terres de notre dieu sans en connaitre les conditions …˝

Il sourit et d’un voie forte il parle en elfique ancien pour attiré l’attention des elfes qui osent présent ici bas sans l’appui de Changement.

˝Et le soldat tomba à genoux devant le prêtre à l'épée ensanglantée qui déclara : Ne cherchez pas de raison de combattre pour le Changement car vous devriez craindre qu'il pourvoie à ce besoin. Qui êtes-vous ? Qui est votre cœur ? Qui est votre Dieux ?! Ici et par tout lieu le seul dieu se nomme changement, tourné votre visage vers la lumière ou voyez votre sang couvrir se sol car vos visages se tournerons vers lui dès à présent ou posé sur des piques ! Le bois ou la chair, qu’importe ce qui vous soutiendra tant que la vérité éclate à vos yeux maintenant et pour les siècles des siècles !˝

Il sourit de plus belle et sortant son épée de sa garde il murmura toujours dans le même langage :

˝Alors le guerrier baisa l’épée et comprit qu’il était temps de voir la lumière, ouvrant les yeux il fut baigner dans la vérité.˝

Sa lame se pose sur sa seconde main comme si il montrait amicalement le katana en signe de non agression. Qui saurait dans ses êtres qui ne savent rien de ce monde que cela constitue le début de tout les katas du lapin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esdrin Linordraest
Porteur de Rancune
avatar

Masculin
Nombre de messages : 665
Race : Elfe Narothyne
Classe : Dynaste
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Jeu 23 Sep - 19:46

Ce monde était donc fort amusant et les personnes qui le peuplait l'était tout autant. Des guerriers féroces, des ... vieilles personnes parlant notre langue et des choses bizarre semblant avoir une autorité dans la région. Tout cela intriguait Esdrin au plus haut point. Enfin cela ne voulait pas dire qu'il fallait déclencher l'incident diplomatique. Le capitaine dit alors un mot qui n'est pas très traduisible ce qui eut pour effet de mettre les lance et les arbalètes à l'épaule ainsi que les épées au fourreau. Toutefois, les elfes ne changeaient pas de formation prêt à devoir se défendre de manière efficace si tout tournait mal. Assuré que ses soldats avaient obéi à ses ordres, il revient sur les paroles des personnes présentes. L'ancienne semblait avoir une envie d'aider, mais tout bon narothyne sait qu'il n'y a pas d'altruisme, il n'y a que des échanges équivalents de services et de travail. Si elle se mêlait de leur affaire c'est qu'elle allait surement leur demander quelque chose en retour. Toutefois ce n'était pas cela qui inquiétait le plus le jeune dynaste, c'était plutot cette étrange créature capable de les comprendre et de parler avec des mots à sens caché. Il semblait se poser des questions sur leur origine et demandait de baisser leur arme en dégainant légèrement son arme : acte totalement contradictoire chez les narothynes. C'est donc sur ses gardes, l'épée (toujours enclenché dans le fourreau) tenue par le fourreau dans sa main gauche, qu'Esdrin répondit à la "créature" :

"Mes hommes n'attaqueront uniquement pour se défendre. Nos armes valent bien trop cher et notre sécurité dépend bien trop d'elle pour que nous les laissions à de parfaits inconnus sans la moindre raison. De ce fait, elles resteront au fourreau ou à l'épaule et vous devrez vous contenter de ce geste de paix. Nous sommes les Lézards Noirs, des mercenaires. Je suis Esdrin Linordraest, le commandant de cette troupe. Nos dieux et nos "coeur", bien que je ne comprenne pas l'allégorie, ne regardent que nous. Toutefois, puis je faire remarquer que vous devriez l'amicalement réenclencher votre lame dans son fourreau. De plus, veuillez demander à ces petits êtres de cesser de nous menacer si vous ne souhaitez pas que notre discussion amicale ne bascule dans un affrontement pour d'autres erreurs de protocole"

Esdrin, plonge son regard dans celui de la "créature" qui semblait vouloir discuter avec lui. Il avait bien fait attention à ce que chacun des acteurs de cette discussion soit à une distance de sécurité raisonnable. Sa voix avait été d'une grande neutralité et son visage ne montrait pas la moindre trace de peur. Il faut dire que cela n'était pas la première fois qu'on le menacait de mort en lui opposant des dizaines de soldats. Comme tout bon dynaste, Esdrin avait confiance en ses hommes, il connaissait leur capacité de combat, ils étaient dans un environnement qui ne les dérangeaient nullement et surtout, ses deux mages étaient toujours prêts à lancer leur sort au moindre signe de violence. Le tout était de savoir si cet "créature" et ses minions miniatures étaient aptes à répondre à la négociation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Lun 27 Sep - 17:38

Les armes furent rengainées tandis qu'une autre sortait du fourreau. Et si des elfes ne savaient pas ce que cela pouvait vouloir dire, un prêtre soldat bien avisé sur l'une des légendes de son ordre se recroquevilla légèrement et d'une voix discrète qui ne permettrait qu'à son supérieur de distinguer ses paroles, il déclara :

- Il serait bon de ne pas faire couler le sang dans le village votre Changetée. J'ignore ce qu'on bien pût dire ses elfes mais les magiciens ont de nouveau le droit de circuler en Thalûn et les Originels fourmillent à la frontière. Nous n'aurions pas assez de fidèles pour soutenir un combat sur tout les fronts si un incidents était déclenché ici. Et pour peu que ces elfes là soient rattachés au Royaume de l'Archipel, ce ne seront pas les arcanistes de faible puissances que recèle le royaume nain mais bien les meilleurs mages elfiques qui traqueront les fidèles de la région. Si ces êtres ont été jugés impurs par le Changement, alors dans son infinie sagesse, leurs mort ont été prévues en un lieu qui ne mettra pas en péril les communautés qui le soutiennent encore en Thalûn.

Raisonnerun être tel que Azaranel Legath était probablement vain et peut-être même n'avait-il pas l'intention de faire passer ses elfes par le fil de sa lame et ferait payer l'impertinence de son intervention à ce prêtre soldat. Mais ce dernier était semblable à un simple prêtre. Si il avait apprit à prendre les armes et user de ses pouvoirs pour combattre au nom de l'Inconstant, il avait sa propre paroisse d'hommes, de femmes et d'enfants qu'il faisait prier avec ferveur afin d'obtenir les faveurs de leurs dieu, sa bénédiction de l'élévation au delà de leurs simple condition. Il ne souhaitait pas les perdre et si sa vie était le prix à payer pour sauver celle de cent fidèles alors il la sacrifierait.

Pendant ce temps, le garde nain foudroyait Empousa du regard. Comment osait-elle, cette vielle chose décharnée. Et ce n'était pas comme si il y avait eût la moindre raison de le faire.


- Peidiwch â dweud wrthyf os yw hyn yn gorrach i amharu ar yr iaith fy ngwlad, gwrach ! déclara-t-il avec colère.

Puis, après avoir ruminé sa colère pendant une seconde tandis que ses doigts pianotaient le long du manche de son marteau, il se tourna vers le haut-prêtre Azranel à qui s'adressait l'elfe et dit d'une voix forte :

- Yr ydych yn siarad iaith eich Sancteiddrwydd ? Beth Newid soufflé eich clust ? Puis se tournant vers Empousa. A ydych yn hynafiad, ddweud wrthyf beth ydych yn eu deall. Nid wyf yn gwybod beth yr ydych yn gwneud popeth yn fy mhentref ond bob un ohonoch, ellyllon, sy'n newid neu'n hen, yn gwybod y dyma fi yw'r unig un a benderfynodd bod yr holl dduwiau yr wyf taran ar hyn o bryd os oes rhaid iddo fod yn wir !

Et il ne fût pas foudroyé. Seul des mortels le frapperaient si il le voudraient mais peut-être devraient-ils avant cela s'interroger. Dans un pays en période de trouble comme l'était Thalûn et avec des frontières qui menaçaient d'êtres tout particulièrement instables à cause des récents conflits et de la montée en puissance des troubles religieux, les points de passage clef, tel que ce village, seraient-ils gardé par des nains un peu bourrus qui défendent leurs territoire comme un chien l'aurait fait avec un os ou bien sont-ce de puissants guerriers qui gardent l'entrée d'un royaume, tels les gardiens immortels qui gardent les secrets les plus anciens dans les légendes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Empousa Mormolyce Lamie
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 54
Race : Belle-mère
Classe : Sorcière
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Dim 3 Oct - 16:54

-Yr wyf yn hyrwyddwr o newid yn union fel chi, Nain! Os bydd fy mhresenoldeb poeni chi tra dwi jyst yn ceisio helpu, felly byddwn yn mynd. Dim ond yn gwybod fy mod yn deall popeth, ac yr wyf fy hun anfonwyd gan y Tad o Civilization.

Bien qu'elles puissent paraitre menaçante, ces paroles restaient respectueuse et calme, malgré la volonté de "l'Ancêtre" de foudroyer justement cet impolie personnage. Dieux, qu'elle pouvait exécrer cela! D'accord, elle avait mentit sur un point, elle n'était pas à proprement parlé envoyée par le Changement. Surtout que son plus implacable Haut-Prêtre se tenait à quelques mètres d'elle et entendait ses paroles. Mais après tout, elle était, comme toutes les personnes ici présente, une création de l'Ennemie de l'Origine. Mais elle était une adepte du Changement (lorsque la situation l'exigeait) et avait une information plutôt utile à transmettre. Elle l'avait apprise lorsqu'elle c'était immiscée dans la conversation entre le mercenaire Elfique et l'Ami des Arbres. Empousa avait capté l'essentiel, et son imagination fit le reste.

-Rwy'n dod â newyddion trist. cursed Y Goedwig fel y Origin, fod ei enw, yw creu mouvent a'r orymdaith yn erbyn y newid yn fuan. Gyda'r Arcanist a Gwreiddiol, sydd, fel y dywedasoch, heidio ar draws y ffin ac unwaith eto gall halogi eu presenoldeb impious o'r tir bonheddig changistes Thalun, mae arnaf ofn rhyfel yn torri allan newydd cyn bo hir.

Puis elle reparla aux Elfes.

-Vous êtes arrivés en de biens sombres heures. Si vous voulez, je vais vous expliquer plus en détail la situation, autour d'une bonne chopine dans cette taverne. J'imagine que, mercenaire comme vous êtes, vous avez le monde. Je serais heureuse d'apprendre vos aventures, que je pourrais conter sur mon chemin et répandre votre réputation.

Intérieurement, elle savait qu'ils n'étaient pas net. Ils n'appartenaient à aucunes des Ethnies Elfes qu'elle connaissait, et les Dieux seuls savent ou vont ses connaissances. Il y'avait anguille sous roche, et elle découvrirait la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azaranel Legaht
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Race : Seul le Changement le sait.
Classe : Haut-prêtre du Changement
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Mar 5 Oct - 16:22

-˝Ainsi sa nouvelle gorge tracer pouvais dès à présent chanter les louages du Père tout en rependant les rubis sur le sol mat que l’honnis à donner aux humains sans pour autant leur donner le pouvoir de faire grandir. Ainsi les rubis sur ce sol donnèrent naissance aux créations du père et le fils fut heureux, saint d’esprit il s’effondra sur le sol qu’il avait béni de son âme en laissant son cœur au nom de son père.˝

Rapidement son épée fut ranger et il sortie sont livre qu’il ouvrit d’une main de maitre au milieu des pages de vieux parchemin. Devant ses yeux de fidele étaient posé les divines paroles du père et ne regardant pas ce qu’il connaissait au font de son cœur il continua :

˝Amène en ce jour le mouton que tu dois et ainsi et malgré le préjudice que tu as fait en osant montrer sur ces terres une volonté indigne tourné vers ton propre sang et non vers le père de tous, tu pourras vivre. C’est ce que le grand prêtre dit à l’elfe qui avait foulé ses terres. Qu’as-tu à proposer toi qui as ouvert ta première bouche sans laisser la seconde rependre les rubis. Qu’avez-vous à dire vous qui n’avez rien à faire ici et dont la seul présence pourrais déclencher bien plus qu’une guerre entre deux races mais bien une guerre entre le dieu et les hommes par un blasphème. ˝

Son doigt était posé au milieu d’une page blanche pour tous les yeux des impies et même pour les yeux du prêtre du changement qui savait tout à fait que ces écris était le cœur du grand dieu, des écrits raconter de génération en génération. Le regard du lapin reste sur les elfes avant de passer rapidement en direction de la taverne un peux plus profond dans les ombres de la bâtisse où la vieille femme a à son tour parjuré. Pourtant le Legaht ne relève pas ce qui aurait put lui valoir la mort et laisse à l’elfe le soit de répondre…

˝Je t’écoute infame…˝

Un main c’était rapidement tourné vers le nain, il ne voulais pas de guerre ici mais ces elfes n’avaient rien à faire ici et cela pouvais rapidement changement la face de ce monde déjà déchiré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esdrin Linordraest
Porteur de Rancune
avatar

Masculin
Nombre de messages : 665
Race : Elfe Narothyne
Classe : Dynaste
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Mar 5 Oct - 17:41

"Infame", cette dernière remarque ne manqua pas de faire rire Esdrin ainsi que ses congénères. Il est vrai que l'expliquer n'était pas évident mais tout venait de l'évolution linguistique et morale qu'avait pris les Narothynes. Être infame est une question de point de vue et montre souvent que la personne victime d'un acte infame n'avait pas eu le courage de pousser son envie de victoire à la limite du possible. Mais le dynaste avait bien vu que ce terme n'avait pas été lancé de manière très protocolaire, encore une fois. D'un mouvement de main, le jeune noble fit taire les ricanements avant de de se frotter le menton légèrement gêné et de répondre à la créature devant lui.

"Il semblerait que la connaissance de notre langue, malgré une très bonne prononciation des mots, soit malheureusement trop limité pour que les mots que vous utilisiez aient une quelconque signification pour nous, et, croyez moi, je fais mon possible pour vous comprendre. Mais j'ai vaguement compris que vous souhaitez connaitre la raison de notre présence dans cette cité. Elle est très simple, la traverser et si possible gouter aux mets locaux pour nous reposer quelques heures. Rien de plus rien de moins. Cependant, comme vous l'avez compris, nous avons beau être des gens qui ne souhaitent pas déclencher de bagarre, ce que nous ferons de l'autre coté de la barricade de cette cité ne vous regarde toujours pas"

Mon regard se pose sur celui de Empoussa avant de lui proposer une pièce d'or


"Dis moi ... ancienne (ne sachant toujours pas ce qu'elle était), tu parles notre langue de manière intelligible, cela t'intéresserai de nous suivre en tant que traductrice ? Tu seras payée, nourrie, logée et protégée."


Trouver deux personnes capable de nous apprendre à parler la langue locale était une chose assez rare ... bon l'une de ces deux personnes ne semblaient guère pouvoir parler sans rajouter des espèces de phrases sans queues ni têtes qui n'avaient aucune idée de la politesse et des civilités. En même temps qu'attendre d'un peuple primitif ? Toutefois, la vieille personne semblait plus humble et aussi moins dangereuse dans ses conviction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre le Traqueur
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 277
Race : Invocation
Classe : Traqueur
Date d'inscription : 18/05/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Mer 13 Oct - 17:33

La vieille femme... Oui, il s'agissait sans doute d'une vieille femme. En tout cas, ce qui était sûr c'est qu'elle venait de parjurer ! Elle venait oser d'annoncer qu'elle était une de ses Élues... Cette vieille chose décrépie osait se dire envoyée par le Changement. Le Grand Changement, le Puissant Évolutif ne pouvait pas avoir choisi cette vieille... Mais pire que le blasphème, le calme du haut-prêtre Azaranel Legath avait le don de faire monter la tension dans l'esprit du prêtre soldat Grender. Ce dernier n'était pas connu pour sa mansuétude. Or non seulement la vieille femme n'avait pas encore découvert la grandeur du Vrai et Unique Dieu mais, en plus, le prêcheur laissait les elfes en vie et semblait vouloir les laisser s'exprimer...

Si le prêcheur du Très-Haut voulait s'en prendre aux impies, le reste des nains dans la taverne ne pourraient que le gêner... Enfin, façon de parler car aucun des nains présents ne pouvaient réellement lui causer des ennuis si l'envie prenait Azaranel de vouloir "convertir" tous les infidèles. Grender se tourna vers le chef de la garde et s'adressa d'une voix qu'il voulait le plus calme possible.

- Byddwch yn gadael y dafarn ac rydych cylch. Mae'r rhai nad ydynt yn gallu gwneud hynny drwy'r brif fynedfa drwy'r drws cefn.

Le chef pianota quelques instants sur le manche de son marteau avant d'aboyer ses ordres.

- Mae pawb allan! Mae'n amgylchynu'r shack!

Clairement de mauvaise grâce, le chef de la garde sortit de la taverne par l'entrée accompagné par quelques uns de ses hommes et le reste de la troupe sortit par la porte de derrière. Ne restait plus dans la taverne que la vieille femme et la troupe d'elfes alors que les deux prêtres du Très Haut Changement attendaient en dehors de la taverne... Même le propriétaire était sortit, emmenant sa femme restée en cuisine jusque-là.

Une fois l'ensemble des gardes sortie de la pièce, Grender s'adressa à la vieille femme lentement afin de se faire comprendre clairement.

- Gwrandewch i mi wraig hen iawn. A oes mwy dyngu anudon o'm blaen, heb sôn am cyn Azaranel mawr y ... Syml cyngor. Yna, gofynnwch i'r elves ddweud yn glir yr hyn y maent yn ei wneud ar y diriogaeth credinwyr yn wir?

Les prochaines réponses seront déterminantes... La conversation terminerait-elle en bain de sang ? Ou à l'amiable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empousa Mormolyce Lamie
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 54
Race : Belle-mère
Classe : Sorcière
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Mer 13 Oct - 20:27

-Rwyf wir yn credu mewn newid. Gwn fy mod yn ddyledus fy bodolaeth a fy mywyd, yr wyf yn ddyledus iddo fy anrhegion, yr wyf yn ddyledus fy mhresenoldeb ar y ddaear hon. Yr wyf yn credu ynddo, iddo ef y Creawdwr Gwareiddiad, iddo ef y Meistr ein tynged, iddo ef yn wir ein Tad. Os nad ydych yn credu hyn rwy'n ei ddweud, yn mynd ac yn mynd ar daith ar ochr Demeria a gweld y gwir o fy ddatganiadau. Yn ychwanegol at y gwrthryfel, foes y gyfundrefn i Pjheys coedwig gwreiddiol.

Lorsqu'elle parla de la divinité du Changement, Empousa prit soin d'adopter un ton convaincu, remplit de Foi et de bonnes volontés. Elle croyait véritablement ce qu'elle disait. Pour avoir lu et rencontrer de nombreux adeptes Changiste au long de sa vie, elle ne mettait plus en doute leur parole et avait même adhérer à la plupart de leurs croyances. Elle n'était tout simplement pas aussi extrémiste que pouvais l'être cet Azanarel ou ce Nain. De plus, elle tenais à garder un esprit ouvert et critique. Positionnant le respect et la politesse au dessus de tout, le respect de l'autre, et par conséquent de ses croyances, était un des points d'honneur sur lequel elle s'appuyait constamment. Après tout, qui était-elle pour porter un jugement sur le surnaturel? Par définition, le Divin est au delà de la compréhension de toute espèces intelligente. A part de ce moment, on ne peux ni le comprendre, ni le définir, et donc ni le détruire ni le rendre invulnérable. Aucun argument prouvant l'existence de l'Origine ou de Changement ne verra le jour, excepté leur propre manifestation.
Quand à la seconde questions, la Vieille femme choisit ses mots avec soin. Le but était de faire comprendre à son petit interlocuteur que tout ceçi n'était tout simplement qu'une incompréhension de la part des deux partis.


-Mae'n syml, maent yn cael eu dim ond darnau yn y wlad hon. A oedd mercenaries teithiol, sy'n perthyn i unrhyw sefydliad hysbys neu Zolt neu eraill. Maent yn gweithio ar eu pen eu hunain yn dweud wrthym. Maent yn unig yn dod i'r dref ac yn eu harferion yn wahanol i'ch un chi, rydym yn unig dim ond i fynychu diwylliannol camddealltwriaeth. Nid ydynt erioed wedi bod yn byw bwriadau rhyfelgar, credwch chi fi. Hefyd wedi simpletons, nid ydynt yn ymddangos hyd yn oed yn ymwybodol o'r digwyddiadau diweddar sy'n ysgwyd y cyfandir yn y blynyddoedd diwethaf. Erbyn yfory, heno, byddant yn cael eu pleidiau. Rhowch amser i orffwys a phrynu hyn y maent ei angen. Mae'r dwarfs yn gwybod eu cynnal yn dda ac yn cael eu gydag ymdeimlad gwych o letygarwch. Wedi'i wneud i enw da hwn.

Puis enfin, elle se tourna vers les Elfes.

-Habituez-vous à m'appeler Empousa, car j'accepte votre offre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azaranel Legaht
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15
Race : Seul le Changement le sait.
Classe : Haut-prêtre du Changement
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Sam 16 Oct - 11:55

Le Legaht Azaranel sourit dévoilant à la vue de tous deux fines et tranchantes dans de lapin, toujours à l’extérieur de la taverne il adresse quelques mots à Empousa :

-˝Quand est-ce que le mot imbécile à effleuré vos oreille en parlant de moi ? Quand bien même vous êtes disciple du changement vous vous seriez tourné vers moi ou vers le prêtre mais cela n’est pas la question. Je sais ce qui se passe sur les terres de la civilisation mais ce chaos qui nait ici m’a appeler et il n’est pas simplement question de vos petites manigances mais bien de ce qui se passe chez le peuple nain. Regarde donc ce ciel car il sera ton but, élever les êtres jusqu’à moi pour qu’ils comprennent enfin qui je suis. Mais ainsi tu promets qu’ils seront partis ce soir alors qu’ils se sont soustraits au contrôle du garde ? Tu devras payer pour leur voyage dans ce cas… Et lui aussi, qu’il offre un de ses hommes à changement pour que d’honnie il passe à accepter et tout être sera dans la paix. J’attendrais de qui de droit sur les flans de la montagne et il se verra l’honneur de me combattre, les autres pourrons partir une fois qu’ils auront payé mes frères nains pour leur passage. Car l’épée de sang revêtu put être montrée au père sans craindre que celui-ci ne se froisse car ceci est son cœur, livré pour lui.˝

L’homme lapin se retourne dans un magnifique mouvement et se dirige sur les flancs de la montagne où il attendra un homme de l’armée de l’elfe, si ce n’est pas le cas, si l’elfe ne veux pas présenter d’agneau au dieu qui enlève le pécher du monde alors il devra le prendre en pitié. Le yeux fixer sur le petits replat quelques dizaines de mètres plus haut il se demande si il ne suffirais pas d’y monter un autel plutôt que simplement quelques piliers … Changement aimerais cette endroit, il le sais, la vue sur les montagnes, sur la naissance de la civilisation et la destruction de ce que peux être son ennemi, sur les bucherons qui mangent petit à petit la forêt pour nourrir le feu … Oui changement aimerais bien avoir un temple ici.

Une fois atteint les flancs escarpés, où la pente n’avantage aucun homme dans le combat mais permet à ses jambes bien plus articuler que celles d’un elfe de ce donner au maximum, il s’assoit sur un roc et commence à s’occuper de son épée le sourire toujours fixer sur les lèvres et le regard sur la troupe d’elfe qu’il a quitter dans la taverne laissant le soin à leur nouvelle amie de leur expliquer ce sacrifice qu’il devrait faire en envoyant un de leurs hommes rejoindre changement et affronter sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esdrin Linordraest
Porteur de Rancune
avatar

Masculin
Nombre de messages : 665
Race : Elfe Narothyne
Classe : Dynaste
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Dim 17 Oct - 20:19

Le peuple de cette contrée était tout de même assez étrange, voir dangereux, mais ils n'étaient que des menus problèmes comparés à la Grande Vengeresse et son impatience. Ce n'était pas une sous créature mixé avec un petit animal duveteux qui allait ennuyer Esdrin. Toutefois, respectant son esprit diplomatique. Le dynaste sourit amicalement quand Azaranel lança sa demande. Une fois parti, il remarqua qu'il n'y avait plus personne dans la taverne ce qui ne manqua pas de le faire rire. Chez lui, il était particulièrement dangereux d'être un tavernier ce qui les menaient souvent à la maitrise du maniement de l'épée ou d'une quelconque arme pouvant calmer des personnes éméchées et armées. Toutefois, aucun tavernier ne partaient de son bar, quelque en soit la raison. Question de principe semble-t-il. Il faut dire que la place manque tellement que le principe du "qui va à la chasse perd sa place" est constant. COnnaissant le prix d'un peu de place, il est compréhensible que les tavernier soient près à mourir pour leur coin de paradis.

"Et bien ça c'est un ultimatum ou je ne m'y connais pas. Allez vous installer, soldats, les propriétaire ne vont pas tarder à revenir ... j'espère. Timor, Lumia, faites un repérage. Nous avons quelques heures devant nous alors soyez précis" dit il après avoir rigolé


Ne retirant pas son sourire, il passa derrière le bar, posa son casque sur le bar avant de se servir une bonne chopine et de l'apprécier. Il en servit une nouvelle qu'il posa devant sa traductrice officiel, se placa devant elle comme s'il était le propriétaire des lieux avant de commencer à lui parler, continuant dans sa langue natal mais en faisant attention à sa prononciation pour éviter des problèmes de traduction


"Empoussa, je crois que ton destin est lié au notre. Comme tu l'as compris, nous ne sommes pas de la région et nous manquons cruellement de renseignement sur la région. Tu ne pourrais pas nous renseigner par simple hasard ? Ah et, je ne sais pas du tout ce que la créature entendait par payer les frères nains ? D'abord ... qu'est ce que tu es ?"


Les nains devaient êtres ces petites créatures poilus et barbues mais il faut dire qu'Empoussa était vraiment difficile à identifier. Surement les plis du visage. Esdrin espérait surtout que ce n'était pas une elfe ou une gnome ayant grandi et vieilli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre le Traqueur
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 277
Race : Invocation
Classe : Traqueur
Date d'inscription : 18/05/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Dim 24 Oct - 16:17

La vieille femme semble vouloir prêcher pour la parole du Divin Changement et monnayer sa rédemption en échange d'informations... Malheureusement pour cette dernière, le prêtre Grender n'était pas seul et quelques paroles d'Azaranel devraient suffire à doucher sa tentative de négociation. En parlant de négociations, le haut-prêtre venait de faire une très jolie offre aux intrus... Enfin, une très belle offre en considérant qui venait de la faire. Une seule vie, sacrifiée dans un duel, était un prix bien faible à payer pour avoir démontrer son hérétisme à une très haut prêtre.

Alors qu'ils auraient dû être, sinon effrayé, au moins prudent, celui qui avait pris la parole éclata de rire. Le chef ne devait pas avoir conscience de l'abîme dans lequel lui et ses hommes se trouvaient. De plus, non content de faire preuve d'un manque de respect flagrant envers un haut placé de l'Eglise changiste, ce chef d'équipe se permettait de se servir dans un établissement qui ne lui appartenait pas. Un regard assassin fixé à Esdrin, Grender s'adressa à Empousa.

- Hen wraig, gwnaethoch hwyl o ddau offeiriad o newid wrth geisio cael arfog, offer da a drefnir ar gyfer band syml heb unrhyw bwriadau drwg ... A pheidiwch ag anghofio gwneud yn glir bod eu harweinydd oedd i dalu'r tafarnwr a Newid yw'r penderfyniad gorau y gallwch ei wneud.

Sur ces mots, le prêtre part après avoir fermé la porte de la taverne. Cependant, en jetant un regard par une des deux fenêtres du bâtiment, les elfes pourraient voir que Grender ne partait pas loin. Après quelques mots à l'adresse du chef de la garde, le prêtre traversa la place pour entrer dans un bâtiment de 2 étages pour y rester. Quelques instants après l'entrée du prêtre, deux humains habillés en rouges sortir et se placèrent aux côtés du chef de la garde. Aucune arme apparente, les deux hommes semblaient n'avoir qu'un rôle de messager pourtant, l'aura de combattant qu'ils dégageaient ne pouvaient pas tromper les soldats aguerris.

Les deux espions elfes pouvaient tenter de sortir soit par les portes, soit par les fenêtres, soit par la lucarne donnant sur le toit. En passant par les portes et les fenêtres, ces derniers ne pourraient rien voir si ce n'est une troupe de nains armés de marteau, de hache ou de petites arbalètes à répétitions. C'est en passant par la lucarne que les deux espions pourraient obtenir le plus d'informations. Ils pourraient voir qu'une quarantaine de nains s'étaient regroupés en plusieurs groupes et surveillaient la batisse. Ils pourraient également se rendre compte qu'il n'y avait aucun moyen de quitter le bâtiment situé au centre d'une grande place... De plus, le Soleil étant encore dans le ciel, personne ne pourrait passer inaperçu en tentant de quitter le bâtiment.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empousa Mormolyce Lamie
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 54
Race : Belle-mère
Classe : Sorcière
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Dim 24 Oct - 22:55

Qu'est-ce qu'elle est? Bah, mais sa se voit, non? Elle à beau avoir la peau des plus fripée, l'apparence des plus désagréable, tout ceux qu'elle avait rencontrée avaient quand bien même compris qu'elle appartenait à la race des humains. Installés des deux côtés de la Mer de Sang, apportant le plus d'effectifs à la plupart des religions, des Factions et des différents groupes de renommé mondiale, chaque espèces de cette terre connaissait les humains, et savait les reconnaitre. C'était une certitude, il n'était pas de la région. Ni vraiment du même monde qu'Empousa. Alors, d'où venait-il? Et qu'était-il vraiment?

-Avant tout, maitre Elfe, je souhaiterais d'abord mettre les points sur les "i". Vous m'accordez votre confiance pour la traduction et les explications quand aux peuples et aux contrées que vous verrez, et je vous accord la mienne quand à ce qui est de la protection. Seulement, si nous devons nous faire mutuellement confiance, je pense qu'il serait judicieux d'être honnête. Puisque nous sommes amenés à vivre ensemble pendant une certaine durée, je crois bon de mettre à plat et de dire immédiatement tout ce qui pourrais jeter une ombre plus tard.

La dessus elle se saisit de la chope que son employeur lui avait donné un peu plus tôt et en but une bonne partie. Elle savait savourer ce délicieux breuvage dans lequel les nains excellait dans la fabrication. Puis elle reprit, calme et sereine.

-Pour commencer, je suis une humaine, l'une des deux races dominante de ce continent. Actuellement, vous êtes en Thalun, le Pays des Nains. Les petits êtres que vous venez de voir en sont de dignes représentants: paranoïaques, belliqueux, rancuniers à l'extrême, endurants, bon aux combats, disciplinés et surtout à majorité changistes. Qu'est-ce qu'un changiste, me demanderez-vous? C'est simple, les Changiste sont les adeptes d'une religion connus sous le nom d'Ordre du Changement. Ils considère ce dernier comme l'Entité Suprême qui créa on ne sait trop pourquoi toutes les races dites intelligentes de ce monde, c'est à dire vous, moi, eux et surtout ce lapin-hybride, qui en est un très fervent, et également très puissant adepte. Il est une autorité dans cette région qui surpasse celle du Roi des Nains. Et en réponse à mon soit-disant "blasphème", il ordonne qu'un membre de votre équipe lui soit donné en offrande pour être sacrifié. C'est comme sa que sa marche dans le coin, des qu'un religieux arrive, ses désirs sont des ordres. Donc, pour résumer, nous avons nous, qui tenons cette taverne auquel les nains attache une très grande importance, puisqu'ils sont de grands amateurs de boisson et qu'elle est le centre économique de ce village. Et de l'autre, un Haut-Prêtre sans esprit critique ni réelle intelligence qui connait son Livre Saint par cœur, supporté par tout les hommes armés de ce village.

Elle s'arrête, finit sa boisson et la repose bruyamment sur le comptoir. Se léchant allègrement ses babines, elle darde sur Esdrin un regard mi-taquin, mi-interrogateur.

-Vous avez donc deux choix: ou vous livrez un de vos soldats, comme du bétail, payé l'aubergiste pour cet "occupation" de son établissement, ainsi que le chef du village pour le dérangement ou vous combattez. Sachez seulement qu'il y' a au moins deux "sorciers" chez eux, le lapin et son sbire, ainsi que, d'après ce que j'ai put voir tout à l'heure, au moins trois dizaines de soldats en armes. Ils sont persuadé que vous animés d'intentions belliqueuses et, l'instinct de survie, sans doute, vous considère comme une menace dangereuse. Comme s'il n'y n'avait jamais eu de troupe de mercenaire avant.

Elle part alors dans un fou rire, ou plutôt dans un fou ricanement, qui aurait put faire dresser les cheveux sur la tête des enfants qui entendait ce diabolique gémissement.

-Et vous, pour commencer comment vous appelez-vous, et qu'est-ce que vous même vous êtes? Des Elfes, oui, j'avais remarquée, mais d'où précisément? Pas d'Elvem Adisil. La seule ethnie qui pourrait avoir de telles armures, de telles armes, une telle organisation militaire comme la votre, est également celle qui accorde une grande importance à la culture et à l'éducation. Et malheureusement pour vous, ils connaissent parfaitement ce monde, ce qui n'est pas votre cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esdrin Linordraest
Porteur de Rancune
avatar

Masculin
Nombre de messages : 665
Race : Elfe Narothyne
Classe : Dynaste
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Lun 25 Oct - 5:58

Ecoutant les explications avec attention, Esdrin affichait tout de même un sourire fasciné. Il faut dire qu'il venait de découvrir le rêve de tout Narothyne : la preuve que son peuple avait raison en ce qui concerne sa mésentente avec les elfes de Ladeil. Sa mission prenait d'autant plus d'ampleur à présent et la réussir était s'assurer la présence d'une statue à son effigie dans le temple de la vengeance. Mais il n'était pas moins conscient de la première difficulté qui se dressait devant lui. Certes la stratégie nécessitait la connaissance d'autre variables dont l'une était l'observation magique de Tibor et Lumia. C'est pour cela qu'Esdrin se laissa emporter dans la conversation avec sa traductrice.

"Elven Adisil ? Ces petites Archipels ? Hahahaha de mieux en mieux. Je me demande bien ce que nos ... "jumeaux" on bien pu faire à Ladeil pour qu'elle passe en second derrière des iles que l'ont disait primitives à l'époque de mésentente avec mon peuple. Comme tu l'as remarqué, humaine, nous sommes bien des elfes, mais notre origine est impossible à déterminer car elle n'existe pas concrètement. Nous sommes ... des fantomes si l'ont peut dire et moi et mes hommes sommes les bruits de chaines dans les couloirs de l'oubli. Appelle nous comme tu voudras, étant donné que tu es payé pour rendre notre passage le moins visible"


Prenant une bonne gorgée de bière, Esdrin ne peut s'empêcher de remarquer le gout différent de ce breuvage. Non pas que la bière de ces petits hommes soit meilleur que sur son ile natale, plutot, qu'elle était différente au niveau du gout, la rendant de ce fait impossible à comparer. Cela venait surement du la différences des cultures. Chez les narothynes l'alcool est à base de champignons, de fruits souterrains ou de culture de profondeur. Ici, tout pouvait pousser en surface sans crainte d'une éruption ou d'une pluie de cendre, ca joue forcément sur le gout.


"Pour ce qui est des choix qui s'offre à nous, il y en a quelques autres qui se construisent tranquillement mais j'ai encore besoin de renseignement que mes hommes là haut ne vont pas manquer de me chercher. Nous sommes en légère infériorité numériques. Nous ignorons leur techniques de combats tout comme ils ignorent les notre. Ils connaissent le terrain mais seront toujours poussé au préjugé que les elfes ne sont mortel que dans la foret. Ce qui est loin d'être vrai à l'heure actuelle. La surprise, l'arme la plus dévastatrice lors d'une guerre est de notre coté, ce qui ne me rassure particulièrement"

Pendant sa discussion, Esdrin remarqua que les assassins avaient terminé leur assiette. Toujours aussi rapide à manger car ils n'aiment pas rester sans défenses. Une paranoïa qui, parait il, leur a sauvé la vie plusieurs fois. Le dynaste ne semblait pas très convaincu de l'utilité de cette crainte constante mais il ne les respectait pas moins. Alors que ceux ci se levaient, il leur fit signe et leur dit


"Pourriez vous vous assurer des issues et vous mettre au fourneau ? Vous n'aurez pas d'ustensiles pour faire vos poisons de si tot alors profitez qu'il n'y a personne"


Règle de base lors d'une guerre, savoir ce que prépare l'ennemi tout en protégeant les renseignement vous concernant. C'était ce que les soldats comprenaient quand leur capitaine leur lanca un regard sérieux. Usant des tables et de tout ce qui pouvait bloquer la vision d'autrui, la troupe se mit à verrouiller réduire de manière sensible les possibilité de surveillance de leur peut être adversaire. Les arbalétriers montaient déjà à l'étage pour prévenir d'un assaut éventuel. Une fois les opérations en cours, Esdrin posa quelques pièces d'or sur le comptoir, pour le cas où
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empousa Mormolyce Lamie
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 54
Race : Belle-mère
Classe : Sorcière
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Lun 25 Oct - 13:05

HRP: donc si j'ai bien compris, Aza attend que l'un d'entre nous lui obéissent ou le combatte, et Ombre n'intervient pas tant qu'on reste à l'intérieur. Donc c'est de nouveau à moi de poster.


Ainsi donc, en toute logique, ce peuple elfique avait quitté Ladeil bien avant la période de la Grande Migration. Il ne savait rien de ce qui avait put se passé par la suite. Cela donnait une idée assez précise à Empousa de l'absence de culture de son employeur. C'est avec un mélange de soupir et de rire qu'elle répondit à son interlocuteur:

-Cela fait plusieurs siècles que les Elfes ont abandonnés cette île maudite. Plus personne n'ose s'y aventurer, hormis quelques fous téméraires. Depuis la Guerre de Malgazann, la simple prononciation de son simple nom est frappé d'interdit dans plusieurs régions de ce continent. Autant vous le dire, vous arrivez en de bien sombres heures. Les Originels, le culte adverse du lapin-humanoïde, vont bientôt déclarer la guerre au Changistes. Les nains risque fort de reprendre les hostilités avec Athée, la ville qui domine le commerce mondial via son impressionnante flotte, Déméria, l'autre pays de se continent, est en pleine guerre civile avec les Nécromants, des êtres capables de contrôler la Mort. Le monde est en train de sombrer dans un indescriptible Chaos. Certains disent même que l'Apocalypse approche. Pour ma part, j'ai seulement l'impression que beaucoup de chose vont changer dans le coin. Les Forêts bougent et de nouveaux peuples font leurs apparitions, que se soit les Nagas, les Nécromanciens ou vous-même.

Cela faisait beaucoup d'informations d'un seul coup, mais la vieille femme faisait confiance au Dynaste pour tout assimiler. Elle n'était pas professeur, elle n'avait pas à prendre son temps pou lui enseigner ce que des siècles d'isolement lui avaient cachés. Elle n'était là qu'en tant qu'informatrice et traductrice. Rien de plus. Et avec un peu de chance, elle pourrais lui subtiliser quelques mèches de cheveux. Ou alors lui en demander, tout simplement.

-Demandez à vos hommes de réunir ici toutes les plantes qu'ils trouveront dans cette auberge, je vous prie. Il en est une qu'il me faut absolument.

Ce serait magnifique si, par le plus grand des hasard, des Edelweiss se trouvaient précisément dans cette auberge. On ne sait jamais.

-Ne sous-estimez pas ces nains. Ils sont habituez à combattre plus nombreux et plus fort qu'eux. Ils viennent de sortir d'une guerre qu'ils ont faillit perdre, et se sont tous des vétérans de multiples batailles. Peut-être que c'est justement votre infériorité numérique qui vous sera favorable. La formation qu'ils utilisent le plus souvent en terrain découvert se nomme "Mur de Bouclier". Ils forment une ligne si compacte que même des océans d'ennemis ne pourraient en venir à bout. Donc je vous conseille, en cas de combat, de ne pas attaquer. Leurs armures sont des plus résistantes et leurs armes parmi les plus dangereuse. Ils sont passés maitre dans l'art de la forge. Si, en plus, ces dernières sont bénis par leur Maitre-Runes, alors vous ne pourrez rien contre eux. J'espère que vos arbalétriers sont habiles, car, à mon avis, l'interstice de leur casque au niveau des yeux est le seul point faible de leur armure. Pour ce qui est de la magie du Lapin-Guerrier et de son sbire, la magie changeante permet la mutation, les transformations d'objets ou d'être vivants. Je me demande d'ailleurs comment il ont fait pour savoir que je ne disais pas réellement la vérité, puisque lire dans les esprits n'est pas dans leurs attributions.

Cela prouve que se sont eux-même des hérétiques puisqu'ils utilisent la magie arcanique. Toujours intéressant à savoir. En jetant un regard par la fenêtre en direction du bâtiment où c'était réfugiés le prêtre-nains, avant que la vue ne soit cachée par une table disposé là par un des gardes, la vieille ricanante eut le temps d'apercevoir les deux humains drapés de rouge.

-Et ces deux là, soit se sont des mercenaires de la Guilde de Zolt, donc des de très grands et très puissants guerriers, soit des membres du Voile des Trois Scorpions, et donc des maitres-assassins. Oou alors se sont simplement des prêtres changistes. Au fait, vous ne m'avez toujours pas dit votre nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esdrin Linordraest
Porteur de Rancune
avatar

Masculin
Nombre de messages : 665
Race : Elfe Narothyne
Classe : Dynaste
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   Lun 25 Oct - 19:17

"Tout comme je l'ai dit tout à l'heure, mon nom est Esdrin Linordraest"

Ile maudite, comme c'était bon à entendre pour les oreilles d'Esdrin, en plus d'avoir perdu leur position dominante les elfes avaient même posé une malédiction sur leur terre natal. Nul doute que la grande Vengeresse allait apprécier cela. Mais la plus belle nouvelle est que le monde est en guerre et dans un chaos sans nom. Rien de mieux pour commencer des négociation. Mais cela ne rendait pas la mission du dynaste plus facile, la preuve on tombe, rien qu'en se baladant, sur des malades fanatiques qui ont envie de sacrifier ses hommes et des vieilles femmes au rire bizarres. Heureusement les femmes bizarres connaissent les stratégies des peuples dangereux de cet endroit, cela réduisait sensiblement l'écart de forces entre les défenseurs que sont les nains et les assaillants que seront les narothynes.

"Ce sont des vétérans ? C'est intéressant. Mais contrairement à ce que tu penses, je ne compte pas les affronter, du moins, pas pour l'instant. Je n'ai que faire d'une victoire sur cette ville qui ferait parler de nous. Je préfère de loin une approche plus subtile et bienséante à une simple confrontation frontale. Pensez vous que je serais venu ici pour faire la guerre avec seulement vingts soldats ? ... Hmm mauvais exemple, je l'ai fait il n'y a pas si longtemps ... Pensez vous que je serais entré ainsi dans la ville pour la détruire ? Ces nains ont beau être de formidables défenseurs, ils n'en restent pas moins des proies faciles pour les gens qui savent utiliser leur tête et les moyens à leur portée"


Esdrin, toujours derrière le bar et sort tout les tonneau qu'il puisse trouver. Il fit signe à deux garde noirs de s'approcher.


"Je connais votre talent en ce qui concerne la picole, mais là c'est pas ce que je vous demande. Trouvez les alcools les plus forts et remplissez en des outres. Si nous devons nous tailler un chemin dans ces nabots autant ne pas y aller de mains mortes"


Le dynaste revient devant son interlocutrice


"Je ne sais pas toi, mais moi j'adore les auberge. Quand j'étais jeune j'étais un videur ... aaaah les belles années que j'ai passé à botter le cul des poivrots"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Murmures des vents à flanc de montagne.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Murmures des vents à flanc de montagne.
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Origine et le Changement :: Le Monde D'Origine :: Déméria :: La Nation de Thalûn-
Sauter vers: