L'Origine et le Changement

Bienvenue sur l'Origine et le Changement; un forum RPG. Plongez dans ce monde médiéval fantastique aux possibilités infinies.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Le Changement
Modo
avatar

Masculin
Nombre de messages : 216
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 16/08/2009

MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   Mer 7 Déc - 22:30

Alors que la jeune Basse-Changeante était en train de s'expliquer, elle sentit des contraction dans l'étreinte autour de son cou. A chacune d'entre elles, une contrariété semble se marquée, et il y en eut un bon nombre quasiment à chacune de ses phrase. Mais bizarrement, le serpent semblait vouloir la laisser finir avant de lui même prendre la parole. Sa voie était toujours rauque mais cette fois la vibration de colère était quasiment palpable. Une sorte d'hésitation parfaitement audible entre l'envie de lui faire comprendre qu'elle n'était pas sur le bon chemin, du moins pas le siens, et celui de la punir.

"La ssservante du changement attend ? Laisssssser les poussssssses sssss'implanter ? "Car dans l'immobilissssme, je laissssssse Nathrualime prendre le controle de ma vie et de mon âme". Ssssserais tu en train de vénérer notre ennemi ? Tu as de la chancccce de ne pas avoir attiré le courroux de notre Ssssseigneur, ssssssi Lui aurais été là il aurait transssssformé l'humain en golem de chair ou en je ne ssssais quelle abominattttttion. Je ssssssuis Canto Cens et tu m'as invoqué par ton incapacccccité à te protéger, idiote. Donner ton sssssang est un blasssphème tout comme me prendre pour notre sssssseigneur ou encore vouloir accomplir un rituel de la sorte. Je m'asssssssurerais à ccccce que tu fassssse pénitencccccce"


Lors de la fin de sa phrase, il passa sa serpentine sur la joue de la Basse-Changeante avant de desserrer son étreinte et de devenir plus ... domestiqué. En effet, la crête épineuse s'était alors écarté du cou de Constance et la collerette s'était rabattue. Il se glissa alors sur l'épaule de la jeune hypnasiline pour regarder dans le sens du Doc qui semblait s'être légèrement reculé à la vue de la créature. Il semblait sentir la peur et faisait claquer sa langue dans l'air provoquant un léger sifflement que son absence de parole avait provoqué. Ses yeux étaient alors fixé sur le médecin.


"La peur ssssse lit en lui. Ccccc'est ainsssssi que tu veux les convertir ? Par la peur ? Sssssss'il ne sssssont pas près à voir les miracles de notre dieu, tu ferais mieux de leur parler et de me présenter, prêtresssssse"


Le ton utilisé était assez injonctif sans pour autant être mauvais, un peu à la manière d'un donneur de leçon blasé de voir son élève avoir si peu retenu de son éducation religieuse. Sous sa forme reposée, la créature semblait bien moins effrayante mais ses mouvement, son regard n'en était pas moins inquiétant. Constance avait semble-t-il gagné un certain répit pour le moment mais le danger était il écarté ? Surement pas.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance de Négativité
Rose Hybride de Thé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Race : Hypnalisine
Classe : Basse-changeante
Date d'inscription : 21/08/2011

MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   Jeu 8 Déc - 18:10


- Je ne suis qu'en attente de te servir et je… commence Constance un peu confuse avant de réaliser qu'elle va juste s'enfoncer lentement dans son propre bourbier.

Ah, la formule rituelle n'est sans doute plus d'actualité. C'est un des problèmes essentiels quand on œuvre pour une religion qui s'intitule le Changement : tout Change, rien n'est stable. Et puis elle reporte son regard sur le Doc. A-t-il peur ? Pas sûr. En tout cas il a l'air prudent et ça, et bien c'est… prudent de sa part. L'hypnalisine lui sourit gentiment avant de répondre au serpent d'un ton révérencieux.

- Tu as raison Changeur, la ponctualité est la politesse des rois et je ne voudrais pas faire attendre notre hôte.

Puis étendant sa main gauche toujours repliée selon le geste sacerdotal, elle désigne le serpent joyau.

- Voici Canto Cens, créature et création du Changement.

Puis la main droite pour désigner le toubib.

- Et voici… ho mais je ne connais même pas ton nom au fait ! (Elle réprime un petit gloussement et roule un œil inquiet vers la créature serpentine, ce n'est pas forcément un bon moment pour rire). Et bien, c'est le toubib de bord. Un excellent humain qui s'y connaît en mixtures et pansements.

Elle se gratte justement le sien pour illustrer sa prose. On peut reconnaître au moins une chose à la petite grignette en tunique trop large, elle n'est pas le moins du monde impressionnée par l'apparition subite d'une créature squameuse qui vient de la menacer et de lui promettre une punition. Les choses ont presque toujours été ainsi pour elle. C'est la routine. Et il est notoire que les hypnalisins sont de nature facile lorsqu'ils sont dans un environnement chaud, ce qui est diablement le cas de la cabine !
Constance loge une de ses mèches derrière l'oreille et penche la tête vers la nouvelle pensionnaire des lieux. Elle ne l'a jamais vue et pour le peu qu'elle aperçois de ses gambettes fines, elle est du genre fragile… et trempée.

- Et voici heu… je ne sais pas non plus. Une nouvelle venue. Quelqu'un qui vient se faire soigner sans doute. Il se passe quelque chose là haut avec cette tempête. Mais ce serait plus simple que vous vous présentiez vous-même. Vous savez, j'ai pas vraiment l'habitude de faire ça.

Et puis elle s'agenouille plutôt familièrement aux côtés du serpent et étend la main pour lui caresser la tête.

- Canto Cens, il n'a pas peur en fait. C'est une attitude de scientifique réservé. Il étudie tu sais. Mais je dois dire qu'entre nous deux, tu es certainement un plus grand motif à redouter que moi qui suis juste ton insignifiante servante ! Je n'avais encore jamais rencontré de créature comme toi. De quelle espèce es-tu au juste ? Y'a-t-il quelque chose que je puisse faire pour t'agréer ? Un peu de sable tiède pour tes anneaux peut-être ? (Elle relève les yeux)Toubib, tu as ça ?

Le sourire la petite hypnalisine s'efforce d'être encourageant. Elle sait qu'elle pourrait se faire mordre à mort dans les trois secondes qui vont suivre mais elle ne redoute pas ce genre de chose. Oh, elle n'a pas envie de mourir non ! Mais c'est tout simplement qu'elle ne peut pas redouter ce genre de chose. Elle est moulée pour ne pas craindre et obéir sagement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   Jeu 8 Déc - 18:53

Edelween ne sais pas trop quoi faire, elle est crevée, elle ne sait même pas ou elle se trouve mais il fait chaud.
Qui sont donc ces gens ?
La femme viens de répondre a quelques une des question par son dialogue.
Le doc.. elle doit donc être a l'infirmerie, pourquoi ?
Ha elle se souvient la survie qui ne la relie a rien, la mer glacé, le noir, un frisson la parcoure, la lumière le retour sur le Zephyr et .. le noir.

Sa mains glisse au niveau de la corde, des liens pour retenir quelqu'un sont parfait pour retenir un gabarit un peu plus gros que le siens. du coup se glisser en dehors n'est pas vraiment compliquer pour elle.
Par contre ce n'est pas forcement sage. Elle évalue la situation, un serpent accouché par un mort, une prêtresse du changement, un scientifique médecin qui semble pas très orthodoxe et un mort... la sagesse.. elle est un peu partie a l'eau là.

La demande de la prêtresse est limpide, bon comment se présenté correctement ?
Déjà recouvrir ses jambes, des jambes nues ce n'est pas très convenable.
redonner un peu de volume a ses habit humide pour éviter qu'ils lui collent a la peau comme ils font.
remettre sa mèche rebelle en place et lisser ses cheveux vers l’arrière.

voila, bon elle n'est pas dans le meilleurs des états mais au moins elle est un peu plus présentable que allongées attachée sur un matelas.

une révérence simple, faire dans la fioriture serait inutile, il n'y a ni le public ni la place.

"Je suis Edelween, simple mousse sur le Zephyr sous les ordres du capitaine Embrun Sabedor, elle incline légèrement la tête vers le bas a l'oblique pardonnez ma mise un peu défaite, j'ai été envoyée ici suite a un plongeons involontaire dans l'océan."

Elle relève la tête doucement pour éviter que cela tourne trop, c'est qu'elle est loin d'être vaillante.

"Mais si le docteur içi présent n'éprouve nulle crainte et une simple curiosité toute scientifique, veuillez me pardonnée de ne pas avoir une telle assurance.
je ne voudrais pas être de trop, ni interrompre vos activités par ma simple présence."


L'air de rien elle c'est rapprochée de la porte.
Bon c'est quand même toujours au mauvais moment qu'une vague viens chatouiller le flanc du navir et qu'elle se retrouve assise sur le matelas sans avoir eu la force de se retenir.
Elle ferme les yeux un bref instant, les cligne et sourit malgré tout pour exprimer une certaine confusion.

Ce qu'elle est quand même loin cette porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   Jeu 8 Déc - 21:53

Comme elle s'écrase la petite dame, Doc' commence à trouver cette dangereuse entrevue de plus en plus intéressante. Seul signe de son sourire, ses yeux blafards se plissent légèrement aux écornures, faisait ressortir les cernes noirâtre qui les entourent. Ses lèvres fines et sèches restent serrées en une mince ligne ferme et sévère et il baisse les yeux vers le reptile à terre. Comme il regrette de ne pas pouvoir parler à cet intéressant spécimen. Passer par l'intermédiaire de cette faible femelle pour le comprendre est tout simplement frustrant. Comment voulez vous étudier un être sans moyen de communiquer directement avec lui ? Bien sûr, il y a aussi ses manières, les réactions des autres à son égard... Le vieux démon ne doutait pas un instant qu'il fût menaçant. L'absence de peur de sa fidèle n'est pas un élément à prendre en compte puisqu'elle n'a pas non plus peur de lui, ou du moins pas assez. Mais la crête épineuse s'est couchée sur la nuque du reptile. En bon savant, il peut à peu près en déduire la signification. Une sorte de repli, d'observation pour mieux attaquer, voir de peur, mais ce sentiment semble bien mal lui convenir. Du moins est-ce les réactions possibles pour un animal, mais quant à savoir si on peut les interpréter de la même manière pour une créature du Changement... Doc' s'approche prudemment, détaillant l'étrange bestiole sans le moindre complexe sous toutes les coutures. Laissant la traductrice de coté, il s'adresse directement à la créature aux yeux d'émeraude.

- Doc', vous n'avez pas besoin d'autre nom.

Qu'elle est mignonne cette petite. Lui ? Un "excellent humain" ? Difficile de deviner si elle se moque de lui ou si elle essaie de le protéger. Mais plutôt amusant comme vision de la situation, surtout quand il y a un cadavre au milieu de l'infirmerie. Le démon se raccrocha à une étagère, tentant de ne pas perdre pied. Ce n'était ni la frayeur ni l'inquiétude, pourtant, juste les chaos trop vigoureux du navire ou encore son équilibre trop fragile. Avec toutes ces émotions, il n'avait pas beaucoup dormi... Tant de malade à disséquer soigner. Fixant toujours le serpent, il poursuit son discours d'une voix grinçante et rauque.

- Canto Cens, donc. Je ne l'oublierai pas... Dois-je m'attendre à une simple visite ou comptez vous vous installer chez moi ? (Ses yeux s'étrécissent) Non que je sois contre, je ne me permettrais pas de vous refuser l’hospitalité, mais j'ai pour règle d'or de ne laisser entrer que des blessés et autre sujets. Je ferai bien entendu une exception pour un si important et venimeux serpent.

Il prend des risques et il le sait, mais comment savoir ce qu'il en est sans questionner ? Il ne compte pas se coucher aux pieds de ce petit serpent, d’autant plus que des pieds, cette créature n'en a pas. Et il ferait bon lui rappeler que malgré sa puissance, il est dans une propriété très privée et qui a bien l'intention de le rester. Derrière lui, la jeunette a bougé. Encore une importune qui n'a pas grand chose à faire ici, mais vu ce qu'elle a vu, hors de question de la laisser sortir de cet enfer. Pas même morte.

Le monstre lui jette un bref coup d’œil et baragouine quelques insultes incompréhensibles dans sa barbe, laissant son regard furibond s'attarder sur elle. Qu'elle ose bouger, seulement... Le monstre pince ses lèvres gercées d'un air menaçant et continue à marmonner ses incantations en fixant l'enfant. Elle n'aurait aucun mal à le pousser à terre et à passer la porte, mais comment deviner ce qui se cache sous ce tas informe de haillons ? La porte semble bien plus lointaine et plus épaisse sous le dur regard translucide de son gardien.


- Couché ! morveuse décrépie. Tu n'as rien à faire debout dans une infirmerie.

Le diable laisse quelques haillons voler autour de lui en se retournant comme si l'elfette n'avait pas le moindre intérêt pour lui. Pas question de laisser une fillette prendre ses aises, les créatures serpentines prennent déjà bien assez de place ici. Ses yeux aveugles se posent ensuite sur Constance, puis sur le reptile changeant, puis sur l'hypnalisine à nouveau. Du sable ? Il ne peut s'empêcher de trouver la proposition plutôt déplacée, mais surtout, il ne tient pas franchement à aménager un doux cocon à ce serpent dans son infirmerie. Ce geste de fausse bonté le pousserait bien trop à rester. Qu'il embrasse le Changement ou non, l'ours n'a aucune envie de sortir de son antre ou de laisser qui que ce soit s'y installer. Le ton de sa voix devient presque sifflant...

- J'en ai...

Mais son regard sombre (malgré des yeux entièrement blanc) laisse clairement voir que l'idée ne lui plais gère. Ou est-ce les cernes naturelles qui lui cerclent les orbites ? Une main pâle et osseuse se pose sur l'étagère, il attend. La patience est une vertu qu'il a en quantité presque illimitée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Le Changement
Modo
avatar

Masculin
Nombre de messages : 216
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 16/08/2009

MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   Sam 10 Déc - 13:09

Les yeux inquisiteurs de la créatures semblaient regarder les deux autres personnes présentes alors que Constance était en train de les présenter. La bête semblait très à l'écoute et n'a véritablement réagi que lorsque le docteur lanca son injonction sur la jeune elfette. Un frétillement de collerette fut alors visible, un peu comme un tic nerveux signifiant son désappointement certain pour l'attitude fuyarde de la gamine. Puis il se mit à regarder la prêtresse du Changement avant de lui répondre toujours sur un ton énervé

"Tu n'as vraiment rien compris, idiote, je ne sssssuis pas là pour que tu me ssssserves, ou l'inverssssse, je ssssssuis là pour m'assssssurer que tu prêches la parole de notre Sssssseigneur. Et que tu les prêches avec resssssspect. Je ssssssuis ausssssssi là pour m'asssssurer que tu ne ssssssois pas blessssssé, pas même comme tout à l'heure"

Un frétillement de queue plus tard, le serpent se placa sur une table laissant derrière lui une trainée pourpre et surement odorante. Cette même trainée était d'ailleurs particulièrement désagréable apparemment, au point qu'il produise un claquement de machoire et que sa collerette se dresse pour se remettre presque tout de suite après en place

"Du sssssable ? Non. Pour l'inssssstant j'aurais ssssssurtout besoin de faire une toilette. Aurais tu oublié d'où je ssssssuis sssssorti ? D'ailleurs, penssssse ausssssi à te nettoyer ... Tu dois être sur ton meilleur jour pour incarner les paroles de notre sssssseigneur. D'autant plusssssss que ccccccce "Toubib" ssssssemble asssssssez intéressssssant, sssssscientifiquement parlant. Il est de ta tache de le guider ssssssur la Voie de la découverte"

La voie de la découverte, une citation étrange que venait de donner Canto, elle faisait référence à un texte que la Basse-Changeante avait eu l'occasion de lire pendant son éducation religieuse. C'était un texte particulièrement intéressant sur les méthodes pour acquérir la technologie à travers les ages. Il serait certes étrange que le Changement se bornent à des méthodes, mais celles ci étaient plus des sortes d'exemples prouvant quelques principes universels : Toujours théoriser ses théorie, c'est à dire analyser une situation et en tirer un postulat de départ, Toujours calculer ses expériences, c'est à dire ne jamais se lancer dans une expériences sans prévoir un minimum ce qui normalement devrait se passer, et enfin trouver des moyens d'analyser l'expérience, si on réussit une expérience et qu'on ne peut pas voir entièrement l'oeuvre du Changement elle est forcément incomplète et imparfaite. Toutefois, cet ouvrage n'était pas pour autant une références pour tout les Changeurs.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance de Négativité
Rose Hybride de Thé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Race : Hypnalisine
Classe : Basse-changeante
Date d'inscription : 21/08/2011

MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   Lun 12 Déc - 21:28

Un plongeon dans l'océan ? Brrr, rien que l'idée de cette étreinte froide et terriblement originelle donne des frissons maussades à Constance. Elle couche un regard où se mêlent compassion et répulsion sur la dénommée Edelween. Elle frisonne malgré la chaleur et secoue la tête avant de frapper dans ses mains sèchement.

- Alors ça sera de l'eau chaude ! Doc, de l'eau chaude pour tout le monde !

Quand on se fait tremper par de l'eau gelée, une bonne friction d'eau chaude peut raviver le sang. Et pour nettoyer des matières fécales, c'est pas mal non plus.
Constance s'accroche à une étagère en se demandant comment, oui comment, il va être possible de sortir un quelconque récipient contenant un liquide sans tout renverser. A vrai dire, elle a déjà perçu assez nettement que le toubib n'était pas très "chaud" pour qu'on se mettre à fouiller son labo. Il doit déjà littéralement hérisser les moindres touffes de crin dru qui lui poussent sans doute sous les bras à la vue de cette surpopulation envahissante.

Voilà pourquoi la Changeante lui sert un autre sourire et vient le rejoindre en trois petits pas irréguliers pour lui attraper la main et s'y arrimer comme à une ligne de vie. Dans ses yeux, on peut lire qu'elle a déjà Changé d'idée.

- Non, mieux. Faisons bouillir un peu d'alcool !

Evidement, tout ça marche encore mieux avec de la gniole. Et le cas échéant, ils pourront aussi en boire. Double avantage. Ça dégrippe les muscles et ça dénoue les langues. Sans parler de briser la glace. Qui plus est, faire monter une fiole d'alcool en température sera moins technique que de faire chauffer un baquet d'eau. Autant de raisons qui font que Constance approuve massivement ce choix.

Il lui faudra aussi un tampon pour nettoyer Canto Cens et elle commence et regarder autour pour voir ce qu'elle pourrait trouver pour faire l'affaire. Dans le même temps, elle cogite sur ce que le serpent lui a dit. Un protecteur ? Ça alors… elle ne pensait pas avoir une importance quelconque dans l'Ordre pour provoquer ce genre d'invocation ! Le Changement s'intéresse peut-être à l'œuvre qu'elle peut accomplir sur ce navire en partance pour une terre que personne n'a encore jamais arpentée ! A l'idée que son Dieu pourrait vouloir l'encourager dans cette entreprise, l'hypnalisine se sentirait pousser des tentacules !

- La Voie de la Découverte. Oui, la Voie de la Découverte… hmmm. Bonne idée. Il va nous falloir une volontaire pour illustrer !

Constance regarde alors la naufragée aux cheveux trempés avec le genre de sourire que pourrait avoir une arracheuse de dent. Elle tente de la rejoindre mais lui tombe carrément dessus sous le roulis. Pas désarçonnée pour autant, c'est à moitié vautrée sur la pauvre elfette déjà affaiblie qu'elle lui assène d'un air étincelant :

- Hey ! Ça te dit de participer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Edelween Deomestris
Libre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 124
Race : Elfe de Lune
Date d'inscription : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   Lun 12 Déc - 22:52

Edelween est a peine retombée sur le matelas que l'insulte du doc la pique au vif .. "morveuse décrépie" non mais il se prend pour qui ?
Fatalement la réponse fuse.

"Dit donc le vieux croulant, si tu te lavais plus les yeux que tes chicot tu aurais peut être moins l'impression que tout le monde a ton age et ton odeur"

La colère a au moins eu cela de bénéfique, ça lui as fait monter l'adrénaline de manière salutaire.
Bon elle ne piquera pas un 100 mètre ou une nouvelle tête dans l'océan mais au moins ça lui donne un bon coup de fouet.
Y a pas a dire le Doc il a le chic pour bien soigner ses patients, enfin ceux qui doivent survives.

Elle se redresse devant le doc, son visage pale a repris des couleurs chaudes, ses yeux lanceraient des eclaires de lune si elle avait la capacité et la puissance pour utilisée de la magie.


"si vous avez un soucis a ne pas me voire allonger içi monsieur, alors je ne vais pas rester plus longtemps".

Un peu d'alcool ben tien, elle a déjà eu vent de ce genre de partie ou l'alcool sert d'excuses a tous les débordements.
elle essaye de se relever dignement, avant de se prendre une hypnalisne complètement dégantée sur le coins du corps.


"hmmmfff !"

Elle la fixe dans les yeux dans les yeux alors que la changeante profite de la chaleur puissante qui émane de son corps sous les habits humide
"Mademoiselle je pense que vous vous méprenez sur mon éventuel participation et votre proximité est si ce n'est des plus déplacer au moins du plus mauvais gout"

Fatalement elle en menait vraiment pas large, mais quitte à être en mauvaise posture autant l'être avec un peu de classe.
Elle a au moins une chose qui est moins pire que les autres, le serpent nommé Canto Cens est relativement loins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   Mar 13 Déc - 17:55

Le démon ne sait plus où donner de la tête. Il y a trop de mouvements autour de lui et i a horreur de perdre l'initiative. Il n'a même plus besoin de feindre une humeur exécrable. Du sable ? De l'eau ? Et de l'alcool maintenant ? Et puis quoi encore ? Il ne veulent pas non plus un divan et des verres en cristal ? Les yeux blanchâtres se tournent vers l'hynalisine, puis vers l'elfette, puis enfin vers le serpent. Son infirmerie n'est pas un lieu de joyeuse réception ! Les vivants sont sensés s'y trouver aussi immobiles que les morts ! Il leur est tout juste permis de respirer et de râler d'agonie, mais certainement pas de préparer une petite sauterie alcoolisée ! Ah... Elle veut de l'alcool la bougresse... Et bien il va lui en donner ! Niveau cocktails, il est bien plus doué que tous ces taverniers qui s'enorgueillissent de leurs mixtures divines. Avec lui, un ivrogne avertit ne tient jamais plus d'un verre et à moins de le boire cul sec, il ne le finit d'ailleurs pas !

D'un pas rendu encore plus boiteux et tordu par la fatigue, le diable se dirige vers la cheminée et y plonge un récipient repli d'eau pour se laisser le temps de réfléchir à un moyen de reprendre la situation en main. Ils prennent vraiment tous trop leurs aises, il va leur montrer. Son regard vide de plus en plus cerné se bloque sur Constance, elle sera la première à écoper de la vengeance du Doc'.


- Au lieu de crier à l'orgie, va m'envoyer ce cadavre par dessus bord ! Si tu tiens tant au confort de ton "ami" venimeux, prend au moins la peine de nettoyer les lieux !

Et d'une qui devrait disparaître... Ah, un détail car le but n'est pas de lui apprendre à nager en pleine tempête (même si il en vient parfois à hésiter sur cette option). Toujours aussi grognon, le Doc' reprend donc.

- Tu trouveras de quoi t'attacher près de la trappe et si tu ne sais pas faire, demande aux mousses.

Son ton furibond et autoritaire laisse bien penser qu'il prendra très mal une désobéissance. Ils ont réussi à mettre le diable hors de lui pour la première fois depuis qu'il a embarqué à bord du Zéphyr. Sa colère se tourne ensuite vers la fillette. Ses répliques l'auraient amusé en d'autres conditions, mais là, il n'a pas le cœur à rire. Le fait qu'elle le trouve vieux et moche est plutôt une bonne chose puisqu'il cherche justement à donner cette effet. Mais qu'elle lui réponde... Comment voulez vous éduquer une gamine convenablement quand deux autres zouaves s'amusent à coté ? Il allait avoir du mal à lui inculquer les règles de terreur qui régnaient ici, du coup. Les yeux blafards et aveugles la transpercent alors que sa silhouette cauchemardesque se détache de derrière le feu.

- Quant à toi, morveuse insolente, tu as été amenée ici pour un malaise. Les patients, quelque soit leur age ou leur odeur, restent couchés.

La voix grince, menaçante, et le monstre se rapproche d'Edelween. Il s'arrête devant elle et lui saisit le bras d'un geste trop vif pour son état d'aveugle. Après la serpente glacée, voici qu'une gamine surchauffée se pointe chez lui... Les nouveaux matelots ont vraiment un problème de température.

- Tu sortiras quand je le déciderai... Susurre t-il plus doucement.

Il est de bien méchante humeur... Ce n'était vraiment pas le moment de le défier. Le diable est bien décidé à envoyer cette impertinente au pays des rêves comme il l'a fait pour la première. Déjà, la tête d'Edelween commence à tourner à cause de la forte et désagréable odeur du médecin. Comme pour amplifier à son irritation, quelques coups à la fois timides et insistants se font entendre sur la porte de bois. Les lambeaux de vêtements volent autour de son bras en une cascade furieuse et sa main de vieil homme maladif profondément veinée de gros tuyaux bleu violacés manque de griffer le jeunette avant de se poser brutalement sur la porte. Il jette un regard furibond à l'assistance, leur intiment de se taire et ouvre brutalement la sombre porte.

Derrière la porte, la frimousse de Mousse apparait à nouveau. Il n'en mène pas large, pire que tout à l'heure. Vu le bruit qu'ils font dans cette pièce... Bon sang... Il avale sa salive et semble rassuré en voyant l'elfette toujours debout.


- Le capitaine elle a dit de la mettre ailleurs, Doc'... Heu, comme elle est debout en plus...


Il se mord les lèvres et a tout juste le temps d'attraper sa camarade quand le démon la lui envoie dans les bras. La terre entière semble se liguer contre lui, même ce marmot qui ne lui a jamais posé de souci s'y met. Doc' claque violemment la porte et se retourne vers Constance. De toute manière, la gamine ne tiendra pas longtemps debout vu la dose de gaz qu'elle s'est prise dans la nez. Et elle n'aura pas les idées assez claires pour raconter ce qu'elle a vu de suite.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Constance de Négativité
Rose Hybride de Thé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Race : Hypnalisine
Classe : Basse-changeante
Date d'inscription : 21/08/2011

MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   Sam 17 Déc - 8:47


A l'annonce de son éviction pour le transport d'un macchabée, Constance plisse ses yeux légèrement amandés. Le genre de regard qui pourrait faire peur s'il venait d'un membre élevé de l'Ordre, le genre de léger papillonnement des cils qui indique l'émergence très prochaine d'une idée nouvelle. D'un Changement en somme. Quelque chose de dangereux, assurément, si c'était dans les pupilles de quelqu'un d'autre.
Si Canto Cens avait été doté de paupières, ce genre de regard l'aurait sans doute rendu effrayant.

Mais en l'occurrence, la mignonne petite brune vient d'assortir son "regard qui tue" d'un banal mâchonnement des lèvres qui la fait en cet instant plutôt passer pour une gamine qui vient de barboter un pot de confiture. Comme si une bonne blague venait de fuser mais qu'il ne faut pas en rire tout de suite.

- Mais enfin Doc, les serpents se moquent de la présence de cadavres dans leur environnement immédiat. Du moins s'ils ne sont pas en putréfaction avancée.

Elle tourne ses iris, très intéressants iris, vers le toubib et produit un reniflement d'experte. Il est des reniflements qui laissent entendre qu'on maîtrise parfaitement son sujet.

- … ce qui ne sera jamais le cas pour celui-là.

Elle sent que le toubib est sur le point de rompre le fragile accord qui fait cohabiter péniblement sa répugnante enveloppe corporelle et l'Horreur (avec un grand H oui) qui ne demande qu'à en sortir pour répandre sa fureur. Comme si le grand dadais était sans cesse partagé entre son envie de faire table rase de toute cette agitation par une extermination pure et simple de toute forme de vie, et son désir d'en apprendre plus sur les organes qui l'entourent. Les organes, pas les organismes qui ne sont sans doute pour lui que le contenant un peu bruyant de toute cette connaissance à l'étalage.

Oui, il ferait un excellent Changeur. Sans doute meilleur et plus puissant que l'hypnalisine. Mais il est sans doute trop tôt pour en parler.

Constance pique deux de ses mèches de cheveux derrière ses oreilles et se laisse glisser assez gracieusement contre la paroi en profitant d'un roulis. Elle penche la tête et pose sa main droite sur l'abdomen du cadavre.

- Le Changement pourrait te donner quelque chose que tu recherches activement Doc. Pense-y. (Elle sourit avec cette naïveté travaillée qui la rend si inoffensive… ou exaspérante, c'est selon). Par ailleurs, laisse moi te montrer quelque chose qui te mettra sur le seuil des Voies de la Découverte.

Exerçant une très légère pression sur la poitrine de l'infortuné patient, elle s'enfonce d'un coup sec dans sa cage thoracique. A peine la brisure d'une branchette sèche. Elle déplace sa main et recommence, aplatissant littéralement le tronc comme un vieux sac de toile rigide.

- Tu vois, ce corps est vide. Il mettra du temps à se décomposer, et si tu l'embaumes, tu pourrais même le garder.

Elle le plie en deux ! Elle le plie comme un drap épais, les pieds encastrés de chaque côté de la tête. L'invocation involontaire de Canto Cens a prélevé quelques petites choses là dedans…

- Le Changement est la religion de la Science Véritable. Rien ne se perd, rien de crée, tout se Transforme.

Constance est tellement passionnée tout à coup, qu'on pourrait presque trouver des intonations érotiques dans son discours. En tout cas, jamais personne n'a prononcé le mot "Transforme" avec autant de volupté dans la majuscule. Elle incline légèrement ses épaules.

- Pour naître, le Serpent Joyaux a eu besoin de matière. Alors il s'est servi de ce qu'il avait à disposition : l'intérieur de celui-là. les minéraux du squelette, les impulsions des nerfs, les raccords des tendons, le volume de la viande.

Ayant achevé de "rouler" le défunt au bout de la couchette, elle se tourne, fait quelques pas vers la porte et s'y adosse, les mains croisées dans le dos sur la poignée. Apparemment, elle va sortir.

- Alors, si tu veux, je vais chercher de quoi le balancer par-dessus bord. C'est toi qui vois. (Une pause). Mais on peut aussi en parler plus tard. A tête (elle glousse) froide. Canto ? Tu veux venir ?

Elle étend son bras droit pour que le reptile encore maculé puisse s'y enrouler le cas échéant.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakutei.eklablog.com/
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   Lun 19 Déc - 20:53

Doc' se fige, se tourne, la fixe. Ses yeux globuleux s'ouvrent tout grands comme il observe le macchabée pré-momifié en avançant le menton d'un air aussi menaçant qu'intéressé. Il s'y connait en science véritable, mais de là à transformer l'intérieur d'un cadavre en un être vivant totalement différent... Il tourne un vague sourire grimaçant et macabre vers le dénommé Canto Cens et le détaille avec une attention toute nouvelle. Oui, en y pensant, peut être est-ce possible. Mais où aurait t-il trouver ces yeux de diamant ? La science n'est pas assez avancée en ce vaste monde pour expliquer rationnellement un tel phénomène et le démon savant ne peut que se cantonner à l'observation.

Une moue offensée se dessine sur les traits déjà bien altérés du vieil homme. Il n'aime pas, mais alors pas du tout, qu'on lui fasse miroiter des secrets auxquels il n'a pas accès. Oh, bien entendue la sournoise lui a donner un moyen de les atteindre... Mais il a du mal à se faire à l'idée d'accéder aux désirs de cette perfide femelle. Pourtant... Son regard ravagé se porte à nouveau sur la cadavre.


- Laisse le ici, reptile perfide. Laisse le ici et va t'en, je te ferai appeler plus tard.

Pour une fois, l'insulte sonne presque comme un compliment. Si les yeux du démon n'étaient pas aussi vide, on pourrait y voir s'allumer une étincelle chatoyante, mais sa laideur calculée sert aussi à camoufler ses émotions. Ce corps, nul doute qu'il compte l'étudier. Ce serait un beau gâchis de le jeter, laissant la connaissance choir au fond des eaux. Le Doc' ne pleurerait pas le disparition de sa sœur, mais celle d'une momie percluse de secrets... Il veut savoir. Assez pour embrasser le Changement ? Il est encore trop tôt pour le dire et si il doit faire ce choix, la présence d'une changeante ne lui sera d'aucune utilité. Après, peut être... Bien que la religion ne changera rien à son exécrable caractère.

D'un pas boitillant et furieux, il se dirige vers le cheminée et en sort le récipient d'eau qu'il a fait chauffé. Ce n'est pas pour le confort du serpent joyaux qu'il se fait du souci, plutôt pour la réaction de l'équipage. Un reptile venimeux à bord n'est jamais le bienvenue, alors quand en plus il est couvert de matière fécale de macchabée...


- T'as tout intérêt à présenter le si grand Canto Cens comme un sujet d'expérience apprivoisé. Les marins sont superstitieux. Si sa grandeur veut bien se décrotter avant d'être présenter à son publique...

Ajoute t-il d'une voix grinçante et très lourdement satyrique. Peut être a t-il quand même de l'estime pour ce reptile puant, mais quoi qu'il en soit, celui ci ne s'est pas montré assez menaçant pour échapper aux sarcasmes du maitre des enfers médicaux. Et rien n'est fixé, n'est-ce pas pas ce qu'essayait de lui expliquer cette naïve hypocrite ?

Ses doigts cadavériques se saisisse du malheureux prisonnier trépassé et il recule dans les méandres de la si petite salle aussi tortueuse et maléfique que d'interminables catacombe. Il n'est pas prêt de se coucher, et qu'importe. Les cernes que lui apporte cette longue et épuisante veille ont modelé son visage de façon très enrichissante. Que la jeunette se rassure, le diable ne disparaitra pas aussi simplement de son existence... Elle lui a donné trop de sujets d'intérêt pour qu'il l'abandonne dans un sombre recoin de ses obscures pensées.


- Hors de ma vue maintenant, Changeante. Tu n'as plus rien d'une blessée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sulfate dans la rate, Potassium dans le sternum. [Infirmerie du Zéphyr]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Bali Balo dans son berceau...
» L'homme africain est entré dans l'histoire et dans le monde, mais pas assez
» Hyuuga Junpei ? The Cap'tain › U.C ‹
» LE CONSEIL ELECTORAL DANS L'IMPASSE OU DANS L'ESPACE ???
» Bureau de la Diaconesse Kassandra Von Wittelsbach [ouvert à toutes et tous]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Origine et le Changement :: Le Monde D'Origine :: Les Mers et les océans :: La Mer d'Izilia-
Sauter vers: