L'Origine et le Changement

Bienvenue sur l'Origine et le Changement; un forum RPG. Plongez dans ce monde médiéval fantastique aux possibilités infinies.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté

Aller en bas 
AuteurMessage
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    Dim 20 Nov - 19:02

Edelween salut la Capitaine et fait un très leger signe de tête vers le Cuistot, évidement qu'il a regardé ce qu'il se passait et il semble presque soulagé, enfin il a due oublier au moins un moment la destiantion et il est soulager que sa fille ne reste pas a terre.
la pauvre elle a l'aire de ne pas avoir dormi de la nuit.

C'est vrais que Edelween ressent encore ses muscles fourbus et sa nuit a terre.
Mais peux importe, elle est là, dans le navire en tant que mousse, et rien que pour ca, c'est peux cher payer une nuit blanche.

elle lance un oeil a la jeune femme.
Celle ci semble sùr d'elle, joyeuse et libre.
elle évolue dans les gréements comme si elle était sur la terre ferme.

Pas de temps à perdre, la capitaine ne l'aura jamais dans ses papiers de toute manière, alors inutile de lambiner.
Edelween tire sur ses lacets, pas la peine que le tissu ne la gene et s'élance dans les cordage.
Ho biensur le Cuistot a blanchi en la voyant s'élancer comme ca, mais pour Edelween, c'es une libération, le Zephyr ne la laissera pas tomber.
elle se hisse de corde en cordes, grimpe les gréement rapidement avec une agilitée due a sa faible masse.
arrivé a mi chemin, elle se dit qu'elle devras se confectionner des gants, mais se sera pour plus tard.

Elle respire le vent qui soffle pour la faire tomber et joue avec, tel un papillon elle passe d'une corde a une autre, avec moins de rapiditée et d'aisance que Lynia, mais avec une souplesse qui meriterait a être travaillée.
Elle a faillie glissé a un moment, se ratrappe facilement et change sa presque chute en un leger moment de repos.
Elle arrive enfin au coter de la jeune femme, le souffle un peu court mais souriante d'être arrivée presque sans encombre.


- Bonjour mademoiselle, je pense que La Capitaine parlez de vous ?
Elle reprend son souffle, oui vraiment l'agilitée ca aide pour monter, mais il lui manque encore l'endurance.

Elle regarde la mer au loins et sourit la joie dansante dans ses yeux d'argent.

- Je suis Edelween, que dois je faire ?

Au point ou elle en est, elle est prete a ... presque tout en fait, elle est sur le bateau, elle regrette juste de voir que ceux qui ont du sang d'elfe son plus cruels que les humain qui l'on éléver, mais ce n'est pas dramatique.
Elle est libre.


Dernière édition par Edelween Deomestris le Lun 21 Nov - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    Lun 21 Nov - 17:01

Lynia baisse les yeux vers le pont pour croiser le regard de sa capitaine. Elle lui adresse un clin d’œil avant de se tourner vers la mousse en question. Elle ne perd pas son temps la petite, elle vient déjà vers le mât. Jolie comme un bouton de rose, rien à faire sur un navire pirate, mais ce n'est pas cette belle acrobate qui le lui reprochera. Elle aussi a l'air bien déplacée, sur ce pont. Ce doit être pour cette raison qu'Embrun vient de lui confier ce mousse. Lynia n'a pas une très longue expérience de la navigation, donc les apprentis sont habituellement confiés à de plus vieux marins. Mais cette gamine va surtout devoir apprendre à compenser son manque de force physique par de la souplesse et de l'agilité. Et à ce niveau, Mouette est bien le seul à la surpasser, mais bien qu'il soit sur la Zéphyr depuis bien plus longtemps qu'elle, il ferait un bien piètre professeur donc le choix du capitaine semble justifié.

La belle regarde l'enfant grimper vaillamment pour la rejoindre. La hauteur ne semble pas la gêner et elle est drôlement agile pour une fillette aussi jeune. Ah... Les oreilles en pointe peuvent expliquer cette particularité. Une elfe ! Ce n'est pas la première qu'elle côtoie, le Thul en était tout plein. Elle sait aussi que cette espèce a toujours l'air bien plus jeune qu'elle ne l'est en vérité, ce n'est pas elle que la maturité d'Edelween surprendra. Un sourire charmeur aux lèvres, Lynia tend la main à sa petite apprentie pour l'aider à gravir le dernier mètre. Tout naturellement, elle s'installe en équilibre sur sa corde, les jambes ballantes dans le vide. D'une main amicale, elle replace une mèches rebelle de l'enfant sous le capuchon et lui sourit de plus belle.


- Déjà, tu reprends ton souffle ma jolie ! Et ouvre tes mirettes si tu veux apprendre.

Prenant bien plus de risques que l'opération ne le nécessite, Lynia bondit dans les cordages pour ouvrir joyeusement une voile. Quelques nœuds défait, le tissus qui tombe souplement vers la jeune elfe pour être ensuite attaché par les mains vives et sûres de la belle jeune femme, tout semble si simple. Et pourtant, si Lynia lui demandait de refaire la manipulation, là de suite, la fillette en serait bien incapable. Le métier de marin ne s’acquière pas en un regard, surtout quant on navigue sur un trois mâts. Dégringolant dans le gréement, elle vient se rassoir à coté de son apprentie et jette un regard aux alentour. Elle surveille la manœuvre plus qu'elle ne s'occupe de l'enfant, pour le moment. Elle ne peut pas se permettre de donner un cours alors que le navire quitte le port par grand vent. Sans la regarder, elle poursuit naturellement, d'une voix chantante aux accents d'Hù Beï.

- Comment tu t'appelles ? Raconte moi donc ce qui tu viens faire ici tant qu'on a un peu de temps ?

Amicale, Lynia ne cherchait pas à forcer la fillette à parler, mais simplement à faire connaissance. Un peu plus haut, Mouette adressa un rictus indéchiffrable à Edelween. Comme il ne semblait pas méchant, ce devait être un sourire ou quelque chose du genre. Un oiseau blanc était perché sur le bord du nid de pie et la main de l'étrange type lui lissait soigneusement les plumes. Vu de plus près, on pouvait presque se demander si il appartenait vraiment à la race humaine. Ses cheveux semblaient des plumes, et son corps faisaient tous les efforts possibles pour se rapprocher au maximum de l'apparence d'un oiseau. Même sa posture était inhabituelle pour un être humain. Le résultat n'était pas très harmonieux, mais pas franchement laid non plus, juste étrange. Et ses yeux... La pupille prenait presque tout l'espace disponible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    Lun 21 Nov - 19:00

Edelween arrive enfin à hauteur de la jeune femme, elle est quand même bien contente de la main qui l'aide.
Elle semble amicale, bien plus que la capitaine et que le mousse et .. ha et que Akham.
Elle a rapidement répondue a son salut sur le pont, inutile de se montré hostile même si il ne connait rien à la magie et préfère la fureur à la sagesse.
Puis la jeune femme lui replace cette fichue mèche, fatalement sans un peigne pour la retenir, elle va souvent se retrouver à l'air libre celle-là.
Son sourire est réconfortant, loin des sourires servile des domestiques ou des sourires de façade des invités, non c'est un sourire, franc comme celui de son père adoptif, un sourire qui vaux mieux que tout les soleils du monde.
Elle obéit avec plaisir, déjà reprendre son souffle et regarder la jeune femme s'élancer.
Sa professeur évolue avec une habilitée digne des plus beaux oiseaux.
Cela semble si simple que Edelween est certaine d'une chose, elle en est incapable pour le moment.
C'est comme l'enluminure ça semble super facile à voir tant que c'est un maître qui les fait et cela demande des heures de pratique pour arriver a une réussite médiocre.
La jeune fille continue a évoluée rapidement et se retrouve assise à coter d'elle.
Son accents surprend Edelween, elle penche la tête un peu sur le coter pour mieux en saisir les subtilités, cela lui dit quelque chose.
Elle fouille dans sa mémoire, c'etait quand sa mère était encore en vie, un émissaire, pour un accord commerciale..
L'hu Beï !
Voila donc une autre personne qui vas avoir des tas de choses a lui raconter !!


- Je m'appelle Edelween, mon nom a pas vraiment d'importance non ?

elle sourit amicalement, étrange de pouvoir enfin discuté avec une autre fille.

- Je suis arrivé avec l'aide de cuistot qui m'a adopté, disons que j'ai été prisonnière toute ma vie et que Delvïss m'a placée sur le bastingage du Zephyr.
Il y a vraiment rien que je puisse faire ? La capitaine ne m'aime pas beaucoup et je ne voudrais pas qu'elle pense que je lambine hein.
Et je ne veux pas décevoir le Zephyr et la sirène, j'ai tant envie d'être libre comme eux.


son visage c'est éclairé d'un sourire rêveur, sentir le vent dans ses voiles, la mer glissant sous sa coque, elle regarde dans le vide, le bonheur à une ou deux cordé de distance.

Elle prend une grande inspiration et aperçois enfin Mouette, elle l'a vue hier un peu, mais de plus près il est vraiment étrange.
son rictus est quand même moins craintif que hier, elle lui fait un sourire franc.
Ses yeux et sa posture sont étranges, mais bon, elle n'est pas une humaine bornée comme ceux qui la traitait de lapin ou de chat parce que ses oreilles sont légèrement en pointes.
Elle a même un élan de sympathie pour lui.


- coucou ! Tu es Mouette c'est ca ? c'est papa qui me l'a dit hier !

Elle se retourne vers Lynia qui surveille la manœuvre, cela l'intrigue et elle perd son sourire pour avoir la concentration de l'apprentie.
elle regarde, observe le placement des gens, qui s'occupe a quoi, c'est compliqué, plus qu'elle ne l'aurait pensée.
La place est un très bon points d'observation, elle voie une bonne partie des gens, ceux qui sont a leurs place, les anciens, les habituer, les marins expérimenter mais jeunes, les débutants a qui ont donne des ordres simple, comme elle.
Elle classifie les gens, ceux qui donnent des ordres générique, ceux qui les relayent avec plus de précision.
Peu à peu elle détermine les catégories, ceux qui surveille près a intervenir, ceux qui tire les cordages et ceux qui observe relayant les informations.


- Et vous c'est Lynia c'est ça ? comment vous avez fait pour arrivée içi ?

Elle a posé la question en continuant a regarder les gens qui s'agitent sur le bateau, cela la passionne, et elle se met a sourire a nouveau en observant cette bulle de liberté qui glisse sur l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akham Mogoa
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 104
Race : Incube
Date d'inscription : 08/07/2011

MessageSujet: A fusionner   Mar 22 Nov - 16:54

La tempête ne c'est donc pas calmée. Parfait! Sentir sur lui la fureur de l'océan, couplant les attaques des vents déchainés et celle d'une pluie qui fut plus tôt torrentielle, la mer semblait vouloir annoncer au monde la sortie du Zéphyr. Pour sa part, Akham ressentait presqu'autant que la dernière fois cette impression de vitalité exacerbée, cette joie intense lié à la violence de la nature. Il en était quasiment au point de devoir lutter contre lui-même afin d'empêcher sa Bête de transformer son corps suivant les aléas des sensations qu'elle ressentait dans cette tourmente élémentaire.
Puis une voix lui vint jusqu'aux oreilles, une voix qu'il connaissait, féminine mais aussi autoritaire que celle d'un fort gaillard : celle de son capitaine. A l'évocation de son nom, il se retourne vers elle, le sourire aux lèvres, l'écoute et ajoute un simple...

-Bien Capitaine!

... Qu'elle n'entendrais sûrement pas, plongée qu'elle était dans d'autres préoccupations liées à son poste, il se dirigea dans la direction indiquée. L'avant, c'est là qu'il y'à la Foc, la petite voile triangulaire. Aider Pirate... C'est un type? Non, parce que avec un nom pareil, il c'était initialement dit qu'il devait aider tout les pirates à l'avant. Sauf qu'il n'y en avait qu'un. Donc Pirate, c'était lui. Etranges vêtements, maus venant d'un homme qui ne pouvait presque pas en porter, cette remarque n'en était pas vraiment une, et pouvait donc être totalement oubliée.
S'approchant de lui, il lui fit un bref salut de la main, toujours en souriant parce que Akham, mine de rien, était quand même quelqu'un de gentil quand son esprit n'était pas happé par la Bête.

-Alors, t'est là d'puis longtemps? Dit-il également afin d'encourager son compagnon à la conversation.

Méthodiquement, avec le plus de concentration possible qu'exigeait les manœuvres, il imitait les mêmes gestes que S'agissait quand même de devenir rapidement un expert dans la plupart des tâches. Vu son "talent particulier", il savait destiné à être employé de manière très polyvalente. Et ce n'était pas pour lui déplaire.
Pirate.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    Mer 23 Nov - 10:54

Son nom ? Non, il n'avait pas grande importance, ou du moins Lynia n'était pas vraiment en mesure de le demander. Pour quiconque ayant quelques connaissances en noms d'Hù Beï, il était évident que celui par lequel elle se faisait appeler n'était pas le bon. Son accent et son apparence la désignait clairement comme originaire de cet empire, pourtant. Et elle n'était pas la seule à taire la vérité, ce n'était pas ici qu'on forcerait la fillette à parler. Mais la curiosité de la belle n'en était pas moins forte et les courtes explications étaient loin de lui suffire. Il se pourrait bien que Cuistot ait une charmante visite au changement de quart. D'un mouvement plein de grâce, elle se redressa, fixant toujours le pont. Le départ était pour bientôt, il ne s'agissait pas de louper les ordres. Avec ce vent, un oublie pouvait les faire couler à pic !

- Pas vraiment d'importance, en effet, mais je comprends mieux pourquoi le petit déjeuné n'était pas prêt ce matin ! Vilaine fille, fais attention, les marins sont très près de leur assiette !

Lynia éclate de rire, sapant sans complexe l'importance de ses mots. Oui, les matelots lui en voudront un peu, mais ces vieux bougres la trouveront trop jolie pour s'en souvenir. Elle les connait, ces gros durs au cœur tendre incapables de détourner le regard quand elle passe en tenue très légère au milieu du dortoir. Elle ne s'y risquerait pas en l'absence d'Ariech, pourtant. Sait on jamais... Inutile de demander à la fillette comment elle s'y était prise pour convaincre Cuistot de l'adopter en moins d'une nuit, la jeune femme avait son idée sur la question. Elle était d'avantage intéressée par son arrivée à bord. Déposer ici par la lune, l'explication lui semblait un peu vague et exagérer pour le coup, surtout qu'avec ce temps, Delvïss ne se montrait pas beaucoup et que la descente à travers les nuages aurait laisser un peu plus de séquelles. Mais de toute évidence, sa jeune apprentie n'avait aucune envie d'en parler, elle attendrait donc qu'elle se déride ou elle apprendrait l'histoire par d'autres moyens. Il devait bien y avoir une piste à remonter, même si pour le coup, elle avait de bonne chance de se trouver au fond de la mer. Et voilà qu'Edelween s'émouvait des coups de gueule du capitaine. Et bien elle n'avait pas finit d'en voir !

- T'en fais donc pas pour le capitaine. Si il y a bien une chose dont je suis sûre, c'est qu'elle n'a certainement pas envie de te voir passer par dessus bord pour quelques inconsciences, sinon elle ne t'aurait pas embarquer. Elle est désagréable avec tous le monde au début, il n'y a pas de quoi s'en faire ! Et moi, j'étais une amie d'Embrun donc je l'ai suivi à bord quand elle s'est pointée avec son navire.

Voilà qui était délicieusement vague, mais Lynia n'avait aucune intention d'aller plus loin dans les explications. Elle avait d'ailleurs servi le même discours à tous les matelots. Les traces de son passé ne se trouvait pas sur ce pont, ou si, mais elles savaient rester muette. Trêve de bavardage, le nouveau navigateur et sa luciole semblaient se réveiller. Un moment, elle s'était demander si ils comptaient rester à regarder le ciel toute la journée... Apparemment non ! Et plutôt autoritaire pour un petit nouveau. En même temps, il avait intérêt à l'être en arrivant sur un navire à l'équipage pas encore vraiment uni avec un tel rôle de commandement. Et vu leur destination, il avait même intérêt à être drôlement bon. Leur survie en dépendait.

- Mouette ! Ramène une survie pour la petite en descendant !

L'étrange oiseau se laissa tomber du nid de pie. Il n'évoluait pas comme les autres marins... Il semblait voler plus que descendre et en plus, sa méthode avait une véritable efficacité au lieu de l'envoyer directement et à grande vitesse vers le pont. Le vent le mettait très mal à l'aise, en revanche. Sa course verticale l'envoyait valdinguer dans tous les sens, mais il parvint tout de même à se poser à coté des deux femmes, une sorte de baudrier à la main. Lynia le lui pris et commença a le passer à son apprentie en vitesse. Elle attacha ensuite Edelween au mat et lui mis une main sur une corde. Ce n'est pas aujourd'hui qu'elle aiderait beaucoup, avec son poids plume, elle risquait surtout d'apprendre à voler si elle s'y essayer. Mais niveau apprentissage de la navigation en pleine tempête, elle allait être servie.

- Tu ne te détaches pas quoi qu'il arrive. Tu vois la poulie, là haut ? Elle permet de hisser cette voile. Quand je te le dirai, tu tireras sur la corde de toutes tes forces. Et fait attention, dès qu'on va sortir de la crique, les rafales seront cent fois plus violentes.

La jovialité de Lynia s'est effacé pour laisser place à une attitude bien plus professionnelle. Il y a un temps pour les jeux, et un autre pour... Ne pas mourir bêtement en sortant du port. Sur ces mots, la belle s'élance vers la grand voile. La fillette pourra vite se rendre compte qu'on ne la traite pas comme une gamine inutile en l'attachant. Même Mouette qui semble si à l'aise dans le ciel n'hésite pas à s'attacher. Faut dire que la dernière fois qu'il a voler en pleine tempête, le pauvre gars, il s'est pris un mât en pleine poire. Les souvenirs sont vagues, mais tout de même, il a appris à prendre garde au vent.

--------------------

Une main se tend vers Akham et ce n'est pas pour saluer. Elle tient une sorte d'amas de sangles inextricables et complètement inconnu. Pirate lui sourit d'un air fier ou peut être vaguement moqueur, difficile à dire. En tous cas il n'a pas l'air antipathique, et il semble même d'excellente humeur. Faut dire qu'il n'a pas à se plaindre avec les belles dames qui viennent de monter à bord. Plus vite on aura quitté le port, moins elles auront de chance de rester à bord ! Mais le destin semble plutôt stables sur ce point, elles n'ont pas envie de descendre les donzelles. Quelle chance ! Bon, ce serait encore plus plaisant si il en avait une sous la main, mais soyons réaliste, il a bien plus de chance de quitter le port sans encombre avec Akham pour compagnon qu'avec une de ces belles gazelles. Et ce jeune matelot lui plais bien. Niveau esbroufe, il se débrouille plutôt bien avec ses transformations abracadabrante. Un peu d'originalité n'est jamais de refus.

- Bienvenue à bord du Misaine ! Enfile moi donc ta survie et embarque avec moi, moussaillon !

Le misaine n'est autre que le mât avant bien entendu, mais il y a fort à parier qu'Akham n'ait jamais entendu ce mot. Avec bien plus de mouvement que nécessaire, Pirate met lui aussi sa survie, en profitant pour montrer au jeune matelot comment s'y prendre. Servir d'exemple, il aime ! D'un bond, il saut sur la première corde du gréement et se fige, regard vers l'horizon. Quelle est l'utilité de cette posture pour la manœuvre ? Bonne question... Un regard vers le grand mât lui apprend que Lynia a parfaitement repairer ses frasques et qu'elle ne fait que jouer l'ignorante. Quant à la belle petite elfe... Bon sang ! Elle compte tourner la tête un jour ? Sans cesser ses fanfaronnades, Pirate escalade le mât jusqu'à la première barre, s'évertuant à ne se servir que de ses bras pour se donner un genre, puis il s'installe à califourchon sur son perchoir et saisit la corde.

- J'y suis depuis toujours, p'tit gars ! Détache moi cette corde à hauteur de ton crane, que je hisse la voile !

S'attacher ? Oh, il le fera, mais comment résister à la folie de se suspendre à la corde en pleine tempête ? Une belle connerie. Ce gabier est complètement inconscient. Au moins, il semble s'amuser. Ce ne serait pas forcément une mauvaise idée d'aller lui donner un coup de main, avec ce vent, ce n'est pas dit qu'il parvienne à hisser le voile tout seul. Il demandera de l'aide à Akham, il n'est pas tout à fait suicidaire, mais il est tellement plus haletant de prévenir au dernier moment. Un brin dangereux, aussi... Si le jeune incube ne réagit pas de suite, il aura le droit à un « Wouhou ! Ramène tes menottes, on s'envole ! » d'un Pirate hilare, suspendu joyeusement au bout de sa corde.

--------------------

Une violente bourrasque envoie le Zéphyr bondir entre les vagues. Pirate ne s'est résigné à s'attacher que quelques instants avant, bien qu'il ait conseillé à Akham de le faire dès que la voile a été fixée. Si le jeune incube ne l'a pas écouté, il risque bien d'être emporter. Il y a des limites à l'inconscience, la tempête n'est pas une fête foraine. Pour Mouette et Lynia qui ont plus d'expérience dans le domaine, la situation est plus facile à appréhender. Le « Accroche toi, petite ! » est emporté par le vent, et la cible de ce message n'a que peu de chance de s'attendre à un si violent changement. Elle était prévenue avant, bien entendu, et Mouette le lui a répété en venant l'aider à hisser la voile, mais tout de même. Quant à Akham, Pirate s'est contenté de lui dire de s'attacher sans le prévenir de la bourrasque à la sortie de la crique. Ce joyeux luron doit considérer que tant qu'il ne risque de tuer personne, il peut bien s'amuser. Et il a plus de force qu'il en a l'air, son compagnon. Il serait bien stupide de ne pas s'être fait pousser des griffes ou des ventouses vu les conditions !

- Relâche la corde doucement, je vais ramener la voile !

Sans regarder en arrière, Pirate s'élance tant bien que mal dans le gréement. Là, ce n'est plus un jeu. La tempête manque de l'emporter à chaque changement de prise et si il ne parvient pas à faire son travail, le Zéphyr risque tout simplement de couler. Un jeune mousse d'une douzaine d'année vient lui prêter main forte, mais il ne s'enhardit pas à monter dans le gréement. Son assistance sur le pont n'en sera pas moins utile.

Dans le grand mât, la situation n'est pas tellement meilleure. Si Lynia et Mouette n'ont pas grand mal à évoluer entre les cordages même au plus fort de la tempête, aucun d'eux n'a la force d'un titan. Mouette est resté avec Edelween pour l'aider à tenir la corde, mais il finit par se résigner à quitter son poste après s'être assuré que la fillette peut tenir. Pour hisser la voile, elle n'aurait jamais pu, mais là il faut au contraire la laisser filer lentement. Ce n'est pourtant pas une tâche aisée car le vent s'engouffre dans la toile avec une violence incroyable. Bénie soient les système de poulies... Et pour le coup, l'elfette pourra voir sans mal l'utilité de la survie. Alors que ses deux compagnons s'échinent à ramener la voile, Ariech se présente au bas du grand mât, et Lynia lui envoie immédiatement une corde, apparemment vraiment soulagée de voir apparaître son ami. Presque aussitôt, la pression sur la voile se relâche. Tout de suite... Avec un colosse pour tenir les trois quart du poids, border une voile devient beaucoup plus aisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    Mer 23 Nov - 13:29

Edelween eu un sourire contrit, c'etait une mauvaise idée que Cuistot soit venu avec elle.
-Je suis désolée pour le petit déjeuné

[i]Le rire la rassura. La remarque de Lynia sur Embrun lui donna quelque doute, enfin c'etait une de ses amies, pas la peine d'ergotter la dessu.
Elle suis le regard de Lynia sur le pilote, étrange la petite créature qui est avec lui, ca la fait sourire.
- Ils sont mignion ensemble, vous pensez que la fée l'a adopté ?

[i]Pas le temp d'attendre la réponse Lynia c'est déja tournée vers Mouette pour qu'elle est une survie, bon, tout le monde semble en avoir c'est donc important.
Elle observe la dessnete de l’étrange homme et est soufflée qu'il est visé aussi bien au vue du vent et de sa course asser érratique.
Elle se retrouve ficelée avec la corde dans la main.


- Oui Mademoiselle, je ne me détache pas et j'attend votre signal

Elle regarde la poulie puis la voile, la corde, la poulie, Lynia qui s'élance vers la grande voile...
Elle jette un retour autour d'elle et s’arrête interloquée !
Un tricorne !! il y a un marin qui a tricorne !
Ca c'est la classe, bon il bondit comme un fou, ça lui rappel le palefrenier qui essayait de monter a crue pour l’impressionner, c’était charmant.
une inattention, un coup de vent, elle se retrouve dans les air, pas de mat sous elle, aucunes prises elle flotte dans le vents retenue uniquement par sa survie et par la corde qu'elle tiens avec mouette.
Mouette est là, il tend un bras qu'elle attrape pour revenir a sa place, non vraiment, elle ne regrette ni d’être plus lourde qu'une fleure de lys ni d'avoir un survie attachée a elle.

Le vent souffle a nouveau , elle se plaque pour ne pas être emportée, elle adorerait être suspendue entre ciel et mer a nouveau, sans attache libre...
Mais bon elle a un travail a faire, elle regarde encore une fois vers l'homme, qui est suspendue par les mains dans le vide.
Mouette viens de la quitter, le vent souffle a nouveau, elle tiens bon

Elle tire sur la corde sans succès, elle tire encore de toute ses force et ca se débloque, illogique, elle risque pas de faire la différence pourtant.
Et la voile commence a se mouvoir pourtant.
La montagne au pied du mat qui tire sur la corde en s’arque-boutant y est sans doute pas pour rien.

ELle ne fait plus attention a autre chose qu'à la corde, elle tire, meme si c'est inutile, ca donne au moins l'impression qu'elle aide.
Elle relâche quand Lynia lui fait signe, se rattrape à la survie et au mat a nouveau suspendue entre ciel et mer, se raccroche au mât.

C'est grisant mais sans doute plein de danger, pourtant le vent et la mers son là, ils bondissent dans les flots, elle sourit.
Quelque part, c'est quand même tres pratique ces lacets pour tenir ses vêtements sa cape se serait envolée depuis longtemps sinon.

Nouvelle ordre, la voile se borde peu à peu
Elle pousse un juron et rougie immédiatement !
Sa mêche c'est encore defaite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akham Mogoa
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 104
Race : Incube
Date d'inscription : 08/07/2011

MessageSujet: Re: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    Mer 23 Nov - 23:36

Pirate lui plait! Aussi intrépide et insouciant du danger. Il risquait de bien s'apprécier, tout les deux avec des caractères aussi similaires. Surtout qu'Akham avait beaucoup de surprise à lui montrer, et que cette seule traversée risquait de ne faire qu'effleurer toutes les potentialités qu'avaient à offrir le jeune incube. Néanmoins, il suit les conseil de son "maitre du misaine" et attache solidement la corde qu'il lui tend autour de la taille. Drôle de coutume... A quoi bon s'attacher sur un navire quand on était censé être libre sur ce dernier? La réponse lui vint assez rapidement, tout de même. C'est vrai qu'il fallait avouer que la tempête restait forte, et que le bateau tanguait assez dangereusement. Et apparemment sa n'allait pas aller en s'arrangeant. Mais Akham, plongée dans l'euphorie que la furie des élements créaient sur son corps, ne c'était pas initialement préoccupé de ce problème. C'est fou ce que les vents étaient plus forts sur la mer que sur la terre! Il n'avait que rarement des tempêtes capable de plié un chêne traverser ses terres, et ici c'étaient clairement autre chose!

Et aux vues des événements qui allaient suivre, le jeune homme c'était effectivement fait pousser des griffes. Bien sur, pas celles qu'il avait montré à Mousse hier, pas celle qui le faisait plus ressembler à Wolverine, non! Celles là étaient beaucoup plus sobre, puisqu'elle était celles des chats. C'était assez amusant de voir d’ailleurs des coussinets, d'où jaillissaient de petites griffes, placés juste sur le bout de la dernière phalange de doigts typiquement humains. Personne n'avait intérêt à se prendre une baffe dans cette condition, car il s'en rappellerait toute sa vie, à chaque fois qu'il poserait la main sur son visage et qu'il sentirait quatre profondes et énormes cicatrices bien régulières et parallèles sur sa joue, en fait.

Le sourire aux lèvres, avec la grâce et l'agilité d'un chat, mais quand d'où on percevait parfaitement que c'était la première au vues des gestes un peu saccadés et chutes avortés de justesse, il rejoignit Pirate afin de l'aider. L'imiter, faire comme lui, aller là où il va, ne pas se poser de question. Si il doit en réalité rester à sa place et ne pas bouger, on le lui dira. En l'absence de précision, il suit et il observe. S'agit quand même d'être capable de faire les mêmes gestes tout seul très rapidement, et avec la même efficacité et vélocité.

-Tu connais bien la capitaine, alors! Elle à l'air plutôt sympa, malgré son air un peu austère!

Mais la conversation n’alla pas plus loin. Il eut bien raison de ce faire pousser des griffes! Car lorsque le navire bondit entre les eaux, Akham, qui ne s'y attendait pas du tout, fut lui aussi ejecté en arrière. Heureusement qu'il eut le réflexe de planter ses mains griffus dans le bois du mat de misaine, car sinon il aurait eu le droit de survoler la mer de quelques centimètres. Éclatant de rire, il regarda son compagnon, qui lui aussi semblait follement s'amuser. Relâchant la corde doucement comme il le lui avait dit, le jeune Dru-Yiddes regarda Pirate s'élancer dans les gréements. Ha... Toutes ses cordes! On aurait dit un gigantesque toile d'araignée dans laquelle Akham se sentirais presque à son aise. Faut dire aussi qu'il les avait pas mal observé, ces petites bestioles, en même temps que toutes ses copines insectoïdes. Son grand-père avait été un passionné des insectes, il lui avait apprit beaucoup sur eux. "Au cas où", disait-il. Et bien il ne croyait pas si bien dire!

Mais avant de s'élancer, d'abord être sûre qu'il pouvait accompagner Pirate. Oui, cette fois on ne suit pas comme un petit chien bien obéissant, on attend d'être appelé... Bah comme un chien, toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    Ven 25 Nov - 12:55

Les voiles se referment bien trop lentement, mais finissent par tomber, laissant le navire se redresser. Il n'est pas passé loin des vagues ! Du gréement, on aperçoit clairement la mer en furie à la sortie de la crique. Il semble impossible de naviguer sur de telles vagues ! Pourtant, le Zéphyr s'y dirige avec résignation, trop heureux de prendre la large pour s'arrêter à une si stupide broutille. Il en a vu de pires ! Les vagues font plus de deux mètres, il surfera dessus ! Mais il ne restera pas bien gentiment au port. À nouveau droit sur ses appuis liquide, il boue d'impatience, attendant anxieusement qu'on regonfle ses voiles.

- Et on décolle !!! Bordez moi tout ça !!! Hissez toutes les voiles !!!

L'ordre du navigateur claque alors que les voiles ne sont même pas encore tout à fait repliées. Mouette lève la tête, l'air vaguement affolé, puis se précipite vers la jeune Edelween. Même quand il escalade le mât, sa démarche est étrange. Un saut sur une corde, un battement de ses ailes inexistantes, puis la main saisit la corde du dessus, comme si il venait de se souvenir de l'usage de ses membre. N'importe qui se serait fait emporté par la tempête avec une telle démarche, et pourtant il parvenait à progresser. Se tête ne cessait de pivoter sur son cou, il était aux abois. Alors qu'il avait presque atteint la fillette, une bourrasque le faucha dans un saut et il se retrouva suspendu à une corde deux mètres plus haut. Le vent... Bien trop fort pour lui ! Par ce temps, il préférait rester au nid. Un peu tremblant, il se contorsionna pour rejoindre la sécurité relative de la barre où était assise la fillette et attacha bien vite sa survie. Ce vol était un peu trop désordonné et dangereux pour lui, et sa compagne n'était même pas là pour l'épauler. La mouette avait disparue depuis un moment maintenant, sans doute blottie quelques part à l'abri du vent. Se reprenant, Mouette saisit la corde et se mit à tirer pour hisser la voile.

- Faut... R'commencer... Hisser la voile. Tire te toutes tes forces, petite. C'est dangereux la tempête.

Il n'avait vraiment pas l'air rassuré alors il était aisé de le croire. Un peu plus bas, Lynia s'échinait à rattacher la voile. Ariech tentait bien de l'aider de son mieux, mais il avait déjà une bonne part de la voile à retenir. La jeune femme avait pourtant parue des plus habile toute à l'heure, et là elle peinait à tenir dans le gréement et à éviter les violente claque de la toile cherchant à regagner sa liberté. Tirer, encore et encore... Il fallait y arriver.

--------------

Sur le mât de misaine, bien que pris dans la tourmente, Pirate s'octroya le temps d'agiter son tricorne à l'attention de la jolie fillette perchée sur le grand mât. Enfin, elle l'avait repéré ! Ravi de s'être fait remarqué, il adressa un sourire fier et joueur à Akham, bien décidé à lancer une course à qui réussirait le premier à avoir le cœur de la belle. Seuls les yeux brillants de la fillette l'intéressait, il n'avait que faire de son corps pas encore sortit de l'enfance. La séduction est un art qui n'amène pas forcément aux plaisirs de la chaire. Le beau trublion y préférait de loin les éloges de sa reine. Ce n'était pas le meilleur moment pour des œillades oisives, et la voile faillit bien lui échapper des mains. Tendre la toile à nouveau...


- Tire ! Tire comme si le diable te collait au cul, matelot !

Le danger ne le rendait pas moins fanfaron, simplement très légèrement plus prudent. Il commença à se hisser vers le ciel pour rattacher la voile. À mesure que leur tache avançait, le vent se faisait de plus en plus violent, s’engouffrant sans merci dans la voile. la suite ne serait pas de tout repos. Au pied du mât, le jeune mousse regardait un peu anxieusement la voilure se tendre. Il n'était plus d'une grande utilité en bas, et ne semblait pas vraiment enchanté à l'idée de monter. Pourtant, une personne supplémentaire ne serait pas de trop avec la force du vent. Et vu le temps qui s'annonçait, il serait même sans doute indispensable dans très peu de temps. De plus, Pirate risquait de ne pas s'en sortir seul pour rattacher la voile, même si il était trop inconscient pour demander de l'aide. Le jeune garçon était bien conscient de la situation même si il venait d'embarquer. Ce n'était pas le premier navire dans lequel il servait malgré ses douze ans à peine tassés. Il leva un regard un brin inquiet vers Akham, et tenta de briser les hurlement du vent de sa voix trop ténue.

- Vous voulez que je monte ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    Lun 28 Nov - 22:11

Edelween regarde la mer en furie, les vent déchaînés rabattent son capuchons sans ménagement et la pluie lui mouille le visage de manière quasi instantanée.
Elle devrait être effrayée, et pourtant elle exulte !
La mer est la, la liberté, le vent, les éléments déchainée qui saluts leurs passage.
Elle s’accroche a la survie et se plaque sur le mat, impossible de vraiment bouger de là ou elle se trouve.
Comme quoi, ce petit morceau de corde, il est quand même bien utile.

La silhouette de Mouette se rapproche et d'un coup disparaît, elle tend la main, essaye de l'attraper en pure perte, d'environs 1 mètre en fait.
Il réapparaît elle l'aide du mieux possible.

Elle regarde la poulie et la corde détrempée entre ses mains.
Oui les tempêtes sont dangereuses mais il est impensable que le Zephyr n'arrive pas à passer.
Alors elle tire sur la corde, de toute ses force, autant dire que ca fait pas grand chose au final, mais l'intention est là.

Les effort combiner de Lynia et d'Ariech semblent aussi futiles mais les voiles commencent a se hissée, peu a peu, toises par toises

Edelween tire, elle ne pense plus a autre chose, elle ne voie plus autre chose, son regard vide argenté témoigne qu'elle a toute son attention sur cela.
Elle ne ressent plus la pluie ou le vent.
Tirer sur la corde, juste sur la corde rien d'autre.

Elle sert les dents, sa peau déjà blanche est livide comme ses mains qui se teintent un peu de rouge.
Les quelques gouttes vermeilles vites emportée par l'eau et la violence des éléments, mais elle tire de toute ses forces.

Elle est passer au dela de la réalité des choses, une seule idée s'impose a elle : La voile doit remonter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    Mer 30 Nov - 14:12

Le navire bondit et le vent s'engouffre toujours plus violemment dans les voiles. Une trombe d'eau déferle sur le navire, aspergeant tous les gabiers. La tempête, ils étaient en plein dedans maintenant. Il n'était plus question de sortir de la crique, mais bien de laisser le Zéphyr prendre le large au plus vite pour s'éloigner un maximum des cotes. Lynia se traina vers sa jeune apprentie alors que Mouette filait déjà vers le pont pour prêter main forte à Ariech. Ce n'était plus un travail de mousse, et encore moins celui d'une fillette sans connaissance de la mer et à peine embarquée. Elle avait déjà les mains en sang, il fallait savoir s'arrêter.

- Retourne dans la soute, Edelween. On va s'en sortir sans toi. Lui dit gentiment Lynia avec un sourire un peu inquiet.

La jeune femme aida l'elfette à descendre vers le pont et lui posa une main sur la tête autant par affection que pour la retenir alors qu'elle observait la mer. Difficile de prévoir l'arrivée d'une vague, mais elle faisait de son mieux pour que l'enfant ne court pas trop de risques. Elle attacha distraitement les survies alors qu'une autre déferlante se préparait à submerger le navire, et maintenant, elle allaient se la prendre en plein visage. Retenir son souffle, fermer les yeux et attendre en espérant que la vague se retire assez vite pour ne pas les noyer... Maintenant...


- EDEL !

La survie n'était plus reliée à rien et la vague entrainait la fillette par dessus bord. La bastingage passa sous elle comme dans un rêve, inaccessible, alors que l'océan tendait vers elle ses immenses mains glacées. Déjà, le Zéphyr s'éloignait d'un bond puis une vague la ramenait vers la frêle embarcation, manquant de lui faire percuter le pont de plein fouet. L'eau glacée alourdissait ses vêtements trop larges, l'entrainant vers le fond. Rester à la surface relevait déjà de défit, alors regagner le navire à la nage ? Impossible ! Est-ce que le navire tournait vers la jeune naufragée ? Embrun, haletante, tirait de toutes ses forces sur la barre pour empêcher le Zéphyr de s'éloigner de son matelot à demi noyé. Cette manœuvre risquait de briser une bonne part de leur élan et de rendre la suite difficile. Qu'importe ! Tant qu'il y avait une chance de sauver un mousse sans trop mettre tout le reste de l’équipage en danger de mort, elle n'hésitait pas. Ils pourraient toujours rattraper le coup... Enfin peut être !

Lynia couru vers le bastingage, pris juste le temps d'attacher sa survie, et se jeta de l'autre coté, tendant la main vers son apprentie. La première vague l'aveugla sans qu'elle parvienne à rattraper la fillette. Elle s'en voulait... Cette corde, c'était elle qui l'avait mal attaché, à moins que la violence de la vague n'ait carrément brisé le mousqueton ? Trop tard pour se poser la question, trop tard pour les remords, il y avait mieux à faire. Mais Edelween était bien trop loin pour qu'elle ait une chance de la rattraper par une manœuvre aussi désespérée et le Zéphyr tournait bien trop lentement...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Akham Mogoa
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 104
Race : Incube
Date d'inscription : 08/07/2011

MessageSujet: Re: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    Mer 30 Nov - 19:55

La mer qui se déchaine est forte, le vent qui souffle est puissant, la pluie qui tombe en trombe est si dense qu'elle en vient parfois à frapper les matelots de cécité, tout ces éléments de l'Océan font un tel vacarme dans leur furie que le simple d'entendre son voisin tient plus du miracle que du fait de disposer de cordes vocales puissantes ou non. Et pourtant, malgré la tumulte et le chaos de l'alliance des éléments, Akham entendit parfaitement la voix forte d'Hergor hurler :

-Un homme à la mer!

Aussitôt son sourire disparu. Une personne perdu dans cette incarnation du chaos qu'est la mer? Si on le lui venait pas en aide il serait perdu. Jetant un regard à Pirate, il lui fait comprendre qu'il devra s'occuper de l'avant du navire pendant quelques instants, car il comptait bien aller ce porter au secours du matelots tombé à l'eau. Qui d'autre que lui pouvait affronter une Izilia déchainée, lui qui pouvait devenir l'un de ses habitants?
Revenant sur le pont du navire, il sectionne d'un coup de griffe sa survie, la détacher lui aurait fait perdre trop de temps, la garde toujours attachés autour de sa taille, puis hurle à Embrun et Hergor tout en courant vers le bastingage :

-J'vais le chercher!

Pas le temps pour eux de l'en empêcher ou de lui interdire qu'il à déjà sauter par dessus bord. Heureusement que la rivières qui bordait son village natale accueillait chaque année les thons qui y remontaient en quête de eau plus douce que le lac où elle prenait sa source offrait. Ses poissons étaient de robustes et puissants nageur, capable d'affronter un courant contraire malgré sa force, et même de remonter des cascades! Alors que le jeune incube se situe dans l'espace qui sépare le pont du Zéphyr de la mer, ses jambes se fondent en une seule et ses pieds deviennent nageoire caudale. Des branchies poussent sur son coup afin de prendre le relais des poumons qui sous l'eau ne lui servira plus, tandis que ses yeux se couvrent d'un voile blanc qui les protégera de l'eau et lui permettra de voir au mieux possible. Il plongea alors sous l'eau, cherchant à éviter la fureur des vagues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le vent dans le gréement du zephyr un souffle vers la liberté
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» #. Le hurlement du vent dans la plaine
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Préval a le vent dans le dos. C'EST UN TITRE GROSSIER ET MENSONGER
» Après l'Entraînement de ses Apprentis Guérisseurs...
» Élections 2009: Le parti Fanmi Lavalas a le vent dans les voiles.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Origine et le Changement :: Le Monde D'Origine :: Les Mers et les océans :: La Mer d'Izilia-
Sauter vers: