L'Origine et le Changement

Bienvenue sur l'Origine et le Changement; un forum RPG. Plongez dans ce monde médiéval fantastique aux possibilités infinies.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Dim 18 Déc - 16:31


    Alors Vesperina rouvrit ses yeux lentement. Il était subitement passé d'une pièce éclairée à un lieu sombre, la seule source de lumière venait d'une porte ouverte en haut d'un escalier. Vesperina laissa sa vue s'abapter aux ténèbres environnants. Le Sorcier avait encore cette horrible odeur d'encens donnant la nausée en tête. Vesperina remonta sa main jusqu'à la garde de sa dague, seule arme visible chez lui et la moins redoutable, elle était juste là pour ne pas se montrer sans arme, et ça pouvait toujours être utile. Après un moment sans bruit ou sans mouvement, il se détentit un peu et se passa la main dans ses cheveux noirs comme pour les recoiffer. Vesperina avait été obligé de reprendre une apparance plus ordinaire pour cette mission, il avait donc oublié ses cheveux et yeux rouge-feu qu'il appréciait depuis la fin de son apprentissage de sorcier. Il avait prit soin du choix de ses vêtements, ils faisaient de lui une personne plus ou moins banale mais faits pour la marche, ils démontraient aussi son statut de marchand, cela lui évitait de passer pour un simple vagabond. Sa couverture était celle d'un marchand venant de Déméria pour essayer de trouver des contacts commerciaux aux Archipels de Fer, Vesperina avait même prévu un faux nom pour lui et aussi pour son patron et celui du magasin qui l'envoyait ici.

    Vesperina observa un peu autour de lui, il savait bien entendu où il se trouvait, mais c'était seulement un point sur une carte, rien d'autre. Le Sorcier se trouvait dans une sorte de cave avec des murs en pierre, il y avait de nombreux tonnaux en bois, ils étaient plus grands que ceux que Vesperina avait l'habitude de voir en Déméria. Peut-être était-ce la réserve d'une taverne ? La poussière et les toiles d'araignées étaient omiprésentes, ce qui n'était pas incongru dans un tel lieu, mais il y en avait un peu trop à son goût. Soit la personne qui entretenait ce lieu n'était pas portée sur le nettoyage, soit personne n'était venu ici depuis un moment, ce qui intriguait Vesperina. Le Sorcier savait qu'il était attendu par un de ses collègue, mais il y avait personne pour l'accueillir ou surveiller le portail, peut-être était-il en haut ? Heureusement, il y avait un escalier et la porte était ouverte. Vesperina les grimpa, mais lentement et avec prudence, il ne savait pas s'il allait tomber dans la salle principale d'une taverne, et que peu de gens s'attendraient à voir quelqu'un sortir de la cave. Mais il n'y avait aucun bruit, pas de présence humaine ou naine du moins, autre que le vent.

    Ses pensées se boulversèrent dans son esprit, les hypothèses défilèrent sans trouver d'explication à la vue de la bâtisse. Ce qui le frappa en premier était le froid et le vent soufflant, alors qu'il devait se trouver en intérieur. Vesperina observa les restes du bâtiment détruit par le feu, il pouvait même voir le ciel étant donné qu'il ne restait rien du toît, sauf quelques poutres de la charpente branlante et noircie par les flammes. Le vent était glacial, Vesperina le ressentait même au travers de ses vêtements, bien trop froid pour la saison, même en Thalûn. Un tas de papiers roussis par le feu attira son attention, en s'approchant il remarqua que c'était un paquet de numéros du Keldaïn, ce nouveau journal distribué à travers le monde, il était sorti il y a peu. Le chamboulement qui avait reçu n'eut rien d'égal au choc qui le laissa estomaqué et pétrifié. Le journal était daté du 9 Décembre de l'An 1304 !


    - Mais c'est quoi ce bordel... Souffla-t'il doucement pour lui, en essayant de comprendre, mettant en place dans son esprit une théorie tenant la route.

    La seule explication logique était qu'il était resté bloqué dans le flux du portail durant plus d'un mois ! Vesperina comprenait maintenant le froid mordant, l'hiver se mettait en place progressivement. Il ne pouvait sûrement plus remplir l'un de ses objectifs, retrouver la Gardienne des Manuscrits, la piste était déjà froide quand il avait reçu l'ordre, mais avec ce mois en plus, la piste devait être morte. Le contact n'était visiblement plus là, était-ce dû au mois passé ou aux flammes ? Il ne le saurait peut-être jamais, mais il avait encore une mission, enquêter sur "l'explosion magique" dans le nord. D'après les informations qu'il avait reçu à Kel'Eräs de la part de l'Ordre et d'Elvem Adisïl, le contact le plus proche était à trois jours de marche rapide vers le nord. Encore pensif, Vesperina réajusta son sac de voyage sur son dos, il n'avait pas d'autre choix que de subir le vent froid et la route gêlée, si ce n'était les loups ou les brigants, mais il était un Sorcier et dans un état peu enclin à la gentillesse. Le premier provocateur allait sûrement prendre un déchaînement de violence peu habituelle chez Vesperina, du moins sans vraie raison. Le Sorcier sortit alors de la bâtisse et observa la position des chaînes de montagnes au loin, elles lui donnaient au moins l'indication de l'ouest, et donc il pouvait sans se perdre prendre au nord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krogan Drad
Méchant Mj Officiel [MMJO]
avatar

Masculin
Nombre de messages : 839
Race : Eflique
Classe : Mage-tarot / Messager
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mer 21 Déc - 14:22

Le vent était glacial, voilà bien une chose rassurante quand on s’est perdue dans le temps même au milieu du flux de la téléportation, un vent glacial mais certains jours, rien ne semble vouloir tourner correctement, et, alors qu’il marche à pas mesuré de celui qui réfléchit vers le nord et son prochain contact il lève le nez à une odeur. Ho il la connaît à merveille, c’est celle du porc grillé, de sa peau ruis-selant sur le feu de bois, de sa chair s’ouvrant tendrement sans sauce, juste le feu. Mais les nains doi-vent être pressé car l’odeur n’est pas la seul, celle du boudin est aussi présente, elle vient de derrière cette colline au loin… Un bon repas en perspective si il arrive à se faire bien voir par le groupe qui fait son feu dans les montagnes …

A cette instant il pourra décider de sa nature, car, même si il reste une bonne demi-heure de marche, tout homme normalement constitué accélérera pour aller gouté de plus prêt à cette odeur, la curiosité ou l’estomac piquer à vif par les effluvent. Le Buggin lui, ralentira, car c’est dans la volonté qu’il trouve-ra toute sa force à l’instant précis où elle devra exploser et cette volonté est une guerre de tout instant. Ainsi, si le corps, sur une pulsion, veux quelque chose, il est du devoir de l’homme de repoussé cette pulsion au plus profond de son être et de ne se guidé que par sa volonté. Enfin, le guerrier, lui, gardera son pas, l’instinct peut être.

Mais qu’importe sa vitesse, l’odeur se trouve au nord, dans sa direction, le ciel indique la même chose et le vent froid ramène l’odeur du bois qui est utilisé pour faire cuire tout cela. On peut alors supposer nombre de choses, comme le bois qui est utilisé, un maitre en la matière, un habitué, reconnaitra ce-pendant l’odeur du chêne et du sapin ainsi que quelque reste de cette paille qui ressemble tant au chanvre et que les nains fond poussé autant pour la fumé que pour en faire leur habitation. On dit qu’un non nain qui la fume se met à voir les esprits de changement … D’après le papier que Nagorav à publier ça serait plutôt une histoire de molécule contenu dans la fumé qui mènerais à une dépendance et à des hallucinations. Le corps des nains, bien plus résistant aux toxines filtrerais cela … Une chose est sûre, Nagorav a essayé.

Puis, alors qu’il arrive en haut de la colline les choses s’éclaire pour lui, le chêne est un bois de cons-truction que les nains utilise pour soutenir leurs lourdes maisons de pierre et le sapin, bien que rési-neux est tellement présent à cette hauteur qu’il remplace le chêne pour les plus pauvres, après un trai-tement complexe il tiens des propriétés acceptable. Le chanvre lui, sert à faire la chaume … Les maison finissent de brulé et les nains, comme leurs sang sur la neige, de rôtir et de cuire, lentement, en déga-geant cette odeur qui deviens tout à coup immonde, finit le sanglier, finit la douce odeur, acre elle prend au nez et semble vouloir écrasé l’estomac du jeune magicien …

Un petit village, bien loin de sa cible, à quelques heures de marche de son départ, mais un petit village brulé et détruit.

_________________
-"Quit à être un pion autant jouer la plus belle partie ..."
-"Et la danse d'un mage reprenant celle d'un jeu,
Passera dans ce monde silencieuse à vos yeux,
Pour les Drad et la Griffe je marcherais de vent,
Pour la vie d'un secret je danserais dans mon temps."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.krogan.canalblog.com
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Dim 22 Jan - 15:29


    Vesperina pouvait voir, comme dans un rêve éveillé, la danse des flammes sur le village, il pouvait voir le feu se refermer sur les âmes perdues comme une meute de loups et la fournaise dévorer les bâtisses comme la maladie. Il pouvait voir la peur et la panique sur le sol couvert de neige, il pouvait voir le courage et la vaillance de ceux qui défendaient leurs foyers dans le sang et voir leurs vies s'envoler comme des feuilles mortes face au vent. Vesperina avait été mercenaire pour ensuite être sorcier, il avait connu son lot de morts, mais jamais en si grand nombre, et jamais il ne s'était attaquer à des innocents et des gens sans défense. En clair, il n'avait jamais vu le visage de la guerre.

    A première vue, l'attaque devait dater de plusieurs heures, Vesperina ne pouvait pas vraiment le savoir avec certitude, et comme il n'était pas un traqueur, il lui était difficile de comprendre les traces à terre. Mais il pouvait néanmoins supposer d'où était arrivée et repartie la troupe d'attaque grâce à la neige. Qui avait pu faire cela ? Vesperina ne supposait pas que cela puis-ce être une guerre civile, c'était pas le style de la Nation de Thalûn et les bandits de grands chemins n'étaient pas assez stupides pour faire une telle chose. En réfléchisant bien, Vesperina supposait que c'était ces "elfes", mais il n'avait pas beaucoup plus d'information, après tout, un mois dans le flux de téléportation n'était pas le mieux pour se tenir à jour.

    Vesperina s'approcha prudemment des ruines du village, regardant souvent à l'horizon. En tant que Sorcier, il pouvait être dangereux, et il apprendrait sûrement à cette troupe ce qu'était un vrai adversaire, mais Vesperina ne s'en sortirait pas pour autant en vie. Le Sorcier passa à travers les ruines noires de suie en faisant tout pour ignorer les corps disséminés partout autour et dans le village. Après plusieurs minutes d'observation et d'interrogation sur les raisons de cet acte, Vesperina ne trouva rien de vraiment intéressant. Il ne devait pas trop rester par là non plus, il y avait peu de chance que les responsables de l'attaque reviennent, mais une troupe de nains pouvaient toujours venir, et Vesperina n'avait pas envie d'être interrogé durant des heures par eux. Vesperina avait envie de s'arrêter un moment pour manger un peu, mais il maîtrisa son instinct et préféra avancer plus loin avant de le faire, pour plus de sécurité. C'est ainsi que le voyageur luttant contre le froid reprit sa route sortant des ruines du village. Beaucoup de choses de suite, heureusement le Sorcier Ardent avait une assez bonne maîtrise de lui-même et de ses émotions, il était néanmoins un peu estomaqué par un tel massacre. Vesperina ressentait un peu de peine face à ces morts, de toute les nations sous la coupe des religions, Thalûn était celle qui traîter le mieux les Arcanistes et Magiciens.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krogan Drad
Méchant Mj Officiel [MMJO]
avatar

Masculin
Nombre de messages : 839
Race : Eflique
Classe : Mage-tarot / Messager
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Lun 23 Jan - 9:42

[Pas de souci pour le temps,
Encore moins pour la longueur]


Le massacre, un mot si cours pour décrire quelque chose de si long, de bien plus prenant et même si cela semblait s’être passé en un murmure, quelques battements de cœur, les cries résonnaient encore entre les maisons laissé à l’était de cadavre noircie et rouiller par la neige et le feu. La mort, des faces écrasé, explosé par la pression d’une lame, des visages meurtries aux mains qui essayent vainement de retenir vie et boyaux qui s’échappe de leur ventre alors que le sang n’as d’autre choix que de suivre les lois physique et de rependre dans la neige. Sang dans la neige … Trace d’un passage, un signe, un écoulement qui vit encore, comme un signe dessinant des roses, dévoilant des taches que même Rorsach ne pourrais interprétant sans dévoilé aux hommes et aux dieux la vérité sur son être. Un simple regard vers la beauté de la chose rappelle la mort qui l’a fait naitre, et, au-dessus d’elle, une petit fille se vide de son sang, suspendu là sur une lance brisé qui n’as pas fait de distinction entre ses os et sa chaire, l’empalant selon se supplice ancien mais connu … Beauté née de la mort qui entoure de son linceul blanc entaché par les cendres encore fumantes et l’odeur écœurante qui avait fait salivé le magicien quelques instants plus tôt.

La mort est une loi bien plus puissante que toute les autres, et la donnée est un métier, ainsi même Vesperia en mission n’aurait pu faire cela l’âme froide, méthodiquement comme cela a été fait, aucun survivant, rien de gâché aucune vivre ne reste, les gens ont été dépouiller de leurs objet de valeurs pouvant servir en première nécessité, les armes ont été prise, mais le reste est là, gisant sans voix devant la violence de ce qu’il a subit. Les hommes nains, par souci de temps ou par irrespect, n’ont pas été enterré, les choses sont un simple massacre au mot si cours pour décrire tout cela.

Alors qu’il quitte le village, fuyant l’odeur de sang et de charogne, au cœur de la vision d’apocalypse, une ombre bouge, un simple mouvement qui la fait disparaitre dans un bâtiment ouvert aux quatre vents qui semble vide dès que le mage se retourne. Au-dessus, à côté d’une tenture à moitié brulé qui représente un nain buvant une chope surement plus grosse que lui, une pancarte de mauvais gout grince dans le vent : “La bonne flambée”. La taverne méconnu est réveillée par le vent et quelques braisent rougeoient ajoutant leurs son sur le silence de la neige et le grincement des chaines. Là-bas, dans le cœur de la montagne on entend encore les cris de douleurs des morts dont les âmes se sont éloignées du déluge de violence, ou peux être est-ce seulement le vent … Mais alors pourquoi l’atmosphère semble plus lourde ? Le monde plus dense et l’odeur de sang encore plus présente ?

_________________
-"Quit à être un pion autant jouer la plus belle partie ..."
-"Et la danse d'un mage reprenant celle d'un jeu,
Passera dans ce monde silencieuse à vos yeux,
Pour les Drad et la Griffe je marcherais de vent,
Pour la vie d'un secret je danserais dans mon temps."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.krogan.canalblog.com
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Lun 30 Jan - 11:41


    Une ombre, non une personne ? Vesperina ne pouvait le savoir. En tant normal, il ne se serait pas plus inquiété que cela, mais après la vision d'un tel spectacle d'horreur de guerre, le Sorcier était sur le qui-vive. Mais rien ne pouvait confirmer la présence d'un être quelconque, peut-être n'était-ce que son esprit qui lui jouait des tours ou une simple ombre naturelle. Vesperina observa avec attention, cherchant grâce à ses sens une explication, mais cela ne le fit que repartir dans le passé. Aux temps joyeux du mercenariat de sa jeunesse, quand il lui arrivait de dépenser sa solde dans une taverne, ne rechignant pas à rentrer au coeur d'une bagarre pour se divertir. Tout cela était bien loin, depuis que Vesperina était devenu Sorcier, il n'avait plus jamais bu d'alcool, et ses rares problèmes avec la clientèle dans une taverne ne duraient rarement longtemps.

    Vesperina revint à lui en se secouant la tête pour chasser ses souvenirs. Maintenant qu'il observait le massacre dans son ensemble, il lui trouvait une certaine méthodologie. Même si le terme n'était pas le meilleur en de telle circonstance, il trouvait le massacre plutôt "propre". Les manoeuvres durant l'attaque et les instructions par la suite avaient été parfaitement respectées, et cela était en soi plutôt rare. Le Sorcier Ardent eu ironiquement un frisson glacer remonter le long de son dos à la penser d'une troupe d'élite venant sur lui comme il l'avait fait pour ce village. Il n'avait pas vraiment peur, Vesperina savait bien que si cela devait lui arriver, il n'aurait de toute manière aucune chance de survie, mais il partirait au moins en beauté, c'était déjà ça de pris.

    Vesperina ferma les yeux, essayant de se calmer. Il ressentit toute la frustration due aux derniers événements. La découverte de la destruction de son lieu de chute, la mois passer dans le flux d'une téléportation, il avait frôlé la mort ! Le massacre de ce village, et sûrement une troupe d'élite qui pouvait à tout moment lui tomber dessus. Et c'était sans compter les complications et dangers de sa mission d'origine, tel que se retrouver face à des changistes qui avaient d'une manière ou d'une autre découvert son identité, et cette enquête qui n'était pas dans la gamme de mission qu'il effectuait habituellement. Sa main se crispait sous la tension qui régnait dans le corps du Sorcier. Vesperina réouvrit doucement les yeux pour de nouveau voir la taverne au nom sinitre dans le contexte actuel. Une nouvelle vague de souvenirs lui parvint, bien plus lontaine que la précédente. La première fois qu'il était allé dans une taverne avec son oncle Thryar, et inéluctablement le jour de sa mort...

    Comme la fureur d'un dragon, l'énergie arcanique se rassembla dans la main du Sorcier Ardent. Avant même qu'il puisse réfléchir, il expédia attaque sur attaque sur plusieurs bâtiments, dont les restes de la taverne. Cela le libéra de toute ses émotions, il retrouva alors son calme habituel, son âme apaisée. Vesperina se rendit bien compte que cette attaque presque gratuite était stupide. Si cette ombre était vraiment quelqu'un, il pouvait être mort durant l'attaque, et si ce n'était pas le cas, il savait à présent pour la magie du Sorcier, en plus d'avoir une mauvaise image de lui après cet assaut magique. En même temps, Vesperina se décharcha rapidement de ses inquiétudes, cette personne était à présent perdue parmi un village en ruine et il n'était après tout pas très intelligent de jouer à cache-cache dans le dos d'un Magicien. Mais de toute manière, Vesperina doutait beaucoup de la présence d'une personne vivante. Le Magicien se tourna donc vers les possibles cris qu'il avait entendus au loin, ou alors ce n'était que le vent qui lui jouait des tours ? Après un mois sans nouvelle et les attaques de ces "elfes", son contact ne devait même plus l'attendre, mais il serait sûrement toujours disponible là où il était, Vesperina n'était donc pas pressé par le temps. Il décida donc de faire un petit détour en direction de cette montagne, sur quelques kilomètres pas plus, au pire il perdrait une demi-journée de marche.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krogan Drad
Méchant Mj Officiel [MMJO]
avatar

Masculin
Nombre de messages : 839
Race : Eflique
Classe : Mage-tarot / Messager
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Lun 6 Fév - 9:14

Alors que le jeune magicien se retourne vers la montagne après une crise d’énervement innocente qui raviva les feux perdu dans l’oubli et les ténèbres et fil volé dans la aires avec une grâce inconstante le cadavre d’une fillette l’éloignant encore un peu plus de sa poupée chérie que son regard vide cherchait encore par-delà la mort, Alors que son corps sans vie retombait dans la neige dans une crissement de chaleur l’enfonçant un peu plus dans son linceul blanc loin de ce bout de chiffon que les enfants nomme amoureusement Doudou. Alors que les crie dans les montagnes continuait, toujours plus effrayant sous le crissement du panneau de l’auberge dont le mauvais gout n’était plus à définir après avoir vue le cadavre roussit de la jeune fille qui était à l’intérieur. Alors que tous ces évènements inno-cents se passaient l’Ombre elle, se révéla…

Œil sombre aux paupières irisé déchirant le vide dans un crie sans mots, sans douleurs, et sans sons, le monde attendit quelques instant que les deux pants des paupières s’ouvre dans les flammes de l’enfer. Mais rien n’y fit, derrière ce portail des plus sombres une silhouette se présentait, au milieu d’un vieux moulin dont la farine ne contenait que quelques traces de pas : Les siennes et celle d’un vieille homme qui semblait boité.

Alors, à quelque centimètres au-dessus du sol l’œil pleura un premier pied et finit par lâcher ce corps douloureux avant de refermé enfant dans la clémence et la douceur de cette bonne flambé qui luisait encore faiblement dans la taverne rappelant à la vie cette odeur âcre qu’à le porc à la cuisson et que l’humain à la grande fierté de posséder aussi. Doucement, comme dans une rêve, le vent se calme et le monde semble oublier ce qui se passe sous les pieds des deux hommes si se font face.

Visible ou non, le petit scarabée est prêt à faire son office, calme et serein il attend de voir des traces de magie pour les révélé à son nouveau maitre. Bijoux ou être vivant il est le sauveur du futur dans ce monde ou la douleur et l’odeur d’un boudin juste cuit à point se fait sentir. Au milieu des flammes mourantes, du vent et de la neige une longue discussion se prépare.

[Je n’interviendrais normalement pas pendant votre discussion,
Vous pouvez décrire votre village comme vous le voulez en restant dans l’idée,
Pardon du retard pour Vesp’,
Bon Rp, Je vous surveille.]

_________________
-"Quit à être un pion autant jouer la plus belle partie ..."
-"Et la danse d'un mage reprenant celle d'un jeu,
Passera dans ce monde silencieuse à vos yeux,
Pour les Drad et la Griffe je marcherais de vent,
Pour la vie d'un secret je danserais dans mon temps."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.krogan.canalblog.com
Le Mercanti
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 57
Race : Humain
Classe : Zolt/Assassin
Date d'inscription : 26/10/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mar 6 Mar - 20:22

Cet endroit ne lui disait rien qui vaille. Et l'homme devant lui, non plus. Surtout à cause du cadavre de fillette, finalement.

***********************************************************************

Sa dernière mission s'était terminée de façon assez... chaotique. A deux doigts de la mort, il n'avait eu son salut que grâce au Mage. Il se souvenait qu'il était intervenu. Comment? C'était un peu trouble dans sa mémoire : il y avait un rapport avec le cadavre du gnome...
Ensuite, il avait perdu connaissance. La fatigue, ses blessures et la fin de sa méditation de combat l'avaient vidé de toute force, et ramené à la réalité, ou plutôt dans les brumes du sommeil.
Au bout d'un court moment, il s'était réveillé, au rez-de-chaussée du moulin. Il était allongé sur les restes du plancher de l'étage, découpé en rond tout autour de lui. Au dessus de lui, les bords du plancher fumaient encore, et la nuit était encore tombé. Il n'avait donc que très peu dormi.
Le Mage l'observait, dans son fausse et inquiétante vulnérabilité. Ses mains luisaient d'une légère lumière orangée, qui se rétracta au moment où l'assassin cligna des yeux. Le vieillard lui lança alors :

"-Très bien, tu es réveillé. Tu vas pouvoir partir pour ta prochaine mission. Oh, et ne t'inquiètes pas pour tes blessures ou ton équipement : je me suis occupé de tout. Évite juste les mouvements trop brusques pour la journée, et tout devrait aller pour le mieux."


L'assassin s'était alors relevé, et avait hoché la tête en guise de remerciements. Il avait prit alors le parchemin sur la table. Et alors, il remarqua certaines... différences avec les autres parchemins.
D'abord, les têtes dessus semblaient... bouger. Vraiment.


"-Ce parchemin est légèrement différent d'un ordinaire : c'est le Parchemin du Forfait. Il montre automatiquement la tête de ta cible, et te précise tes ordres de mission si tu y penses. J'ai pensé qu'il te serait utile, alors sers-t'en."


Le Mercanti observa alors un peu le parchemin en silence, puis pensa à sa prochaine mission : aussitôt, les ordres du Mage se virent entendre dans sa tête :

Spoiler:
 

Pendant que les ordres circulaient dans sa tête, le Mage traça un cercle avec sa main dans les airs. Aussitôt, un portail s'ouvrit devant Le Mercanti, vers un autre lieu, vers sa prochaine mission. Mais avant d'y rentrer, il regarda derrière lui...
Et vit le corps de la jeune femme, à côté du Mage, ayant elle aussi traversé le plancher de la même façon que lui. Il ouvrit la bouche, puis finalement la referma. Ce n'était pas ses affaires. Tant pis.
Et, en se retournant une dernière fois, il entra dans le portail...

************************************************************************

Et voilà. Il était ici, bel et bien dans un lieu peuplé de cadavres, devant le magicien mentionné dans sa mission et dessiné sur son parchemin. Il restait maintenant à le convertir à ses besoins. Tâche compliquée, surtout qu'il n'avait pas l'air commode.
Rapidement, il l'observa; pas grand chose à dire, mis à part ses habits; un magicien, oui, mais surtout, il n'avait pas l'air d'avoir des vêtements chauds, par ce froid. A noter.
Puis, il se lança :


"-Bonjour Monsieur. Peut-on s'installer dans un endroit un peu plus... propice à une discussion? Nous avons beaucoup de choses à nous dire, et le mieux serait de le faire quelque part au chaud."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mer 7 Mar - 17:01

    Un homme à l'allure sinistre sortit du portail, son visage n'était pas visible et il semblait être un combattant en vue de son équipement et démarche. Peut être n'était-il pas un Magicien, mais Vesperina ne pouvait pas encore en être sûr, après tout, il était sorti d'un portail. Il ne s'était pas présenté, mais Vesperina comprit alors qu'il n'était pas un membre de l'Ordre des Magiciens, ni une personne travaillant pour Elvem Adisïl, sinon il lui aurait signalé dès le départ pour enlever la tension d'une telle rencontre, et rare était les gens voulant avoir en face d'eux un sorcier tendu. Le "monsieur" confirmait qu'il était peut-être un arcaniste ou en lien avec des maîtres des arcanes, et qu'il cherchait vraisemblablement à prendre contacte avec lui, sans pour autant le connaître. Vesperina était un peu préoccupé, il était quelqu'un qui aimait, certes pas contrôler, mais du moins comprendre et prévoir la situation. Le Sorcier fit même un pas en arrière, non par peur, mais plutôt comme un guerrier prenant un peu de distance pour combattre. Même si cela n'était pas actuellement l'intention de Vesperina, cela avait été un acte instinctif. Vesperina prit une pause plus décontracté, comme s'il venait de rencontrer un vieil ami.

    - Salutation Sieur Ombre. Vous désirez un lieu plus agréable dans ces terres froides ? Si vous le voulez je peux rallumer les feux de joies qui se trouvent derrière vous. Dit-il en désignant le village réduit en cendre par les flammes. Mais si les feux de camps ne sont pas à votre goût, et si comme vous l'avez dit, désirez être au chaud. Nous pourrions aller à "La bonne flambée", une taverne de premier choix, enfin je le suppose, même si actuellement il ne doit rester là-bas que de la viande trop cuite... Continua le sorcier, sur un ton provocant, voir présomptueux et insolant. Mais avec un sourire ironique censé représenter le visage radieux d'un brave serviteur servant son maître avec joie.

    Vesperina y allait fort, trop fort même. Cela ne lui ressemblait pas, il était certes parfois sarcastique, mais jamais en temps normal il n'aurait été méprisant et aussi peu respectueux des morts et de la ruine environnante. Il resta un moment à observer l'étranger, avec un regard perçant comme celui d'un aigle. Il voulait surtout tester ses réactions, savoir de quel bois la personne en face de lui était fait. Vesperina ne resta pas longtemps à le faire, il ne voulait pas créer une animosité permanente aussi rapidement. Le sorcier se pencha légèrement vers l'avant, la tête basse, pour s'excuser. Son visage reprit un air plus sérieux, et parla cette fois d'une voix plus calme, effaçant toute trace de sarcasme.

    - Je vous prie de bien vouloir me pardonner, Sire. Je voulais voir qui vous étiez, mes paroles n'étaient qu'une bravade pour voir votre réaction. Déclara sincèrement le Magicien. Je suis Kenyon Durand, mais si vous le voulez bien, nous devrions ne déplacer par là-bas. Dit-il tout en désignant de la main une montagne, à plus ou moins une dizaine de kilomètres.

    Vesperina reprit alors le sac qu'il avait laissé tombé à la vue du portail, et réajusta quelques peu ses vêtements de marchand. Il avait donné un faux nom, en même temps, il était déjà sous une autre identité ici, comme un simple marchand voyageant vers les Archipels du Fer. Il n'avait pas à cacher grand-chose pour le moment, mais il ne dirait pas de lui-même qu'il était un Arcaniste, et encore moins un Magicien. Avant de partir, le Sorcier se tourna vers le village et joignit ses mains ensemble, avant de murmurer une prière silencieuse: Reposez en paix. Certes, les Magiciens ne croyaient pas en l'existence des dieux, mais ils avaient déjà eu la preuve de l'existence des esprits des morts, et leur apporter le respect qui leur est dû était aussi important aux yeux des membres de l'Ordre. Vesperina fit en sorte de prendre la route tout en laissant l'étranger marcher à côté de lui à son niveau, il n'avait nulle envie pour le moment de lui laisser son dos ouvert, mais n'avait pas envie de faire affront en faisant de même. Le Sorcier gardait quand même une distance de deux mètres avec le guerrier, après tout il ne le connaissait pas encore, discrètement, il ne le quittait pas des yeux, il se préparait, on ne savait jamais après tout.

    - Puis-je savoir qui vous êtes ? Je pense que vous me devez plus de réponses que de questions. Si vous venez chercher combat, je vous répondrais que je n'aime pas particulièrement me battre, mais vous auriez tort si c'était le cas. Et si jamais vous voulez le savoir, non je ne sais pas qui a détruit ce village, mais j'espère ne pas tomber dessus durant mon périple.

    Dans les montagnes aux loin, les cris persistaient encore, ou alors n'était-ce que le vent soufflant sur les flancs de la montagne ? Vesperina marcha à un rythme posé, ne lâchant pas des yeux le guerrier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Mercanti
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 57
Race : Humain
Classe : Zolt/Assassin
Date d'inscription : 26/10/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Ven 9 Mar - 22:13

Le Mercanti soupira pendant le discours du magicien. Génial. Un cynique. La mission commençait bien.
Quelque part, il y avait des chances qu'il soit un peu en état de choc, devant le massacre du village. Lui était habitué à ce genre de scènes, et à la perte de contrôle de ceux qui n'y étaient pas habitués. Une vie de mercenaires et d'assassinat finissaient par vous blaser des actes les plus horribles.
Il attendit donc calmement que le magicien termine son discours, se calme, avant de repasser aux choses sérieuses. Lorsqu'il se tut, et qu'il commença à le dévisager, l'assassin soutenu son regard perçant par ses yeux jaunes, en croisant les bras. Si il espérait qu'il se laisse dominer par son petit discours, il allait devoir revoir son jugement.
Puis finalement, le magicien se calma, et donna son nom. Kenyon Durand. Pendant qu'il pointait le lieu de leur voyage collectif, l'assassin mit sa main sur le bijou de son épaule :


"
-Le Mage?
-Hhmm?

-C'est un faux nom, n'est-ce pas?

-Yup. Mais ça n'a pas d'importance, joue le jeu."


Il retira sa main au moment où "Kenyon" regardait vers sa direction. Bon, au moins, c'était un homme prudent. Un bon point pour lui.
Il le regarda, indifférent, faire une prière aux morts. Dans son travail, on ne croyait pas vraiment aux dieux. On vivait pendant une, deux ou plusieurs décennies, puis on mourrait; normalement, après, il n'y avait rien. Même si il avait pu être un bon témoin, sa mémoire avait refusé d'enregistrer ce passage de son existence.
Ils allaient pouvoir partir : mais avant, plusieurs choses devaient être faites : sa présentation, pour commencer :

"-Appelez moi Le Mercanti. Ce sera largement suffisant. Pour ce qui est du combat, rassurez-vous, je ne suis pas venu pour cela, même si ma parole ne suffira sans doute pas pour vous convaincre. Je suis venu pour vous proposer un marché.
Mais nous parlerons de tout cela dans un endroit plus... propice, à une discussion. Par ce froid, rester trop longtemps au même endroit sans source de chaleur risquerait d'être fatal.

Nous ferions donc mieux de nous mettre en route le plus vite possible vers cette montagne. Mais savez-vous ce qu'il y a là-bas? Sinon, nous pourrions essayer de nous installer ici, ce serait même plus sûr, dit-il en pointant une maison dont il restait un bout de charpente noirci par les flammes"


Puis il attendit la réponse du magicien. Même si cela ne l'enchantait guère de partir vers l'inconnu sans qu'il ne soit sûr du comportement de son compagnon, il serait obligé de le suivre si celui-ci voulait absolument se déplacer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Sam 10 Mar - 15:55

    Le Mercanti resta de marbre, pas de colère, pas d'indignation, rien. Même pas un simple haussement de sourcille, s'en était désespérant. Malheur, il était tombé sur une personne sérieuse... La conversation n'allait pas être particulièrement joyeuse à première vue. Vesperina qui était quelqu'un qui aimait par nature faire l'imbécile pour détendre l'atmosphère n'allait pas être gâté par ce guerrier, mais sur le moment il était trop occupé à faire bonne impression, le sorcier n'avait pas envie de se faire passer au fil de l'épée. Vesperina écouta le Mercanti, il était prudent dans ses paroles, il essayait vraiment de le convaincre, ce qui en soi était encore plus perturbant, pourquoi lui ? Le Mercanti, Vesperina n'avait d'un coup plus trop de remords à avoir menti sur son nom, qu'est-ce qu'était-ce que ça ? était-ce seulement un nom ? Le Sorcier avait du mal à imaginer quelqu'un vivre avec un tel nom, "m'enfin", comme il disait parfois, ça n'avait pas tellement d'importance. C'était vraiment suspect, un marché ? Il parlait beaucoup pour ne pas dire grand-chose, cela lui rappela les politiques, il ne les aimait vraiment pas d'ailleurs, mais s'amusait beaucoup avec eux, personne n'aimait mettre un sorcier en colère, sauf s'il était plus puissant que lui.

    Le Sorcier n'avait pas vraiment de réponse, il n'avait pas avancé d'un pouce dans l'explication de la venue de Mercanti. Vesperina n'avait pas envie de rester dans ce tombeau à ciel ouvert, ceux qui pouvaient avoir fait cela pouvait revenir, même s'il y avait peu de chance, il restait aussi les autorités naines. Non, il n'allait pas demeurer ici plus longtemps. Vesperina fit un signe de la main à Mercanti pour lui signifier de le suivre. C'était une manière très amicale de lui demander de l'accompagner, comme si Le Mercanti était un de ses vieux amis. Peut être n'était qu'une habitude chez le Sorcier, ou alors une nouvelle manière de juger du caractère du guerrier ?


    - Quel marché ? Dit-il. C'était direct, simple et clair. Qui vous a ouvert ce portail, ou alors est-ce vous ? Que me voulez-vous exactement, que savez-vous de moi ? Arrêtez de parler pour ne rien dire, soyez direct et franc, je ne suis pas un Noble qu'il faut flatter et charmer.

    Vesperina voulait vraiment obtenir des réponses, il n'aimait pas tellement cette situation. L'énergie arcanique circulait déjà dans ses mains, mais seulement à l'intérieur, caché, il n'était vraiment pas en confiance pour le moment. Le Sorcier était prêt à libérer sa puissance en un battement de cil, de quoi percer un mur de pierre, ou alors de détruire la poitrine d'un homme, juste de quoi passer son bras à travers par la suite. Mais la Sorcellerie était comme l'escrime, il pouvait tuer ce Mercanti d'un coup, comme le raté et mourir par son épée. En fin de compte, il n'aimait pas le rapprochement, cela réduisait ses chances...

    - Nous devons voir ce qu'il se passe par là-bas. Vesperina parlait bien entendu de la montagne. Nous devons savoir ce qu'il nous attend pour le moment sur ces terres, est-ce une guerre civile, des bandits de grands chemins ou alors une vraie guerre ? En fonction, le voyage que nous ferons sera différent, ses dangers aussi. Et la marche nous réchauffera, je pense. Dit-il en chantonnant, un sourire aux lèvres, tout en essayant de se réchauffer les mains.

    Et voilà qu'il utilisait le "nous", Vesperina avait drôlement vite adopté son nouveau compagnon, c'était bien une Vesperinisation comme disait certain pour rigoler. Une nouvelle manière de taquiner Le Mercanti, après les questions soupçonneuses, un parler amical et une atmosphère détendue. Cela avait le don de troubler de nombreuses personnes. Il chercha dans une poche ses gants en laine, avant de les remettre. Vesperina ne comptait pas les détruires en utilisant sa magie, mais ça n'allait pas l'empêcher pour autant de le faire, juste qu'il n'avait qu'une paire et qu'il faisait plutôt froid. Pour le moment, Le Mercanti avait plus ou moins l'avantage sur lui, ce qui avait le don d'énervé le Sorcier, au moins celui-ci ne connaissait pas encore sa magie, peut-être savait-il qu'il était magicien, mais pas un sorcier pour autant, c'était le meilleur élément de surprise qu'un magicien gardait dans sa manche en temps normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Mercanti
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 57
Race : Humain
Classe : Zolt/Assassin
Date d'inscription : 26/10/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Ven 16 Mar - 21:53

"Kenyon" voulait finalement se déplacer. Quelle galère. Même si rester ici risquait de s'attirer des ennuis, au moins, on savait à quoi on s'attendait. Alors que cette montagne ne lui disait rien qui vaille. Sans doute à cause de ses anciens souvenirs, son jugement était faussé; il n'empêche, il aurait bien préféré rester assis pour parler au calme, plutôt que devoir exposer des parties de sa mission dehors, au grand air, disponible dans les oreilles de n'importe qui. Enfin. Il fallait y aller.
Après un soupir, il suivit le magicien, et marcha à ses côtés vers la montagne. Même si il n'avait pas beaucoup de moyens de le convaincre, autant être franc. De plus, le scarabée sur son épaule commençait à s'agiter. Mauvais signe.


"-Très bien. Je passe le premier, suivez-moi."

Sans lui laisser le temps de répondre, et en passant devant le magicien, Le Mercanti se dirigea d'un pas rapide vers la fin de ce qui restait du village, en direction de la montagne enneigée. Tout en marchant, il parla avec le magicien :


"-Je vais essayer de répondre à vos questions, le mieux que je puisse. Moi même, je ne peux pas tout vous dire sur ce marché, principalement par ignorance.
Je ne peux pas vous dire qui a ouvert ce portail; il s'agît du commanditaire de ce marché, dont j'ignore pratiquement tout. Je sais juste qu'il est puissant et influent, et qu'il pourrait sans doute trouver un accord commun avec vous.
Ensuite, de vous? Franchement, je ne sais rien, sinon que vous êtes magicien. J'ai été envoyé ici par la volonté de mon commanditaire, qui m'a à peine expliqué ces quelques informations; mais j'aurais sûrement besoin de vous, pour effectuer ma mission."

Le Mercanti s'arrêta alors brusquement, et se retourna vers "Kenyon". Il poursuivit alors à voix basse :


"-Malheureusement, celle-ci concerne un homme également puissant, un magicien; je me doute qu'il soit déjà en train de nous espionner, donc je ne révèlerais ni son nom, ni la mission à effectuer, avant que nous soyons dans un lieu sécurisé. Nous parlerons plus en détail de cette mission plus tard, lorsque nous nous arrêterons pour bivouaquer dans un lieu clos."

Puis, il reprit leur route commune, en laissant au magicien le soin de digérer toutes ses informations. Après quelques pas, il poussa un soupir, qui laissa échapper des volutes de fumée de son nez. Maintenant qu'il y pensait, il en avait peut-être un peu trop dit. Voilà ce qu'il se passait quand on parlait enfin avec une personne moins bizarre que le moyenne, et qui ne voulait pas vous tuer. Enfin, tant pis maintenant. La vie d'assassin au service de magiciens était, somme doute, assez stressante.

"-Une dernière petite chose : pourriez vous me dire si vous avez une idée, au cas où nous rencontrions des nains ou d'autres personnes? Par ce dernier pillage, nous risquons d'être des suspects idéaux."


Pendant ce temps, le village derrière eux s'effaçait sous une nouvelle tombée de neige, recouvrant cendres et mort du manteau blanc de l'oubli...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Sam 17 Mar - 19:28

    Alors là... Alors là, c'était le comble ! Vesperina était prêt à exploser de rire, mais il se contrôla, surtout quand le Mercanti se retourna brusquement vers lui pour lui parler à voix basse. Le Sorcier resta de marbre, du moins il se contenta de sourire gentiment durant que le Mercanti parlait, mais dans son esprit, il était déjà en train de suffoquer de rire. Ce guerrier n'était-il pas un peu bête ? Vesperina trouvait étrange tant de franchise, tellement qu'il avait d'abord redouté un mensonge, mais si c'était le cas, il était réellement inutile. Un vrai mensonge dans une telle situation aurait été de dire qu'il partait tuer un changiste par exemple, pour ensuite l'utiliser et ne pas accomplir ce qu'il avait déclaré, en sauvant ou aidant le religieux. De même, pour un Magicien, il aurait pu lui mentir en disant qu'il devait aller l'aider, avant de tuer sa cible après s'être servi de lui, là il aurait été rusé. Enfin, même si de toute manière, Vesperina aurait été soupçonneux jusqu'aux bouts des ongles, même face au meilleur baratineur du monde. C'était étrange, et c'était là qu'il trouvait la bêtise de Mercanti, comment pouvait-il croire sincèrement que lui, un Magicien allait l'aider à tuer un autre Magicien ? Comment pouvait-il croire qu'il allait aider une personne qu'il ne connaissait pas à tuer un Magicien qu'il ne connaissait pas ? Et cela même s'il était envoyer par un Magicien qu'il ne connaissait pas non plus. Accompagner un étranger envoyé par un Magicien inconnu pour tuer un Magicien anonyme ? Ce Mercanti ne connaissait sûrement rien au monde des Maîtres des Arcanes, mais là, c'était simplement du simple illogisme. Vesperina était enfin calmé, il avait réussi grâce à Mercanti lui-même à prendre l'ascendance, même si ce n'était qu'un peu, sur la situation.

    Enfin de compte, ce Mercanti n'était rien d'autre d'un pion, mais un pion dangereux. Il n'était là que sur ordre d'un magicien, mais il avait vraisemblablement fait capoter la mission. Ou alors était-ce le magicien qui était stupide ? Un marché avec lui pour tuer un magicien qu'il ne connaissait pas, sans rien en retour ? Mais c'était passablement débile ! Ou alors c'était Mercanti qui avait eu comme but initial de le manipuler, mais qui avait plus ou moins fait avorter ce plan par sa franchise troublante. Bon, que devait donc faire Vesperina ? Il n'allait pas lui mentir, il allait simplement pas tout lui dire. Même si les mauvaises langues appelaient cela un mensonge par omission.


    - Je ne suis qu'un simple marchand, Kenyon Durand, en route vers les Archipels de Fer. Et vous, Le Mercanti, un mercenaire qui a pour contrat d'être le garde du corps d'un pauvre marchand sans défence dans ces terres sauvages. Je pense que cela suffit largement si nous venions à tomber sur les autorités de Thalûn. Et n'oubliez pas, je ne suis qu'un simple marchand, je vois mal comment des gens pourraient croire qu'un simple guerrier et un homme n'ayant qu'une simple dague puisse être les responsables d'un tel massacre, et même deux magiciens normaux n'arriveraient pas à faire cela aussi proprement, il faut une force armée coordonnée pour faire une tuerie aussi bien orchestrée.

    Averruncus continua sa marche, tout en subissant le vent froid. Lui qui était habitué au climat tropical d'Elvem Adisïl, il avait un peu de mal avec un tel froid. Mais en même temps, cela lui rappelait sa jeunesse en Déméria, quand il était encore qu'un simple gosse avec un épée.

    - Alors, ce contrat ? Je sais que je suis un être bon de nature, mon âme est bienveillante, mais même avec ça, il me faut une raison tangible pour vous suivre dans votre démarche d'assassinat, ce que je suppose, vous parlez de marché, de magicien et de commanditaire, ce n'est sûrement pas pour allez boire un coup avec lui. Dit-il joyeusement, un large sourire au visage, c'était limite si Vesperina ne tournoyait et dansait pas tout en parlant.

    Vesperina allait pour le moment rester dans le schéma du personnage étrange. Il y avait peu de chance pour qu'il privilégie ce Mercanti au Magicien que ce guerrier voulait tuer. Pour le moment, il allait se contenter de le suivre, de l'écouter, et au pire de continuer sa route plus tard. Il fallait pas non plus prendre le Sorcier pour un idiot, sous son insouciance, il pouvait être sérieux, sans compassion et parfois même retors.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Mercanti
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 57
Race : Humain
Classe : Zolt/Assassin
Date d'inscription : 26/10/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Sam 24 Mar - 21:11

Au moins, leur couverture est assurée; pourvu que les autorités de Thalùn ne fassent pas trop de zèle, au niveau de l'identité du Mercanti, pour son passé d'assassin; même si tout le monde devait le croire mort, il avait déjà commis un nouveau fait d'arme, et il ne savait pas si il était déjà recherché à nouveau. La seconde faiblesse de cette couverture pouvait sans doute venir de "Kenyon", qui, étant magicien, devait être quand même connu... mais sinon, ça devrait aller. Mouais.

"-Cela pourrait être une bonne idée, mais il faudrait revoir certains points, au cas où. Et peut-être prévoir un plan d'urgence; si on vous reconnaît en tant que magicien, nous n'aurons plus le temps d'en faire, et je ne veut pas garantir notre survie sur vos impressions. Nous en reparlerons plus tard."

Il avait été un peu froid; mais son compagnon lui semblait hélas difficile à tenir, et arrogant; il fallait sans doute vite lui faire comprendre qu'il n'était pas son camarade de jeu, mais seulement son associé pour une période courte ou non, pour en tout cas un objectif commun. Point.
En parlant d'objectif commun... Il ne l'était toujours pas d'ailleurs. Il n'avait toujours pas accepté le marché, maintenant qu'il s'en rendait compte. Il s'était laissé avoir par le caractère de son compagnon. C'était dangereux, pour quelqu'un de son métier : si il se laissait amadouer par la première personne avec encore un peu de joie de vivre qu'il croisait...


"- Nous ne savons pas si cet endroit est sûr; il n'est pas prudent de révéler tout de suite l'objectif de cette mission; et je ne pense pas que vous voulez parlez d'un prix avant de connaître ce que nous devons faire. Attendez donc ce soir, un lieu un peu plus sûr... ou alors, vérifiez par vous même, avec votre magie, si nous sommes bel et bien surveillés?"


Cette remarque, glissée sur le ton de la conversation, avait bien plus de réflexion qu'elle n'en avait l'air : et d'une, elle testait le comportement de son compagnon; allait-il accepter, pour sa curiosité, ou refuser, voir le quitter? Même si c'était dangereux, il préférait n'avoir aucun compagnon qu'un compagnon instable, trop indépendant et propice à lui tirer dans les pattes dès que la situation lui permettait. Ils partaient affronter un magicien, quand même!
De deux, cette remarque offrait la possibilité de voir la magie de son compagnon à l’œuvre; si il ne le pouvait pas, tant pis : au moins, c'était une idée à rejeter pour un possible plan d'attaque. Mais si il le pouvait... au moins, l'assassin pourrait voir à quoi ressemble sa magie, et peut-être même demander au Mage de quel type de magie il s'agît : bien que discret, il était, d'une certaine façon, lui aussi présent en ce moment avec eux...
Enfin, dans le cas où il faisait vraiment une reconnaissance des lieux, ils seraient enfin fixés sur la situation. La neige était bien trop utile pour une embuscade, ou pour un espion à la recherche d'informations... Avoir un coup d'avance sur ceux qu'ils pourraient affronter était un bonus appréciable.

La balle était maintenant dans le camp de son compagnon. Les prochaines actions reposaient sans nul doute sur ce qu'il allait faire maintenant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mar 27 Mar - 15:31

    Vesperina s'arrêta net, plutôt brusquement. C'était plus le ton que les paroles qui avait fait réagir le Sorcier, il ne lui plaisait pas, mais pas du tout. Vesperina resta là, figé, pendant un moment, comme s'il avait vu surgir un prédateur de sous la neige. Sans tourner la tête, son regard se figea sur le Mercanti. Son regard de côté était froid et dur, comme celui d'un prédateur pour ses proies, mais on pouvait aussi y déceler une légère colère. Alors qu'il y a peu, il était confiant et calme, la situation l'énervait de nouveau, mais ce qui était nouveau était cette légère colère, ou plutôt irritation envers Le Mercanti. Vesperina ferma les yeux, courbant légèrement la tête, comme en reflexion. Il fit un court instant de travail sur lui-même, pour remettre en ordre ensemble la logique et les sentiments. Le Sorcier regarda de face de nouveau le mercenaire, mais cette fois, il était calme, il n'était plus le gentil camarade ou l'arrogant Magicien, il était tout simplement sérieux, rien de plus.

    - Je vais être franc, vous commencez à m'emmerder Le Mercanti. Dit-il, sur un ton parfaitement calme. Les Magiciens sont des êtres de raison, faite donc parler votre logique dans vos propos, je rappelle que c'est vous qui êtes venu à moi, pas le contraire. Votre paranoïa commence aussi à m'irriter... Si un Maître des Arcanes est capable de m'espionner sans que je le sache, alors il pourra le faire partout, même au coeur d'une montagne. Et s'il est capable de nous espionner, alors vous devriez savoir pourtant qu'il est déjà au courant de tout, c'est pourtant simple, pas besoin d'en savoir plus pour se préparer, vous êtes là pour lui et je peux sûrement vous aider. S'il nous observe, c'est qu'il a une bonne raison de le faire, et donc se préparera à être votre cible, et cela même si vous ne donnez pas son nom. De plus, s'il est capable de ça, je n'aimerais sûrement pas l'affronter, pour deux raisons. De un, il aura toujours un coup d'avance sur nous, parce qu'il ne nous quittera pas des yeux, difficile alors de l'attaquer. Deuxièmement, parce qu'à ce niveau, sa puissance doit être plutôt terrifiante, même pour moi, un Magicien. Alors c'est simple, je comprends votre prudence pour son nom et les détails de la mission, mais pour ce qui est de la prime, de ma prime, je veux en connaître le montant. Même si je doute presque que ça soit de l'argent, il faudrait payer cher pour faire travailler un Magicien comme mercenaire. Alors, quel est le type de payement que vous allez faire pour mon travail ? Donnez moi votre réponse, et je vous répondrais de suite, si je continue avec vous ou pas, ne continuons pas cette pseudo-comédie et jeu politique de taverne. Mais sachez une chose, l'argent ne m'intéresse que peu.

    Vesperina avait été plutôt franc, il n'avait que légèrement mentit, sur ce fait qu'il ne pouvait pas ce cacher d'un magicien, mais c'était quelque chose de difficile et d'incertin, c'est pourquoi dans le fond il avait raison.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krogan Drad
Méchant Mj Officiel [MMJO]
avatar

Masculin
Nombre de messages : 839
Race : Eflique
Classe : Mage-tarot / Messager
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mer 4 Avr - 7:09

Il existe des êtres, même parmi les hommes, même parmi les choses qui ont un cœur et non seulement un boulet au pied qu’il traine lamentablement dans la neige rependant le sang de par leur passage et leurs vie. Pourtant, même à quelques centaines de mètres du carnage peux de ses êtres là aurait pu débattre comme ses deux-là, sans se soucier des morts, en riant avec un sadisme incertain alors que l’odeur du carnage tenait leurs narine en éveil et que le doux parfum du poil roussit laissant l’estomac retourné au rappel du nombre de personne froidement abattue, des enfants laisser là et des poupées qui ne trouverais plus jamais le réconfort de doux bras féminins.

L’odeur de la mort ambiante ne les gênait en aucun cas mais qu’en serait-il de ce point qui descendait la montagne en courant, il arrivait d’un col non loin et serais là dans une dizaine de minute, peux être moins alors que la neige qui crissait sous ses pas trop lointain aurait pu réveiller des oreilles d’elfe mais celle d’humain restait sous la complainte du vent montagnard et des pleures du bois déchiré.

Alors qu’il finissait leurs paroles le point se précisait, il courrait dans la neige comme on court sur l’herbe fraiche avec l’habitude de l’homme qui ne connais qu’elle, non, il glissait en fait, sa vitesse était bien trop impressionnante pour celle d’un homme cour. D’autant plus qu’il n’avait rien d’un homme, petit, trapu, il était de la même race que les morts rependus dans les fleurs rouge de la neige si blanche et pure. Habiller de fourrure et coiffer d’une touffe de cheveux trop sale pour avoir vue de l’eau cette semaine le nain glissait doucement, sans un bruit dans l’étendu blanche et râpeuse des sommet escarpé qui faisait face aux deux amis de longues date qui se demandait quel serait la meilleur façon de s’entretué en silence.

Un autre chose allait surement choquer le mercenaire, le scarabée s’était mis à s’agité sans bruit, sure-ment un marque de son esprit qui lui rappellerais les souvenir passé, ou plus précisément une légère pulsation de magie presque aussi invisible que les mains de Vesperia. Ou peux être serais-ce les traits bourru et souriant de se visage qui se dessinait à son tour alors que le point continuait à grandir et dont la cible ne faisait plus aucun doute, les deux survivants …


[Il arrive a porté de voix à mon prochain post, et vous commencer à vraiment discerné son visage à la fin de vos post.
Le personnage sera plus profondément décrit dans celui-ci,
Bonne chance]

_________________
-"Quit à être un pion autant jouer la plus belle partie ..."
-"Et la danse d'un mage reprenant celle d'un jeu,
Passera dans ce monde silencieuse à vos yeux,
Pour les Drad et la Griffe je marcherais de vent,
Pour la vie d'un secret je danserais dans mon temps."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.krogan.canalblog.com
Le Mercanti
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 57
Race : Humain
Classe : Zolt/Assassin
Date d'inscription : 26/10/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mer 11 Avr - 20:24

Suite au manège de son compagnon, Le Mercanti en tira un ressentiment qui lui fit serrer les poings, empourprer les joues et durcir son regard. Après une vie faite d'indépendance et de solitude, on appréciait très peu de se faire remettre à sa place par un jeune magicien, même lorsqu'il avait raison. Ces paroles, par leur ton, leur vocabulaire et leur forme, l'avaient bel et bien touchés, lui d'habitude calme et indifférent. Dans sa tête se disputaient une colère sombre et primaire, qui mourrait d'envie de voir le sang de ce petit mage arroser la neige blanche par vengeance, et son sang-froid. Celui-ci lui rappelait qu'il avait besoin de lui pour sa mission, et non l'inverse, que "Kenyon" était sans doute puissant, et que le Mage lui avait donné l'ordre de le convaincre; l'assassin ignorait tout des conséquences qui pouvaient arriver si il lui désobéissait. Serait-il puni? Mourrait-il? Rien n'était moins sûr.

Au final, la raison l'emporta sur sa colère, et Le Mercanti se força à retrouver un peu de calme. Son regard s’adoucit légèrement, ses poings s'ouvrirent, et son teint devint un peu moins rouge. Il tira alors quelques conclusions de son compagnon.
Premièrement, il connaissait son domaine. Si il disait qu'un mage ne pouvait les observer par la magie, à moins d'être très puissant, alors le leur ne devait pas être de ce niveau; il doutait que le Mage les ait envoyés vers une mission suicide, pour son propre plaisir.
Deuxièmement, son compagnon était capable d'être joyeux puis de passer l'instant d'après à un caractère bien plus sombre : son caractère était donc versatile. A noter.

C'était des conclusions un peu maigres, mais toujours bonnes à prendre. Le Mercanti décida d'entrer alors dans le vif du sujet, la cible à abattre et la prime à y gagner...

Quand soudain, le scarabée-bijou se mit à vibrer.

Instinctivement, il fouilla du regard tous les alentours, à toute vitesse. Il vit alors quelque chose d'étrange à l'horizon... Un point qui s'avançait à grande vitesse vers eux, sur la neige.

A ce moment, il oublia complétement sa récente colère. La zone dans laquelle ils se trouvaient était désolée, trop pour ne pas remarquer et ne pas se méfier d'un autre personne les croisant. Il informa son compagnon, en gardant ses yeux fixés sur l'avancée de la chose :

"-Voilà ce que je voulais savoir : si il y avait des espions, des dangers ou des choses inconnues en approche. En voilà une déjà, dit-il en pointant du doigt ce qui semblait être un nain."
Il l'observa quelques secondes, et déclara :
"-Il y a quelque chose qui cloche sur ce type. C'est un nain, mais il va beaucoup trop vite, et semble glisser sur la neige. Soit il a reçu un entrainement spécial, soit il y a de la magie là-dessous -ce que je soupçonne le plus-. Selon vous, que devrions nous faire? finit-il en se tournant vers son compagnon."

Instinctivement, ses mains s'étaient portées à ses armes, pour en ressentir le poids et se sentir moins vulnérable face à cet inconnu. Il espérait que le sorcier allait donner une raison un tant soit peu logique, expliquant ce phénomène et pouvant s'en protéger au besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mer 25 Avr - 11:30

    Vesperina observait avec attention les changements physiques chez le Mercanti, plus pour savoir s'il allait l'attaquer que pour savoir ce qu'il se passait dans sa tête, une chose toujours difficile, il n'était pas un mage de l'esprit après tout. À cause de la capuche, le sorcier avait du mal à voir le visage de son interlocuteur, mais il voyait qu'il s'était tendu à la suite de ses propos. Cela il s'y attendait, ça avait même été en partie son objectif, créer une réaction, Vesperina savait que la colère permettait plus facilement de mettre à nu le caractère d'une personne, pas toujours objectivement, mais en partie du moins. Soudainement le comportement du mercenaire changea, devenant brusquement sur le qui-vive, observant autour de lui. Cela inquiéta légèrement le magicien sur le coup, n'ayant rien vu ou entendu. La maîtrise avec laquelle le Mercanti trouva au loin une personne en approche impressionna le Sorcier, mais il se demanda rapidement comment il avait pu le faire. Après que son compagnon de voyage de fortune ne lui montre la personne en approche, il remarqua alors que c'était un nain. À cette distance il avait un peu de mal sur tout ce décore mono-couleur qu'était la neige de juger efficacement des distances, mais les paroles du mercenaire lui confirma son impression, il allait beaucoup trop vite ! Peut être était-il un Changiste ou des Forces Spéciales ? Il espérait que cela soit ni l'un ni l'autre, plutôt affronter une compagnie d'arbalétrier.

    - N'oubliez pas, vous êtes un mercenaire engagé en tant que garde du corps pour le marchand que je suis. En route pour les Archipels du Fer, et actuellement notre prochaine destination se trouve à encore deux ou trois jours au nord de notre position actuelle. Répondit-il au Mercanti, tout en posant son sac au sol, derrière le mercenaire. Il semblait logique que ça soit le contractuel qui porte les affaires et non le marchand physiquement moins fort. Je constate que vous n'avez pas d'affaire avec vous... J'espère que ce nain n'y fera pas trop attention, ou qu'il croit sincèrement qu'un seul sac nous suffit pour deux. Je ne pense pas avoir besoin de vous enseigner les bases d'un bon garde du corps ? Toujours rester entre la personne à protéger et l'adversaire en toutes circonstances, si le nain pose des questions, j'y répondrais, sauf s'il s'adresse à vous directement. Si le combat s'engage, je resterais en retrait un moment, pour éviter de montrer ma magie s'il veut juste nous tester, si ce n'est pas le cas, essayer de me présenter son flanc pour que je puisse vous soutenir en cas de besoin. Maintenant, nous avons plus qu'à attendre. Finit-il, avec un sourire digne du meilleur vendeur, qu'il enleva rapidement, se rappelant que le dit marchand venait de traverser Thalûn en hiver et un village en ruine devenu un cimetière à ciel ouvert.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krogan Drad
Méchant Mj Officiel [MMJO]
avatar

Masculin
Nombre de messages : 839
Race : Eflique
Classe : Mage-tarot / Messager
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Ven 27 Avr - 9:05

Alors que le visage bourrue se dessine, que ses traits tailler à la hache se pose lentement mais sure-ment sur le visage rougie par froid et enfouit dans les fourrures il entre à portée de voix. Ses yeux sont du bleu de l’acier chauffer à vif, précis, il observe les deux hommes en contrastant avec le sourire calme qui se lit lorsque les mouvements et le vent pousse un peux la toison et sa barbe plus que four-nie. Ses cheveux eux sont plus un tas de crasse qui se balance en suivant le mouvement, attacher dans son dos en une queux de cheval de draies infâme que l’idée même de pouvoir lavé est un espoir aussi incertain que celui de devenir un dieux en montrant son postérieur à une assemblé de très haut mage…

Mais par la même occasion on peut découvrir l’inventif stratagème mis au point par ces hommes, car, au milieu des volutes de neiges qui sont poussé par ses virages séré, deux planches de bois sont te-nues à ses pied par un assemblage de lanière fragile. Ainsi fixer il glisse sur la neige comme glisse les avalages sur des couches de neiges plus dure ou les grand roches plats qui ont trop vue les haut des monts et le ciel, qui las, écrasent des villages pour leur propre bonheur. Le monde est empli d’être égoïstes.

Alors que cette assemblage incertain de nain, de bois, de cuire et poils s’arrête le mercenaire comme le mage à put finir d’observer ses vêtements et son arrachement. Il voyage léger, un sac à dos où sont accrocher deux raquettes à crampon et où prendrons place les skis semble rempli de nourriture et des objets indispensable, une arbalète pend à son coté, les carreaux sont sur la jambe de son pantalon mainte fois recousue entre le cuire et la fourrure, son manteau est lourd et même ainsi on distingue la forme de quelques couteaux posé sur ses cotes et de renforcement métallique. Enfin, une sacoche po-sé sur son épaule contient les dernières vivre, surement une outre et l’amadoue … Ses gants serrer contre ses doigts et dépourvue de terminaison à l’index et au majeur ne laisse aucune doute sur le fait que l’homme est un guerrier…


-“Que faites-vous là gamins ? Il ne fait pas vivre ici avec les elfes dans les parages … L’évacuation est trop tardive … Ces foutu créatures sans nom le payerons de leurs vie ! Vous êtes des leurs ? Des al-liés ? Pourquoi vous ont-ils épargné ?”

Après avoir jeté un dernier coup d’œil aux maisons et à la neige il plante à nouveau son regard sur les deux hommes, deux …

“Vous m’intriguer …”

_________________
-"Quit à être un pion autant jouer la plus belle partie ..."
-"Et la danse d'un mage reprenant celle d'un jeu,
Passera dans ce monde silencieuse à vos yeux,
Pour les Drad et la Griffe je marcherais de vent,
Pour la vie d'un secret je danserais dans mon temps."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.krogan.canalblog.com
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mar 1 Mai - 23:47

    Vesperina Averruncus était un noble démérien, du moins l'avait-t'il été avant de perdre ses lettres de noblesse durant son enfance. Même s'il avait été un noble, il ne s'était pas conduit comme un jeune noble dévérgondé. Sa vie avait été rythmée par les leçons pédagogiques et des cours de combat à l'épée. Par la suite, une vie de mercenaire s'était ouverte à lui, c'était l'une des périodes les plus dures de sa vie, mais ça lui avait ouvert les yeux sur les gens et sa propre personne, peu nombreux sont les nobles et riches bourgeois à comprendre le peuple et même à voir l'existance des pauvres, cela avait été une leçon de vie très instructive. Par la suite, un apprentissage à Arczal et l'obtention de son titre de Magicien, il n'avait fait que vivre à la Tour des Magiciens ou à Elvem Adisïl, les fois où il partait en mission, il faisait toujours en sorte de jouer un marchand ou un bourgeois en voyage, prenant toujours des chambres à l'auberge et faisant attention à lui, jamais il n'eut envie de jouer au vagabond. Même s'il n'était plus noble, il n'avait ces dernières années que cotoyé des gens qui faisaient attention à eux, surtout des elfes. Mais là ! Même à quelques mètres, le nain sentait vraiment trop fort, peut être l'une des choses que le Sorcier n'aimait pas chez les nains en général. Heureusement le vent soufflait, mais il devait penser à autre chose, il n'avait pas de temps pour ça, surtout qu'il venait de traverer un village en ruine rempli de cadavres, dans un sens, le nain n'était rien en comparaison, même si les corps n'étaient pas encore entrés en décomposition.

    Le Magicien fit fi de des vêtements du nain durant son observation, il s'intéressait plus à ses armes par exemple, mais surtout à ce qu'il avait à ses pieds. Il connaissait les raquettes, même s'il n'en avait jamais essayé de lui-même, il essaya rapidement de graver l'image mentale de ces bouts de bois, même si les elfes ne si intéresseraient que guère, la neige, ils ne connaissairent pas. Son arbalète n'était qu'un léger embêtement, c'était mieux qu'un arc, face à sa magie, la puissance des armes à distance n'était que peu influante, du moins dans des mêmes proportions. Au moins ce n'était pas la magie qui le faisait avancer comme cela, mais étant magicien, il savait ne pas juger seulement sur l'apparence. Etait-t'il un rodeur de l'armée, d'après ces propos ? Sûrement, mais il se montrait d'un coup bien menaçant et suspicieux, même si en voyant le village et en supposant qu'il n'y en avait eu qu'un seul, il comprenait le nain. Vesperina devait vite trouver une explication. Largement, il en avait déjà eu, et avait vite trouvé une raison avec son nouveau compagnon, mais il ne s'était pas attendu à se retrouver dans un conflit armé et avec des ordres d'évacuation, comment ne pouvait-t'il pas être au courant, et survivre s'il avait été dans le village ou un peu plus loin ? Heureusement, sortant d'Arczal, il avait la réflexion rapide et constitua avec simplicité une explication prenant des logiques simples. Il était rarement bon d'inventer des mensonges compliqués si on n'avait pas le temps de les travailler.


    - Saluation Maître Nain. Répondit Vesperina, saluant d'un léger hochement de tête. Nous sommes heureux de vous voir ici, nous sommes légèrement perdu. Enfin, je connais la route à prendre, mais en partant de Fentaeris, je m'attendrais pas à tout cela... J'ai eu le bon sens de prendre en route le mercenaire qui m'accompagne, mais même lui ne peut rien faire face à des troupes armées. Mais il est vrai que durant notre voyage une fois passé les chaînes de montagnes délémitant la frontière, nous avons été mis au courant de rumeur. Mais je suis un marchand en route pour les Archipels du Fer pour le compte de mon patron de la boutique Gemma, et vous savez souvant que les rumeurs peuvent parfois être exagéré, souvent un conflit entre deux villages ce transforme en guerre civile déchirant le pays, et ce n'est pas demain que je croirais tout ce que me dit le Keldaïn. Il est dommagable qu'il ait raison pour une fois, mais vous avez parlez d'elfes ? Nous avons eux la chance de pas rencontrer les gens qui vous porte la guerre, heureusement, mais même si le Keldaïn la dit, j'ai du mal à croire que les elfes d'Elvem Adisïl soient en guerre contre Thalûn, je les connais un peu par le commerce, et même s'ils ont des tendances agnostiques, voir athées, mais ils ne sont guèrent porté par la rage de guerre. Pour ce qui est de notre survie, elle doit peut être qu'à notre chance ou à la main de notre Seigneur Créateur. Nous nous sommes arrêté la nuit dans une bâtise un peu plus au sud, à une ou deux heures de route. Etant vide, nous avons passé la nuit dans la vieille cave, il faisait toujours plus chaud que dehors. Nous avons été réveillé par grand bruit, et nous avons vite compris que le bâtiment était en feu, mais aussi des cris de joie d'hommes. La charpente c'est écroulé, mais les murs de pierre ont tenu bon. Nous avons eux la chance qu'ils n'eux pas l'envie de visité la cave, je ne sais pourquoi par contre. Nous y sommes resté quelques heures pour être sûr de leur départ, et avons rapidement reprit le chemin jusqu'à ce village, c'est là que j'ai compris la gravité de notre situation, mais je ne suis que marchand, je ne connais rien à la guerre ou au combat. Je dois pour le moment retrouver une connaissance de mon patron dans un village à 2-3 jours de marche vers le nord, je le connais pas, mais mon chef m'a dit de me présenté et que je pourrais grâce à lui trouver un peu d'aide durant mon voyage, même si je ne suis pas sûr qu'il soit encore d'actualité vu la situation...

    Vesperina avait l'air troublé et confus, ce qui était logique après ce qu'il avait vécu, même si c'était en partie faux. Il ne manquait plus qu'un visage pâle, mais il n'était pas aussi bon comédien, il préférait ne pas trop en faire. Le Sorcier n'avait pas trouvé mieux, la seule chose qu'il clochait était cette non-visite de la cave, mais dans un sens, elle avait effectivement pas été visité, même s'il n'avait pas été là durant l'attaque et l'incendie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Mercanti
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 57
Race : Humain
Classe : Zolt/Assassin
Date d'inscription : 26/10/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Ven 4 Mai - 20:33

Les mains toujours sur les gardes de ses armes, le "mercenaire" observait la tournure que prenait les choses. Il avait simplement laissé Kenyon parler, et avait hoché la tête quand il l'avait présenté. Le seul point négatif dans son discours, c'était le fait que le nains les prennent pour des gamins. L'idée qu'ils soient alors un groupe de marchands fonctionnait moins bien. Pourvu que ça ne soit qu'une expression stupide de sa part, à cause de son propre âge.

Il observait le nain, tout en écoutant avec attention son compagnon, pour rattraper ses années de retards en matière d'informations. Fentaeris, Elvem Adisïl et la nation du Thalùn existaient donc encore, et le monde avait toujours autant de problèmes. Il n'était donc pas autant décalé qu'il le pensait. Seul le "Keldain" l'avait échappé. Ça semblait être un journal, mais il n'en savait pas plus.
Puis, alors que son compagnon avait achevé leur excuse commune, il avait lui récapitulé ce qu'il avait vu du nain. Pour commencer, il avait remarqué qu'il n'avait l'air d'avoir rien de magique, ce qui l'avait quelque peu rassuré. Mais le scarabée avait quand même fonctionné; même si il ne comprenait pas vraiment son fonctionnement, il avait compris qu'il détectait la magie. Si il avait d'autres utilités, il ignorait lesquelles.

Ensuite, il avait remarqué que le nain en face d'eux n'avait rien d'un nain d'une armée officielle. Ça se voyait rien qu'à sa tenue : il se souvenait qu'avant sa résurrection, les armées naines avaient un sens de la discipline stricte; l'idée même qu'un nain puisse faire un rapport à un supérieur avec des cheveux aussi répugnants lui semblait totalement absurde, à moins que le nain ait un goût pour le fouet et les corvées disciplinaire.

Cet observation l’avait rassuré sur la possibilité qu'on puisse le reconnaître; il n'avait de toute évidence en face d'eux qu'un nain basique un peu trop méfiant, trait particulier à ce peuple, qui devait se demander la raison de la présence de deux inconnus. Le pire qu'ils pouvaient craindre, c'était qu'il soit un bandit qui cherchait des victimes pour ses compatriotes. Mais un signe magique était sûrement dans les environs, même si les étendues de neige aux alentours ne laissaient présager aucune vie... Ou alors...

Le Mercanti chassa l'idée qui venait de lui traverser l'esprit en un éclair. Elle était trop effrayante. Si c'était vraiment le cas, alors il n'avait aucun moyen de prévenir son compagnon.
Il serait au courant, et passerait à l'attaque. Et si ça n'était pas le cas, il aurait juste provoqué le nain. Mauvaise idée, surtout que le magicien ne lui ferait plus confiance après ça.
Tant pis alors. Il allait falloir partir du principe qu'il était normal. Pourvu que ça soit vrai. De toute façon, il fallait le forcer à les laisser passer sans histoires.


"-A vous de nous répondre, Maître nain. Que faites vous seul ici? Quelle est cette histoire d'évacuation? Et que feraient des elfes aussi loin dans la nation de Thalùn? Car, excusez-nous, mais nous n'en avons pas croisés. Sans vouloir être impoli, êtes-vous sûr de ce que vous avancez?"

Il avait posé les principales questions qui le dérangeaient, sans pour autant passer pour, il l'espérait, un demeuré. Il avait également fait un effort pour rester poli, ce qui, dans son cas et face à quelqu'un d'aussi orgueilleux, une performance. Mais ce nain était l'une des rares personne vivante dans les environs pouvant les aider. Et, potentiellement capable de les attaquer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krogan Drad
Méchant Mj Officiel [MMJO]
avatar

Masculin
Nombre de messages : 839
Race : Eflique
Classe : Mage-tarot / Messager
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mer 9 Mai - 6:16

Mettant sa main ganter sur la naissance de son front il se masse lentement comme pour assimilé ce que disait l’homme, ou alors pour autre chose car le même sourire était fixer sur ses lèvres presque invisible dans le fouillis de la barbe. Un joli sourire qui ne présage jamais rien de bien mais peux toujours sauver des hommes ou des rêves.

Puis, lorsque les deux jeunes hommes planquer dans une cave on finit de raconter leurs résidus d’ineptie il relève la tête et fixe d’abord le mercenaire :


“Qui je suis ? Croyez-vous vraiment que c’est à un mercenaire couard qui n’as même pas souhaité aider un village qui se faisait massacré et qui est rester terrez dans une cave alors que des gamines se faisait égorger par une armée elfique ? Pensez-vous vraiment que j’ai à répondre à une bonne de deux hommes qui n’ont pu sauvez personne sinon eux même ? … Deux …”

Il sourit de plus belle et ses yeux pétillant de malice ne lâche pas le mercenaire, pourtant son champs de vision est bien choisit, il garde en vue le jeune marchant tout en enlevant ses skis …

“Ou alors vous me mentez … ce qui serais plus crédible mais plus désagréable pour vous car je devrais vous torturé jusqu’à ce que vous ayez tout avoué… Je suis un membre des forces spécial et ainsi j’en ai le droit et le devoir pour le bien de mon peuple.

Maintenant dites mois la vérité car il y n’y a qu’une trace qui viens du sud, elle est fraiche, et si l’attaque est récente elle en semble postérieur, ainsi l’un de vous deux me ment … Il n’était pas cacher dans la cave, tandis que l’autre n’est rien qu’un être sans foi ni loi pour laisser les morts dépérir devant lui … D’ailleurs aucun de vous deux n’as essayer de leurs faire un sépulture descente, aucun de vous deux ne se sent-il coupable ? Ainsi mes cher amis, entre le mercenaire couard et le marchant qui continu sont voyage par temps de guerre alors qu’elle s’étant du nord au sud du territoire, c’est encore moi qui pose des questions.

Le reste des troupes arrivera d’ici quelques minutes, ils sont encore sur le col mais comme vous avez vue il faut moins de deux minutes pour en descendre, et je n’étais pas presser, tenté quelque chose contre moi serais stupide. Alors maintenant racontez moi la vérité et non un résidu de conte de grand-mère !”


Quand avait-il choisit que s’en était assez ? Juste après son sourire, lorsque toute les implications du deux son venu dans son cerveau embrouiller, il manque des informations à leurs histoire, même dans une cave ils auraient entendu un homme passé, il n’était pas ressorti du village, c’était un des deux … Quand était arrivé l’autre ? Voilà la question, mais ils n’étaient pas là au moment de l’attaque ou leur simple absence de culpabilité leur méritait une mort rapide … Non il était énerver … Même si son visage de poil et de chair rougie par le froid montrait difficilement la différence entre cette état et le précédent.

_________________
-"Quit à être un pion autant jouer la plus belle partie ..."
-"Et la danse d'un mage reprenant celle d'un jeu,
Passera dans ce monde silencieuse à vos yeux,
Pour les Drad et la Griffe je marcherais de vent,
Pour la vie d'un secret je danserais dans mon temps."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.krogan.canalblog.com
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Dim 13 Mai - 8:41

    Vesperina arrêta net sa comédie, n'importe qui l'observant un temps soit peu l'aurait remarqué, il regardait le sol avec un visage calme en pleine réflexion, bien trop calme dans un sens. Il gratta le sol de sa botte, jusqu'à y laisser nue la terre dure, gêlée depuis des mois par le froid mordant de ces terres. Le Sorcier gratta, encore, et encore, pendant plusieurs secondes il resta là à contempler le sol tout en continuant à le gratter. D'abord les yeux, et après la tête, il les releva pour observer le nain des forces spéciales avec une assurance qu'il n'avait pas en tant que marchand, il n'avait pas peur, mais il n'en était pas arrogant pour autant, il savait qu'il ne s'en tirerait pas par la force, mais c'est pas pour autant qu'il craignait ce nain ou les troupes invisibles. C'était l'une des choses que les Magiciens de l'Institut de Magie avaient en commun avec les fanatiques des cultes religieux, ils étaient tellement pris par leurs idéaux qu'ils étaient prêts à mourir pour eux, ils n'avaient pas peur d'aller de l'avant, même s'il n'y avait pour résultat que le néant.

    - Nain, vous connaissez bien votre terre natale, non ? Même si nous avions les équipements nécessaires pour cela, chose que nous n'avons pas, il nous faudrait presque une demi-journée, ne serait-ce que pour creuser une tombe, et vous nous demandez sincérement d'en faire pour tous ces malheureux ? Nous serions morts de faim avant même d'avoir fini, si les elfes qui ont fait ça ne décidaient pas de repasser par ici pour nous avoir...

    Vesperina s'arrêta là un moment, avant de redonner un petit coup sur le sol pour affirmer une dernière fois ses propos. Il s'était occupé de l'attaque la plus importante dans le discours du nain. Ces allusions, voir même, ces attaques à leur honneur et les insultes sur leur lâcheté ne l'atteignaient même pas un peu, il n'avait rien à se reprocher à ce sujet, il s'en fichait d'ailleurs un peu des insultes en général, il était un Magicien et était vu en temps normal par les croyants comme un hérétique doublé d'un terroriste. Alors les paroles d'un nain quelconque lui passaient par dessus.

    - Je vois en tout cas que la Guerre contre les Gobelins et celle-là même actuellement n'ont pas atteint les compétences des forces spéciales. Vous avez même pris le temps de faire le tour du village pour voir nos traces, où en l'occurrence, celle de mon collègue.

    Vesperina avait menti, mais c'était pour une meilleure concordance avec ses propos futurs, s'il était obligé à révéler sa nature de maître des arcanes et à expliquer pourquoi une seule personne était entrée dans le village, mais deux en étaient ressorties, il semblait plus logique que ça soit le magicien qui ait prit un portail, et non le mercenaire. Le Sorcier se trouvait dans une situation où il n'avait guère le choix, si le nain ne mentait pas sur le reste des troupes des forces spéciales, même lui n'y survivrait pas, pas ici et maintenant en tout cas. Il avait essayé de mentir sans succès, il ne pouvait pas non plus fuir ou combattre, et ses seules traces entrant dans le village étaient problématiques, il n'avait donc pas le choix. Devait-il tester sa chance en tant que Magicien, et non en tant que marchand ?

    - Maître Nain, je viens d'Elvem Adisïl, et... S'arrêtant pour poser sa main sur son visage, dissimulant ses yeux. Après un court instant digne de la mise en scène d'une pièce de théâtre, il passa sa main dans ses cheveux pour les recoiffer. En un instant, ces yeux virairent au rouge-feu, ainsi que ses cheveux, soufflant dans le vent tels des flammes. Une petite flammèche roula sur ses doigts, comme un feu noir venant des ténèbres profonds. Je suis envoyé par le Haut-Duc lui-même pour enquêter sur ce qu'il se passe sur ces terres. Je suis venu ici en portail depuis Quel'Asïm, et j'ai rejoint ici un agent engagé par nos services. Il est venu lui aussi par ce même moyen, mais plus loin, suite à la découverte de ce village, il a été décidé que je devais venir à mon tour.


    Vesperina resta là, à défier du regard le nain, il savait que tout se jouait à présent, allait-il le tuer, le mettre en prison ? Il avait fait exprès d'omettre l'Archimage, il ne voulait surtout pas dire qu'il était membre de l'Institut de Magie, même si le nain devait en douter, il préfèrait quand même, ne mettre en avant que la mission qu'il faisait au nom d'Elvem Adisïl.

    - Alors, Maître Nain, qu'allez-vous faire de moi ? Allez-vous me passer les fers ? J'espère que vous en avez des runiques, sinon ils ne tiendront guère longtemps. Dit-il avec un léger sourire. Mais je me demande vraiment ce que vous allez faire, en plein milieux d'une guerre. Vous contenterez-vous d'executer un envoyé d'Elvem Adisïl sans jugement ? Mais refléchissez bien, je ne laisserais sûrement pas la mort venir à moi sans combattre, et même si le combat est perdu d'avance face à une troupe complète des forces spéciales, je me ferais un plaisir d'en faucher une partie avant de sombrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Mercanti
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 57
Race : Humain
Classe : Zolt/Assassin
Date d'inscription : 26/10/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mar 15 Mai - 15:20

La situation commençait à virer au vinaigre. C'était fou comment, en quelques phrases, un nain ressemblant au dernier pouilleux du village, à en voir la coiffure, venait de les insulter et de les menacer d'une mort certaine. Non, vraiment, les mots avaient une force que les armes n'avaient pas.
D'ailleurs, ce nain commençait à être sérieusement pénible. "Gamins", "couard"... Franchement, dans une autre situation, dans une taverne peu fréquenté, la situation entre lui et Le Mercanti aurait été réglé depuis longtemps, et le tavernier aurait eu un joli pourboire pour se taire et effacer les dégâts.
Le Mercanti avait d'ailleurs failli recourir à cette possibilité. Foncer, tuer le nain en deux-trois mouvements, et attendre les autres de pied ferme ou fuir. Même si c'était désespéré, c'était mieux que de se rendre, surtout pour lui; il ignorait si le sort réservé aux magiciens s'était amélioré, mais le sien, si on le reconnaissait, ne laissait aucun doute : la mort.
Mais une chose l'avait arrêté : le comportement de son compagnon. Au lieu d'essayer de se battre, de protester, il contemplait la terre gelée, silencieux. Ce silence voulait dire qu'il avait quelque chose à dire. Le Mercanti avait alors renoncé à son idée et avait alors attendu. Puis, Kenyon avait lancé sa tirade.
Le Mercanti l'avait alors écouté, les mains toujours crispées sur les gardes de ses lames. Son compagnon avait justifié pourquoi ils n'avaient pas enterré les corps, et disait qu'il venait d'Elvem Adisïl, au nom d'un Haut-Duc. Vrai ou faux? Aucun moyen de le savoir, mais ça n'était pas le plus grave. En tout cas, maintenant, il était un agent au service d'un mage. Ça ne changeait pas grand chose, mais il fallait quand même s'en souvenir.
Mais ce qu'il avait observé sérieusement, c'est lorsque où le scarabée-bijou avait tressailli. Sa magie était en train d'agir, et elle concernait le feu, d'après la flammèche qui coulait sur sa main, et l'aspect surnaturel qui venait de l'entourer.
Il avait finalement terminé, et posé son ultimatum. Il semblait être habitué à ce genre de situation, par l'assurance qu'il dégageait. Le Mercanti, lui, parlait rarement avec ses victimes, et ne maîtrisait hélas pas comme il le voulait cet art du parler. Il ajouta quand même, au risque d'envenimer la situation plus qu'elle ne l'était déjà :


"- Je fais également remarquer que bien que je ne possède pas les qualités de mon associé ci-présent, je ne compte pas me laisser mourir également, quitte à vous prouver que je ne suis pas un couard. Également, pouvez-vous prouver ce que vous avancez, à savoir que vous êtes un membre des forces spéciales? N'avez-vous pas un sceau, ou quelque chose de ce genre?"


Cette question en effet lui tournait dans l'esprit : quel corps armé pouvait-il se donner le droit d'insulter les autres sans au préalable prouver qu'ils se réclamaient d'une nation? Ou encore, ne posséder aucune preuve de cette appartenance? Les seuls usants de ces méthodes n'étaient que ceux qui tentaient d'abuser les marchands. Des bandits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krogan Drad
Méchant Mj Officiel [MMJO]
avatar

Masculin
Nombre de messages : 839
Race : Eflique
Classe : Mage-tarot / Messager
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Lun 21 Mai - 8:05

Le nain explose de rire aux deux remarques, de ses rires frai que l’on entend parfois surgir des mines lorsqu’un autre nain, dans un état plus avancé, a fait preuve d’un humour accessible pour ceux à qui l’alcool n’a pas encore embrumé l’esprit. Un rire simplement joyeux comme on peut les aimer que l’on soit elfe ou naga. Puis, dans un geste rapide et habitué il sort de sous sa veste une plaquette de pierre gravé d’une rune qu’il révèle sur son bras en relevant légèrement sa manche. La preuve est là, la rune, la plaquette d’ardoise gravé, et le tatouage …

-“Petit d’homme doute encore comme le chante les chansons, doute que le seul dieu soit le futur tou-jours mouvant … Et doute des nains par la même occasion. Mais les frères de la pierre sont toujours droits et ça le petit d’homme ne peut s’en vanter… Mais assez de chanson pour aujourd’hui et oublions les remarques acerbe comme le fait que vous pouvez devenir tout feu tout flamme mais que vous êtes incapable de ramollir un peu la terre des ancêtres des nains, mages des elfes.

Mais là n’est pas la question, le jour porte encore son manteau blanc et l’escouade qui est mienne vas s’occupé de l’inhumation des leurs pour qu’ils rejoignent les métaux et se fondent en eux selon les rites. Vous par contre, vous n’allez pas vers le nord mais vers l’ouest, Galroud vous accompagnera de-vant la justice, je n’ai pas le temps de vous y trainé ou de vous passer les fers, mais le mot agent dans nos terres sonnes mal et les magiciens ne sont pas bien vu parmi les nains … La guerre fait rage ici et toute action que serais la vôtre pourrais sonner comme votre condamnation.

Enfin, un dernier petit détailles, même si seul Galroud est avec vous, vous ne serez jamais seul, n’essayer pas de fuir, la justice vous rattrapera toujours … Et peux être cette fois-ci une mort sans autre forme de procès et une jolie plaidoirie de légitime défense ou d’aide à un membre de la communauté naine assaillie par un magicien et son mercenaire … Faites attention à vous.”


Déjà d’autres point descendait avec vitesse du col déjà nommé, pour l’instant simple point il allait bientôt être à portée de tire et dans quelques minutes de hache si les choses tournaient mal … L’escouade rejoignait son éclaireur et les suspect … L’host rejoignait l’odeur de la mort et de la des-truction, la douleur et le silence d’un ravage sans nom … La phalange rejoignait la guerre et leurs vi-sage était ceux des hommes qui la parcoure et la vive tous les jours …


_________________
-"Quit à être un pion autant jouer la plus belle partie ..."
-"Et la danse d'un mage reprenant celle d'un jeu,
Passera dans ce monde silencieuse à vos yeux,
Pour les Drad et la Griffe je marcherais de vent,
Pour la vie d'un secret je danserais dans mon temps."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.krogan.canalblog.com
Vesperina Averruncus
Le Sorcier Ardent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 292
Race : Humain
Classe : Magicien/Mercenaire
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   Mar 29 Mai - 8:32


    Vesperina écouta attentivement les paroles du nain, elles étaient d'ailleurs plus complexes qu'on aurait pu s'y attendre de la part d'un nain, plus poétique et philosophe, digne d'un noble orateur. Une fois la surprise passée, le sens de ces paroles le mettait toujours autant en rogne, ce nain l'exaspérait vraiment définitivement. Mais en même temps, autant avant que maintenant, le nain pouvait dire ce qu'il voulait, cela n'avait pas vraiment d'importance, le nain était un croyant et lui un hérétique athée, ils ne pouvaient de toute manière pas s'entendre. Le Sorcier laissa le nain finir sa tirade, feignant presque l'ennui en regardant ses ongles. Une fois qu'il s'arrêta, Vesperina observa et vit effectivement les troupes descendre la colline. Au moins le nain n'avait effectivement pas menti, mais ça n'arrangeait pas ses affaires, loin de là.

    - Par chance, à force de vivre chez les elfes à Elvem Adisïl, j'ai réussi à devenir insensible à l'arrogance. Il faut le dire quand même, Les elfes sont si arrogants, qu'ils en deviennent effrayants... Enfin, passons. Répondit Vesperina, d'un simple mouvement de main, comme pour chasser de la fumée. Doute ? Divinité ? Nain... Ce n'est pas un doute, mais une certitude pour moi, je suis un Maître des Arcanes, un hérétique pour vous, ne l'oubliez pas. L'Honneur des nains ? Dit le Sorcier, en regardant de côté le Mercenaire. Moi, personnellement, je n'en ai jamais douté, sauf peut-être, pour la chasse des Maîtres des Arcanes qui vous ont aidés pendant la guerre, et que vous avez récompensé à coup de pied, je vois là un bel exemple de votre "honneur"... Allez devant la justice ? Que diable, je ne refuse point, je n'ai rien à me reprocher en ces terres, et seul mes convictions pourraient me faire décapiter. Je suppose qu'avec de la chance, on me laissera en prison, ou alors on me donnera à des Prêtres Changistes, ils adorent les bûchers d'après ce qu'on dit... Allons-y alors. Dit-il cette fois en regardant le Mercanti.

    Ils n'avaient pas d'autre choix que d'aller à l'Ouest avec le nain dénommé Galroud. Il allait voir cette justice, et au pire, il espérerait pouvoir s'en sortir par un des portails de son nouveau ami. Mais ça, il le ferait plus tard, il allait d'abord savoir ce que cette justice allait décider pour lui et son compagnon. Il était après tout jamais sans défense, on ne pouvait pas lui retirer sa magie.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur les Routes enneigées et sous le Vent glacial.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ondulant sous le vent... [1st entraînement, Nuage de Voile]
» Je reste sous le vent , mais je lache les rames
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Origine et le Changement :: Le Monde D'Origine :: Déméria :: La Nation de Thalûn-
Sauter vers: