L'Origine et le Changement

Bienvenue sur l'Origine et le Changement; un forum RPG. Plongez dans ce monde médiéval fantastique aux possibilités infinies.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sur le pont du Zéphyr

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Sur le pont du Zéphyr   Dim 20 Nov - 18:24

La pluie tombe à verse, mais le vent semble moins fougueux sur le corps de bois du navire. La passerelle vient d'être abaissée pour laisser monter les retardataires. Le sol est glissant, au point qu'il est difficile de tenir debout à moins d'avoir le pied marin, mais les vagues sont passées de la démence pure à une valse déjantée. On pourrait presque sortir du port sans trop de risque. Presque. Heureusement que le Zéphyr n'est pas très grand et l'entrée du port, prévue pour de lourds marchants.

Rêvant de se retourner, la figure de proue caracole devant le port. Quelques marins ivres s'approchent et gravissent avec difficulté la passerelle. Ils ne restent pas longtemps pour la plupart. Assise sur le bastingage, Embrun les informe sèchement de la destination du navire, et bien peu décident de tenter le voyage. Ceux qui sont assez fidèles au Zéphyr pour le suivre dans cette folie ont presque tous dormis dans le dortoir. Un gamin d'une douzaine d'années décide pourtant de monter à bord malgré la danger. Il a l'air plutôt costaud celui ci, et il a déjà du servir sur d'autres navire. Enfin, ce n'est tout de même qu'un mousse sans grande expérience. Deux autres hommes remontent à bord après une nuit plutôt agitée. Le premier à un œil au beurre noir et le second est lui aussi bien amoché. Bagarre de taverne sans doute... Ils n'ont pas l'air franchement inquiétés par un voyage vers Sorgen et ont surtout très envie de se replonger dans leurs hamacs. Encore deux trouble fête qui ne seront d'aucune utilité pour le départ. Ils prendront le prochain quart...

Sortant d'une auberge du port, Edelween et Cuistot reviennent vers le Zéphyr. La fillette est joliment habillée. Elle porte toujours des frusques de marin, mais entièrement recousues et assemblées avec soin. Cuistot, quant à lui, arbore fièrement une belle écharpe brodée du nom de son navire. Il a l'air en bien meilleur état que la veille, plus jeune et plus gaillard, bien que sa jambe de bois lui donne toujours cette démarche boitillante et décousue. Il se tient derrière sa fille, se hissant sur la passerelle, puis il s'en écarte pour retourner vers sa cuisine. Bien entendu, il prête toujours une oreille attentive aux événements, mais il vaut mieux que la fillette ait l'air de se débrouiller seule.


- Capitaine, permission de monter a bord ?

Embrun détaille la fillette. Elle est bien attifée quoique trop provocante. Bah, à coté de Constance et Lynia, elle a presque l'air d'une petite fille bien sage... En tous cas elle est revenue et elle a toujours l'air décidée à embarquer. Plutôt coriace, capable de rebondir après un échec, et bien, pourquoi pas ? On verra bien ce qu'elle sait faire. La fille des mers bondit de son perchoir et se plante devant l'elfette. Pas la carrure, mais ce n'est pas le plus important. Qu'est-ce qu'elle va pouvoir en faire de celle ci ? La réponse saute aux yeux. Reste à espérer qu'elle n'a pas le vertige...

- C'bon, tu peux embarquer.

La capitaine lève les yeux vers le ciel, cherchant une silhouette familière. Elle est là haut, dans les cordages, comme toujours. Une belle demoiselle à la peau dorée et au cheveux noirs qui danse dans le gréement aussi naturellement qu'un faucon dans le ciel.

- Lynia ! J'te confis c'te p'tite mousse !

Spoiler:
 

Ne s’embarrassant pas de protocoles, la capitaine abandonne son poste pour se diriger vers la barre. Quelques minutes après, deux marins remontent la passerelle. L'heure est au départ, tant pis pour ceux qui ne se sont pas réveillé, ils resteront à terre. De toute manière il ne manque plus grand monde. Un ou deux ivrognes peut être, mais ils n'auraient pas suivit le navire vers une destination aussi incertaine. Qu'ils restent à terre ! Ils n'ont pas assez d'importance pour qu'on les attendent. La jeune femme saisit le bras d'un petit blondinet qui n'a pas du dépassé les sept ans et le relève sans violence.


- Va me chercher le navigateur, Loch.

Après avoir lancé un regard inquiet aux alentours, l'enfant file en courant à la recherche du nouveau matelot qu'on lui a présenté la veille. Il n'a pas l'air de bien tenir sur ses guibolles le petit. Par contre, le navire il le connaît alors il va le trouver, Samy. Pour une fois qu'on lui demande quelque chose... Ce n'est aps que, mais il s’ennuie un peu à bord. Il est trop jeune pour exécuter les neuf dixième des taches d'un navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Akham Mogoa
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 104
Race : Incube
Date d'inscription : 08/07/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Dim 20 Nov - 22:38

Dormir. Dans le dictionnaire, ce mot devrait être placé à côté du mot "bonheur". Même quand on aurait bien aimé disposer de quelques heures de plus pour continuer à rêver, celles qu'on lui avait déjà accordées avaient étés consommées avec délectation. Mais comme tout les rêves, il fallait bien que cela s'arrête. Aussi Akham fut-il réveillé à peu près au même moment qu'Erick, en vérité peu après. Lové sur son ventre, il avait passé une très bonne nuit (en fait la première véritable nuit depuis un sacré moment, maintenant!) avant de se faire brutalement reveiller par un geste de réveil un peu trop brusque de la part de son petit frère. Oui, se retrouver projeter contre le sol parce que son matelas venait de se relever avec force, sa surprenait! Et surtout, c'était des plus efficace pour échapper à la tendresse des bras de Morphée.

Et en plus, le jeune Incube n'était même pas de mauvaise humeur. Cette nuit de sommeil avait été le remède parfait contre sa fatigue, presque autant que la découverte d'un autre membre vivant de sa race. Redevenu un jeune homme, il prit néanmoins la peine se vêtir d'un pantalon afin de cacher sa nudité qui dérangeait tant les gens "de l'extérieur". Pourtant c'était naturelle non? Pourquoi se vétir d'une seconde peau? Oui, pour se protéger du froid, des intempéries, du vent, certes. Mais bon... Après tout les poils servaient à quelque chose!

Bref, après un petit déjeuné aussi rapide qu'expéditif qui avait au moins eu le mérite de le caler durablement, et par la même de lui permettre des transformation à répétition jusqu'au repas prochain, il se dirigea vers le pont avec tout les autres matelots qui c'étaient également reveillés.

Voyant l'Elfette dans les haut-bans, il lui adressa un petit signe de la main.

-Bon, moi, je fait quoi?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samy Kazae
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Lun 21 Nov - 19:33

Depuis combien de temps suis-je assis a la proue du Zéphyr ? Depuis combien d’heure mon esprit a-t-il plus ou moins déserté mon corps pour se concentrer sur les cieux ? Toi… Je sais que tu n’es pas loin… A m’observer et a te délecter de ces tourbillons de sensations étranges qui m’assaillent lorsque je pratique la magie…

Une petite voix me ramène un instant a la réalité… Il se passe quelque chose ici bas. Quelque chose qui ne concerne pas mon équilibre pour le moins instable. Nan. Quelque chose qui exige que j’y apporte un peu d’attention. Histoire de décider si je dois revenir sur terre ou rester dans mes nuages…

Je regarde autour de moi et découvre un petit garçon. Un mousse… Il me semble qu’il m’a été rapidement présenté la veille. Il a parlé. Il me veux quelque chose. Quoi ? Aucune idée… je te consulte du regard, espérant que tu as écouté et ne suis pas déçus lorsque tu me répond :

- Il veux que tu aille voir la cap’tain.

Déjà ? Bon sang… Il est déjà si tard ? Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit… Et j’ai du perdre la notion du temps en me baladant a travers le ciel. J’imaginais qu’il me restait encore une petite heure pour les finitions.. tant pis.
Je t’adresse le plus beau sourire que je puis composer en étant aussi fatigué puis me tourne vers le mousse :

- Je te suis alors…

Il sera temps de faire ami-ami avec tout le monde une fois qu’on sera en haute mer. Pour le moment… J’ai des choses in tantinet plus importantes a régler. Ce cumulus par exemple qui risque d’être a l’origine de rafales fort désagréables si on ne le calme pas sous peu…

J’étend mes sens magiques vers lui… Et presque tout de suite la foudre tombe… Le tonner retentit… Et le nuage commence a libérer sa pluie. Un de plus.

Lorsque j’arrive devant la capitaine le tonner roule encore…

Je lui adresse un petit salut. Inutile de faire plus. Je ne vais pas dissimuler mon état de fatigue. De toute manière j’imagine sans peine les valises qui ornent chacun de mes yeux. Je n’ai pas cessé de faire appel a la magie au cours de cette veillée… Et mon énergie (ou plutôt mon absence d’énergie) en est la preuve.

- Cap’tain… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Lun 21 Nov - 21:52

Alors que Loch part en courant, Embrun jette un regard aux alentours. Lynia et l'elfette sont sur le grand mât et ont l'air de bien s'entendre. Le jour où quelqu'un s'entendra mal avec Lynia, de toute manière... La petite nouvelle ne sera pas d'une grande utilité pour la sortie du port, par contre, elle est trop inexpérimentée. Il va y avoir besoin d'une personne supplémentaire sur le grand mât. À l'arrière, les Jumeaux sont déjà dans le gréement et Pirate a pris le mât avant. Une personne de plus là aussi, ce serait mieux. Coup de chance, il y en a justement un qui semble s'ennuyer. Elle ne peut pas confier deux nouveaux à Lynia, mais Akham est bien assez costaud pour aider Pirate à l'avant ! Est-ce qu'il s'adressait à elle ? Aucune idée, mais le résultat est le même. Elle a du travaille pour lui.

- Akham, vas donc r'joindre Pirate au mât avant, il t'expliquera ce qu'il y a à faire !

Qui est-ce ? En fait, le nom correspond si bien au personnage que la question est inutile. L'homme qui se trouve dans le gréement avant est tout simplement le stéréotype de l'apparence d'un pirate raconté par un ménestrel. Ce n'est pas pour rien qu'on le surnomme ainsi en même temps. Okay, le sabre d'abordage alors qu'il s'occupe des voiles dans un port... Il y a plus pratique et heureusement qu'il pleut à verse... Et le tricorne sur le crâne ? Niveau discrétion, il bât tous les records. Il semble en train de jouer entre les cordes plutôt que de travailler. Des pirouettes dans tous les sens... Et de œillades vers Edelween qui ne l'a pas vu. D'accord, tout s'explique. Un autre coureur de jupon et niveau vestimentaire, il semblerait qu'il puisse largement conseiller le jeune incube. Bien que complètement déplacé, il est bigrement bien habillé, assez pour montrer l'utilité des vêtements à quelqu'un qui n'en met pas. Utilitaire ? Non... Décoratif.

Le mât avant est entre de bonnes mains, reste à trouver quelqu'un pour donner un coup de main à Lynia. Et bien, ce ne sera pas difficile, il y en a un qui n'est pas loin. Elle adresse un signe de la main à Mouette qui ne se fait pas prier pour rejoindre la petite troupe quelques mètres plus bas. Sur le pont, les mousses vérifient l’arrimage des caisses sous la direction de Pap' et Hergor... Le Zéphyr est paré au départ. Il ne manque plus que la navigateur, qui choisit justement ce moment là pour arriver.


- On bouge. J'prends la barre, j'te laisse diriger les opérations.

Embrun pose une main ferme sur la barre et son regard vacille un instant. Le Zéphyr rue d'impatience... Un léger sourire vient adoucir ses traits toujours si sérieux. Elle aime tant la sentir ainsi, prêt à se lancer dans n'importe quelle aventure. Aucune autre navire n'a une telle soif d'aventure ! Ou du moins la fille des mers ne sait t-elle pas les percevoir. Le Zéphyr est son navire, celui sur lequel elle est née et celui sur lequel elle finira ses jours. Un chaos du navire la ramène à la réalité, comme si il lui rappelait que ce n'était pas le moment de rêvasser. Il est temps, enfin, et même si la nuit a été courte, le départ imminent la rend alerte et joyeuse.

- Larguez les amarres !

Le Zéphyr est enfin libre, libre de fuir le port et de s'élancer entre les eaux en folie. Libre et heureux. La capitaine lève les yeux vers Samy. Elle lui laisse la direction des opérations, mais il doit s'en douter, ce départ est aussi une manière des plus simple de le tester. Embrun ne s'en remet évidemment pas complètement à lui. Des départs dangereux par grand vent, elle en a fait tant... Si il venait à flancher, elle reprendrait immédiatement le commandement. Hergor se rapproche, prêt à utiliser sa grosse voix pour retransmettre les ordres volés par le vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Samy Kazae
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mar 22 Nov - 0:06

C’était bien ça… On vas prendre le large… Larguer les amarres… Le moment est venu pour moi de prendre les choses en main. Je hoche la tête aux paroles de ma nouvelle capitaine. Et me contente de lui répondre :

- On vas manœuvrer au vent… Une fois qu’on aura plus d’obstacles proches attend mon signal pour virer. En attendant on naviguera au foc.

Pour ma part je m’avance sur le pont et commence a donner les ordres… Alors que je prend la parole, les conseils de mon mentor me reviennent bien vite en matière de voix : il faut parler. Jamais crier. Projeter sa voix avec force pour s’assurer qu’elle couvre la tempête…

- Ca c’est un peu calmé par rapport a cette nuit… Mais c’est encore une belle petite tempête ! Une fois qu’on sera sortit de l’abris de la crique ça vas se mettre a tabasser sévère ! Donc j’veux voir aucun imbécile qui s’imagine qu’il peut se passer de survie… Ou alors DEDANS !!!

Je regarde autour de moi… Ma petite gueulante a eu l’effet escompté : on m’écoute. On ne tiendra pas forcément compte de mes conseils… Mais au moins…

- On vas quasiment être vent debout alors vas falloir de la réactivité ! On a au moins trois bords pour sortir de la crique ! Allez !! Pour le moment bordez moi le foc à contre !!!

Rien a ajouter pour le moment. Je vais sur le Gaillard d'avant pour pouvoir me faire une idée précise des mouvements de navire mais aussi pour étudier la mer… J’ai une idée assez précise du vent mais observer la manière dont la mer frémis me permet d’anticiper les rafales… Mais aussi pour pouvoir donner certains ordres pendants les manœuvres.

Je me fait moins autoritaire pour m’adresser aux matelots postés au foc… Ils sont juste a côté de moi de toute manière… Les yeux rivés sur le quais je regarde avec plaisir le navire qui commence tout doucement a tourner pour se mettre vent debout… Et lentement reculer… Bientôt on vas percuter un autre navire…

- Relâchez le… tout doucement… puis bordez le au vent… Voiilaaa…

Tout doucement on s’éloigne a nouveau du vent… Partout autour le vent siffle dans les haubans… Je béni l’abris que nous offre la crique et appréhende le moment ou en sortira en pleine mer… A en juger par la gite il sera impossible de hisser les voiles une fois dehors… Il vas donc falloir faire une sortie parfaite…

***

Le premier bord s’est passé sans encombre… Puis j’ai ordonné de hisser une première voile et le Zéphyr a comme bondit ! Il avance encore mieux que ce que l’imaginais… Trois bords suffiront pour sortir de la crique. Il faut juste avancer ce qu’il faut pour pouvoir tirer un bord plus éloignée du vent… Limitant ainsi notre prise aux vagues… et surtout nous permettant de partir au large, loin de tout haut fond, le plus vite possible.

C’est pour bientôt…

- Qu’es-ce que t’en pense ?

- Encore un petit peu… Si on vire un peu trop tard suffira de se laisser un peu reculer avant de virer.

Tu as raison… Comme toujours. Dans ces moments il n’y a aucun doute : je peux te faire confiance… Tu en sais autant que moi sur la navigation… Et écouter ce que tu dit me permet de trier un peu mieux mes pensées… De voir des alternatives qui m’auraient peut-être échappé…

D’un bon pas, presque en courant, ignorant des dangers de la gite, je retourne au gaillard d’arrière…

- Bordez toute les voiles !!! Comme jamais !!! Cap’tain !!!!! On vire bâbord et on fille au large !!! Le foc a contre !!! MAINTENANT !!!! Relâchez les voiles !!!

Le navire fait une embardée lorsque le vent le reprend subitement entre ses serres… Bon dieux…

- Et on décolle !!! Bordez moi tout ça !!! Hissez toutes les voiles !!!

Je suis a nouveau prés de notre capitaine… A partir de maintenant le quartier maitre doit savoir a quoi s’en tenir… Et ici on ne sera sans doute pas trop de deux pour tenir la barre. J’adresse un sourire a la capitaine et vérifie que sa survie est bien attachée… Le plus dur est a venir… Il n’y a qu’a voir la mer plus sombre là ou la surfasse frémit sous la force du vent… A mesure qu’on s’approche les petits moutons qu’on apercevait au loin apparaissent comme des vagues d’un ou deux mètres de haut… Les véritables déferlantes elles nous attendent en mer.

Les premières minutes vont simplement secouer…

Et toi la dedans ? Le visage radieux tu écoute le Zéphyr chanter alors que tous les haubans se tendent… que les mats grincent… Que lentement le navire se penche sur le flanc… Mais plus que tout… C’est la musique du safran lutant contre le courant qui t’enchante… La capitaine doit luter pour maintenir le cap.

- Deux degrés tribord…

Petite correction… Je n’ai pas beaucoup plus de latitude mais a en juger par l’aspect de la mer on gardera ainsi une meilleur maniabilité a la sortie de l’abris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mer 23 Nov - 11:50

Embrun se cramponne à la barre. Ce vent... Entre le Zéphyr qui bondit plus qu'il ne le devrait et ce qu'elle avait naïvement pris pour une accalmie qui ne concerne en fait que la crique... Des vagues immenses dansent follement derrière ce piètre refuge. Oui, une crique est forcément plus calme, mais là la différence est vraiment très marquée. Pas normal. Enfin si, possible, pas courant plutôt. Ensuite, elle ne va pas s'en plaindre. Les conditions pourraient être bien pires et si il n'y avait pas cette accalmie sur la crique, le Zéphyr aurait eu bien plus de mal à prendre la mer. Heureusement que le navigateur se débrouille bien. tenir la barre lui prend déjà une bonne part de ses ressources et elle aurait du demander de l'aide à Hergor si Samy n'avait pas été là. Du coup, plus grand monde pour faire passer les ordres... Elle a de bons gabiers sur le navire, mais ils ne peuvent pas tout deviner. L'équipage est vraiment restreint, surtout pour des conditions de navigation aussi défavorables.

Elle a toujours apprécier l'enthousiasme du Zéphyr, mais il faut bien avouer que dans le cas présent, son impétuosité ne leur facilite pas la tache. Il se débat, voile grandes ouvertes, cherchant à fuir du port coûte que coûte. Il écoute toujours aussi bien la barre, mais ses cabrioles entre les vagues le rendent difficile à appréhender. Doucement, lui donner une direction, retenir une brutale tentative de changer de cap... Le gros et lourd navire marchant infirme n'est évité que de justesse. Enfin ! La sirène tend les bras vers l'horizon ! Il était temps. Pap' est en train d'envoyer les derniers mousse à l'abri, ou plutôt de pousser dans la cale cette petite tête brûlée qu'elle a recruté à Athé. Un sacré petit gars, il a des tripes et aucun doute qu'il fera un excellent matelot ! Seulement, là, il va juste voler si on le laisse faire. Elle n'a absolument pas confiance en sa capacité de modération. Il serait fichu de monter au gréement au milieu d'une bourrasque ce mioche. Il ne reste plus personne inoccupé sur le pont alors que Pap' retourne en courant vers le mât d'artimon. Les Jumeaux peuvent se débrouiller, mais une main de plus ne sera pas de trop. Trois personne par mât seulement, en pleine tempête... En cas de problème, il est toujours possible d'envoyer les mousses donner un coup de main, mais elle risque d'en perdre dans cette manœuvre. Hergor est là, aussi, ainsi que deux autres marins prêts à aider où il y aura besoin, mais il en faut bien un à l'avant pour le mât de beaupré... Bref, il va falloir réussir à sortir avec de très faibles effectifs.


- Gaffe, ça va secouer... Marmonne t-elle, concentrée sur la manœuvre.

Le Zéphyr lui arrache presque la barre des mains en bondissant hors de la crique. Le vent... Ses pieds se soulèvent du sol un instant, mais la fille des mers reprend bien vite le dessus. Pas question de se laisser couler son navire, quelque soit la force du vent ! Elle se raidit, forçant la barre à garder une orientation approximative, mais le navigateur hurle aux matelots de relâcher les voiles. Il a raison, il n'y a pas le choix, mais sa tâche n'en sera pas facilité avant que les voiles soient en effet relâchées. En attendant elle doit luter et s'adapter aux modifications de conditions. Ce n'est pas le pire. Les voiles, il va bien falloir les border, ensuite, et là... Avec une légère appréhension, elle tourne légèrement la barre pour attendre un vent plus clément. Elle n'a jamais eu vraiment peur de prendre la mer, mais là, elle tient la vie de son équipage entre ses mains au sens propre du terme.

Une bourrasque envoie à nouveau le Zéphyr sur la crête d'une vague et Samy ordonne d'ouvrir à nouveau les voiles. C'est bon, message transmit ? Un bref regard aux alentours informe Embrun que tous les gabiers ont compris, alors que la voix du nain résonne dans la tourmente. Là par contre, elle n'est pas stupide, elle sait qu'elle ne tiendra pas. Le Zéphyr est maniable, oui... Même très maniable, mais si ce n'était pas le cas, elle aurait justement du demander de l'aide bien plus tôt ! Le navigateur devra se débrouiller seul pour transmettre ses ordres, elle a besoin de la force de son second !


- Hergor ! Vient m'aider !

Sa voix féminine est difficile à entendre dans la tempête, une voix grave porterait bien mieux, mais le nain s'attendait à cet ordre. Enfin... La barre cesse de tenter chaque instant de se dérober d'entre ses mains. Il était temps car le rajustement de trajectoire, elle aurait eu du mal à le faire sans son compagnon. elle aurait pu demander à Samy, mais le nain a tout de même nettement plus de force que le navigateur et vu ce qui les attend par la suite... Enfin, elle a au moins quelques instants de stabilité relative.

- Dis à Mousse d'sortir, on t'auras besoin de quelqu'un pour r'transmettre tes ordres en pleine tempête. Et débrouilles toi pour qu'il s'attache, il est complètement inconscient c'gamin.

Et venant d'Embrun, le terme fait peur à entendre. Ce n'est pas elle qui a ordonné de prendre la mer pour Sorgen en pleine tempête ? Bref...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Samy Kazae
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mar 29 Nov - 23:28

Que dire ? Que dire dans des moments pareils ? Je ne suis plus. J’ai disparus. Emporté par la toute-puissance des éléments. Plus rien n’importe que ces quelques ordres que je hurle de temps en temps…

A une ou deux reprises je repérais, dans le creux d’une vague, un haut fond… Rocher caché quelques mètres sous la surface et qui se ferait un plaisir d’éventrer le Zéphyr si on lui en laissait l’occasion… A chaque fois j’ai pu corriger le cap… Pour l’instant.

J’ai dédaigné l’ordre de ma capitaine… Dans les voiles ils savent quoi faire… Ce n’est pas compliqué : le but est d’aller le plus vite possible. De voler sur les ailes de la tempête. Se laisser entrainer au large… Les ordres… Je n’en aurais qu’un à donner… Et il sera d’une simplicité désarmante. Après… Autant d’éviter que le pauvre mousse soit sur le pont quand…

Plus de manœuvre en finesse à présent. Pas lorsque nous nous engouffrons dans des vagues de plus de dix mètres de haut.

Pour l’heure il n’y a eu aucune déferlante… Heureusement sans quoi… Non. Je préfère ne pas trop y penser… Là-haut les mats protestent contre le mauvais traitement qu’on leur inflige… Malgré l’aide du nain ma charmante capitaine lute pour maintenir le cap…

Un murmure. Un murmure qui pourtant me parvient à travers la tourmente : c’est toi qui me dis qu’il est temps… Que les côtes sont assez loin derrière nous… Qu’a la vitesse où nous allons…

- CHOQUEZ LES VOILES !!!!!!!!!!

Un hurlement comme j’en ai rarement poussé. Il faut que les choses se fassent vite… Que les mats s’accordent entre eux sans quoi l’un d’eux risque de lâcher… Qu’elles se fassent proprement. Le Zéphyr va faire une violente embardée… Je le sais. Aux deux a la barre d’encaisser… moi… moi il serait peut-être temps que j’accroche ma survie sans quoi…

Mon cri a été repris. Transmis. Et rapidement toutes les voiles, de la plus grande à la plus petite prennent un peu de corde.

Trop tôt.

Imbécile.

Imbécile que je suis ! Je me sens voler alors que le Zéphyr se redresse brusquement. Ce n’était pas moi qui, un peu plus tôt mettais en garde les matelots contre le caractère indispensable de ce pauvre petit bout de ficelle ?

Bon… C’pas grand chose au final. Je me prend (violement) la rambarde… Mais ne passe pas par dessus bord. Loin s’en faut. J’ai signé pour un bon bleu mais rien de plus méchant. Tant mieux.

- Ne cherchez pas a maintenir le cap !!! Prenez un peu le large ! Mais restez au proche ! Je reviens !

Oui… A en juger par la consistance du vent ça devrait faire l’affaire… A ce moment on devrait pouvoir partir au grand largue et se laisser pousser par la tempête. Tout simplement… Mais pour le moment…

Il me faut toute mon habilitée pour avancer un petit peu… Descendre du gaillard arrière histoire qu’on m’entende devant… Le pont glisse… le vent se prend dans mes vêtements… Et il est impossible de différencier la pluie des embruns… Déjà… En soi… ça complique pas mal les choses. Mais il suffit d’ajouter a ça des vagues d’une dizaine de mètres qui secouent le pauvre navire comme s’il n’existait pas…

Et dire que si j’en crois mon maitre et les quelques calculs que j’ai pu faire… ce machin n’as rien d’une vraie tempête… Mon œil… Il est pas dedans pour dire ça lui…

Nouvelle embardée un peu violente qui me fait perdre pied. Cette fois j’ai accroché ma survie et ne traverse pas le pont… Mais bon… Je suis quand même bien secoué. Une fois de plus.

Trente secondes. Le temps de reprendre mon souffle. Je donne un nouvel ordre :

- Soulagez les mâts ! Réduisez les voiles ! Mais gardez-les bordées !!!

Pas vraiment le choix en fait… A ce train là le bois vas finir par lâcher… Et si on se laisse porter par la tempête… On vas finir fracassés contre la côte… Attendre que le vent tourne… Bientôt… Bientôt… Quand a détailler plus… Ils ne sont pas idiots là haut. Du moins je l’espère… Et certains connaissent surement mieux le Zephyr que moi. Ils connaissent la qualité de chaque voile et savent lesquelles il vaut mieux affaler.

Sur un navire que je connais je pourrais les aider mais là… Je serais bien plus utile a la barre… Il faut y retourner… Quelle idée a la noix que d’avancer ! A quoi bon ? J’aurais du réaliser plus tôt… Ce n’est pas a moi d’aller aider dans les voiles… Non. Je ne suis plus l’assistant. Je suis le navigateur…

Il vas falloir que je m’y fasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mer 30 Nov - 13:43

Les vagues reprennent de plus belle et la tempête accueille le frêle navire comme un torrent entraine une brindille. Du calme relatif de la crique, on imagine tout simplement pas qu'il soit possible de passer. Les vagues immenses, près de dix mètres de haut, ronflent devant les bras tendu de la sirène, bouchant l'horizon. Mais le Zéphyr prendra la mer, Embrun n'en doute pas un instant. La petite embarcation, si risible par rapport à l’immensité de l'océan, prend déjà bien plus de vitesse qu'il ne semblerait. Elle gonfle ses voiles pour prendre ce vent pourtant si mal orienté, et file entre les vagues même si on en fait plus vraiment la différence entre le ciel et la mer. Trempée jusqu'aux os, la jeune capitaine se cramponne à la barre, concentrée sur la direction et observant anxieusement la mer. Il ne s'agirait pas de lancer son navire sous une de ces vagues, il doit prendre un maximum d’élan avant que la mer ne l'avale. Le navigateur semble se débrouiller, elle lui laisse donc complètement la main et ne prête plus qu'une oreille distraite aux ordres donnés aux voiles.

Le Zéphyr fait une embardée... Retenir la barre quoi qu'il arrive. Si elle perd le contrôle, il ne faudra que quelques minutes pour chavirer. Heureusement, la force d'Hergor est là pour la soutenir. Pas assez, le navire se braque, refuse d’obtempérer. Droit vers le large alors que par ce vent, il faudrait louvoyer. Embrun lance un juron avant de se jeter sur le coté et cette fois ci, l'embarcation prend la direction attendu. Il était temps... Une vague submerge le mat avant. Si les gabiers n'étaient pas attachés, s'en est finit d'eux, mais la brume empêche la jeune femme de voir ce qu'il en est. Il ne reste plus qu'à espérer car elle ne peut pas lâcher la barre. Le navigateur lui même a bien faillit passer par dessus bord. Il se débrouille peut être bien, mais question sécurité, il va falloir une remise au point. Elle s'en occupera quand le temps sera plus calme, pour le moment, il est trop loin pour l'entendre et de toute manière, il a du comprendre la leçon. Doucement, changer la cap... Les gabiers vont devoir gérer seuls ou presque car le vacarme des vagues empêchera la plupart d'entendre les ordres. Donc il faut vérifier que Pirate est toujours sur le mat de Misaine car les deux autres qui s'y sont dirigés ne connaissent pas le navire.


- Tu peux t'nir ? Lance t-elle simplement au nain. Il comprend au moins aussi bien qu'elle la situation.

- Vas y, fillette, je tenais déjà la barre quand tu suçais ton pouce !

Non sans lui jeter un regard noir, Embrun se détache et file lestement vers le grand mât. Un, deux, trois silhouettes à l'avant, le compte y est. Avec un soupire de soulagement, elle vérifie l'état des voiles et retourne vers la barre aussi vite qu'elle l'a quitté. Même si sa puissance musculaire est loin d'égaler celle d'Hergor, il y a besoin d'elle pour diriger le Zéphyr. En pleine tempête, leurs forces combinées sont à peine suffisantes et ne le seraient pas sur un plus gras navire. À peine arrivée, la jeune fille réajuste le cap et écope d'un regard appuyé de son compagnon. Bon, oui, la survie... Mais la direction du Zéphyr était plus importante ! Elle se rattache tout de même en vitesse. Il valait mieux, la vague suivante soulève le Zéphyr comme une simple brindille, mais au moins ils sont dessus ! Il a presque pris assez de vitesse pour prendre la mer en pleine tempête et il le sait !

Brusquement, la force du vent se décuple. Si les gabiers n'avaient pas réduit les voiles, les mâts auraient cédés. Le Zéphyr s'élance entre ces vagues qui atteignent sans difficulté le sommet de son plus grand mât. Il bondit joyeusement au dessus, secouant violemment ses passagers, et la crique s'éloigne derrière eux. Enfin, le voyage commence ! Une lourde déferlante recouvre le pont, envoyant tous le monde voler au bout de sa survie. Plus question de jouer les héros sans s'attacher maintenant, ce serait a peu près équivalent à prendre un allé simple pour le fond de la mer. Embrun émerge de la vague, toujours accrochée à la barre et tente tant bien que mal de remettre le cap malgré le sel qui l'aveugle à demi. Hergor s'est affalé sur le pont et quelques instants, elle est seule à la barre. La fille des mers devra pourtant y rester car le nain se tourne brusquement vers le bastingage.


- Un homme à la mer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Jeu 1 Déc - 0:53

Elle sent Lynia lui ordonner d'aller sur le pont, elle voie trouble, impossible de rester de toute manière, elle a bien constatée l’inutilité de ses efforts.
Une vague la frappe t une autre, la mains l'encourage a descendre.
Une nouvelle vague, plus haute plus forte. elle la prend de plein fouet.
Lynia viens de la lâcher, en fait tout viens de lâcher partout, elle tourbillonne, sonnée par l'impact.
Le froid, la saisie en entier, elle est dans l'eau, il n'y a plus de haut ou de bas, qu'un froid engourdissant qui n'est contré que par la violence des flots.
Elle se noie dans les flot sombre.
Elle se secoue essaye de remonter, y arrive presque perce la surface crache de l'eau et aspire un peu d'air, trop peu...
Une nouvelle vague la replonge dans le noir.


Le noir..l'obscurité....

-------------------------
Autre lieu, autre temps
Elle est dans une cave, jeune, il fait noir, elle se colle a son père, elle ne veux pas resté dans le noir et il ne veut pas qu'elle sorte.
Elle pleure, elle crie, puis elle LA sent, la lumiere, elle l'appel.

Comment ? elle ne sait pas, mais elle est là.
Ses mains se sont misent a briller, douce lueur pâle qui eclaire son visage puis petite sphere qui jaillie.

La lumiere est là.
--------------------------


Elle ressort a nouveau, a mi distance de la crête d'une vague ? impossible a dire, l'eau lui brouille la vue, le noir vas revenir déjà le mur s'incline, elle vas etre a nouveau dans le noir !!
Elle veux hurler mais l'eau lui envahie la bouche elle crache, mais déjà elle a replongé.

Ses mains sont plus que des glaçons, ses vêtements gorgé de paquet salé l’entraînent a nouveau au fond.

lumière

Elle essaye de remonté sans succès

Lumière

Un rouleau de mer la secoue en tout sens ses oreilles en bourdonnent ou peut être a cause de la pression

Lumière ....

Elle ouvre les yeux sous l'eau et hurle !

Le zephyr est soudain plongé dans le noir.

L'endroit ou Hergor a hurlé se fait plus claire, plus lumineux.
Les vagues se nimbent d'un soleil interne.
Une bulle de lumière éventre une vague plus petite. une sphère a moitié immergé qui flotte vers le Zephyr alors qu'en son centre une forme frêle crache de l'eau encore et encore.


"rejoindre le Zephyr !!"
Rien de plus n'occupe Edelween que de fuir le fond des flots et leur noirceur pour retrouver le Zephyr et ses lumières colorés.
La sphère est ballotter en tout sens, se déforme, se reformes mais se rapproche du bateau malgré tout.
Elle diminue, la lampe de la barre se rallume.
la bulle roule emportée par les flot de manière chaotique, elle se retrouve en haut d'une vague qui s’abat sur le pont, comme animé d'une vie propre.
Elle se disloque, et vole en éclat, le Zephyr redevient lumineux comme si de rien n'était.

Au centre du pont, une elfe affalée de tout son long, les habits sec.. jusqu’à ce que la vague suivante remédie à cet état non naturel.

Edelween crache encore de l'eau en essayant sans succès de ramper vers l'écoutille, ses muscles trop noués pour supporter son corps.
Le souffle trop court pour se calmer et la tête trop bourdonnante pour arriver a aligner d'autre pensés que l'envie irrésistible de dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samy Kazae
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Sam 3 Déc - 10:54

Je me suis approché du bord et ai lancé mon loch... Ce n'est pas grand chose... Mais en l'observant dériver je me fait une bonne idée de la vitesse du navire... Avec toutes ces vagues la traine ne me suffit pas.

- Samy !!

Ta voix me prévient tout juste a temps. J'enroule la corde du loch autour de ma main et attrape la rambarde... Juste a temps pour lever les yeux vers la déferlante... Bon dieux.

Un reflexe idiot me fait tendre la main vers toi, toi petite fée apparament sans défence face a la force des éléments... Le goufre entre apparence et réalitée. Ma main te traverse aussi facilement que les trombes d'eau qui s'abattent sur le pont... Et de mon côté les choses sont bien moins faciles. La force de l'eau est tout bonnement incroyable... Sans ma survie je serais déjà en train de m'écraser sur la rembarde de l'autre côté du navire...

Ou peut-être bien au delà. Perdu dans l'immecitée bleu de l'océan.

Un endroit nettement moins charmant que le Zephyr... Sans la dénigrer j'imagine mal la compagnie des poisson être aussi charmante que celle des matelots... Sans même relever les quelques dames du bord. Bon... et pour couronner le tout (à en juger le petit aperçut du monde marin que j'ai en ce moment même grace a sa "délicate" intrusion sur le Zéphyr) froid. Trop froid pour une vie agréable.

Autres détails (et de taille) qui m'apparaisent bien vite lorsque, hurlant sans réellement le vouloir je commet l'erreur d'avaller un petit peu d'eau : le goût abominablement sallé de la chose... et l'impossibilitée de la respirer.

Libertée.

Par tous les vents... Combien de temps cette foutue vague as-t-elle duré ? Une ou deux éternitées. Au moins.

Mais je suis encore là. En vie. Glacé. Courbatu. Mais encore là. Autour de ma mainla corde du loch m'indique qu'il est encore là... quelque part derrière le navire... J'entreprend de le remonter lorsqu'un cris retentit : un homme a la mer.

Plus vraiment le temps de jouer. Le loch entre mes mains constitue peut-être la chance inespérée pour le malheureux de remonter...

- C'est qui ? Ou ça ?

- Par ici ! Heu... Ede... Edelween je crois... Un machin du genre.


Et te voilà qui volle, vers la pauvre petite elfe pour m'indiquer où elle se trouve...
La suite des évennements ? Comment la décrire ? Comment l'expliquer ? D'un point de vu purement visuel... La petite fille s'est retrouvée entourée d'une sphère lumineuse qui, lentement, s'est mise a voller vers nous... La ramenner vers la réalitée. Vers la vie.

D'ou vennait cette sphère ? De toi ? J'en doute sévèrement... De moi ? Clairement pas. De quelqu'un d'autre sur le navire ? A en juger par les quelques visages que j'arrive a diserner (mais aussi aussi en discutant, plus tard, avec toi de ton resenti) : non plus. D'elle donc... Probablement.
Enfin. Toujours est-il que quelques minutes plus tard la situation a totalement changé : quelqu'un d'autre est passé par dessus bord et l'enfant est affallée sur le pont. A la merci des prochaines vagues...

De mon côté le choix est vite fait : je me précipite vers elle pour la protéger contre le roulis. La garder avec nous sur le pont.

- Tu m'entend ? Tu peux te lever ? Ou au moins t'accrocher a moi ?

Sans vraiment lui laisser le temps de me répondre j'attache sa survie a la sienne... Pas franchement une bonne idée en régle générale... Puisque si l'un de nous tombait... il condamnait l'autre. Mais après une experience pareille elle ne serait sans doute pas capable de se tenir seule. A moi donc d'assurer nos deux vies.

Pourvu qu'elle réagisse vite. Avant qu'une nouvelle vague vienne me mettre a mal. Nous mettre a mal. Trop loin de toute chose je n'ai aucun moyen de nous assurer pour le moment... Juste un ou deux mètres a faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Sam 3 Déc - 18:15

Toussant et lutant pour s’éclaircir la vue malgré le sel, Embrun tente tant bien que mal de faire virer le Zéphyr, alors que son second l'a abandonné pour partir à la pêche aux naufragés. Car oui, si une seule avait glissée, on peut en compter deux qui barbotent joyeusement en pleine tempête. Bon sang... Les survies... Ce n'est pas pour faire jolie ! Il y a vraiment trop de novices dans son équipage, elle va devoir mettre les règles bien à plat dès que le temps le permettra. Mais pourtant, écouter les ordres du navigateur, ce n'était pas bien sorcier ! Laisser cette fillette sur le pont était une erreur. Lynia ne pouvait pas s'en occuper en même temps qu'elle gérait la voilure. Elle n'aura pas fait long feu sur le Zéphyr celle ci. Peut être y a t-il encore moyen de la rattraper ? Elle n'est pas si loin du navire. Par contre, voir Akham se jeter à l'eau, elle ne s'y attendait vraiment pas. Complètement tête brûlé ! Elle aurait du l'enfermer avec les mousses ce gars ! Quoi qu'un marin de cet age incapable de jauger le danger n'est pas d'une grande utilité, donc au fond... Ou il prouve qu'il est capable de remonter, ou le Zéphyr partira sans lui. Tourner en rond dans une tempête est tout simplement suicidaire et la capitaine tient plus à son navire qu'à deux simples membres d'équipage.

Brusquement, toutes les lumières de l'embarcation s'éteigne et, bien visible dans le noir complet de la tourmente, une sphère lumineuse s'élève au dessus des eaux. Heureusement qu'ils sont en haute mer, sans quoi la situation aurait été encore plus dangereuse ! Qui fait... Ce ne peut pas être Lynia, la fille des mers l'a déjà vu se servir de ses pouvoirs et aucun ne ressemble à ce qu'elle a sous les yeux. La fillette... Elle est au milieu de la bulle. Oui, une elfe, elle aurait du s'en douter qu'elle avait quelques particularités. Ce n'est pas si rare dans ce peuple. Du coup, elle est nettement plus intéressante cette petite. À peine est t-elle tombée sur le pont que la navigateur se dirige vers l'enfant. Tant mieux, la jeune femme ne peut en aucun cas lâcher la barre, elle ne risque pas d'aider qui que ce soit. Il faut bien que la Zéphyr tienne la mer si ils veulent survivre !


- FLANQUE LA DANS LA SOUTE ! LES MOUSSES S'EN OCCUPERONT ! RETOURNE À TON POSTE AU PLUS VITE ! hurle t-elle tant bien que mal par dessus la tempête.

D'ailleurs, la trappe de la soute s’entrouvre, laissant passer la tête de Mousse. Il n'en mène pas large pour une fois, la folie des évènements lui a fait ravaler sa morgue. Mais comment aurait t-il pu se résoudre à s'éloigner de la sortie ? Déjà qu'il est furieux qu'on ne le laisse pas aider à bord... Il tend la main vers Samy pour saisir la première chose qui se présentera, puis, après une hésitation et un regard noir de son capitaine, il attache sa survie à l’échelle avec sa main libre. La manœuvre est compliquée et instable, mais toujours moins que celle du navigateur. Lui, au moins, si il tombe, ce sera dans la soute.

Et d'un de presque sauf. À moins d'une vague vraiment pernicieuse, ces deux là devraient s'en sortir. Embrun tente une dernière fois de faire virer le Zéphyr, se jetant sur le coté et pesant de tout son poids sur la barre. Peine perdue, le naufragé est déjà presque derrière. Elle sait déjà que quelque soit l'aide, elle ne pourra pas revenir sur ses pas. Si il ne s'accroche pas très vite, il sera laissé sur place car hors de question de revenir vers le port. Avec un peu de chance, il sera poussé par les vagues vers la terre ferme, ce n'est pas si loin. Quoique. Mais bon, il peut se transformer en bestiaux de ce qu'elle a compris, donc il doit bien pouvoir survivre dans l'eau, les poissons le font bien ! Rattraper un navire, par contre, il n'en sera certainement pas capable. De tout manière elle ne peut rien faire d'autre, son sort est entre les mains de l'Origine, qui d'ailleurs ne semble pas vraiment l’apprécier vu qu'un prêtre de ce culte a débarqué sur le pont. Épuisant... Embrun ferme les yeux un très court instant autant pour chasser le sel de ses paupières que pour se forcer à reprendre sa concentration. Bon sang, elle préfèrerait presque que le nain abandonne ce matelot à la mer et revienne l'aider ! Elle fatigue bien trop vite, seule à la barre. Mais le vieux bougre se traine laborieusement vers l'arrière du navire dans l'espoir fou de remonter le gamin à bord. Il l'aime bien ce petit, même si il fait n'importe quoi. Hergor n'aime pas voir ses compagnons de bord couler à pic. Encore, mourir au combat, d'accord, mais se noyer pour un acte de bravoure raté, il a du mal à s'y faire. Une vague lui arrive en plein visage alors qu'il essaie de lancer une corde à la mer, et ce qui aurait pu être une prise s'envole de l'autre coté de navire.


- Tous à vos postes ! Garem, va aider au misaine, vite ! Bougez vous bande de larves ! Pirate peut pas tenir un mât tout seul bon sang ! Bougez vous ou on ira tous croupir au fond d'la mer ! Et réduisez moi encore ces voiles, vite ! Ariech, ferme la grand voile, elle prend trop le vent !

Les ordres se termine par une quinte de toux rauque comme une vague submerge rapidement l'arrière du Zéphyr. Embrun émerge des eaux en toussant, mais cette vague est bien moins violente que la précédente. Samy a du avoir le temps de renvoyer la fillette dans la cale maintenant, il va bientôt pouvoir reprendre le commandement, et il vaudrait mieux parce que se charger à la fois de la direction et des voiles, ce n'est pas simple. Le navire s'illumine comme un éclaire tombe bien trop proche à son gout, puis le rugissement du tonner rend tout cri inutile. Hergor arrive enfin poupe, s'attache, et saisit la corde du loch en scrutant les vagues. L'écume recouvre les flancs du navire, réduisant la visibilité. Il ne peut pas même voir où se trouve le naufragé.

---------

Une main a bien cherché à le rattraper alors qu'il plongeait à l'eau, mais il ne s'est sentit retenu par la survie qu'un bref instant. Lynia était trop surprise et trop faible pour supporter un tel poids. À peine entre les vagues, Akham peut sentir la gifle violente du froid qui lui engourdit tous les muscles. Difficile de rester à la surface... Presque impossible de nager... Une vague le submerge, entrainant dans un violent tourbillon. Il ne s'agit plus de sauver une naufragé, mais bien d'assurer sa propre vie ! Une lumière aveuglante passe au dessus de lui, si proche, si chaude... Mais déjà, elle est trop loin pour qu'il puisse s'en saisir. Comment aurait t-il pu s'attendre à ce que l'eau soit si froide, lui qui n'a vécu que dans les terres ? Elle est bien plus glacée que les rivières, quand la mer se retourne. La lumière disparait et le navire redevient la seule entité éclairée au milieu des eaux. Mais il part, et il part bien trop vite ! Déjà, il a presque dépassé le jeune incube. Impossible de la suivre à la nage, il est bien trop rapide ! La coque est trop lisse, trop solide pour qu'on y plante les griffes. Deux solutions, trouver un moyen de remonter ou prendre entièrement la forme d'un poisson et s'enfoncer dans la mer pour survivre, car à la surface, ce n'est tout simplement pas possible.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Akham Mogoa
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 104
Race : Incube
Date d'inscription : 08/07/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Sam 3 Déc - 21:41

A peine Akham eu t-il passé la fine pellicule qui sépare l'air de l'eau qu'il regretta son geste chevalresque. Le froid glaciale qui régnait dans ce royaume de ténèbres liquide lui fit l'effet d'une claque d'une violence inouïe qu'on lui affligeait sur la moindre parcelle de son corps, et ce à chaque instant. Pour un peu il aurait presqu'eu l'impression de nager dans de la neige, tant la morsure que lui faisait subir le froid était profonde et féroce. Mais de la neige aussi sombre que la nuit lorsque les lunes sont toutes voilées, aussi sombre que les cauchemars qu'il fait ces derniers temps, aussi sombre que le monde qu'il est en train de découvrir. Comment lutter contre ce que l'ont ne connait pas? Il n'est rien de plus qu'un enfant brisé au rêve utopique de grandeur, qu'un petit incube solitaire qu'on à humilié et torturé, que le dernier représentant d'une race chassée et hait dont on accroche les têtes sur les murs des tavernes ou au dessus des cheminées des villas des riches familles nobles. Il n'est rien d'autre. Sa vengeance était aussi futile que l'importance de son existence sur cette terre. Au fond de lui la Bête elle-même se résigne. Et alors qu'il se laisse couler plus profondément et que l'obscurité se fait plus dense autour de lui, il sent son corps se transformer de lui-même pour adopter la forme totale d'un poisson. Sans doute finira t-il bouffer par un barracuda ou un autre prédateur des rivières, enfin des mers plutôt. Qui sait quel genre de monstre pouvait exister dans ce monde sans frontière où l'on peut évoluer tant à la surface que dans les profondeurs.
Il disparait, perdu dans la Mer d'Izilia. La Mer de Sang acceuillera bientôt le sien. Il jette une dernière fois un regard vers la surface, ce lieu de liberté qu'il ne reverra sans doute jamais plus. La coque du navire est juste derrière lui, c'est à peine s'il l'avait vu passé au dessus de sa tête.
Mais... Qu'est-ce que ceci? Serais-ce... Non, c'est impossible. Il regarde à sa taille, sa survie y est toujour saccrochée. Donc, cette corde qui semble trainer à l'arrière du navire... Y est attachée! Pour un peu il ne l'aurait pas vu avec tous ces remous, tous ces courants et surtout la sombre couleur de l'extérieur comme de l'intérieur de l'ocean. Heureusement que ces yeux étaient ceux des poissons, et donc capable de voir mieux que ceux d'un simple humain.
Cette corde qui traine, c'est sa dernière chance, c'est une ultime main tendue vers lui pour le faire remonter sur le pont du navire. Il ne doit pas la rater. Il doit retourner sur le Zéphyr. Il voit les têtes des quelques personnes avec qui il c'est déjà familiarisé : Embrun qui la sauvé des Originels et permis de rejoindre son équipage, Ergor qui semble à moitié l'avoir prit sous son aile, Pirate qui était si amusant et en qui il voyait un bon partenaire de jeux, Constance à qui il devait présenter ses excuses, et surtout Mousse. Non, il n'était pas seul au monde! Il n'était pas le dernier des Incubes. Mieux, il ne l'était plus! Erick était sans aucun doute le plus puissant des incubes qu'Akham ait jamais vu, lui qui en à fréquenté des centaines. Erick était l'avenir de son peuple. Une chose était sur, le jeune adolescent vivrais cet avenir au côtés de son frères!
Tout à coup, la bête se réveille en lui. Elle est parfaitement en accord avec les dernières pensées de son hôte. Elle veut sentir à nouveau l'incroyable aura qui se dégage du tout jeune garçon, elle veut voir cette Bête si féroce et si puissante. Les deux esprits se rapprochent plus qu'ils ne l'on jamais fait, commencant une sorte de symbiose qui permet au corps d'Akham n'ignorer (momentanément) la morsure du froid. Il voit la corde avec plus de précision que jamais. Elle est là, à quelques mêtres, il n'à pratiquement qu'à tendre la main pour la saisir! Plus determiné que jamais, il s'élance vers cette corde qui lui garantiera un avenir sur le navire pirate. Ses coups de queues sont plus violents que jamais! Il se rapproche de la corde, se rapproche de la surface, il y est presque! Si près! SI PRES!!
Sa y'est! Emergeant de sous les flots, son visage à nouveau fouetté par les vents puissants qui soufflent en rafales, il se tient fermement à la corde. Mais celle-ci est mouillée, tout autant que ses mains. Il sent ses phalanges glisser dangereusement, inéxorablement, de la "loch". Mais ce n'est pas la crainte qui se lit sur son visage, c'est au contraire la rage et la determination. Pas question de lacher maintenant qu'il l'à attraper, pas question d'échouer si près du bût! Dans un hurlement sauvage et animal, mais totalement inidentifiable, couvert par ceux de la tempête, et que seul Ergor pourrait étendre pour peu qu'il y prête attention, la Bête fit jaillir du corps d'Akham de nouveaux bras, tous destinés à s'aggriper à la corde. Avec un peu d'organisation, ces bras se seraient positionnés à la manière des araignées, au niveau du torse sur les côtés. Mais l'état d'Akham et la situation ne permettait clairement pas de ce laisser aller à de telles pertes de temps. Aussi vit-on des mains jaillir un peu n'importe où, que se soit du dos, du milieu du torse, de ses hanches. De plus, aucune n'était de vrai, certaines étaient composés de trois partie au lieu de deux, d'autres ne comportaient qu'un simple avant-bras, quand au mains c'était la même folie, le nombre de doigt et de phalanges les composant n'était jamais le même d'une main à l'autre. Dans ce chaos de membre, Akham ne pouvait même pas en compter le nombre. Mais qu'importe? Ils n'étaient là que pour une chose : tenir cette corde. Si un main lachait à cause d'une vague trop forte, une autre prenait la releve.
Il ne lachera pas cette corde. Même s'il devait mourir, il y restera accroché!
-Croyez pas que vous aller vous tirer sans moi, bande d'anc... La fin de sa phrase se perdit dans la tempête lorsqu'un éclair zébra à nouveau les cieux en même temps qu'une nouvelle vague venait s'engouffrer dans sa bouche. Une chose à retenir au moins de cette aventure : l'eau de mer, c'est degeullasse!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Dim 4 Déc - 14:32

Une vague s'élance violemment au dessus le la tête d'Akham, l'entrainant dans un tourbillon d'écume. Il ne lâchera pas même si le mort venait le prendre ? Et bien elle semble bien décidée à s'en charger très bientôt. Le vent hurle... L'eau lui griffe les flancs comme un milliers de rasoirs... La corde... Oui, elle est toujours entre ses mains, sans quoi il ne filerait pas si vite entre les vagues, mais le froid l'a tant est si bien engourdit qu'il ne sent plus ses extrémités. Une voix grave hurle quelque chose sur le pont, ou est-ce son esprit enfiévré qui lui joue des tours ? La coque si sombre du navire, s'est elle rapprochée ? Oui oui, enfin, sans doute... Le sel lui pique les yeux, l'aveuglant à demi. Il a pourtant pris les yeux d'un poisson, mais... Sa transformation ne s'est pas achevé correctement. Trop de fatigue, trop d'énergie dépensée pour simplement survivre. Un instant, le saveur du sang lui vient aux lèvres. Son sang. Depuis quand est t-il blessé, il ne sait plus. Pas plus qu'il ne se souvient combien de temps il a passé dans l'eau glacée.

- Tien bon, gamin !

La voix tonnante et grave d'Hergor lui parvient comme dans un rêve. Le nain s’arc-boute sur le Loch, mais l'océan n'a nul intention de lui rendre sa proie. Une nouvelle vague, le Zéphyr fait une embardée. Enfin, le calme... L'eau a cessé de gifler son visage et la mer ne semble même plus si froide. La corde ? Oui, elle est toujours entre ses mains. Le Zéphyr ? Il s'éloigne au loin... Cramponné tant bien que mal à un morceaux de corde abandonné, le poisson coule lentement au milieu de la tempête. Ses yeux lui font trop mal, il ne peut que les fermer. Profond... Toujours plus profond... Là où les vagues cessent enfin de le blesser. Il fait froid, et au fond des eux, là où tout se calme, le sang de l'incube s'étend en une douce nappe carmine. Quelques convulsions le fond cracher un peu plus de son fluide vitale. Impossible démettre la moindre pensée cohérente tant le tonner gronde dans sa tête. Combien de temps reste t-il ainsi ? Des heures ? Des jours ? Il ne sais pas. Trop longtemps en tous cas. Le sang s'écoule par son nez, sa bouche et ses oreilles, réduisant peu à peu la pression dans son crâne. Bientôt, il pourra peut être se souvenir qu'il est vivant.

Au début, il ne sent rien, puis la douleur le rappelle à l'ordre. Il est tout bonnement en train de se faire grignoter la jambe ! Les yeux aveugles du requin ne prennent même pas garde à cette proie moribonde. Ce n'est qu'un repas comme un autre, même pas si consistant. Pas assez gras, trop épuisé... Pas même la saveur de l'adrénaline, rien. Il arrache une bonne partie de mollet de l'homme poisson et s'enfuit d'un coup de nageoire. La proie ne vaut pas le peine qu'il prenne des risque. Puis tout à coup, les cordages enchaînent Akham, l'empêchant de bouger. De toute manière, il y a bien longtemps qu'il en est incapable. Les bouche de petits poisson viennent se coller à sa jambe pour en téter le sang. Il faut bouger, sinon il va tout simplement mourir au fond de l'eau. La pression dans son crâne a diminuée, mais pas disparue. Pour sa survie, il vaudrait mieux qu'il ne joue pas trop de ses pouvoirs.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Samy Kazae
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Dim 4 Déc - 23:17

Pas de réaction… Tant pis. Je soulève tant bien que mal la gamine et entreprend de la ramener a l’abris… Elle ne pèse certes pas bien lourd mais je ne brille pas par ma force… Et ça fait plus de vingt-quatre heures que je suis debout…

Et je n’ai pas chaumé… Depuis qu’on a quitté la crique je ne tiens éveillé qu’a l’aide de ma volonté… qui commence sévèrement a fléchir… A l’heure actuelle si un éclair nous tombait dessus… je ne pourrais que l’attendre comme n’importe qui… Moi qui en temps normal n’aurait pas le moindre mal à le déplacer de quelques mètres… Non… Je ne serais probablement même pas capable de le "sentir" arriver…

Comme si ma magie ne me permettait même plus ça… Impossible de prédire les coups de vents… Non… Je n’arriverais probablement jamais a faire les quelques mètres qui nous séparent de la cale… Elle vas mourir… Pauvre petite chose… Et moi avec. Et toi avec… Sans doute… Que deviendra-tu quand je ne serais plus là ? Tu vivra hein ? J’aimerais tellement que tu continue a vivre mais… J’ai peur… Peur que tu te laisse mourir… Pourqu..

- A quoi tu pense ? Reprend toi !

Ta voix me fait l’effet d’une douche glacée alors que les doutes qui m’habitent fondent comme neige au soleil. Tu as raison. Ce n’est pas le moment de s’inquiéter pour ce genre de détails. Non. Il faut que je nous sorte de là…

Un regard autour de moi m’apprend qu’un mousse est sortit de la soute, probablement inquiété par le cris du nain… Bon. Au moins il n’as pas fait l’imbécile : sa survie est attachée… Mais surtout… Il est ma chance : il se trouve a trois mètres de moi a tout casser… Si j’arrive a atteindre la main qu’il me tend… Je serais sauvé. Elle sera sauvée.

Reste à les faire ces trois foutus mètres… Je me redresse tant bien que mal, la gamine dans les bras… vents merci elle ne pèse presque rien sinon…

Sinon je n’aurais rien pu faire quelques instants plus tard lorsqu’une nouvelle déferlante vient pointer le bout de son nez… Mais là… En sentant le pont commencer a pencher je me suis laissé glisser jusqu'à la rambarde… ai lâché une main… Et attrapé ladite rambarde de toutes mes force. Gardant l’enfant serrée contre moi de l’autre…

Une seconde…

Deux secondes…

Trois secondes…

Au moins autant d’éternités…

Mais je suis passé bien au delà de la fatigue. Au delà de la douleur… Et c’est avec toute l’énergie du désespoir que je m’accroche. Je peux tenir. J’en suis certain. C’est tout bonnement impossible autrement. Tu as confiance en moi… Et ce n’est pas une confiance que je peux me permettre de trahir…

Liberté.

On vas avoir bien dix secondes avant la prochaine vague… Qui sera probablement bien moins méchante que celle-là… L’occasion où jamais. Je boite plus que je ne marche sur mousse et lui fourre la petite elfe entre les bras… Le pauvre a été bien chahuté par la vague… Mais sa survie lui a probablement sauvé la vie.

- Rentre. Amène là au doc’.

Pas un mot de plus. Je décroche ma survie et referme la porte derrière moi…

Je m’envole. Un mètre ? Deux ? Si j’étais objectif je parlerais sans doute de cinquante centimètres a peine… mais pendant une fraction de seconde mes pieds ont quitté le pont du navire…

SPLATCH !!

Le creux de la vague. Le Zéphyr est tombé "un peu" violement… Mais pas de casse. Je vacille… Sans plus avant de retourner aussi vite que possible sur le gaillard arrière… Là… sans rien demander a la capitaine. Sans lui adresser un mot j’accroche ma survie avec la sienne et viens ajouter le peu de force qui me reste aux siennes pour tenir la barre.

- Aide moi.

J’ai prononcé ces mots calmement. A son oreille. Alors que je me laisse aller… Tu es posée sur mon épaule et me prodigue des conseils… Que je suis sans hésiter. Ca vas secouer un peu la haut dans les voiles mais…

Tes yeux scrutent la surface de la mer… Observent la forme des vagues… Le sens des petites frisures qui t’indiquent les rafales… Et chacun de tes murmures m’indiquent les infimes corrections que je dois apporter a notre cap.

Bon dieux… c’est dur. Presque impossible. Mais il est tout bonnement hors de question que je baisse les bras. D’une main ferme je tourne la gouverne… La maintien droite contre les courants… Aidé en cela par ma capitaine…

Rapidement je sens dans notre navigation une nette amélioration… Ce n’est pas grand chose… mais tu m’indique comment prendre les vagues pour limiter les chocs… quand se rapprocher du vent pour ignorer les effets des rafales… Notre navigation s’en ressent… elle est plus douce… Mais aussi plus lente.

Pourtant a présent qu’on a un peu réduit la voilure c’est le mieux a faire. Plus tôt une erreur et nous dessalions… Mais là… Oui… ça soulage tout le monde…

- On vas bientôt pouvoir partir au grand largue… On commence a virer…

Je me contente de hocher la tête. Trop fatigué pour vérifier par moi-même… Je vais te faire confiance.

- ON VIRRE DE BORD !!!! VENT ARRIERE !!! Réduisez encore la voilure !!!

C’est la fin. Plus rien a faire si ce n’est attendre… Et maintenir (plus ou moins) le cap… Là haut ils ne laisseront que deux ou trois petites voiles pour qu’on avance…mais le plus dur de la tempête est passé… A présent plus besoin de luter contre elle. Il suffit de la laisser nous porter…

Plus que quelques heures a tenir…

Je veux dormir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Lun 5 Déc - 10:27

Ses membres sont de plombs, tout ses muscles sont tétanisé, elle entend bien que l'on lui parle.
La pluie froide la reveille un peu mais pas asser.
Sa survie est attachée à une autre, ha oui la survie, le morceau de corde qui aurait due l'empecher de tester la température de la mer en pleine tempête, pourquoi c'est elle détachée ?
Elle n'en sait rien et n'a pas vraiment le temps de s'y attarder sur le moment.
Des mains la saisissent.
Son corps frisonne par réflexe, les paumes sont froides sur la chaleur qui émane d'elle.

Elle essaye d'ouvrir les yeux et y arrive a peine, pour sentir une nouvelle vague chasser a nouveau la chaleur que son corps a emmagasinée au frais des lumière du Zephyr.
Elle entend a peine le bruit des vagues et de la pluie, les voix humaines sont devenues des murmures.
Seule le chant de le sirène est clair et vif.
Pas le genre de chant exultant a multiples orgues et trompettes, non un chant qui s'accorde avec la mer et le temps, surréaliste et étrange.
Elle en aurait la force, elle fredonnerait l'air.

La vague est passé, elle a les yeux a moities ouvert et elle est a nouveau déplacée.
Une fée se glisse devant elle, elle n'a pas l'aire contente, et pourtant Edelween n'entend rien ce qu'elle exprime.

La soute l’avale, elle entrappercoie le visage de Mousse dans un brouillard flou.
La pluie a cesser de l'atteindre, elle n'est pas dans le noir, elle peut enfin fermer les yeux.
Les sons son ténu, au moins elle n'a plus d'eau de mer a recraché, les muscles se détendent peu à peu alors que sa respiration se fait plus calme.
Elle dort

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Lun 5 Déc - 19:59

Deux marins à la mer, un matelot emporté. Ce n'est pas exceptionnel en pleine tempête, mais Embrun a tout de même du mal à accuser le coup. Elle est responsable de l'équipage, elle a pris la place de capitaine, et elle est donc garant de leur sécurité. Par cette accident, elle a faillit à sa tache. Aucun loup de mer n'aurait pu prévoir ce qui est arrivé, mais ce n'est pas une raison. Elle ne veut pas perdre ses matelots, pas sur un simple tempête alors que Sorgen les attend. Akham était insubordonné au possible, et sans véritable expérience de marin. Ce n'est pas un membre clef, le Zéphyr ne souffrira pas vraiment de cette perte, mais tout de même. Il faisait partie de l'équipage, et vu le nombre de jeune marin sans expérience à bord, il n'était pas, et de loin, le plus inutile. Au moins avait t-il une bonne expérience du combat. Mais la jeune femme n'avait pas le temps de s'attendrir sur le sort d'un seul quand tous étaient en danger. Tenir, encore un peu... D'autres devraient bientôt pouvoir lui prêter main forte. Le navigateur manque de passer par dessus bord, une fois de plus, et avec la fillette rescapée en prime, mais cette fois, Origine est avec eux. Enfin, façon de parler car ce dieu ne doit pas porter le Zéphyr dans son cœur pour lui offrir une pareille tempête. D'un point de vue artistique, le paysage pris de folie est tout simplement magnifique, mais si on se penche sur leurs chances de survie... Embrun tente tant bien que mal de tourner la barre pour faire face à une vague plus grosse encore que les autres. Trop tard. Le vaillant navire bondit vers le ciel dans une superbe tentative pour ne pas couler, et la vague est passée. Le cri d'Hergor retentit de la poupe...

- Sapajou ! On l'a perdu !

Il a l'air furieux. Le naufrager était donc encore là ? Embrun l'avait enterré un peu tôt mais au final, le résultat est le même. Un marin en moins... Bon sang, pourquoi avait t-il sauté ! Le nain n'allait pas être joyeux dans les jours qui viendraient. Même après toutes ces années, il avait du mal à s'y faire aux perte des tempêtes. Mourir au combat était une chose, mais entrainé par la mer ? Une bien belle fin pourtant, quand on y pense. Mais sur ce point les avis du capitaine et de son second divergeaient. La fille des mers se fichait bien de savoir comment ses matelots disparaissaient. Le fait est qu'il n'étaient plus là une fois morts, et qu'ils n'avaient donc plus grand intérêt. Elle ne les pleurerait pas, mais cette perte lui servirait à prévenir d'autres accidents similaires. Quoique dans le cas présent, elle avait bien peu de chance de rencontrer un autre marina assez fou pour se jeter à l'eau en pleine tempête. Avec un soupir contraint, elle se cramponna plus solidement à la barre et ramena le Zéphyr sur une vague plus clémente. L'embardée... Sans elle Akham aurait peut être eut une chance de s'en tirer ? Tant pis, trop tard, tout retour en arrière était complètement hors de propos. La fillette glisse dans la cale, prestement entrainée par Mousse, et disparait dans les entrailles du navire. Au moins une qui ne coulera pas à pic... Et une magicienne à éduquer aussi, il faut bien. La magie doit être maîtrisée pour ne pas présenter trop de dangers. La navigateur vient la rejoindre, et Embrun n'est plus en mesure de s'en plaindre même si il semble ne plus vraiment tenir debout.

- Rentre avant d'tomber, mat'lot. C'bon pour personne d'devoir trainer un compagnon épuisé.

Simple mise en garde dont il ne semble pas tenir compte. Grand bien lui fasse, Embrun a autre chose en tête. Par exemple, la grosse vague qui se dirige droit sur eux. Elle tire la barre à bâbord sans même attendre l'ordre du navigateur. Les rafales et les vagues elle les devine bien aussi facilement que cette petite voix qu'elle n'entend pas. Et elle connait son navire mieux que personne, elle sait ses réactions face à la mer en furie et a appris à tenir la barre avant de savoir marcher. Même si son père n'est plus à ses coté pour sourire fièrement au visage poupon de sa petite fille, elle reste une excellente timonière pour le Zéphyr. Il n'est pas un de ces lourds rafiot marchant sans âme et sans souplesse... Mais il faut bien l'avouer, malgré sa fatigue, Samy garde une grande maîtrise de son poste. S'en est d'ailleurs assez surprenant. Comment peut t-il voir une vague arriver alors que ses yeux sont portés à l'opposé ? Encore un qui n'est sans doute pas tout à fait humain... Tant mieux, si ses "qualités" lui permettent d'être plus efficace dans son domaine.

Les gabiers s'échinent et la voile se réduit. Puis, le Zéphyr se jette à l'asseau du grand large. Enfin, la barre cesse de tenter de lui arracher les mains. La jeune femme soupire de soulagement. Le premier cap est évident, mais il est temps d'y regarder plus finement. Le trajet n'a même pas encore été posé. Elle jette un regard à son compagnon. Et bien il attendra le trajet. Un signe vers l'arrière à Hergor qui donnait un coup de patte aux Jumeaux pour le mât, il est temps de rentrer.


- Prend la barre, Hergor !

Dès qu'il a pris la relève, Embrun détache sa survie et se dirige au plus vite vers la cale. Pas question d'attendre la prochaine vague, ni de détacher la navigateur toujours attaché à sa survie. Il est complètement à plat et le Zéphyr survivra sans lui, donc sans lui laisser le choix, elle le relève momentanément de son poste pour l'envoyer au lit. Ce n'est pas par bonté d'âme, mais plutôt parce qu'elle aura besoin de lui très bientôt. Et puis, elle n'est pas fraiche non plus, la capitaine. Complètement claquée même.

- On rentre... Marmonne t-elle en se laissant à demi tomber par la trappe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mer 21 Déc - 20:26

Toujours à la barre, Embrun regarde les trois quatre jeunes monter sur le pont. En fin de compte, Hergor en a fait grimper un de plus. Pourquoi pas, il ne sera pas de trop ! Même si on peut réduire le nombre de matelots sur le pont, de jeunes mousses sont tout de même loin de faire le travail d'un marin de métier. Surtout qu'ils ne sont pas bien vieux dans cette joyeuse brochette. Mousse n'a que dix ans, mais il est plus fort et plus débrouillard que les jeunes de son age. En revanche, les deux petits derrière, bien qu'ils aient le même age, sont loin d'avoir la résistance du premier. À leur allure, impossible de dire d'où ils viennent, mais peut de chance qu'ils soient issus de la rue. Ils sont trop peureux, pas assez débrouillard pour venir d'un milieu aussi dure. Enfin, ce ne sont pas non plus des fils de noble surprotégés... Ils semblent avoir tout de même l'habitude de se débrouiller seuls, ou plutôt tous les deux. Ils ont beau ne pas se ressembler le moins du monde, leurs manies, leur pas même, s'accordent parfaitement. Vu comme ils ont cherché à se réfugier sur le navire une heure à peine avant le départ, elle ne serait pas étonnée d'avoir fait monter deux jeunes fugueurs. Qu'importe, tant qu'ils sont capables de s'adapter à la vie en mer...

Et enfin, il y a la jeune nageuse involontaire. Cette gamine, la jeune femme n'a toujours pas vraiment compris ce qu'elle fiche ici, mais au vu de ses pouvoirs, elle a bien un début d'explication. Après, elle a assez côtoyé Elvem Adisïl (bien trop à son goût, même) pour savoir que le magie est très courante dans le peuple elfe. Bref, il va falloir mettre les choses au claire et surtout, lui apprendre à pas tout foutre en l'air en utilisant sa tare. La magie n'est pas franchement apprécier sur les navires, sauf que pour le coup, Embrun ne risque pas de trop lui en tenir rigueur, en usant elle même bien malgré elle. Par contre, pas de mage laissé à eux même à bord ! Ou elle apprend, ou elle débarque. La capitaine n'a pas le temps d'appeler la fillette que celle ci se présente déjà à elle. Au moins elle a bien pigé le coup de l'obéissance.


- Capitaine, Mousse m'a annoncé que vous vouliez me parler et votre second m'a indiqué que je devais me rendre ici. quels sont vos ordres ?

- Hum... Va falloir, ouais. Bon, c't'une bonne chose qu't'ai réussi à t'sortir de l'eau... Une très bonne chose même, on a vraiment pas b'soin d'perdre deux mat'lots sur une pauv' vague. Par contre, va falloir qu'on cause d'c'que t'as fait.

Elle hésite, redresse le cap, et braque deux yeux violets brillants sur la jeunette. Voilà qu'elle se retrouve à jouer les maîtres de magie... Mince, il y a quelques mois elle en était encore à se faire rabattre les oreilles de ces fichues inepties. Mais pour avoir vécu elle même ce calvaire, pas question d'envoyer la gamine à l'école. Elle fait partie de l'équipage maintenant alors Embrun ne va tout de même pas la jeter dans le gueule de ce grand bâtiment froid et lugubre. Cette si prestigieuse université reste pour la pirate une prison où elle a du expier sa faute. Ne sachant trop que dire, elle se tourne vers les autres mômes qui tendent un peu trop l'oreille à son gout.

- Mousse, tu vas filer un coup d'main à Mouette dans la grand voile et tu m'envoies Lynia dans sa chambre. Et les deux autres, partagez vous l'misaine et le mât d'artimon. Tiens, va donc devant toi ! (Elle désigne le jeune rouquin) Et dit à Pap' d'aller relever les Jumeaux à l'arrière, tu resteras avec Ariech.

Les deux symbiotes tirent une tête pas franchement joyeuse à l'idée d'être séparés, et Embrun les fusille du regard. Laisser les bons groupes ensemble, oui, mais va déjà falloir qu'ils apprennent et elle ne peut pas mettre deux élèves à un seul marin.

- Si vous voulez êt' sur l'même mât, apprenez rapidement l'métier. Allez, au boulot les mioches ! Vous êtes pas montés à bord pour vous tourner les pouces ! Et faites gaffe aux chaos, on est encore loin d'la mer d'huile.

D'un geste, elle les congédie et les suit d'un regard sévère quelques instants. Bon sang, les regards inquiets qu'ils se lancent... Va falloir les endurcir ces deux là. Bon, faut dire que de loin, Ariech il est pas franchement rassurant. Pourtant ils n'ont vraiment pas à se plaindre vu les maîtres qu'elle leur a assigné. Entre un géant timide et Pap', qui comme l'indique son surnom, est très loin du pirate brutale et violent... Non, franchement, pour une première sortie, ils n'ont pas à se plaindre. Les laissant à leur triste sort, Embrun se retourne vers Edelween. Bon, les choses difficiles commencent...

- T'es magicienne. J'aurais préféré qu'tu m'le dise en montant... Bref, t'façon tous les elfes l'sont. Qu'est c'qu'tu sais faire ? Et fait gaffe t'pas m'abimer mon Zéphyr en m'montrant.

La jeune femme ne peut s'empêcher d'espérer que cette fillette sache déjà tout faire et qu'elle puisse se passer d'expliquer. Mais bon, vu son age, il y a peu de chance. Les pouvoirs se révèlent rarement à la naissance alors elle ne doit pas les avoir depuis bien longtemps. Fichue tare... Le monde serait tellement plus simple, sans. Enfin, pour le coup sa magie lui a sans doute sauvé la vie et faut bien avouer que parfois, les pouvoirs sont bien utile, surtout en combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mer 21 Déc - 21:02

Edelween fixe la capitaine dans les yeux.. rhaa toujours ces yeux violet d'elfe, il y a pas a dire cala perturbe quand même.
Elle l'écoute, enfin pige un ou deux mots a la volée mais un truc viens lui titiller les oreilles de manière très désagréable

"Comment ca deux matelots capitaine ? une autre personne à été emportée !!"
Elle est passablement horrifier, être entraîner dans les profondeurs noirs de la mers.. elle frisonne

"Ce que j'ai fait... *elle se tourne les doigts et se tortille les mains, c'est très flou ce qu'elle a fait, techniquement...* j'ai appeler le Zephyr a l'aide pare que c'st là qu’étais la plus proche source de lumière Capitaine, et il m'a répondu. alors dire que c'est ce que j'ai fait.. ça n’était que a moitie, le Zephyr a fournis le reste, je ne pense pas pouvoir le refaire comme ça"

Elle enregistre les ordres passer aux matelots, si elle a encore a lui parler avant de l'envoyer c'est qu'elle a autre chose en tête que la faire bosser sur les mats, de toute manière vue l’état de ses mains avec sa peau un peu fragile en court de cicatrisation elle n'est pas préssée de retourner se brûler a du cordage.
Elle enregistre les noms et les attitude, ça c'est son truc enregistrer, retenir, se souvenir et être capable de débiter les choses comme elles ont été dites mais en les allongeant avec un peu d'eau pour en faire sa sauce elle est très forte.

Embrun n'est pas très contente, elle a due avoir des déboires avec la magie, ce n'est pas vraiment un oubli de sa part c'est qu'elle n'a jamais été appeler magicienne et qu'elle n'a pas vriamnet eu le temps de parler lorsque elles se sont retrouver face a face.
Vue le caractère de la capitaine, pas la peine de lui rappeler que c'est sa faute, rester impassible malgrer les yeux qui se froncent un peu.


"Je ne sais pas Capitaine, je n'ai pas vraiment connus d'elfes pour en paler avec eux."
Au moins elle l'a traiter de magicienne et pas de sorciere, c'est deja ca ! Pas comme cette empotée de femme de chambre qui supportait pas de voir les bougies allumées sans flammes.

Sa voix est plus amicale, de toute manière autant être naturelle, c'est son Capitaine elle n'as pas a s'en faire une ennemie quelque soit le mauvais caractère qu'elle a.

"Je ne suis pas véritablement magicienne Capitaine, je pense que les mages sont des gens âgées qui ont passer des années a lire des livres pour apprendre la maîtrise de choses qui les dépasseront toujours au final, je suis.. ben moi c'est tout, ce que je sais faire, c'est cela *trois sphères lumineuses jaillissent en rond au dessu de sa paume de main brûlée et danses en rond* Elles ne sont pas dangereuse et je ne les aient pas rendue ni chaudes ni solides, le Zephyr ne risque rien avec cela. et c'est tout ce que je sais faire au final, pas de quoi egratignée une planche de bois Capitaine."

Elle fixe les yeux violet avec intensités, apres tout au regard inquisiteur elle oppose la puisance de son innocence et de sa simplicitée, malgrer tout meme dans cette tenue trop grande quasi seche et défroissée a la main elle ne peux pas se départir de son ascendance noble et de sa superbe, rien a faire elle soutien le regard du capitaine sans penser a mal, mais sans détourner les yeux.

"Capitaine, vous seriez vraiment mieu avec des vêtements convenable"
Voila, fattelement c'est sorti tout seul, elle l'a dit d'une voie amicale et sans quitter les yeux du capitaine de son regard de lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Jeu 22 Déc - 20:27

Oui, évidemment, elle n'est pas au courant. Pas étonnant, personne n'est allé raconter cette mauvaise augure partout alors qu'on était encore en pleine tempête. Il y a des signes qu'il vaut mieux taire et des craintes qui réduisent les matelots au silence. Au fond, ce n'était qu'une tempête ! Enfin, normalement. Mais ce genre de manifestations grandioses sont souvent le fait de l'Origine. Il a reprit celui qu'il avait déjà par le passé cherché à emporter... Peut être les laisserait t-il en paix, désormais ? La tourmente s'était d'ailleurs apaisée. Oui, elle ne devait pas être la seule à voir la situation sous cet angle. Après une hésitation à la limite de la crainte religieuse, Embrun baisse les yeux et répond d'une voix bien plus basse.

- Akham a été reprit par l'Ôrigine... Il était d'jà venu l'demander. La perte d'un matelot c'est jamais glorieux, mais p't'être qu'les dieux nous laiss'ront en paix maint'nant.

Quant on sait que l'impitoyable changeante a déjà commencé ses conversion sauvage et qu'une tentacule du Changement vient de poper dans le ventre d'un prisonnier... Peut de chance que les religions les laissent en paix, mais la jeune femme ne se doute heureusement de rien. Elle relève les yeux d'un air décidé et sa main se crispe sur la barre. Ce n'est qu'un incident et il y a mieux à faire que le ressasser ! Surtout quand elle se trouve devant une gamine qui a apparemment autant de connaissance de la magie qu'elle même deux ans plus tôt. D'un regard rapide, elle vérifie que personne n'est à porté de voix et reprend sans hausser la voix autant qu'elle le voudrait. Toujours ce fichu tabou vis à vis de la magie...

- C'est bon, j'ai vu, maintenant évite de faire ça devant les matelots. La magie, c'pas bien vu à bord d'un navire. La plupart sont habitués, mais pas tous et c'pas la peine de les informer qu'il y a des sorciers à bord. Déjà qu'les femmes, y en a qui pensent toujours qu'ça porte malheur... Ils s'en rendront compte bien assez tôt.

Le mot sorcier a une connotation nettement négative dans la bouche du capitaine, comme si elle le prononçait en serrant les dents. Le plus facile vient d'être posé. Et après ? Comment ils s'y prenaient ses maîtres déjà ? Bon sang, pour le peu qu'elle les a écouté... Elle ne s'en souvient absolument pas. Rallen lui avait expliqué en premier... Puis non, la situation était complètement différente puisque cette gamine elle avait pas grande raison de haïr son pouvoir. Puis il avait l'air nettement moins difficile à maîtriser ! Enfin, maîtriser... Retenir plutôt, enfermer, brider ! Ce qu'elle avait tant de mal à faire. Des loupiotes qui dansent... Ce pouvoir lui rappelait celui de Lynia, sauf que celle ci n'était pas capable de faire une bulle au dessus de l'eau. Pour le coup, elle en était à peu près sûre. Sinon... Elle ne voyait pas trop de quel genre de magie il s'agissait. Faut dire qu'il y en avait un sacré paquet et qu'elle n'avait pas pris la peine de se renseigner sur le quart du tiers de ces fichus pouvoirs. Déjà qu'elle avait le sien qui était trop complexe pour elle... Non qu'elle soit incapable de le comprendre, mais elle n'avait pas franchement envie de perdre son temps à maîtriser des runes qui lui rappelaient trop les malédictions des histoires de sorcières. D'ailleurs, il devait aussi lui être possible d'en faire, peut être... En tous cas ses maitres n'avaient jamais osé aborder le sujet, elle était déjà bien assez réticente devant les runes. Un peu pommé dans ses souvenirs désagréables, elle secoua la tête pour s'en défaire avant de fixer à nouveau la fillette.

Comme si elle n'avait rien de mieux à penser, la gamine commence à lui parler de frusques... Bigre, elle a rien compris la mioche. Comme si elle avait le temps pour ces choses là. Embrun lui lance un regard noir et se désintéresse de la question. Et de toute manière, il sont convenables ses vêtements ! Il n'y a même pas tant de trous dans ceux là et ils sont presque propres. Pas de tache de sang... Non, vraiment, il n'y a rien à leur reprocher. Pour tenir la barre, il n'y a pas besoin de se fringuer comme un noblion.

- Le Zéphyr, il y est pour rien dans c'que t'as fait. J'le connais assez pour l'savoir. Il t'a p't'être appelé, mais ta grosse loupiote sur l'eau, c'toi qui l'a fait. Personne d'autre dans l'équipage en est capable que j'sache et ça r'ssemblait bien à tes lucioles, là. Enfin, en plus gros. L'truc c'est qu'si t'l'à fait une fois, tu l'refra sans doute, oumême tu f'ra pire et tu ficheras l'feu au Zéphyr sans l'vouloir.

Le "j'sais d'quoi j'parle" lui brûlait les lèvres, mais non. Elle n'avait aucune envie de révéler sa tare à une fillette. Ou du moins, pas tout de suite. Par contre, si il y a bien une chose dont elle se souvenait, c'est que ses maîtres n’arrêtaient pas de lui montrer l'exemple en utilisant eux même leurs pouvoirs. Il allait falloir qu'elle s'y colle un jour ou l'autre et cette perspective ne l'enchantait guère. En plus, il allait falloir prévoir une salle d'entrainement pour ne pas envoyer des décharges dans tous les sens devant l'équipage. Comme si elle n'avait pas assez de choses à prévoir... Et en plus la gamine avait une vision complètement biaisée des mages...

- Les mages, c'pas tous des déchets pourrissants dans leur bibliothèque... Mais j't'accorde qu'il y en a, et bien trop. (Elle hésite) Mais sur l'Zéphyr aussi, y en a plusieurs des magiciens... Ils t'en parleront si ils l'veulent. Tu crois en un dieu, gamine ?

Et la dernière question, elle était sensée déterminer quel type de magie Edelween pratiquait parce qu'avec un peu de chance, elle ne pourrait peut être rien lui enseigner et serait forcée (à son grand damne), de la refourguer à quelqu'un d'autre. Il y avait des maîtres pour les deux types de magies divines, à bord, alors bon... Autant les utiliser ! Puis Rallen lui avait dit qu'on ne pouvait pas enseigner un autre type de magie que le sien. Puis si ça pouvait lui éviter de se prendre la tête avec une élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Jeu 22 Déc - 21:56

Elle écoute la disparition de Akham, il fallait que se soit lui, la perte de toute personne l'aurais attristée, mais là en plus ça la rendait malade, déjà qu'elle connaissait pas grand monde, ceux a qui elle disait bonjour qui se retrouvaient par dessu bord.
A la demande de sa Capitaine elle fait disparaître les sphère en repliant les oigts un a un et ré-ouvre la paume indiquant qu'elle est vide.
Le ton de la capitaine et la manière qu'elle a de parler lui donne un certain nombre d'indications, comme les jointures des doigts qui blanchissent, le capitaine a du mal avec le sujet.
Elle baisse la voix, rassurante, compréhensive.

"Je n'ai pas véritablement envie de me lancer dans des démonstrations de magies, je sais que ca peux être dangereux si on l'utilise sous le coup de la colère ou de l'émotion. bon je n'ai jamais été plus loin qu'illuminé la propr... une surface de plus de quelques dizaines de mètre carrés. Ensuite je ne suis pas une sorcière Capitaine, je ne fait pas sortir de grenouilles de la bouche des gens et je ne lance pas le mauvais oeil, en plus faire ça se serait abjecte et sans objets."

le regard de la capitaine sur ses coutumes vestimentaire, ne l'enchante pas, bien, de toute manière elle a autre chose a penser, il faudra revenir sur le sujet un peu plus tard, mais pas alors qu'elle a l'esprit troublé par ces histoires de magies.
Le feu au zephyr, déjà quelle avait réussie a allumer une mèche de bougie une fois et qu'elle en avait dormi des heures, alors arriver a une planche de bois non la capitaine parlait d'une peur ou d'un évènement s antérieur, une des raisons qui la faisait craindre la magie.
Elle secoue la tête négativement, toujours calme et avec une voie basse pour que cela reste entre elles, comme y tiens la capitaine.

"La sphère je n'ai faite sous le coup de la frayeur, j'ai toujours eu du mal a rendre les choses solides, c'est comme si cela etait, comment expliquer.. voila prenez un cour d'eau et versez y du sable, hé bien le sable c'est ce que je vous est montrée et le cour d'eau c'est ce qui nous entour, faire apparaître le sable c'est facile il suffit d'en verser une poignet dans l'eau, mais faire un haut font ça demande énormément de sable et c'est très dur. je ne compte pas aller me baigner a nouveau dans la mer de sitot capitaine, et je n'ai donc pas l'intention de remettre du sable dans les font marins."
Elle tente de sourire mais le souvenir de son passage en mer la rend un peu plus pâle.

Elle se calme un peu et reprend doucement

"ce n'est pas tout a fait vrais que le Zephyr n'y est pour rien capitaine, l'eau que l'on bois il viens de quelque part, comme e que l'on mange, pour la lumière, c'est pareille, il faut la prendre de quelque part et la ma source, c’était les lumière du Zephyr. ensuite, ce n'est que de la lumière, pas du feu ou de la terre ou de la glace, rien que de la lumière et je ne risque pas de mettre le feu a quoi que ce soit avec."
bon c’était pas forcement vrais, mais les histoire de focalisation de photons et d’énergie résiduels étaient quand même trop loin du domaine d'étude de Edelween pour qu'elle en sache quelque chose.

L'explication des mages par embrun l'intéressait au plus haut point, ainsi le zephyr avait a son bord plusieurs pratiquant e la magie, tout s'expliquais quand a l'apréhention du capitaines
"on a tous peur de ce que l'on maîtrise le moins et que l'on connais le mieux" dans quel bouquin avait elle lue ça déjà ? bon peux importe
Elle s'extirpe de sa rêverie temporaire pour fixer la capimagicienne droit dans les yeux

"plusieurs magiciens, dont vous."
c'est une évidence, un fait, pas une accusation ou quoi que ce soit de dépréciatif, non un simple exposé des choses.

Sur la question de la divinité c'est plus complexe de répondre la maintenant tout de suite en fait, quoi dire, quoi ne pas dire... bon trop tard de toute maniere elle a eu sa moue gamine qui veux cacher quelque chose, impossible a taire quoi que ce soit, son père le savait toujours, Embrun en ferait autant.
Et puis Zut autant dire ce qu'elle pense.
Elle inspire doucement.

"On m'a apprie a croire en l'origine mais la manifestation visible et physique du changement hier m'a convaincue que je n'ai pas une fois particulier en moi Capitaine"

Sa voie a repris un ton normal, plus mesuré, plus profond aussi, et sans nul doute plus docte que l'on pourrais s'attendre d'une gamine de son age.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Ven 23 Déc - 21:37

Encore cette vision des sorciers... Embrun pouvait difficilement le lui reprocher puisqu'elle avait bien longtemps pensé la même chose, et qu'elle le pensait encore aujourd'hui bien que dans une moindre mesure. Mais les crapauds ? Non, Pour autant qu'elle en sache, ce n'était pas possible. Ou alors fallait que la grenouille soit dans la bouche du type avant. Quant aux malédictions... Peut être avait elle raison. La jeune sorcière n'avait pas la moindre idée des moyens d'invoquer le mauvais œil su qui que ce soit, mais les légendes devaient bien avoir du vrai.

- Les sorciers s'invoquent pas des crapauds... Grommelle t-elle sombrement.

Pas question de s'étendre sur ce point, elle n'avait aucune envie de parler de la magie qu'elle pratique. D'un nerveux coup de tête, elle envoya balader l'insondable sac de nœuds qui lui servait de chevelure dans son dos. Crispée sur la barre, elle ruminait ses sombres pensées en silence. Bon, la gamine elle avait compris qu'elle était magicienne, et vu la tronche qu'elle tirait, elle devait aussi se douter de la forme de sa magie maintenant. De toute façon, elle s'en serait rendue compte tôt ou tard. Fichues explications foireuses... Cette fillette pratiquait la magie, elle était donc potentiellement dangereuse et vu que sa bulle était chaude, pas de raison qu'elle ne puisse pas enflammer le bois du navire. Le Zéphyr étant de bois vert, il était moins sujet aux flammes, mais la fille des mers n'était pas prête à prendre ce risque. Et elle lui pompait l'air avec ses descriptions filandreuses ! Comme si elle n'en avait pas entendue assez durant ses études... Ce que les lettrés pouvaient être bardant avec leur discours sans fin ni raison ! Sa mâchoire se serra et elle releva un regard flamboyant vers la jeunette, cherchant tant bien que mal à garder son calme, et surtout à trouver le courage de lui expliquer. Sa position momentanée de maître lui mettait les nerfs à fleur de peau. Déjà qu'elle était en temps normal très prompte à s'enflammer...

- La chaleur, ça fait prendre feu. T'as jamais entendu parler des feu d'forêts ou quoi ? J'ai beau n'avoir jamais quitté la mer, j'sais quand même ça. Puis j'ai bien vu qu't'avais piquer les phares du Zéphyr... Mais j'vois pas c'qui t'empêcherai de l'refaire. Cette foutue magie elle s'déclanche que quand on veut pas au début.

Embrun rectifia vivement le cap qui commençait vraiment à battre le l'aile (ou de la voile). Ses gestes devenaient de plus en plus secs dans un mélange de colère, de malaise et d'hésitations. Elle ne savait tout simplement pas comment s'y prendre. Enseigner la navigation à un jeune mousse, d'accord, mais la magie... Non, vraiment, ce n'était pas son domaine. Et pour couronner le tout, la fillette était bien arcaniste comme elle le craignait. Donc pas moyen de dire qu'elle ne pouvait rien lui enseigner, et pas question de réveiller Lynia qui n'avait pas pris de repos depuis le départ.

Alors quoi ? Des exercices ? Pas ici... Faudrait une salle pour, mais impossible de refaire dans le Zéphyr ce que contenait le Thul. Au moins lui expliquer la théorie ? Mouais... Du moins ce qu'elle en avait compris donc les leçons ne seraient pas bien conséquentes. La pirate avait toujours préféré la pratique à ces interminables diatribes sur les théories de la magie. Elle poussa un profond soupire avant de se jeter à l'eau.


- Bon... Va falloir que t'apprennes à contrôler c'truc t'façon. C'que tu fait sans l'vouloir, tu peux aussi l'faire en l'voulant avec d'l'entrainement. Alors, il y a plusieurs sortes de mages et t'es arcaniste toi j'crois. Un truc lié à Delvïss z'avaient dit. En tous cas quand cette fichue lune elle sera pleine, tes loupiotes elles risquent de grossir. Sinon, Y en a d'aut' qui font d'la magie selon leurs dieux. Oh puis tu d'manderas à Lynia, ça m'a toujours pompé l'air moi. Après, l'plus important c'est qu'tu t'entraines... Dès qu'quelqu'un pourra m'remplasser on virera les prisonniers d'la pièce dans la cale et j'verrai c'que j'peux faire. Mais bon, j'sais pas en faire des loupiotes alors j'peux pas t'montrer... Enfin si, mais pas pareil. Bah... Si t'as des questions, profites en qu'j'ai l'temps....

Voilà pour le cours théorique. N'était-ce pas clair et limpide ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Ven 23 Déc - 22:18

Edelween observait la capitaine... ha non rien a dire, il faudrait vraiment qu'elle s'occupe d'elle, ses cheveux etait une véritable horreur.
ha mâchoire qui se serre les mouvements qui sont plus secs.
En fait elle ne la quitte pas des yeux alors qu'elle grommelle dans sont coins, pour un peu ça la ferait presque sourire, d'ailleur ses lèvres se sont même un peu étirée malgré elle, en fait elle ronchonne tout le temps pour tout la Capitaine.

Elle veux prendre la parole .. hmm non pas la peine, la capitaine le prendrais mal, autant attendre qu'elle est le droit de parler.
Et puis il y a a apprendre dans ce que dit Embun, il suffit d’écouter entre les mots et de comprendre entre les phrases.

Normalement elle aurait adorée discutée de la magie avec une autre personne, quelqu'un qui pourrait comprendre ce qu'elle ressent quand les lumière convergent vers elle, ce qui se passe quand elle fait apparaître les petites sphère lumineuses, la fatigue qui en résulte si elle les rend plus lourde que l'air ou plus chaudes que le soleil.
Cette exaltante impression que tout es possible quand Delvïss est pleine.
Mais bon, cette personne ne sera pas la Capitaine.

En fait embrun a peur, elle ne maitrise pas la magie comme elle maîtrise son navire, ca se voie parfaitement, aussi elle masque la peur par la colère, donc .. elle ronchonne.
En fait elle est un peu déçue, elle croise une personne avec des yeux d'elfe et qui fait de la magie mais qui ne veux parler ni de l'un ni de l'autre.
elle a tellement peur de la magie que lui expliquer que mettre le feu a Zephyr avec sa magie c'est comme vouloir brûler une poutre avec deux silex est simplement impossible.
En fait cela la déçois tellement qu'elle soupir.

elle n'arrive même pas a masquer la déception dans sa voix

"Parfait capitaine, aucunes questions, vous ne voulez pas vraiment en parler de toute manière.
Une dispute ne nous avancerait a rien, je suis un danger puisque vous l'avez decidée, vous connaissez tout de mes aptitudes et moi rien, très bien, j'attendrais donc. Mais je ne maîtrise ou ne non maîtrise pas du tout le feu moi."


Elle regarde l’océan, au moins cela est réel et elle compte bien profiter du spectacle. elle ne parle pas pendant un bon moment, étrange de se sentir autant deçue par une personne en fait.
Un nouveau soupir elle ferme les yeux un instant et reprend son calme.
Embrun s'enflamme, Edelween se maîtrise
Elle ré-ouvre ses yeux d'argent, tant pis autant se trouver une occupation qui la rendra utile.
Elle est sur le Zephyr alors il faut s’atteler a la tache avec un minimum de joie

C'est donc avec une voie un peu plus jeune, moins sérieuse et moins lugubre qu'elle se retourne vers Embrun

"Bien capitaine, avez vous une tache a faire faire a une mousse inexpérimentée ?
Vous utilisez une bousolle ou vous manœuvre en fonction du souffle du vent pour la barre ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Lun 26 Déc - 0:22

Embrun laisse échapper un soupire exaspéré. Cette gamine réagit comme une... Comme une gamine, tient. La mauvaise foi est si évidente entre ses mots que même la jeune femme, pourtant loin d'être versée dans l'art de la psychologie, peut sans grand mal la percevoir. Évidemment qu'elle en sait plus que cette fillette en terme de magie ! Et pour les dangers d'un pouvoir non contrôlé, elle en a eu bien des fois la preuve. Mais cette enfant se vexe, comme si il était intolérable que quelqu'un en sache plus qu'elle sur ce qu'elle ne maîtrise même pas. Pour un peu, elle lui ferait récurer le pont jusqu'à ce qu'elle comprenne son erreur ! En tant que capitaine, la fille des mers a autre chose à faire que régler les états d'âme d'une mousse trop gâtée. La leçon à l'embarquement n'a peut être pas suffit à calmer cette graine de rébellion. Si elle sait apprécier un esprit fort à sa juste valeur, la jeune capitaine exige tout de même de ses matelots une certaine discipline pour la survie de l'équipage, et refuser d'accepter ce genre de règles met tout simplement le navire en péril.

Bien sûr, elle se souvient de ses propres réticences à apprendre à maîtriser son pouvoir, mais ce n'est apparemment pas par crainte que la gamine se braque. Pourquoi d'ailleurs ? Elle n'en sait fichtrement rien, mais ce comportement a plutôt tendance à l'exaspérer. Oh, bien sûr, elle n'est pas la professeur que tout jeune mage pourrait rêvé, mais au moins avait t-elle pris sur elle pour tenter d'expliquer des notions qui lui déplaisent tout particulièrement. Et l'ingrate s'en va juste bouder... Mais ce n'est pas le moment de se mettre l'équipage à dos, même si ce n'est qu'une mousse embarquée quelques heures plus tôt. Elle n'est pas en mesure de débarquer tous les matelots avec lesquels elle ne s'entend pas au mieux. Elle fixe l'horizon furieusement et son regard finit par heurter la chevelure de bois de la sirène. Oui, tient, cette fillette avait dit entendre le Zéphyr... Bon, il fallait peut être commencer par là. Jamais elle n'avait à ce point regretter la présence de sa mère. Celle ci savait si bien unir l'équipage autour d'elle, mieux que son capitaine de père encore. De but en blanc, elle reprit la parole comme on se jette au combat, sabre au claire.


- Non, j'ai rien à t'faire faire t'en qu'on en aura pas finit avec c't'histoire de magie. Ou t'écoute correctement c'que j'ai à t'dire, ou t'as pas ta place ici. T'es sur un navire pirate, gamine, et j'suis responsable d'mon équipage comme d'mon navire. Tu dis l'entendre et vouloir l'suivre, mais t'es même pas fichue d'faire c'qu'il faut pour assurer sa sécurité ! T'as toi même dit qu'tu savais rien faire d'autre qu'des loupiotes, et on a pourtant tous vu qu'tu peux faire bien plus alors comment tu peux assurer qu't'as aucun risque d'causer du tort ? T'es prête à mettre la vie d'mon équipage en danger pour tes certitudes, fillette ? T'as vraiment envie d'prendre le risque de tuer tous le monde pour pas t'emmerder à apprendre ? En tous cas, j'suis pas prête à tenter l'diable sur ce point. On risque d'jà bien assez not' peau dans c'voyage.

Elle marque un temps, s'emportant bien plus qu'elle ne le voulait au départ. Va falloir qu'elle donne des explications en fin de compte... On a rien sans rien. Mais la jeune femme rechigne à parler de ce qu'elle a depuis toujours cherché à cacher. La sorcellerie... Rien que par ce nom, son pouvoir fait peur et inquiète. Quand on y pense, pourtant, il n'a rien de si répréhensible. Du moins pas sous la forme où elle l'utilise. Qu'une tête soit tranchée par un sabre ou grillée par un rayon d'énergie pure, le résultat est le même pour la victime et lors d'un combat, on ne s'arrête pour si peu. En dehors, elle ne s'en sert tout simplement pas. Après une hésitation, elle reprend avec bien plus de retenue.

- J'ai commencé comme toi, sans rien savoir, et l'Zéphyr a faillit perdre un mât. J'saurai jamais faire la même chose que toi... J'fais pas apparaître des grenouilles et j'me fiche du mauvais œil, mais j'suis c'qu'on appelle une sorcière.

La jeune femme prend une longue inspiration. Voilà, elle l'a dit. Crachant presque le dernier mot comme un défaut détestable et inavoué, mais elle l'a dit. Il le fallait, sinon comment la fillette pourrait t-elle comprendre son horreur de la magie ? Si elle avait su influencer la mer et créer des êtres d'eau, elle n'aurait pas gardé une telle rancœur envers sa tare. Mais non, elle était tombée sur le plus sombre des pouvoirs... Celui que l'on craint, qui effraie, et impossible de s'en débarrasser bien entendue.

- Mais j'ai vu plein d'magies différentes au cours d'mes voyages et j'sais qu'même tes loupiotes elles peuvent avoir des utilisations offensives. Bien sûr, quand tout va bien, ça risque rien, mais dès qu'tu t'énerves, plus moyen d'contrôler quoi qu'ce soit si t'as pas appris. Ici, tu va t'retrouver au milieux d'combats et aut' joyeus'tés. Tu s'ra en danger et ton pouvoir pourra ou mettre tous le monde en danger si tu sais pas t'en servir, ou t'aider à survivre si t'as appris. C'pas pour rien qu'il existe une école de magie, et pour bien faire j'devrais t'y envoyer. Tu t'retrouv'rais enfermée entre quat' murs pendant plusieurs années à ressasser des fichus bouquins poussiéreux. (Elle frissonne) C'est c'que tu veux ? J'ai pas franchement l'impression qu'ça corresponde à c'que tu m'as déblatéré quand t'es montée à bord, donc j'te propose une alternative. Mais si t'es pas fichue d'le comprendre... Oublis pas qu't'es sur un navire et qu'on manque de membres d'équipage, alors on a pas franchement b'soin d'se rajouter des taches supplémentaires. J'suis prête à l'faire, mais pas si c'est pour t'voir bouder et faire ta forte tête. J'ai d'jà un équipage à gérer et vu qu'on est qu'trois à savoir t'nir la barre, j'aime autant t'dire que j'ai largement d'quoi m'occuper.

Un discours direct et clair, contrairement à son explication de la magie. Mais la théorie, ce n'est vraiment pas son truc. Gérer un navire, en revanche, elle sait faire bien qu'elle manque d'expérience et il est hors de question de garder à bord un matelot qui refuse d'apprendre à se maîtriser. En tant que capitaine, elle n'en a juste moralement pas le droit. Tout comme les jeunes mousses apprennent à manier les armes auprès des Jumeaux, Edelween devra apprendre à contrôler son pouvoir ou quitter ce bord. Embrun plante ses yeux violets dans ceux de la jeune fille, soutenant son regard pour appuyer ses propos, puis elle reprend d'un ton plus léger.

- La théorie d'la magie, j'y ai jamais rien compris donc c'pas moi qui m'en chargerai, mais j'pourrai t’entraîner t'à l'heure si t'as changé d'avis. Ça, j'sais faire. Donc c't'à toi d'voir fillette, mais si tu l'fais à contre cœur j'm'en rendrai vite compte alors autant m'le dire de suite. Quant à la manœuvre, j'peux aussi t'l'enseigner, mais aux mêmes conditions qu'le reste. J'sais pas c'que t'étais avant, mais ici t'es mousse donc en effet, t'es en apprentissage et tes maîtres en savent plus qu'toi. Et niveau magie, j'suis pas si calée, mais on m'y a fichue dans cette maudite école alors oui, j'en sais plus qu'toi sur tes aptitudes.

Embrun jeta un regard vers le ciel encore trop nuageux pour se diriger aux étoiles. Le cap qu'elle tentait de tenir était loin d'être précis, plutôt calé sur l'habitude. Bien sûr, elle avait un compas en poche, mais comme elle ne connaissait pas exactement son point de départ... Il faudrait bientôt se pencher sur une carte. Mais une fois de plus, elle ne pouvait pas quitter le pont sans personne pour la remplacer et naviguait donc un brin à l'aveuglette, bien qu'elle se dirige approximativement vers la passe d'Athé. Encore un point qu'il allait falloir étudier de près... Comment passer ? La fillette pouvait prendre tout son temps pour répondre, Embrun avait assez de soucis en tête pour ne pas perdre patience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Lun 26 Déc - 9:28

Edelween essaye de garder son calme, bien plus que la capitaine en fait, dans d'autres circonstances, cela l'aurait amusée, mais ce n'est pas le cas.
Elle se crispe de colère mais se reprend.

"Vous ne m'avez pas écoutée Capitaine, et dans ce cas , vous n'avez pas a me demader mon avis ou me poser des question vous ferez comme ces vieux professeurs qui pareltn sans écouter leurs étudiant. je ne dit pas que je ne veux pas maîtriser ma magie loins de là, mais vous ne pouvez pas m'entrainer pour le moment, tant uqe vous être a la barre.
Je vais attendre que vous puissiez m’entraîner et je serais plus qu'heureuse d'apprendre a utilisée mes pouvoirs. Ce qui c'est passer (elle regarde le ciel) ce matin ca ne m’était pas arrivée depuis pas loin de vingt ans.
Je ne sais pas vraiment ce que peuvent faire ou non mes pouvoir, je ne vous contredit pas la dessu, mais contrairement a vous mon pouvoir semble moins brut et ne porte pas sur le feu comme vous."


Elle observe Embrun, la Capitaine a un souci avec la magie et son propres état.
Ca elle ne le comprend pas complètement mais ce n'est pas grave.
Les menaces de la débarquer dans une école de magie ne l'enchante pas du tout, mais elle ne vas pas se laisser mettre a mal par la capitaine.
Elle se doute bien que le navire ce n'est pas simple a maîtriser et qu'elles vont avoir du travail, mis si elle est prête a se plier a la discipline du capitaine elle ne supporte pas l'hypocrisie qui consiste a poser des questions pour ne pas écouter les réponse ou qui ne sont faite que pour lancer des reproches supplémentaires.


"Voila, vous pensez que je suis comme vous que je vais mettre tout le monde en danger parce que vous, vous avez la puissance Capitaine, je ne sais pas grande chose sur mes pouvoirs, mes loupiotes comme vous dite mais même si elles faisaient trois mètre de rayons elles ne ferait pas de dégâts a un abricot, ensuite non je ne vais pas m’entraîner a contre coeur, vous êtes sur ce bateau depuis longtemps, je n'en doute pas, vous avez appris dans une école de magie, bravo vous avez eu de la chance, vous avez eu accès a la connaissance et a la liberté, ce n'est pas mon cas, donc apprendre, oui j'en ai envie, que se soit la magie, la navigation, la mer et le reste et bien plus que vous ne pourrez jamais l'imaginez ! Mais ne me dite pas que s'embarquer dans une dispute stérile ou chacune n'écoute pas l'autre nous aidera !"

Sa voie a monter elle aussi, elle n'a pas quitter le regard du capitaine, pas par défis de son autorité loin de la mais pour appuyer elle aussi ses dire et ses yeux montre autant sa détermination que sa soif d'apprendre.
Sa colère et sa révolte vis a vis de son emprisonnement son passer rapidement, elle n'a pas à mettre ca sur la capitaine et elle n'a pas vraiment envie d'en parler en fait, mais comme Embrun elle a lâcher sa situation a contrecœur.

Elle se ressaisie donc et reprend

"Donc, que puis je faire et apprendre pour aider en attendant que la cale soit vide Capitaine ?"

Elle prend une grande inspiration en regardant vers la sirène.
"Quand l'avez vous entendue pour la premiere fois ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   Mar 27 Déc - 12:31

Un de ces regards bien sombres qui dit toute l'étendue de son exaspération sans passer par les mots se fige sur la fillette. Bougre d’ânesse, elle en tient une couche ! Si elle n'était pas aussi jeune et inexpérimentée et qu'Embrun n'était pas capitaine, elle aurait réglé l'affaire d'un bon coup de poing dans le nez ! Il n'y a rien de mieux qu'une bonne bagarre pour apaiser les esprits échauffés. Bon sang, ce que son rôle lui pesait, parfois ! Elle ne le quitterait pour rien au monde bien sûr, mais sur certains points elle avait du mal à s'y faire. Capitaine... Quel carcan, parfois ! Contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce n'était pas le poste où on se sentait le plus libre, loin de là. Et sa jeunesse avait quelques difficultés à s'accorder à ses nouvelles responsabilités. Et cette fichue gamine ! Hum... Avec un caractère aussi assuré et insupportable, elle arriverai à survivre et peut être même à se faire une place. Ce qui n’empêchait pas la fille des mers d'avoir une violente envie de la baffer pour lui remettre la tête à l'endroit.

- J't'ai parfait'ment écouté geindre, fillasse, et tu f'rais mieux d't'écouter toi aussi. Parce qu'apparemment c'pas l'cas ou alors tu t'rends même pas compte d'ta propre mauvaise foi. Et encore une fois, tu viens d'prouver qu't'y connais pas grand chose à la magie. J'sais pas où t'as vu qu'touchais au feu, mais c'est faux. Oublis tout c'que t'as pu entendre sur mes pouvoirs, gamine, parce que t'es très loin d'la vérité. T'es un danger pour l'équipage tant qu'tu maitrises pas cette connerie d'magie, et bien plus que moi puisque j'connais mon pouvoir alors qu'toi non. T'as même pas idée d'tes limites.

Elle pousse un soupire exaspéré et se détourne de la source de sa colère. Ce n'est pas le moment de perdre son sang froid, surtout que justement, elle sait parfaitement que si elle en arrive là, elle ne maîtrisera pas forcément l'énergie brute qui tourbillonne en elle. Des entrainement réguliers ne lui feraient pas de mal à elle aussi, au fond. Depuis qu'elle a rejoint son pont, la jeune sorcière ne s'est servit qu'une seule fois de ses dons : devant les prêtres Originels. Il y a certaine chose qu'on ne peut combattre que par la magie, malheureusement... Dans certaines conditions, il faut bien avouer que cette fichue tare peut être utile, et à Sorgen, elle risque de l'être, et pas qu'un peu.

Même si elle est tout bonnement insupportable, elle semble vraiment vouloir apprendre cette gamine. Bon, pour la chance d'avoir été envoyée ressasser des bouquins morbides chez les arcanistes, par contre... Bref. Embrun en avait gardé un assez mauvais souvenir. Apprendre, oui, mais enfermée... Non, elle l'avait très mal supporté. Le principe du Thul était nettement préférable en terme d'enseignement, sauf qu'elle, elle n'embarquerait pas un type qui a le mal de mer comme son maître. Ensuite, pour la navigation, ce ne serait pas plus mal qu'elle sache manœuvrer le Zéphyr la fillette parce qu'on manquait vraiment de timonier. Vu sa force de crevette fritte, elle ne serait d'aucune utilité en pleine tempête, mais par temps calme... À voir si on pouvait lui faire confiance. Embrun ne confiait tout de même pas son Zéphyr au premier venu.


- Pour la chance d'aller à l'école, oublis de suite, c'est sur l'terrain qu'on apprend l'mieux. La connaissance on n'l'aquière qu'en s'en servant. Après, si la navigation t'intéresse, j'vais t'donner les bases et j't'enverrai à not' navigateur puisqu'on en a un. C'est son boulot d'former un apprenti et pour sûr, t'y s'ra plus utile qu'dans les voiles tant qu'tu t's'ras pas musclé un brin. Va donc chercher les cartes dans ma cabine, elles doivent être dans l'fond environ. Enfin, elles y étaient aux dernières nouvelles...

Embrun jette un coup d’œil dans les voiles. Les jeunes ont l'air de se débrouiller, surtout Mousse qui travaille toujours avec sa hargne coutumière. Envoyer un apprenti de plus risquerait de surcharger les vétérans plus qu'autre chose. Et puis, il allait bien falloir refourguer des apprentis aux différents maîtres du navire car pour le moment, elle n'avait pas intérêt à en perdre un seul. Le mieux serait de filer Loch à Cuistot, il était trop jeune pour un autre poste de toute manière. Edelween pourrait donc apprendre auprès de Samy. Quant au charpentier... Il était là depuis toujours alors il ne devrait pas disparaitre de si tôt. Restait Doc', mais pour le coup, lui imposer un apprenti était tout simplement impossible. Peut être qu'il se déciderait un jour à en choisir un...

La jeune capitaine est coupée dans son élan d'organisation par la jeunette qui change encore de sujet de but en blanc. La sirène ? Et bien, pour le coup elle ne s'est jamais posé la question. Cette effigie de bois fait tout simplement partie de sa vie. En effet, ce n'est pas si évident, les naissances sont assez rares sur les navires, voir totalement inexistantes à peu de chose près. Elle lance un regard vers la chevelure de bois et hausse les épaules.


- J'suis née sur c'pont, j'l'ai toujours entendue. Comme le ronflement d'l'océan, elle est là, c'tout. C'navire est dans à ma famille d'puis toujours, donc normal qu'j'l'entende. Et d'mandes pas pourquoi elle chante, j'en sais bigrement rien. T'as qu'à poser la question à l'ancêtre s'tu l'croises, il a l'air d'en savoir un rayon même si il en cause pas tant. Un elfe qu'est charpentier à bord... Bah, occupes toi plutôt d'ces cartes, t'façon il s'montre que quand il veut lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur le pont du Zéphyr   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur le pont du Zéphyr
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le pont de la constitution a VENISE
» Inauguration du Pont sur la Rivière Pendu
» Il suffit de passer le pont...
» le pont de singe
» Orion Kirik ? Capitaine du Zéphyr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Origine et le Changement :: Le Monde D'Origine :: Les Mers et les océans :: La Mer d'Izilia-
Sauter vers: