L'Origine et le Changement

Bienvenue sur l'Origine et le Changement; un forum RPG. Plongez dans ce monde médiéval fantastique aux possibilités infinies.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sur le pont du Zéphyr

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mar 27 Déc - 13:32

Edelween se met a sourire pour plusieurs raisons :
Déjà elle a fait un statu-quo avec la capitaine, elle aurait quand même préféere que ca se passe mieu mais elle y gagne un entrainement a ses pouvoirs, de toute manière elle ne veux pas mètre le Zephyr ou les gens en danger et meme si ses billes de lumières sont impressionnante au premier abord elle ne fera pas de mal avec.
Les limites de son pouvoir, elles ne peuvent pas être bien grande et ca l'avait épuise vite sur le début même si maintenant elle pouvait tenir ses veilleuses longtemps et sans avoir a prélever dans la lumière autour d'elle.
Ensuite elle aura pas peur d'affronter les autres membres d'équipage si ils viennent la tester, elle a supporter le regard noir du capitaine c'est pas les marins qui vont l'intimider, bon si ils viennent a plusieurs .. elle aura toujours les gréements pour se percher.
Et enfin elle allait être former a la navigation et elle avait le droit d'aller chercher les cartes du capitaine.
Quand a l'opposition entre la théorie et la pratique, elle devait bien admettre que la théorie qu'elle avait sur les choses ne lui servait pas vraiment dans le cas présent autant voir l'inverse donc.


- Bien capitaine, je les apportent tout de suite

Elle s’apprête a voler vers la trappe pour filer voir la fameuse cabine que son père ne lui à juste indiquer sans plus.
Normal la cabine du capitaine on y entre qu'avec sa permission.

Elle se stop pour ecouter Embrun lui expliquer la sirène et le charpentier.


- Je suppose que l'on aura le temps d'ici a notre destination et tout le temps que l'on veux c'est ce qu'il nous suffit.

Elle file vers la cabine.
la cale est toujours encombrée elle se glisse doucement entre les hamac, fantôme pale et silencieux qui file jusqu'a la fameuse porte.
bizarre cette corde qui traîne sur le sol.
Et elle entre dans la pièce.
Non en fait, quand elle y repense la corde qui traînait sur le sol ce n’était pas si étrange que ça, pas quand on arrive a embrasser des yeux l'indescriptible fouillis de ce qui devrait être une cabine de capitaine.
Si elle avait un doute, c'es fini la tempête le Zephyr l'a bien traverser mais elle est venue de la cabine avant ou elle est passer dedans ou .. elle sait pas en fait, mais si elle devait trouver une analogie, elle se dirait dans une mer de fouillis mal ranger et lancer partout.
progresser sans bruit est plus délicat, mais bon tant pis, il faut déjà qu'elle avance sans se cogner.. non, sans buter quand des objets... bon sans marcher sur une chose de fragile se sera un bon exploit.
Les cartes sont dans le fond de la cabine, ça doit être la table, oui logique, les amas d'objet épars qui ont déserter les étagères sont dessus et dessus, trouver une carte est facile de fait, il suffit de regarder une étendue plate ou un tube rond qui dépasse.
Rhalalala, cette cabine devrait etre ranger tout de même, bon elle s'en occupera quand elle aura du temps libre, non seulement c'est pas pratique comme ça, mais ca peux même être dangereux avec le temps.
Et puis les étagère son pas la pour être des prises pour les mains mais bien pour amarer les choses, la preuve, il y a bien les filins qui pendent sans but.

Elle remonte avec les cartes sous les bras refermant la porte du capitaine apres y avoir repoussé la corde a l’intérieur, elle ne sais pas a quoi sert cette corde mais elle trouvera si elle peux mettre de l'ordre dans la cabine plus tard.


- Voila capitaine, les cartes comme vous vouliez, mais il faudra ranger la cabine, la tempête y a fait de sacré désordres. Alors par quoi commençons nous ?

La lueur de défi qui brillait dans ses yeux a été remplacer par celle de la soi de connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Sam 31 Déc - 20:15

La tempête ? Elle a bon dos la tempête, tient... Cette gamine ne comprend rien au "rangement" de sa capitaine, oui ! Faut dire qu'il n'y a personne qui y comprenne quoi que de soit et qu'il n'y a rien à comprendre. Mais Embrun s'y retrouve dans cet enchevêtrement inextricable d'objets improbables digne d'un champ de bataille ou du moins parvient t-elle a mettre la main sur ce quelle cherche plus vite que le commun des mortels. Sa chambre est à l'image de son caractère, chaotique et rebelle, mais au moins se sent elle dans ce dépotoir chez elle. Elle hausse les épaules d'un air détaché, comme si la remarque n'avait aucune importance.

- Pas b'soin d'ranger, la tempête a pas r'mué grand chose.

Sans plus se préoccuper de cette question complètement déplacée (puisque sa chambre était bien assez rangée à son gout), la pirate saisit les cartes et les posa en équilibre sur la barre pour les étudier brièvement. Elle releva bien vite la tête pour regarder aux alentours, mais aucune cotes en vue, toujours. Rien d'étonnant, elle avait été forcée de s'éloigner un maximum de la cote pour tenir la tempête sans être projetée sur des récifs. Le Zéphyr avait beau être une merveilleux navire, lancé sur une caillasse, il réagissait bien comme les autres... Maintenant, il serait plus simple de se rapprocher des cotes pour trouver des points de repaire, mais cette manœuvre risquait aussi de les faire repairer comme pirate. Attaquer deux trois villages ne lui faisaient pas peur, seulement l'équipage n'était absolument pas entrainé à combattre de concert à part les anciens. Quelques cours d'arme ne feraient pas de mal aux nouveaux marins avant d'envisager des rapines. Un bon combat restait la meilleur moyen de tester les recrus, sauf que pour le coup elle ne pouvait pas se permettre d'en perdre trop. Autant poursuivre plein sud pour le moment. Elle sortit le combat et le posa bien en évidence au dessus de la mer intérieure séparant Menetyr de Thalûn, puis, elle pointa le doigt sur le port d'où ils venaient.

- On est partit d'là, et on a pris vers l'est pour s'éloigner des cotes. Trop dang'reux en pleine tempête... On risque d'être proj'té contre des récifs. Quand il y a trop d'vagues, faut toujours gagner la pleine mer ou faire escale dans un port, mais jamais rester près d'la terre. Après, faut aussi apprendre à chopper l'bon vent, mais d'ici là qu'on t'laisse la barre en pleine tempête, t'as l'temps d'apprendre.

La jeune femme se plonge dans ses pensées, les yeux rivés sur la carte. Pas simple de trouver leur position en pleine mer, après une tempête, avec un ciel couvert et un soleil couchant. Elle manquait de point de repaire. Avec un petit claquement de langue, elle releva la tête, vérifia la barre et reporta à nouveau les yeux sur la jeunette.

- Bref, on a du s'éloigner pendant trois heures tout au plus vers l'est, puis on a pris plein sud. (Elle trace la trajectoire du doigt sur la carte.) Et v'là plus une bonne d'mi journée qu'on vogue. Vent d'travers d'puis qu'on a viré, mais C'pas ça qui va gèner l'Zéphyr. C'genre de voiles prennent presque tous les vents. On a une bonne vitesse, mais la tempête nous a bien fait trainer. Hum... Avec la loch qu'est en miette, plus moyen d'prendre la vitesse exacte, va vraiment falloir l'réparer. J'temontrerai bien les instruments d'mesure, mais sans repaire, on en f'ra rien. Pour tout d'dire, là d'suite, on a pas trop d'moyen d'savoir exactement où on est, mais j'pense qu'on est par là à quelques milles près. (Elle pointe un endroit en pleine mer, pas si loin du port.) Dès qu'le ciel s'ra plus dégagé, on pourra confirmer. On d'vrait apercevoir le détroit d'main soir, par là... Mouais. C'lui là est pas de plus gardé, c'est c'lui d'Athé qui posera l'plus d'soucis.

D'un geste vif, Embrun repli les cartes et les remet dans leur étui. Il n'y a pas tant à voir, au fond. Le plus difficile est de trouver des moyens d'estimer leur position. À quelques heures de voyage du port, la marge d'erreur est encore faible malgré la tempête, mais quand ils atteindront le mer d'Isilia, il ne pourront plus se permettre de voyager sans loch, un brin à l'aveuglette. Et avec l'arrivée de la mauvaise saison, le voyage n'allait pas être simple. Mais elle n'allait tout de même pas se laisser arrêter par d'aussi menus détails ? Sans prendre de gants, elle attrape le bras de la fillette pour la trainer à sa place et lui met les mains sur la barre. Toujours aussi fermement, elle lui fourre le compas dans une mains et lui fiche devant le nez.

-On file plein sud. Garde la trajectoire.

Au fond, ce n'est pas si sorcier, elle va vite comprendre comment fonctionne la barre... Et la capitaine reste prudemment à coté. Il n'y a pas de meilleur moyen d'apprendre que de mettre les mains dans le cambouis parait t-il. Après tout, la navigation reste une science relativement empirique. Si elle a correctement observé comme Embrun maniait la barre, elle ne devrait pas avoir de mal à aller tout droit. Sauf que la jeune femme a légèrement bifurqué vers le sud-est avant de lui refourgué les commandes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Dim 1 Jan - 10:29

Edelween plisse un peu les yeux, ca doit donc etre ce qui est nommé le désordre organiser ou le reflet de l'esprit rependue sur le plan matériel.
Pas grave elle retentera d'avoir acces a cette histoire de rangement plus tard, c'est que, se serais quand meme dommage que les objets fragiles cassent.

Elle revient aux explications de son Capitaine, la navigation c'est important, la carte, c'est bien beau mais comment on arrive a savoir que l'on est sur un morceau de dessin alors que la tempête les a ballotter de droite a gauche.


- Avec la tempete les vagues ne risques pas de rabbare le navir vers les cote en quittant le port justement ? la force du vents est plus force que celui des vagues ou bien il faut zigzaguer entre les cretes ?

Les informations la passionne, elle adore ça, découvrir, savoir ce qu'il faut faire, bon c'est que de la théorie et elle n'est pas vraiment pressée de retenter une tempête au final, mais ca n’empêche qu'elle écoute avec une attention redoublée.

- Trois heures a l'est... trois heure c'est un temps mais pour une distance, il aurait fallu savoir a combien non ? (elle suis du regard la trajectoire se reportant vers le compas tracer en haut de la carte pour vérifier les informations nord /sud) une demi journée plein sud, c'est moins précis déjà.

Elle observe la voile, ses mains la picotte, elle vas s'en souvenir des voiles ca c'est certain.
- c'est la forme des voiles qui permet de bien prendre le vent ? leurs orientation pousse la voile dans une direction et son inclinaison pousse le navire alors, il y a jamais de soucis en cas de courant contraire ? (elle reporte son attention sur la carte) les courants ne sont pas marqués sur les cartes ? La loch ? ca sert a mesurer la vitesse ? comment cela fonctionne ?

haaa ce qu'elle avait adorée les passage ou l'explorateur Marcus PULU utilisait les étoiles pour se diriger, prenant en reepere l'étoile la plus au centre et laposition de Delvïss par rapport a elle pour avoir la date et calcluer sa position.
Bon au moins la Capitaine connait leur position approximative.


- pour la position on utilise la positon du soleil comme les étoiles comme points de triangulation ? ou les lunes ? avec la date elles ont toujours le même points dans le ciel non ? Le Détroit d'Athé posera un soucis a cause de quoi ?

Elle regarde les cartes, bon elle les auraient bien étudiée plus longtemps en fait, des vrais cartes de marins ça c’était passionnant !!
Impossible de regretter ca vue qu'elle se retrouve avec le bois dans les mains.
Ca l’électrise, elle ferme les yeux un bref instant, elle tiens la direction du Zephyr entre ses doigts, elle percoit la sirène plus clairement, plus simplement, la sirène chante et ouvre la mers, le Zephyr suis la sirène, mais c'est elle qui donne la direction, un sourire lumineux apparaît sur son visage, elle se sent enivrée un douce chaleur dans tout le corps, cela dure un instant mais c'est si exaltant.
Elle se retrouve avec le compas dans les mains, l'appareil tourne dans un sens et dans l'autre avant de se stabiliser, un truc ne vas pas, l'aiguille qui indique le nord ne pointe pas l’arrière du bateau comme elle devrait, mais plus vers la droite.
Donc non c'est pas plein Sud plus sud.. une rapide conversion... Sud-est


- Plein sud Capitaine.. compris
Pour ramener l'aiguille du compas droit vers l’arrière du navire, il faut donc qu'elle tourne la barre vers la gauche, ce qui redresse le compas, lui fait dépasser un peu le points, elle grimace et fait tourner la barre dans l'autre sens, elle a rater le points a un rien, elle observe le compas, l'instrument es le points central de son attention l'aiguille est presque a l’arrière.. encore.. encore un petit peu. là ! elle redresse la barre dans sa position initial et y reste accrocher, les jointure blanchie par les crispation bien loins de l'assurance tranquille de sa Capitaine.

- Comme ca ?
Elle redresse enfin la tête et regarde la mer droit devant faisant bien attention a ne pas bougée d'un iota.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mer 4 Jan - 21:32

Une véritable farandole de questions ! Et pertinentes qui plus est. Cette fois ci, Embrun ne semble pas le moins du monde agacée par les interrogations de la jeunette. Elle est dans son domaine, dans sa passion, au milieu des mers et l'esprit plein de vagues. La navigation n'est pas un sujet tabou dont elle refuse de parler, comme la magie et autre inepties sans intérêt venant du fond des terres. Le combat et l'océan, voilà deux disciplines qu'elle prend plaisir à enseigner, que ce soit pour montrer aux autres les beautés des flots ou pour permettre au Zéphyr de voguer sans danger. Il a besoin d'un équipage compétant son navire, surtout pour se rendre là où elle compte le mener. L'océan des tempêtes ne porte pas ce nom sans raison, la passer ne sera pas une partie de plaisir et pour peu que la navigateur coule à pic, il en faudra bien un pour le remplacer. La mioche a l'age requit et semble s’enthousiasmer pour l'étude. Elle ne demande rien de plus. La pirate lance un bref regard au compas avant de répondre d'une voix ferme et assurée.

- Si, la mer a toujours tendance à nous renvoyer vers les cotes. Faut prendre de la vitesse pour gagner les haut fonds, et ce n'est jamais simple de gagner la mer en pleine tempête. Un d'ces lourds marchants qu't'as vu au port aurait jamais pu, mais l'Zéphyr est différent ! T'es sur un navire pirate, fillette, et il a les voiles qu'il faut pour filer vers la mer par tous les vents ! Mais tu l'as vu, sortir du port était loin d'être simple. On y a même laissé un mat'lot... Le principe, c'est d'prendre assez d'vitesse pour garder la bonne direction avant que la mer ne soit trop forte, donc dans la crique. T'as du voir qu'on devait ouvrir les voiles et r'mettre du mou sans arrêt. Faut prendre un maximum de vent, mais si on laisse les voiles ouvertes quand les vents sont trop violents, on risque juste d'casser les mâts. Faut connaître l'navire quoi, savoir jusqu'où on peut aller sans qu'il rompt. Comme not' navigateur l'est tout nouveau à bord, l'départ a pas été franchement fluide, mais il s'en est bien sortit tout d'même.

Elle reprend son souffle et lève les yeux vers les voiles.

- C'par leur forme qu'elles prennent l'vent, en effet. Et on les oriente d'façon à c'que l'vent s'prenne dedans, sans quoi on avancerai pas. À moins qu'tu veilles ramer... (Elle hausse les épaules avec nonchalance.) Par vent contraire, on zigzag pour avancer, tout bêtement. Moins rapide mais ça s'fait.

Elle marque un temps, vérifiant la direction et sondant le paysage. Rien à faire, aucun point de repaire et le soleil qui commence à empourprer l'horizon. Enfin, dans une mer intérieur, il y a relativement peu de chance de se perdre.

- C'est bon pour l'cap, gamine. Garde le bien maintenant.

En effet, les données sont très vagues, trop même. Mais il n'est pas possible d'en avoir d'avantage pour le moment donc il faudra faire avec. La fille des mers sourit très légèrement en regardant le couché de soleil teinter de roux les cheveux de la sirène et se tourne vers la jeune mousse, ayant retrouvé tout son sérieux.

- Hum, c'est vague, ouais. Vu l'ciel couvert qu'on a eu toute la journée, pas moyen d'avoir des durées précises et on y voit goute. On est partit c'matin aux aurores et on est l'soir, le reste, on en sait pas grand chose. Enfin, on voit plus la cote donc on a quand même fait quelques miles à l'est, et dans tous les cas faut prendre la direction du sud. Le détroit, on l'loupera pas, il est pas assez large pour qu'on l'passe sans s'en rendre compte donc on r'prendra des r'paires précis à c'moment là. Mais en mer, c'courant d'pas savoir où on s'trouve au mile près. Surtout quand on vient d'se faire valdingué dans une tempête et qu'le loch est cassé. C'est c'qui nous permet d'savoir la vitesse donc bon... Une corde de nœuds qu'on laisse trainer dans l'eau. Hum... On t'montrera quand il s'ra réparé, ce s'ra plus simple d'expliquer avant l'instrument sous l'nez.

La lumière baisse drôlement vite avec ce ciel nuageux. Mais au moins, vu le temps, ils ont peut de chance de se faire repairer par des navires armés. À l'approche du détroit, il risque d'y en avoir, mais pas de suite. Embrun fixe l'avant du navire pour lancer ses ordres d'une voix puissante bien que trop aigüe. Elle n'a pas la cage thoracique des grands capitaines, mais le cœur y est.

- Allumez les phares !

Le Zéphyr s'illumine, lumière tremblante au milieu de l’immensité de la mer. La jeune femme regarde les jeunes mousses remonter dans les voiles, retrouver leurs maîtres. Tout semble si simple quand la mer s'apaise... Avec la nuit, le vent a pris un nouveau souffle, mais les vagues n'ont tout de même plus rien voir avec la tempête passé. Juste de joyeux ballottements et le navire qui prend de la vitesse. Elle ferme à demi les yeux quelques instants, puis se tourne à nouveau vers Edelween et reprenant une rapide inspiration.

- La passe d'Athé va poser souci parce qu'elle est gardée, petite. On va faire quelques entrainements aux armes, mais pas moyen qu'on déclare la guerre à un navire surarmé d'mercenaires avec c't'équipage. On est très loin d'la force de frappe nécessaire. Pour avoir un équipage correcte pour l'Zéphyr, nous faudrait doubler l'équipage actuel au moins. Vu où on va, c' s'rait pas du luxe d'en avoir encore plus que l'double. Puis surtout, faudrait des combattants... Bref, on est pas prêts. J'demanderai aux Jumeaux d'faire un premier entrainement demain si l'temps l'permet. T'as jamais t'nu une arme j'suppose ? Enfin, pour toi faudra un entrainement spécial t'façon vu qu't'es magicienne. Si déjà tu pouvais envoyer des loupiotes dans la tête des adversaires, ils y verraient goutte et ça t'éviterait d'te prendre un coup d'sabre au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Jeu 5 Jan - 11:33

Enfin des réponses ! et franches !! et des explications qui lui vont, !
Bon c'est une ronchonneuse de premiere mais ua moins embrun sait donner la passion dans sa voie quand elle parle de la mer.

Au définitif ce n'est pas grave de ne pas savoir exactement ou elles sont, l'important est d'être sur les flots.

Une tristesse passe dans ses yeux pour la tempête, elle ne le sait que trop bien qu'ils ont perdu un matelot.
Pour les voiles ses paumes le lui rappel que les cordes doivent être manipulées sans cesse, mais elle en saisie toute l'importance, un mat casser et le bateau n'a plus de force pour aller vers le large.

- et si un mat casse, on risque d’être brosser sur les cotes, dans ce cas il faut se stopper en espérant avoir suffisamment d’aplomb pour rester sur place ou on vas s'échouer ou se briser sur les rochet donc.

Elle frisonne, ca n'aurait pas été une vie de perdue et une en danger, non ca aurait été le navire et tout son équipage qui auraient disparus.
L'inspection du cap se passe bien, elle a donc réussie l'épreuve, ouff, au moins une chose qu'elle aura faite correctement sans se chipounner avec Embrun dans la journée.
Ha et elle aura droit a comprendre comment marche le loch.
Garder le cap, hum ce n'est pas si difficile, enfin la il y a un peu de vent, pas de courant contraire, la barre n'essaye pas de filée dans un sens ou l'autre.
Mais par grand vent de coter ou par mer contraire ...


- Pour maintenir le cap en grande tempête ? on utilise des amarrages ou c'est un système mécanique qui bloque le gouvernail ?

Elle a beau ne pas avoir de difficulté a garder le cap, elle a les doigts un peu crisper sur la barre, bien loin de l'assurance tranquille due a un long savoir faire de la Capitaine.
Elle sursaute a l'ordre du capitaine, et observe les lumières qui s'allume.
Bon c'est beau tout illuminé, mais en fait, elle n'y voie pas vraiment mieux sur la mer, et le compas, c'est pas terrible pour voir.
Elle ne veux pas perdre le cap !
Facile, une petite lueur dans le couvercle et elle y voie aussi bien que tout a l'heure, elle garde le bon cap, l'aiguille magnétique vers l’arrière... non vers la poupe du Zephyr, c'est bon, elle a pas déviée.
Elle se bataille un peu avec la barre, non mais elle a le droit de garder le cap elle vas pas se laisser faire, de toute manière la nuit n'a pas d'emprise sur le Zephyr, l'important c'est qu'il soit en train de glisser sur la mer, libre et sans liens sur cet élément qui est le siens.
Elle a un doux sourire au lèvres quand la Capitaine lui explique ce qui vas arriver, en fait.. son sourire s'envole même vite.
Elle soulève un sourcil, les combats étaient pas prévue quand même, pourquoi combattre si c'est dangereux ?


- La passe est interdite a la navigation ? pourquoi donc ? Tenir une arme ... je suppose que le maniement de l'aiguille a tricot ne compte pas c'est bien ça ? (elle masque a peine son petit sourire ironique et reprend très sérieusement)] non capitaine, je n'ai jamais tenue une arme ou participé a un combat, (elle retient de dire que de toute manière vue comment la propriété était garder elle n'aurait jamais eu a tenir une arme) mes seules batailles viennent des livres et je me doute que c'est asser loin de la réalité.

Elle plisse le front légèrement, utiliser ses lumière comme moyen de défense ? moui, mais les envoyer, rhalala ça montre bien que la capitaine n'a aucunes idées de ce qui demande plus d’énergie que d'autre, non elle ne fera jamais bonne Magiethéoricienne, mais bon c'est pas un scoop en fait.

- Non trop gourmand en fatigue de déplacer les lumiere, mais je peux les faire apparaitre devant leurs yeux, ca les aveuglerais temporairement je suppose. Je veux bien apprendre a tenir une arme Capitaine, mais vue mes muslces épais comme des fils de lins je doute de ma suprématie au corp a corp d'ici l'arrivée a la passe.

Sa voie est plus légère, visiblement elle se concentre sur autre chose, des idées qui passent dans sa tête a une vitesse folle, bon elle ne sera pas une combattante émérite avant plusieurs années minimum entrainement intensif, chose qu'elle n'a pas envie de faire plus que cela, et elle ne se leure pas, contre un guerrier elle ne peux que perdre en combat purement physique, mais elle a un atout, un petit truc qu'elle peux exploité.
Non elle n'est pas forte, mais elle est agile, rapide un peu, et elle sais manipuler la lumière dans une certaine mesure, elle devrait s’entraîner si elle veut l'utiliser efficassement, mais ca reste possible


- Oui clairement le corps a corps avec un sabre .. je vais évitée autant que possible pour le moment.

Elle regarde les mousses et l'ensemble du navire évaluant sa taille, et les cales potentiels.
- Mais Capitaine, doublé l’équipage, et prendre des combattant aurait demander environs deux fois et demis de réserve en plus, pour la nourriture ca passerait, mais pour l'eau potable, cela aurait alourdit le bateau et donc compliquer la manœuvre de départ. Si vous craignez que les navires mercenaires soit surarmés, c'est aussi qu'ils sont plus lourds et moins maniable. Et vue le chemin nous n'allons pas nous ravitailler je pense, cela aurait poser des soucis a long terme d'avoir trop de monde a bord.

Une autre vision de la vie maritime, la gestion, elle est douée la dedant, c'est amusant de jonglé avec des chiffres et ca permet de voir les choses sous un autre angle, bon elle déteste reduire les gens a des nombres mais ca permet parfois de synthétiser les histoires de fourrages de grain et de cuisine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalishmar Stalyr
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Race : On dirait un ange...
Classe : Vagabond / Marin
Date d'inscription : 01/01/2012

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Ven 6 Jan - 21:04

Les grandes ailes ne battent plus que par intermittence, de plus en plus lentement. Elles lui paraissent si lourdes. La fatigue ne tardera plus beaucoup avant d'avoir raison de lui. Déjà, elle réclame son dû, toujours plus impérieuse. Il le sait et chaque mouvement est une petite victoire, quelques instants de gagnés avant la chute. En dessous de lui les flots se sont assombris. Déjà les nuages recommencent à voiler le ciel mais il n'a pas la force de les dépasser.

Depuis combien de temps maintenant survolait-il la mer? Trop. Ses forces déclinaient rapidement désormais. Tout comme sa hauteur.

Tandis qu'une fois encore Kalishmar relevait des yeux cernés dans une énième tentative d'apercevoir quelque chose - n'importe quoi! Un bout de terre, un bateau, une barque!!!- son esprit épuisé revint sur les heures qu'il venait de vivre.

Qu'est-ce qu'il avait eu envie de braver la tempête? Tout ça pour un simple coup de têtes. Bravo Kal, très malin, vraiment! Félicitation! Et c'est bien pour ça qu'il allait mourir misérablement en se noyant s'il ne succombait pas à la fatigue avant ça. Chapeau bas Maestro! Ah, il l'avait eu son adrénaline! Il s'était enivré d'abords du déchainement d'éléments, bravant consciemment les rafales.

Et puis.... Kalishmar s'était rendu compte d'une chose : ce n'était plus lui qui jouait dans la tempête, mais en qui en avait fait son pantin. A partir de là, tout avait dégénéré. Des heures durant il avait lutté lui semblait il, puisant en lui-même plus que l’être ailé ne s'en serait cru capable. La terre n'était plus qu'un lointain souvenir. Seules ne comptaient plus que les vagues, les rafales de vent et ces ailes qui lui semblaient s'alourdir. Battre, ne pas se laisser tomber, il ne pouvait, ne devait pas abandonner. Un battement. Un autre. Ne pas réfléchir, juste agir. Survivre.



Il avait perdu le compte du temps passé et s’était brusquement rendu compte que la tempête était passée. Le laissant seul, épuisé, au milieu de nulle part. A la recherche d’un lieu où se poser qui n’était jamais arrivé.

Il serait toujours temps de se dire ses quatre vérités sur son inconscience suicidaire s’il s’en sortait. Et dans le cas contraire…

Kal n’avait même plus la motivation de s’admonester pour ce genre de pensées défaitistes. Il devait s’en sortir ! Même si c’était juste extrêmement compromis. Nan mais les miracles ça arrive.

La fatigue lui faisait penser n’importe quoi décidément.. L’ange cligna des yeux… Là ! Loin sur sa droite ! Etait-ce bien une lumière qu’il apercevait ou bien ses yeux fatiguaient jouaient ils sur son esprit ? Si c’était un mirage ou une illusion… il n’avait de toute manière pas le choix. Sans les phares qui venaient de s’allumer, le jeune homme aurait manqué le navire. Pour des yeux fatigués, difficile de repérer quoi que ce soit sur un océan qui s’assombrissait. Le vent se levait de nouveau. Il n’avait plus la force de lutter. S’il s’était trompé.. qu’il en soit ainsi. Ses ultimes réserves avaient touchées à leur fin.

Kalishmar se laissa tomber plus qu’il n’atterrit sur le pont du Zéphir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mer 11 Jan - 20:41

Moui, elle n'y connait pas grand chose au banditisme et à le discrétion la mioche, mais au moins elle y met du sien. Il vaut mieux un élève ignare qu'un vieux loup de mer qui refuse d'apprendre, même si vu la proportion de nouveaux, elle n'en avait pas finit avec les leçon de navigation. Et il allait falloir qu'ils soient vite au point, parce que dans un mois et demi tout au plus, si ils n'avaient pas appris à naviguer, ils risquaient bien de couler à pic ! L'océan des tempêtes n'était pas vraiment fait pour les débutants. Peut être faudrait t-il trainasser un peu pour qu'ils se fassent la main avant, voir faire quelques abordage pour vérifier leurs aptitudes au combat en situation réelle... Bref, il allait vraiment falloir qu'elle aille causer au navigateur, et avec cette gamine t'en qu'à faire puisqu'elle était bien partie pour apprendre le métier. Enfin, si le navigateur en voulait comme élève parce que ce n'était pas franchement au capitaine de la former. Embrun hocha la tête et plongea son regard dans celui de la gamine.

- C'est ça, petite. Et pour le gouvernail, on utilise surtout ses bras et on s'y met à plusieurs si b'soin. Bon, si vraiment on peut pas faire autrement, oui, mais faut pouvoir l'manoeuvrer l'rafiot, sans quoi on risque d'se faire coucher par l'vent.

Et la passe... Bon, les fichus bouquins ils sont même pas bons à lui donner ne serait-ce que des notions en piraterie apparemment. Les hors la loi, elle a pas l'air de savoir ce que c'est. La fille des mers laisse paraitre un demi sourire un brin menaçant sur ses lèvres avant de continuer.

- Les marins paient pour passer, mais on est pirate, gamine. Ils peuvent bien flanquer toutes les limites qu'ils veulent sur la mer, j'ai pas l'intention d'les respecter ! L'océan, c'est la liberté et ça l'restera tant qu'y aura des pirates pour l'défendre. C'pour ça aussi qu't'apprendra à t'nir une arme et non, l'aiguille à tricoter c'n'en est pas une, c'est juste bon pour les femmes d'ces gros porcs d'marchants, ça. Si t'veux pas t'retrouver au milieu du combat, t'auras qu'à prendre une arbalète et t'fiche dans le gréement, ou alors tu d'manderas à Mouette d't'apprendre le fleuret. Faut approcher, mais si t'es assez agil, y a moyen d's'écarter vite fait en cas d'danger. T'façon les Jumeaux t'testeront et on t'entrainera à l'arme qui t'va l'mieux. Puis pour la magie, on verra aux entrainements c'qu'il est possible d'en faire.

Embrun détache les yeux de la fillette pour contempler le navire illuminé. Une vrai luciole sur l'océan... Et comme toute lumière au milieu de la nuit, il attire les mouche ! Vu sa taille, ce doit être normal qu'il attire d'aussi grosses mouches, non ? Elle plisse les yeux, cherchant à distinguer la forme qui s'approche. Elle a raison la jeunette pour les quantités de vivres et tout, bien qu'il y ait assez de place sur le Zéphyr pour doubler l'équipage et prendre tout de même assez de bouffe pour nourrir tout ce beau monde, mais le problème la forme sombre qui s'approche parait nettement plus urgent à traiter sur le coup. La fille des mers s'écarte de la barre pour se diriger vers la silhouette informe. Une sorte d'oiseau immense... Un ange ! Sauf que le dernier qu'elle a vu n'avait pas des ailes noires et que selon les légendes, cette couleur est plutôt mauvais signe sur cette race.

- Tient l'cap, gamine ! Quitte pas la barre quoi qu'il arrive !

Sourcils froncés, vaguement inquiète et surtout agacée par cet oiseau de malheur, la capitaine se précipite d'une démarche chaloupée vers le point ailé qui survole le pont. Il manque de se prendre une corde et continue son chemin un peu trop à la verticale pour que ce soit bon signe. Bien vite, un entrelacs inextricable d'ailes et de membres s'écroule sur le pont, presque au pieds de la jeune femme. Elle porte mécaniquement la main à son flanc, mais son sabre est bien entendu resté dans le fatras innommable de sa cabine. Un pas en arrière, le "truc" a l'air encore vivant. Enfin... Un peu en tous cas et il ne l'aurait sans doute pas été très longtemps si il avait du continuer à voler. Mousse a déjà dégringolé le grand mât, prêt à se servir de ses poings mais les autres marins restent prudemment à distance. Il n'y a que ce petit effronté pour se jeter sans crainte sur un signe de mauvais augure envoyé par le ciel.

Même de prêt, les ailes sont bien noires... Embrun se voute légèrement, les yeux brillants presque dans le noir sous l'afflux d'énergie arcanique. Elle ne se battrait pas pour garder le messager des enfers à bord si quelqu'un voulait l'envoyer à la mer, mais selon les légendes, il vaut mieux éviter ce genre de pratiques... Ces créatures ont toujours quelque chose à dire et autant être au courant du danger qui va leur tomber dessus. Elle tend une main ferme vers le marmot au sang chaud pour couper court à son élan vengeur, sans pour autant lâcher la "chose" des yeux.


- Qu'est-c'tu veux ? ! Y a rien ici, qu'ce soit pour les dieux ou les démons. Rien.

La voix est ferme, autoritaire, mais même si elle est prête à se battre contre le diable en personne pour défendre son navire, Embrun n'en mène pas large. Normalement, les démons commencent par envoyer des corbeaux, pas directement des créatures humanoïdes ! Quoique, pour ce qu'elle en voit, ce pourrait presque être un énorme corbeau... Sauf les mains... Et les pieds... Mais ça ne semble pas avoir de tête à première vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Jeu 12 Jan - 13:06

Bon, la capitaine et le second degré ca fait trois, évidement qu'elle sait que l'aiguille a tricoter ca compte pas... pfff

bon au moins elle a un début de réponses aux questions.

Pour les armes, elle se voie mal avec une arbalète dans les gréement, il faudrait déjà qu'elle puisse monter jusque la avec l'armes, qu'elle vise sans toucher quelqu'un et qu'elle réarme..

A la limite le fleuret se serait plus son truc, léger et maniable, elle sait depuis longtemps que l'agilité est son atout vis a vis la fore brute.

Bon un test aux armes, ca vas vraiment pas être brillant, mais se ne sera pas une surprise ca.


"Je comprend bien que l'on ne paye pas une taxe, mais je ne comprend pas pourquoi cette taxe est présente en fait, enfin, on fera ce qu'il faut pour passer sans se conformer a leurs exigences qui ont pas lieu d'être, l'eau elle n'appartient a personne hein."

Elle parle dans le vide, la capitaine regarde ailleurs, elle suit de son propre regard jusqu'a la forme qui dégringole vers eux.

La capitaine c'est éloignée, elle se cramponne à la barre, pas question de laisser le cap dériver d'un iota

Etrange cette forme humaine avec des ailes, un ange sombre ? si il leurs est tomber dessus, c'est sans aucuns doute pour trouver une nouvelle voie alors qu'ils vont vers l'inconnu.
Au vue de son attitude Embrun ne doit pas être du même avis, la forme viens de s'écraser en masse informe sur le pont.

Embrun est devant, elle le domine maitresse de son pont... elle serait mieux avec un tricorne et des vêtements adapter.

Tout les marins restent a distance, ca se comprend, un truc qui tombe sur le pont en pleine mer ca doit pas être courant.

Mousse lui se porte au coter du capitaine, ca n'étonne pas Edelween, trop de courage dans Mousse c'est charmant en fait, heureusement qu'Embrun est là pour mesurer son enthousiasme.

Elle reste a les observer, Embrun est en colère, cela est visible jusqu'a ses yeux qui brillent.

Edelween espère vraiment que la créature vas répondre ce qu'il faut a la capitaine, parce que là, il y aura pas d'auberge ou passer le nuit a coter du bateau.


Dernière édition par Edelween Deomestris le Ven 20 Jan - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalishmar Stalyr
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Race : On dirait un ange...
Classe : Vagabond / Marin
Date d'inscription : 01/01/2012

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Jeu 12 Jan - 20:30

Maitre corbeau sur son arbre perché ten... heu non. Là il était plutot entremelé entre ses plumes et ses membres sans bien être capable de distinguer le haut du bas. Pas fier ni tres folichon le corbak.

Si l'on passe en revue tous ses atterissages, il n'est pas bien sur d'en trouver de plus lamentables. Du moins devant public. Et dans son état, il devrait deja être bien content de ne s'etre pas fichu à la baille par erreur de visée. (Il faut dire que garder les yeux ouvert est un facteur primordial dans la precision...). C'est ce que Kalishmar se dirait si son cerveau était encore en rouge. Les circuits actuels se sont plutot branchés sur la batterie de secours dont la jauge affiche un voyant rouge clignotant.

Une chose à la fois.

Peut-être aurait on la decense de le laisser perdre conscience? C'est qu'il a du sommeil à rattraper. Une voix. Dieux ou démon?

Dans quoi est il tombé se demande l'ange au ralentit...

Il se rend compte également que le membre qu'il essayait de degager était sa jambe, et que donc ce truc là c'était son aile, et que... Les mouvements sont laborieux, et d'une vitesse digne d'un grand pere hobbit entre le dejeuner et la sieste, mais il finit par faire emerger du tas de plume et et de peau un visage à l'oeuil cerné. L'emplacement de l'autre était remplacé par une large cicatrice. Kalishmar se rendit compte à ce moment là qu'il avait du perdre son bandeau à un moment ou un autre de la tempete. Soit. Peut importe. Il avait eut autre choses à considerer à ce moment là et n'était pas non plus en état de s'en préoccuper maintenant...

L'humanoide tenta de se relever, s'en découvrit incapable et sentit une douce inconscience lentement s'emparer de lui. Non! Il... Elle lui avait demandé quelque chose.. Qu'avait elle dit deja?


Je... pas un dieu. Ni un démon. Me nomme Kalish... mar. Pris dans la tempete.

Il se sentait partir. Les lymbes étaient si acceuillantes... Se concentrer sur les mots.

Marin... Epuisé... ous plait..

Son champ de vision se troublait et malgré lui, son oeuil se ferma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mer 18 Jan - 17:50

Kalish Mar... Drôle de nom pour un envoyé du diable. Pas le moins du monde effrayant, et en y regardant de plus près, aucun démon n'aurait envoyé un serviteur à demi mort. Autant pour les ailes noires, mais les légendes n'avaient pas toujours raison, elle l'avait constaté à plusieurs reprise. Et par "marin", cette créature s'adressait à l'équipage ou indiquait qu'elle faisait partie des hommes de la mer ? Difficile à dire, mais bien peu de navire accepteraient un ange noir à son bord. Les yeux éteints, complètement effondré... Elle était sensée en faire quoi de cette chose immonde maintenant ? Avec un grognement de dépit, Embrun souleva Kalish pour le charger sur son épaule. Qu'il soit une bête étrange perdue sur la mer, un marin ou un démon, Doc' saurait quoi en faire. Au pire, il devait bien pouvoir le renvoyer dans les enfers, il était forcément en communication avec le diable ce médecin abominable.

Fichtre, il était lourd le bougre. La jeune capitaine passa les bras de la loque inconsciente par dessus son épaule pour le hisser sur son dos, laissant les jambes trainer au sol. Plus grand qu'elle en plus, comme la majorité des marins, enfin, l'infirmerie n'était pas si loin. D'une démarche encore plus chaloupée que d'habitude, elle pris la direction de la trappe et laissa tomber plus qu'elle ne rallongea son fardeau juste à coté. Un regard rapide sur le pont... La fillette semblait se débrouiller correctement avec la barre. Il allait falloir parce qu'elle ne pouvait pas confier cette charge à un autre marin. Hergor serait là, elle lui aurait refourgué ce passager clandestin, mais il devait dormir maintenant et elle ne tenait pas à heurter les superstitions des autres matelots. D'une voix forte et bien plus assurée que ne l'était le jeune femme en vérité, elle lança ses ordres avant de disparaitre dans la soute.


- Edelween, tu gardes l'même cap et si t'arrives pas à t'nir la barre seule, d'mande à Pap' de v'nir t'aider. Joue pas les héros, c'est la vie d'tout l'équipage qu't'as entre mes mains alors t'hésites pas à d'mander d'l'aide. Si Pap' doit prendre la barre, tu passes sur l'mât d’Artimon, Mousse. Tu penses t'débrouiller ?

Le jeune garçon acquiesça vaillamment de la tête, trop heureux qu'on lui donne des responsabilités pour se demander si il était en effet capable de gérer une voile et un apprenti à lui seul. Il n'était pas tout à fait novice, mais tout de même pas sur le navire depuis bien longtemps. Embrun en avait bien conscience, mais elle ne pouvait pas envoyer du renfort avant d'arriver en bas... Et il valait bien qu'elle s'occupe de ce passager clandestin. Saisissant le bras de l'ange noir, elle le fit glisser sans grande douceur par la trappe, mais eu au moins la bonté de ne pas le laisser tomber directement. Il allait falloir qu'il soit en mesure de se réveiller si elle devait l'interroger. Une fois à terre, elle le chargea à nouveau sur son dos alors que Mousse refermait la trappe au dessus d'elle, et le traina à travers le dortoir vers l'infirmerie. En passant, elle secoua un hamac dans lequel dormait un jeune mousse et lui murmura quelques mots à mi voix.

- Trouve l'navigateur et fait le moi grimper sur l'pont. J'ai b'soin d'quelqu'un à la barre. Et dit lui qu'si il veut s'reposer plus souvent, il a qu'à former la fillette qui s'en occupe pour l'moment. Après, si il pense pas avoir b'soin d'toi, tu peux r'tourner t'coucher.

Sans laisser au jeune gars le temps de réagir, la pirate traina son fardeau humanoïde vers le fond et frappa fermement à la porte du Doc' à deux reprises. Alors que la troisième slave de coups s’apprêtait à heurter la porte, celle ci s'ouvrit suivit de près par le grognement de mauvaise humeur du démon chirurgien charcuteur. Il n'était pas beau à voir entre le manque de sommeil et les insomnies, le Doc'. Enfin, encore plus laid que d'habitude en fait. Sans s'en émouvoir plus que nécessaire, la fille des mers se glissa à l'intérieur, laissant la porte claquer sauvagement derrière elle. Quelques instants plus tard, l'ange inconscient était étendu sur la paillasse.

-Tu peux l'réveilller ? Faut qu'j'y pose des questions, il dormira après, dans un hamac au éternellement, ça j'en sais encore rien.

Embrun s'adossa au mur pendant que l'effroyable médecin s'occupait de son patient. Pour sûr, il ne serait pas frais, mais le monstre avait assez de drogues dans son antre pour réveiller un ou deux morts. La jeune capitaine n'en menait pas large même si elle connaissait cette abomination de toubib depuis sa naissance et elle ne restait que pour avoir l'assurance de pouvoir causer à cette créature avant qu'elle ne meure "par erreur".

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Ven 20 Jan - 15:01

Elle n’en menait pas large du tout, mais ca pour rien au monde elle ne l'aurait montré.
Sans pencher dans l'excès de fierté, elle était consciente que la capitaine était complètement inconsciente.
Donner les commandes a une mousse en lui lançant deux ordres... C’était quoi le mât d'Artimon déjà ??

Elle observe Embrun soulever la créature, ca a bien deux jambes, deux bras et une tête plus deux ailes, bon ca c'est quand même étrange.
Facile de deviner ou l'envoie la capitaine, l'Antre du doc...

Edelween frisonne, si cet être était pris dans la tourmente, il va connaitre le cauchemar du navire.
Il a eu tord de tomber dans les pommes, elle n'a aucuns doutes la dessus.

Elle revient a ce qu'elle fait et ou elle se trouve, elle est a la barre, c'est terrifiant et exaltant, elle garde les mains bien ancré sur le bois, le cap ne bougera pas d'un iota comme l'a demandé la capitaine.
Elle reste fixé sur le compta et jette un bref œil vers la mer, de nuit, il y a rien à voir de toute manière. La petite lumière qu'elle garde sur le compas éclaire suffisamment l'aiguille pour qu'elle garde la route demandée par Embrun
Elle dirige le Zephyr, c'est une expérience des plus magique pour elle, la sirène chante le navire la suis, et elle donne la direction, la mer glisse sous sa coque, les vague la berce alors qu'elle suit le cap, le vent la pousse dans la direction et l'équipage s'agite sur son pont, elle est une coquille de noix au centre de la mer mais elle est libre !

Exaltée devant la barre, elle garde suffisamment de conscience pour que le compas ne varie pas du moindre degré, elle reste immobile, sublime forme presque fantomatique, cheveux aux vents reflet de lune, un peu petite pour le poste mais incarnation parfaite d'une fille de la lune.
Ses mains sont moins crispé elle a une assurance qui rayonne presque sublimant sa complète inexpérience, et elle attend tranquillement qu'une personne vienne a proximité et brise cette vision féérique qu'elle donne au château arrière du Zephyr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Lun 23 Jan - 20:12

Le vent dans les voiles, la mer de toute part... Si petite créature, si humble au milieu de l'immensité liquide sans frontière, un compas pour seul guide. Le Zéphyr savait bien qu'il n'était qu'un simple fétuque de bois pris entre deux vagues, mais ses voiles ne s'en gonflaient pas moins avec toujours plus d'imprudence et d’impétueusement. Quelques rafales commencèrent à déporter le navire vers l'est, puis une vague plus fougueuse le fit bondir en avant. À l'avant, la sirène se remettait à danser sous la lueur chancelante des phares de son navire.

- Repliez la grand voile !

Debout au bas du mât d'Artimon, Pap' observait la mer d'un œil critique. La situation était loin d'être vraiment dangereuse, mais elle pouvait si rapidement s'empirer et il n'y avait pas grand monde sur le pont. D'un geste allié à un regard appuyé, il envoya la jeune mousse dont on lui avait donné la charge aider au grand mât. Si ses actions semblaient montrer une certaine inquiétude, ses traits gardaient un calme inaltérable, une sorte de confiance en ses capacités qu'il ne pouvait pas avoir acquis par sa bien courte expérience de la navigation. Mais mis à part cette autorité tranquille, il n'avait absolument rien sortant de l'ordinaire. Une taille banale, entre deux ages, un physique ne marquant aucune provenance, des attitudes et mouvements de marin peu marquées... Impossible par son apparence de déterminer quoi que ce soit le concernant, si ce n'est qu'il devait avoir un grade sur ce navire puisqu'il prenait la direction des opérations en l'absence du capitaine. Celle ci était d'ailleurs partit depuis dix bonnes minutes et ne semblait pas décidée à se montrer. Après un ultime regard vers la mer, le bosco se tourna vers la jeunette qui devait commencer à avoir quelques difficultés à tenir la barre.

- Je vais te donner un coup de main. Avec ce vent de travers, le navire va faire une embardée quand ils vont replier la grand voile.

Sa main assurée se pose sur la barre. Il n'a pas la puissance d'Hergor ou la longue habitude nerveuse de son capitaine, mais il a un calme et une prévoyance qui mettrait ces deux derniers loin derrière. Il sourit gentiment à Edelween, entrainant autour de lui cette aura de confiance et de sympathie qui ne la quitte jamais. Son expression est paternel, sans pour autant qu'il semble la considérer comme une enfant. Il emploie presque la même pour s'adresser à tous les matelots à vrai dire : un respect mêlé à une légère touche de fierté, de confiance en les aptitudes de son interlocuteur.

- Tu as du comprendre que je suis Pap'. Mademoiselle Edelween, si je ne me trompe ?

Le Zéphyr perd doucement la vitesse qu'il venait de prendre alors que la voile se referme. Sans attendre d'ordre, Mousse saute nerveusement de la grand voile pour courir vers le mât d'Artimon comme le capitaine l'avait demandé, maintenant que la grand voile est fermée. Pap' lève les yeux vers le grand mât, observant l'attitude de son apprenti, puis détourne les yeux avec un demi sourire. Il ne lui dira pas de revenir, il le laissera se rapprocher de son frère de cœur. Gardant toujours la silence, il se tourne quelques instants vers Mousse qui a bien du mal à cacher sa fierté de gérer un mât seul. Le jeune garçon ne tourne même pas la tête vers Edelween, mais ses yeux verts le trahissent parfois. S'amusant des relations entre tous ces enfants, le bosco garde les mains sur la barre bien qu'il n'y soit plus vraiment indispensable. Il ne serait pas tellement plus utile dans les voiles et... Il vaut mieux pour la bonne entente de l'équipage qu'il se trouve ici. Son attention se reporte sur la jeune fille. Oui, il vaut mieux qu'il se trouve ici, il n'a pas encore pu s'entretenir avec elle.


- J'ai vu que tu as embarqué à Menentyr et je suppose que tu n'as pas encore une grande expérience de la navigation. Si tu veux quelques renseignements sur la vie à bord, n'hésite pas. (Son regard se fait un peu plus lointain alors qu'un sourire neutre apparait sur ses lèvres.) En temps que Bosco, je suis là pour te renseigner. N'hésite pas non plus à venir m'en toucher deux mots si tu as des ennuis avec un autre matelots, qu'il soit mousse ou capitaine.

Sa voix est plus basse, plus douce, et le vent trop fort pour qu'on entende leur conversation. Pap' y a pris garde, la discrétion fait partie de ses fonctions, et il compte bien prendre soin de cette jeune fille. Elle a l'étoffe de ceux qui peuvent changer les choses, de ceux qui peuvent se faire aimer. Elle n'est pas la seule bien entendu, surtout sur ce navire, et son jeune age parait une barrière à première vue, mais l'homme est trop visionnaire pour la laisser de coté pour une si modeste raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Bölin Pinrolf
Vole au vent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11
Race : Gnome
Classe : Explorateur
Date d'inscription : 28/12/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mar 24 Jan - 18:13

*Trop de nuage … Je ne peux même pas voir la lune. Et la mer est agitée en plus de ça … Normal en cette saison. Enfin, je savais que ce n'était pas la bonne saison pour partir mais mon moteur était enfin au point … pas tout à fait d'ailleurs. S'il ne s'était pas cassé, le voyage aurait tout de même été bien plus rapide. À la réflexion, si j'avais rattacher correctement la voile plutôt que de faire ça à la va-vite pour tester le moteur, le mât serait encore là.*

Bölin se leva et se dirigea vers l'arrière de la barque. Il s'était suffisamment reposé pour le moment. Après avoir trouvé la lanterne à tâtons, il l'alluma et reparti vers l'arrière de l'embarcation en se disant qu'il avait bien fait de la fixer sur un plot au milieu du bateau. Une nuit dans le noir complet l'avait fait réfléchir. Il s'assit et mit en marche son moteur. Décidément, il regrettait l'autre. Il sortit son compas et envoya un flux d'énergie arcanique dans une rune qui se mit à luire doucement sous l'aiguille. Il ajusta son cap pour se diriger vers l'ouest.

Une lueur attira son attention au nord … Un phare ? Il ne pouvait pas être déjà si près des côtes, ou bien son moteur était bien plus puissant qu'il ne l'avait cru. Il continua à fixer la lueur pendant quelques minutes avant de s'apercevoir que celle-ci semblait s'approche. Un navire alors … Mais même s'ils le repéraient, ils ne lui prêteraient probablement aucune attention et il avait intérêt à l'attirer s'il voulait être recueilli sur le bateau. Et avec cette obscurité, aucun moyen de savoir s'il se dirigeait vers lui ou non. En attendant que le navire se rapproche suffisamment pour distinguer sa trajectoire, il prit une planche et fixa au bout de celle-ci d'un morceau de voile déchiré. Pas le temps , ni assez de calme et de lumière pour tracer une rune. Une bonne décharge d'énergie devrait suffire à l'enflammer.

Retournant à l'arrière du bateau avec sa torche improvisée, il tenta de deviner la trajectoire du navire et remit son moteur en marche. Le bateau allait plus vite qu'il ne le pensait, tant pis il serait épuisé mais il ne devait pas le louper. Il augmenta la puissance de son flux d'énergie, c'était moins efficace mais il allait tout de même plus vite comme ça. Arrivé en avant du navire il envoya une dernière décharge d'énergie pour enflammer et l'agita pendant un dizaine de seconde avant qu'une vague plus importante que les autres l'oblige à la lâcher et l'envoie dans la mer. Bon, au moins il avait dû attirer leur attention et puis il y avait toujours la lanterne. Il attendit que le navire passe à côté de lui, en espérant que ceux-ci accepteraient de le laisser monter à bord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Jeu 2 Fév - 7:20

Edelween est rassurée.
Apparemment Pap s'y connait et elle peut donc enfin se détendre un peu.
Elle prend conscience des raideurs dans son dos, de la tension dans ses bras.
Que cela fait du bien de pouvoir relâcher la barre, regarder le ciel sombre d'ou tombe les oiseaux étrange et la mer sombre et infinie.

La nuit donne une belle couleur bleu profond a l'horizon.
Une obscurité total qui est peu a peu chasser par les lumière du Zephyr et puis cette petite lueur sur bâbord qui perce...

Une lueur ?
qu'est ce qu'une luciole de plus fait sur la mer ??

non en fait ce n'est pas une luciole, c'est une loupiote, un bateau.. ou une barque, ou une planche avec un feu dessu.

Vue ce qui est passer sur le navire les dernières heures ca ne serait pas étonnant non plus.
Elle montre au marin la lumière soudaine.


"La bas !! un naufragé ! il faut aller secourir !!"
Le marin a beau être expérimenté, il n'a clairement pas encore vue la lumière, et il ne semble pas décidé a prendre la direction qu'elle indique.
Tant pis !
Elle tourne la barre pour changer la direction du navire.
Brusquement en fait, un peu trop brutalement sans doute.
Un bateau plus lourd aurait mis du temps a répondre mais le Zephyr est léger et maniable.
C'est donc en bondissant qu'il se range de l'avis du pilote, envoyant les cloison de ses ponts et cabines heurté toute les choses qui ne sont ne font pas parties de son infrastructure ou qui ne sont pas solidement arrimé a lui.

Edelween redresse la barre, enfin essaye avec du mal pour se mettre dans l'axe du feu, pas trop non plus, il ne faudrait pas qu'ils écrasent la planche de bois.

"On vas trop vite !! il faut réduire la voilure !"
Comment le navigateur donnait se ordres déjà ? rhaa elle n'arrivera jamais a se faire entendre en plus.
Elle se tourne vers Pap

"Faite amener les voiles sinon on vas le dépasser ! Aller !"
Elle a reprit la barre et la garde de manière a ne pas dérivé du naufragé. Bon Embrun vas pas être contente mais après tout, si elle récupère les mouches noires venu ciel, elle vas pas cracher sur un naufrager non plus.
Elle espère juste pour l'inconnu qu'il aura pas a aller voir le doc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samy Kazae
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Ven 3 Fév - 17:07

Entre le coup donné au gouvernail et le moment ou je sort (comme un diable) des cuisines… Il a bien du s’écouler quoi… Une seconde. Eventuellement deux… Et me voilà sur le pont, l’air ahurit, a regarder autour du navire pour savoir d’ou vient le problème…

Mon regard se porte sur la petite elfette passée par dessus bord pendant la tempête… Elle est seule (ou peu s’en faut) a la barre… Du moins la cap’tain n’est plus là. A coin pense-t-elle donc ? Elle était peut-être en train d’enseigner les bases a la gamine… Mais j’veux bien me faire moine si c’te fillette a la moindre idée de ce qu’elle fait.

La texture du vent est calme… Pas de rafale pour expliquer l’embardée… Non. C’est un coup (brusque) du barre qui a fait ça… Un coup de barre dont on a prévenu personne. Les mats grincent, protestant contre le mauvais traitement alors qu’on leur inflige alors que cette tête de linotte nous a placés au grand largue… Les voiles se gonflent… Et le Zephyr bondit, prend de la vitesse… Et surtout… Pique peu a peu du nez.

- RETOURNE AU VENT !!!!!!!! BABORD TOUTES !!!!!!!!!!!!!

Ce même ton que j’ai utilisé ce matin au moment de prendre le large… Mais a présent que la tempête n’est plus là pour nous souffler dans les bronches…

- ET OUVREZ MOI CES VOILES !!!!!!

Instructions simples. Et j’entend bien être obéis… Les ordres que donne la gamine (d’une voix dépourvue de conviction)… C’est a peine si je les entends… Déjà je vais vers la barre, anticipant les mouvements de bateau… Les ordres que j’ai donné vont lui faire perdre le vent et donc toute sa vitesse… Le nez vas subitement se redresser et nous secouer encore un peu… Mais au moins… Aucun risque de planter l’avant du navire sous les flots.

Normalement j’aurais fait ça plus en finesse… Mais je ne suis pas a la barre et n’ai aucune idée de ce qui a bien pu la pousser a faire ça… Donc autant se donner du temps.

- Qu’es-ce qui t’a pris bon sang ?

Sur mon épaule je t’entrevois qui m’indique, l’air de rien, une direction en aval… Un esquif. Probablement amené jusqu’ici par la tempête… Une aubaine pour lui de nous avoir trouvé… Mais ça explique certaines choses… Mon regard se radoucit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance de Négativité
Rose Hybride de Thé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Race : Hypnalisine
Classe : Basse-changeante
Date d'inscription : 21/08/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mar 14 Fév - 16:18

Constance se trimballe cahin caha la caisse de bouffe à l'aide du gamin qu'elle a appris à apostropher sous le patronyme simple de "marmiton". En chemin, ils rencontrent quatre matelots ni jeunes ni beaux. Plutôt le modèle "pelés et tondus" très en vogue sur les océans où l'on se fait matraquer le crâne par un cagnard sans merci et sécher la peau par le sel.

Constance laisse le môme se charger de distribuer les pains pendant qu'elle se fraie un chemin vers le gaillard d'arrière avec une timbale de brouet scellée par un couvercle en métal. Pas étonnant qu'elle se charge spontanément de ce qui est chaud, le pont du Zephyr est encore trempé de la tempête et il y règne un froid humide qui colle à la peau. Les cheveux collés au visage, la Changeante grimpe les quelques marches, et agite sa pitance à bout de bras.

- Avis aux intéressés.

Le ton est remarquablement moins enjoué que dans la coquerie. Plus de moquerie, plus de taquinerie. Juste l'énonciation sobre et crue. Constance remarque Samy du coin de l'œil. Et même dans cet œil, il n'y a plus l'éclat joueur et prédateur qu'elle avait en le gratifiant d'une galoche d'étudiante.
Elle renifle, rajuste le mouchoir qui lui sert de bandana et inspecte les alentours d'un regard peu amène. Les matelots semblent tous attirés par un évènement en queue du navire. Elle reconnaît la fille de l'infirmerie, celle qui avait pris une certaine trouille (sans doute légitime) en voyant ce qui s'y passait.
Il faut admettre que pour les non-initiés, un médecins frappé et fripé, une hypnalisine perfusée à l'adrénaline, un serpent sorti de matières fécales et un cadavre très récent… y'a de quoi se poser quelques questions angoissantes. Tiens d'ailleurs, il est passé où Canto Cens ? A voir plus tard. Pour le moment, la silhouette que la Changeante cherche des yeux est dotée de plus de membres qu'un reptile rampant. On pourrait dire plus jolie aussi mais il n'y a pas vraiment de comparatif valable, même pour une femme-serpent-nouvellement-pirate, entre un serpent-joyau et une femme-pirate.

- Quelqu'un a vu la capt'aine ? mâchonne-t-elle entre ses lèvres boudeuses.

La température baisse, l'humeur de Constance ne s'en arrange pas. Bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Jeu 16 Fév - 9:07

Les matelots ne font aucune difficulté à suivre le navigateur, et beaucoup ont même l'air soulagé de se retrouver sous le commandement d'un homme qui a de solides connaissances en navigation. La fillette tête brûlée, elle avait beau être charmante et charismatique... Niveau compétence de commandement d'un navire, elle n'était pas encore à la hauteur. Pap' eu tôt fait de rejoindre le jeune Mousse qui s'échinait dans la voile arrière et il envoya d'un geste le jeune homme qui était venu chercher Samy aider à la grand voile. Le Zéphyr s'était redressé, mais il fonçait maintenant droit sur la frêle embarcation du naufrager.

Secoués par l'embardée du navire, plusieurs marins encore enfariné de sommeil montèrent sur le pont, mais comme la situation ne sembleait plus comporter de risques, la soupe les intéressait plus que la barque branlante à quelques vagues de là. Certains allèrent aider aux voiles... Le Zéphyr se montrera plus réactif maintenant que tous l'équipage est réveillé. Un bol à la main, un des matelots daigna tout de même s'intéresser un minimum à Constance entre deux cuillères de soupe.


- Elle est chez le Doc' la cap'taine. Avec une drôle de bête, un ange avec des ailes noires m'a semblé.

Le temps que le Zéphyr reprenne convenablement la mer, le naufrager est à porté de voix et bientôt à porté de proue aussi, d'ailleurs. Il risque d'être difficile de ralentir assez le navire pour le monter à bord sans difficultés avec la vitesse qu'il a pris en se redressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Dim 26 Fév - 10:48

Elle se fait repousser de la barre sans douceur, tant pis, au moins elle a réussie a donner une sorte d'alerte.
Elle se rattrape comme elle peux, entre la poussé du marin, qui n'aurais pas envoyer valdinguer un marin au poids normal, et la manœuvre du bateau, sans pouvoir se raccrocher a la barre, elle est heureuse d'avoir une agilité non humaine.

L'homme hurle, vérocifère, pas grave c'est un marin il ne savent a priori pas s'exprimer autrement qu'en hurlant
Voila il se tourne vers moi, normal, vue qu'il a décidé que j'ai fait une chose de manière inconsciente ou folle, ou je ne sais pas.
Au moins il a l'intelligence de regarder la lumière qui glisse sur les flots.
Mais je ne fait même plus attention à sa figure en colère, je regarde une petite lumière rose qui volette a coter de son épaule, une fée.

J'incline la tête, inutile de parler de toute manière ça ne servirais a rien, il c'est sans doute fait son idée en me prenant comme la capitaine pour une inconsciente, tant pis je n'en suis plus a cela près.
Par contre sa fée ... çà c'est intéressant, voila une créature qui ne semble pas avoir été invitée de manière volontaire sur le navire et qui pourtant a toute son importance. Ressent elle le chant de la sirène elle aussi ?

Quoi qu'il en soit il est pilote, il connait son métier. l'esquif se rapproche, le bateau ne vas pas tarder a le dépasser si cela continue, et le vent est de toute manière trop fort pour que l'on puisse le faire amarrer.
Vue que toute l’équipe du pont est en train de se remplir la panse, inutile d'attendre une véritable aide de leurs coter.

Je me précipite sur un cordage, j'en attache le bout au bastingage, Zephyr fait en sorte que tu tienne bien, promet-moi que ce nœud là il tiendra.
Par principe j'en fait deux puis trois, au moins cette corde, elle vas restée attachée.
Je me prépare à la lancer vers le frêle esquif qui nous frôle presque quand il me vient une évidence. Il risque de ne pas la voir cette corde.
Je fait donc un autre gros nœud grossier, plus de quoi faire une ancre, je lance un coup d’œil vers les matelots, ils sont toujours occupés à manger pour vraiment faire attention à moi, parfait, comme ça la capitaine pourra pas hurlée à nouveau au scandale.
J'illumine faiblement le bout de la corde nouer et lance ma lanterne attachée au marin, le pauvre doit déjà etre en train de s'imaginer coulant peu à peu dans l’océan noir en pleine nuit.


"Attrapez ça, et accrochez vous !"
Ma voie cristalline et plus adaptée au chant n'est vraiment pas pratique pour alpaguer les gens sur les bateau, j'aurais due plus écoutée mon professeur de chant, mais il avait l'habitude de me dire "chante, ne crie pas".

J'espère quand même que notre pseudo naufrager aura le réflexe d'attraper la corde sans se demander a qui appartient la voie qui l'envoie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bölin Pinrolf
Vole au vent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11
Race : Gnome
Classe : Explorateur
Date d'inscription : 28/12/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Dim 26 Fév - 15:30

Le navire change de cap brusquement pour se diriger vers moi et quelques secondes plus tard j'entends les cris ... ordres hurlés bien plus fort que nécessaire pour que je les entende d'ici. Qu'est-ce qu'il se passe ? … Ce bateau n'aurait pas du piquer du nez ainsi. Et maintenant il vient droit sur moi. Me précipitant vers le centre de la barque, j'attrape une corde qui dépasse de sous une planche et tire dessus pour récupérer mon sac avant de retourner vers l'arrière de l'embarcation. Je ne peux quand même pas abandonner mes outils et mes plans ici … en même temps si je dois sauter à l'eau je ne peux pas nager avec un sac pareil. La proue s'approchant à trop grande vitesse attire de nouveau mon attention, il a repris sa stabilité, au moins le navigateur connaît son boulot … Il va trop vite … beaucoup trop vite. Mais finalement, il ne semble pas devoir me percuter. Toujours est-il que ce navire reste ma seule chance de survie … Et il ne pourra pas ralentir à temps pour que je puisse monter à bord facilement. La mer est trop agitée et rend l’amarrage impossible. Et pourquoi aucun marin ne s'est approché du bastingage pour au moins me lancer une corde quand ils passeront à côté de moi ? S'ils m'ont vu et viennent vers moi, pourquoi ne semblent-ils plus s'intéresser à ma présence ?
Finalement, une jeune fille s'approche et, ayant attaché la corde au bastingage de plusieurs nœuds grossiers et certainement pas marins, fit apparaître une lueur au bout de la corde avant de me l'envoyer. De la magie ? Et qu'est-ce qu'une jeune fille comme ça fait sur le pont d'un navire, de nuit … bon pas le temps de se poser des questions maintenant. Attrapant tant bien que mal la corde lancée, je fais un rapide nœud simple autour de la corde de mon sac avant de m'y agripper moi-même. Bon au moins je ne perdrais pas tous mes outils … Les plans par contre, ils ont beau être protégés, ils n'en sortiront pas indemne. Je me retrouvais alors dans l'eau glacée, tentant de respirer malgré le froid et rattaché à la vie par mes seuls bras et quelques nœuds d'amateur. Je voulais de l'aventure ? Et bien j'étais servi. Mais au moins l'exploration des fonds marins semblait reportée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samy Kazae
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mer 29 Fév - 12:34

Un bijoux. Pas grand chose d'autre a dire sur ce navire... c'est un bijoux. Tout simplement. Une verritable merveille. Bon... Forcément... L'erreur de la petite elfette n'en a été que plus grave... Mais un navire moins manoeuvrable... J'aurais eu toutes les peines du monde a m'assurer d'un arrêt aussi propre... Mais voilà. C'est a peine s'il ne ronronne pas sous mes mains...

- Bordez les voiles !

Cette fois pas besoin de me précipiter... Je n'ai pas besoin de brusquer la manoeuvre et les matelots font bien leur travail... Mes yeux restent rivés sur le foc... Proche du vent comme nous le sommes a présent... Nous approchons de l'esquif un poil trop vite a mon goût... mais ce n'est pas trop grave. J'avale un petit peu. Les voiles se gonflent dangeureusement... La vitesse augmente encore...

D'ici quelques instants nous serons sur lui... Je remonte au vent d'une pression assurée sur la barre... On le dépasse de quelques mètres avant que le foc ne faceille...

- Foc a contre !!!

Silence. Calme. Tout doucement le Zephyr recule jusqu'à l'endroit ou je souhaite le voir arrêté avant que je ne pousse la barre au vent... Nous pivotons tranquillement autour du radeau égaré. Pas un accroc...

Patient j'observe le manége de la petite elfette... Elle ne m'a pas répondu et pour le moment ce n'est pas bien grave. Mais il vas falloir que j'ai une (longue) conversation avec elle. L'erreur qu'elle vient de faire n'est pas bien grave (on l'a tous fait un jours ou l'autre) mais sans quelqu'un de chevronné a côté pour corriger rapidement... Un peu plus de vent et les choses auraient pu mal tourner.

Si elle doit reprendre la barre autant qu'elle apprenne.

Je te consulte du regard. Tu me souris... A ton regard je devine que tu aurais bien aimé que notre petite conversation avec cette Constance se prolonge... Tu n'es pas la seule... Mais bon. Pas besoin de s'en faire. Il y a encore plusieurs mois de voyage... J'ai tout mon temps. Nous avons tous notre temps... A condition que je nous garde en vie.

Un signe a un matelot.

- Vas chercher la capt'ain. Et qu'on me mette cet esquif à la remorque pour le moment.

Je marque une pause... Observe la petite princesse miraculée...

- Et toi miss... Tu viens ici.

Le ton employé n'est pas méchant... J'ai assez fort pour qu'elle m'entende (elle n'est pas bien loin) mais ça n'as rien d'une réprimande... Bien au contraire. Pourtant mon expression, elle, ne souffre aucune réplique.

Toi au dessus de mon épaule tu as vollé jusqu'a elle et observe (ammusée) les sentiments qui l'occupent acctuellement... Tu attend de trouver quelque chose d'interressant (ou de génant) a exploiter... Que n'ai-je une idée de ce que tu peux faire... Sinon... Non. Mieux vaut ne pas tirer de conjectures que je ne suis de toute manière pas apte a simplement envisager puisque je ne suis pas au courant de ce l'élément a l'origine de celles-ci...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Ven 9 Mar - 15:03

Je m'assure que la corde est tendu, au moins elle permettra au marin de se faire hisser sur le pont.
Je regarde la fée a nouveau, étrange sa couleur, son vol un peu erratique, je suis prête a tendre discrètement la main vers elle quand le navigateur m'appel.
Même si ton doit est amicale son attitude doit être autoritaire pour des marins, un ordre même si il essaye de le couvrir d'un verni (bien fin) de neutralité.

Je fait disparaître la lumiere qui a guidé le marin en perdition, la capitaine ne veux pas que les gens voyent de la magie comme ca. puis je me retourne vers le navigateur.

Il ne doit pas avoir l'habitude que l'on lui resiste, cela me fait presque sourire.
Délibérément je jette un regard a notre naufrager, les matelots prennent enfin la suite du sauvetage, je laisse trainer les choses une puis deux secondes, dans un double but :
- vérifier que le naufrager ne risque plus rien en étant attacher a la corde
- Indiquer que même si je suis une matelots et une fille, je ne me fait pas sifflé a son bon vouloir !

Je ne comprend pas pourquoi j'ai cet élan de rébellion soudain, ce sentiment au font de moi qui me donne envie de lui hurler dessu que je sais que j'ai manipuler le bateau un peu vite mais que c’était pour une bonne cause et que si il fallait le refaire je le referais sans hésitation.
Etrange de sentir cette bouffé de colère soudaine monté en moi et prete explosée comme une bulle d'air.

Ça ne me ressemble pas de laisser mes sentiments affleurer ma surface.
Je me maîtrise, non sans mal, et si il veux jouer a qui a le regard le plus méchant, mon gaillard tu as rater ta cible.
Tu ne pense quand même pas que c'est avec tes sourcils froncé que tu vas m'impressionnée non ? pas avec toutes ces journée passer devant des precepteur dont le regard aurais fait pleurer un garde expérimenter.

D'ou est ce que tu me fixe en couvrant ton attitude d'une voie mielleuse apres m'avoir envoyer valdinguer sur le pont ?
trois seconde de plus, je respire un grand coup surement parce que je suis soulagée de voir que le noeud a tenu.

Je me compose le visage digne et sublime de celle qui a fait son devoir sans céder a l'arrogance ou a la joie, une expression neutre et noble qui a fait fondre bien souvent les gens du domaine.
Il veux jouer au jeux des poses et des paroles bien, c'est le genre de jeux dont j'ai été entraîner au dela de toutes limites.

Le visage est composée, je continue avec la démarche ferme et assurée, l'inquiétude est effacée par l'assurance qui émane de ma position.
Et le ton qui vas avec, amicale et léger, cette parole qui me met a son niveau avec tant de naturel que si il s’énerve il se placera de son propre fait et naturellement a un niveau inférieur au mien.

Je ne comprend pas d'ou me viens cette volonté de marquer mon statu de noble, mais j'y réfléchirais après, pour le moment ce n'est pas le plus important.


- Navigateur ? vous voulez me voir ?

Le phrasé est doux, la double question a la fois impérieuse, amicale et déstabilisante.
L'effet ne peux être que accentuer par mon regard aux yeux grand ouverts et a l’inclinaison subtil de mon visage sur le coter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bölin Pinrolf
Vole au vent
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11
Race : Gnome
Classe : Explorateur
Date d'inscription : 28/12/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mar 13 Mar - 15:34

Le navire me traîne sur quelques mètres pendant que des marins prennent le relais de la jeune femme pour me hisser à bord. Je ne pense plus qu'à m'agripper à cette corde et à respirer … Puis, je me sens tiré hors de l'eau et enfin des bras m'agrippent et me font passer par dessus le bastingage. Je reprends peu à peu mes esprits, le bateau s'est arrêté et quelques marins semblent vouloir prendre ma barque en remorque, bien la peine que je saute à l'eau, tiens ! Enfin au moins je conserverais le reste de mon matériel, j'espère que ce qui est passé à l'eau n'a pas trop souffert.

Mais comment ce fait-il qu'on soit à l'arrêt si proche de mon embarcation, combien de temps suis-je resté dans l'eau ? Pas très longtemps même si ça m'a paru bien trop long. Pour un navire de cette taille … enfin je n'en est jamais manœuvré et même rarement vu mais plus ils sont gros plus ils sont difficiles à diriger.

Je tremble de tout mon corps et tente vainement de me réchauffer en serrant mes bras contre moi, pas facile avec le tangage, ce n'est pas vraiment le moment d'admirer ce bateau ou le talent de son navigateur. Un marin m'entraîne pour m'emmener voir la capitaine et me trouver quelque chose de sec à mettre. Fatigué ... je tiens à peine sur mes jambes … mon sac ? Tant pis, plus tard, j'aurais pas pu le détaché de toute façon. Au moins le marin n'a pas à tirer grand chose …

L'odeur de la nourriture me ravive un brin quand je passe à côté. Ça fait combien de temps que je me contente des maigres vivres qu'il me restait ? Quelques jours ? Probablement. Quelques pas quelques peu plus assurés. Faim … Froid … Fatigue … Ce bref sursaut d'énergie retombe bien vite et je continue à me laisser tirer, marchant tant bien que mal, mais maintenu sur pied uniquement par la prise de l'homme sur mon bras. Démarche chaloupée sans doute mais pas de marin pour le coup.

J'arrive enfin près de l'ouverture de la soute dans laquelle il commence à descendre, m'entraînant à sa suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samy Kazae
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mar 13 Mar - 20:32

C’est avec un certain amusement que je l’observe cette petite. Que ne réalise-t-elle pas sa chance ? J’en ai vu des mousses se comporter de la même manière avec mon maître… Je l’ai fait moi-même… Et tous, sans exception, ont eu du mal a s’assoir pendant deux jours.

Les coups de fouet sont une monnaie courante sur les navires. Et même si leur vertu pédagogique ne m’a jamais particulièrement plu… Il faut bien admettre qu’elle existe. On ne fait pas deux fois la même erreur si on sait qu’on risque dix coups de fouets… Et de tous les crimes qu’on peu commettre sur un navire l’insubordination est sans doute le pire.
Ne pas obéir au navigateur ou au capitaine prestement peut paraître anodin…. Mais que n’aurais-je pas donné ce matin pour avoir des marins habitués a obéir a mes ordres ? Les manœuvres auraient été bien plus aisées… Bien plus fluides… Encore une fois je béni la maniabilité de ce navire…

Mais la voilà (enfin) qui arrive… Déjà je sais que ces charmantes petites joues vont se parer de rouge d’ici la fin de notre discussion… Si ce n'est a cause de la honte (elle n’as pas l’air d’être plus que moi du genre a la laisser paraître) ce sera pour la marque que laisseront mes mains sur ses joues.

Je n’ai aucunement envie de la frapper. Pourtant il est des choses qu’elle doit comprendre. Sans me départir un seul instant de mon sourire je prend la parole… C’est plus l’amusement que l’énervement qui perce dans ma voix :

- Si je t’ai sauvé la vie ce matin ce n’était pas pour que tu nous envois tous par le fond… Je sais peut-être nager mais la côte est un peu loin pour moi… Si tu veux remettre les mains sur cette barre il vas falloir que tu apprenne un certain nombre de choses avant.

Je marque une pause. Ma voix se teinte de tristesse :

- Pour ce que tu viens de faire mon ancien maître t’aurait gratifié de vingt coups de fouet… Dix pour avoir manqué nous tuer. Cinq pour insubordination. Et cinq dernier pour faire bonne mesure… Je me contenterais de deux claques. Ca te convient ?

La question n’as rien de rhétorique… Car de sa réaction dépendra sa véritable sanction. En attendant je garde une main sur la barre et la maintient poussée au maximum… Pour le moment nous restons en panne en attendant qu’on m’informe que l’esquif a été correctement arrimé.

Et toi de ton côté tu volette Violette… Tu observe… Et tu ne fait rien. Même pas un mot pour essayer de me calmer… Tu sais que c’est inutile. Quand a me mettre en rogne ? C’est tout ce qu’il manque pour que j’ordonne effectivement qu’on la fouette… Non. Tu n’en fera rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mar 13 Mar - 22:16

Je le fixe un instant, en effet je dois reprendre mon calme mais ce n'est pas pour autant que je vais accepter de lui obeïr autrement que quand il sera a la barre.
- Je vous remercie pour m'avoir porté hors du pont ce matin, et il n'est dans aucunes de mes intention l'envie d'envoyer le Zephyr autre part que la ou sa sirène nous guidera.
Mon regard se fait un peu lointain alors que j'essaye de percevoir un instant le chant si delicieux de la proue
- Si vous pensez pouvoir m'apprendre ce que vous faite avec tant de brio alors se sera un réel plaisir de reposer les doigts sur le bois de la barre et de ne refaire qu'une avec ce navire.

Je le fixe dans les yeux un moment, je retiens le soupir qui l’énerverait encore plus et reste impassible, les menaces ne me feront pas peur, il décidera si je peux tenir la barre, bien, si il decide que je ne le peux pas, je ne mettrais pas son jugement en doute, si il pense me tenir par ce genre de menaces il se trompe éperdument.

- Si vous pensez que laisser une personne mourir, que ne pas répondre tel un animal de compagnie a un sifflement alors qu'une manœuvre n'est pas en court et que la violence est votre seul moyen d'affirmer une position dominante sur une elfe, alors frapper moi de toute vos forces et plus encore et ne dites plus que vous pouvez m'apprendre quoi que ce soit.

Le ton est calme et sans tremblement, je n'ai plus cette accès d'arrogance et je jette un regard à la forme qui volette maintenant auprès du navigateur.

- Et dites a votre amie de ne plus s'approcher de moi dans ce cas.

Je releve la tête vers notre navigateur, a lui de décider si il souhaite démontrer sa force de mâle dominant de manière bestial ou d'avoir une apprentie.

- Je suis bien consciente que ma manœuvre n’était ni fine, ni exempte de risque, mais ne pas la faire aurait été condamner une personne a la mort, la cote est trop loin pour vous ? et pour lui alors ?

du chef j'indique la forme qui disparaît dans la cale avant de revenir vers lui.
Qu'il me frappe si cela lui chante je ne sourcillerais même pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samy Kazae
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mer 21 Mar - 0:02

Tu observe la petite elfette avec une certaine dose d’étonnement. Pourquoi ? Pourquoi cette défiance envers toi ? A la rigueur si tu avais fait quelque chose tu aurais pu (peut-être) comprendre… Et encore. En temps normal les gens ne réalisent pas les petites altérations de leur caractère que tu provoque… Mais là… Tu n’as absolument rien a te reprocher. Pas encore.

Et d’ailleurs… Puisque cette défiance est pour le moins gênante… Tu exerce une petite pression du bout de ton esprit sur elle… Et (tout doucement) tu la fait réduire alors que de quelques coups d’ailes tu viens te mettre juste devant son nez. Tu élève a peine la voix… Mais l’énervement est tangible dans ton tons…

- Alors là, petite, si tu t’imagine qu’il a le moindre mot a dire quand a ce que je fait… Tu te fourre le doigt dans l’œil jusqu’au coude.

Je souris en te voyant, toi, qualifier de petite quelqu’un… Non… Franchement ça a quelque chose de… Bref. Il n’en reste pas moins que tu as raison. Pour ma part mon regard n’as pas fléchi une seconde pendant qu’elle a parlé… Elle est presque mignonne… Elle râle… Elle essai de me prendre de haut… Mais voilà. C’est une gamine qui essai de faire une crise d’autorité… Et ses cris m’ébranlent tout juste autant que ceux d’une poule a laquelle j’emprunte un œuf…

Je pourrais m’attarder a lui répondre… A démonter chacun de ses pseudo arguments l’un après l’autre… Elle n’as visiblement pas conscience de la futilité de ses paroles… Elle ne réalise visiblement pas non plus qu’en terme de châtiment je suis sans doute milles fois plus indulgent que la capitaine… Quoique… ça reste a voir. Elle commence a me taper sur le système.

Au moins se montre-t-elle suffisamment courageuse pour affronter son châtiment… Elle échappera a une fessée qui aurait autant blessé son honneur que son corps.

Un dernier haussement de sourcil désolé.

- Serre les dents.

Le dernier conseil que je peux lui donner avant de lui expédier deux claques. Tout a l’heure quand j’ai repris les commandes c’est a peine si je l’ai chahutée… Et elle s’est retrouvée au sol. Cette fois, conformément a sa demande, je n’ai pas retenu mes coups. Le premier à fait vibrer mon bras… Et la petite n’étais pas encore tombée au sol que le revers vint la cueillir.

Dieux que je déteste faire ça. Elle gis au sol, probablement au bord de l’inconscience alors que sa tête vibre encore sous l’impact. En la contemplant ce n’est pourtant pas de la compassion que j’éprouve. Non… Elle a mérité son châtiment et elle devrait s’estimer heureuse de ne pas avoir écopé du fouet. Bon… Ensuite j’aurais peut-être du un peu retenir mes coups. Ce n’est qu’une gamine et j’ai (mine de rien) une éducation guerrière… Trop tard.

- Tu me fais signe quand elle reviendra a elle.

- ‘marche.


Et sans plus attendre je donne quelques ordres aux marins pour qu’ils remettent le foc en place et qu’ils bordent les voiles alors que je laisse a nouveau le Zéphyr prendre le vent… Un coup d’œil au compas et j’adapte (plus ou moins) notre cap… Il faudra vraiment que je mette la main sur une éclaircie… En faire une ? Peut-être… Mais pas de-suite.

- Elle essai de se lever.

- Parfait…


Me tournant a moitié vers elle je lui adresse la parolle… Toujours pas d’énervement dans ma voix. Même pas un ton glacial. Non. De la pitié. Tout simplement.

- Vas-y. Lève toi… Tu vas me récurer le Zéphyr de fond en comble. Et pendant ce temps tu vas réfléchir a tes erreurs. Tu me les expliquera demain midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur le pont du Zéphyr
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le pont de la constitution a VENISE
» Inauguration du Pont sur la Rivière Pendu
» Il suffit de passer le pont...
» le pont de singe
» Orion Kirik ? Capitaine du Zéphyr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Origine et le Changement :: Le Monde D'Origine :: Les Mers et les océans :: La Mer d'Izilia-
Sauter vers: