L'Origine et le Changement

Bienvenue sur l'Origine et le Changement; un forum RPG. Plongez dans ce monde médiéval fantastique aux possibilités infinies.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Première leçon

Aller en bas 
AuteurMessage
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Première leçon   Mer 30 Mar - 20:13

Le bateau tanguait. Normal. Ca sentait la mer. Normal aussi. Elle était sur le pont, avec Ryusei, Lunaë assise non loin regardait avec étonnement. Maëlys avait eu du mal à lui expliquer le principe de l'enseignement de Ryusei, mais l'enfant semblait avoir compris... Ce qui ne l'empêcha pas d'ordonner à Ryusei, poings sur les hanches en une imitation maternelle, avec toute l'autorité dont une enfant est capable:

"Tu fais pas mal à Ninaë, hein?! Sinon, j'te boude!"

Menace ultime, n'est-ce pas?Heureusement, Ghar entraina assez vite l'enfant un peu à l'écart, laissant ainsi une quiétude relative au "professeur" et son élève. Elève qui se tenait un peu gauchement face à Ryusei, vêtue de son éternel pantalon de marche rapiécé, et d'une tunique qui avait elle aussi vu des jours meilleurs. Ses cheveux étaient tressés et retenus par un morceau d'étoffe, histoire de ne pas les avoir dans les yeux. Elle avait avec elle la dague que lui avait donné Krogan, ainsi que son vieux couteau à herbe, plus grossier, et moins équilibré, mais tout aussi affuté (certaines préparations nécessitait des outils bien coupant, après tout), la dague à la ceinture (elle n'était d'ailleurs toujours pas habituée à ce poids sur sa hanche), et son couteau, de l'autre coté, comme il l'avait toujours été.

Maëlys était NERVEUSE... Ca se voyait même pour un aveugle. Elle ne cessait de mordiller sa lèvre inférieure, regrettant de ne pouvoir mordiller une de ses mèches, Et ses mains dans son dos (oui, même moi je sais, les deux mains dans le dos comme une bonne petite fille sage, c'est pas une super garde...) ne cessaient de se crisper. Sa respiration était un peu trop profonde, de celles dont on use pour ne pas céder à une certaine panique, et ses yeux avaient eu quelques difficultés à croiser ceux du samourai... Et bien sur, je ne parlais même pas de la rougeur qui colorait ses joues, alors qu'elle essayait de faire moins "petite chose pas rassurée et un peu plus "grande fille qu'à pas peur"... Tentative qui se traduisit par une grande inspiration, tandis qu'elle se redressait légèrement... tout en se machonnant d'autant plus la lèvre inférieure...

"On commence par quoi?"


Raaaaaah! Même la voix était pas stable, hésitant entre l'alto et le soprano de l'enfant qu'elle avait été... Ca allait être un désastre... Comment pourrait-il en être autrement, puisqu'elle n'avait jamais appris autre chose que les histoires où quelques démonstrations pour illustrer les dites histoires au coin du feu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Première leçon   Jeu 31 Mar - 13:25

L'enseignement sur un navire. Pas forcément la meilleure façon d'apprendre à une complète débutante comme Maëlys. Si elle avait déjà eût quelque base en terme de combat, cela n'aurait fait que renforcer ces notions d'équilibres mais il n'y avait qu'à voir la position dont elle se tenait. Le combattant sait ce tenir sur ces deux pieds avant le combat. Le positionnement est la première chose que l'on apprends. L'équilibre la deuxième. Enfin nous avions tous du commencer quelque part. Elle apprendrait comme beaucoup d'autres l'avaient fait avant elle. Mais nous ne pouvions pas juste commencer comme ça. Après avoir commencer par dégager un espace qui nous permettrait à tout les deux de nous mouvoir sans systématiquement heurter un obstacle, je me plaçais dos à une des caisses pleines de marchandises de contre-bande avant de retirer les sabres de ma ceinture et de retirer mes bottes.

- Nous commençons par nous mettre en bonne condition. Je ne peux t'enseigner d'autre façon de me battre que la mienne et tant que tu bénéficiera d'un plancher, le plus facile pour apprendre sera de le faire pieds nus.

Ma voix s'imprègne d'autorité et de calme. J'ai déjà enseigné aux plus jeunes. Je n'ai jamais entièrement formé un plus jeune que moi mais j'ai déjà eût l'occasion de leur enseigner des passes d'armes. Certains ont besoin d'être guidés, à plus forte raison lorsqu'ils se retrouvent confrontés à l'un des samouraïs de la famille, face au rival du futur Daymo du clan. C'était peut-être même pire pour Maëlys, plutôt facilement impressionnable à mon goût et j'étais pour elle le guerrier qui avait été annoncé par Krogan, celui qui avait chargé dans les rangs de mort-vivants. Je devais lui sembler être quelqu'un de puissant ou plutôt brutal. Nous verrions bien. Une fois pied nu, j'écartais légèrement les pieds, positionnant le droit légèrement en avant et le gauche plus en retrait, parralèle au premier.

- Chaque fois que je t'enseignerais le combat, je t'enseignerais aussi un peu de la philosophie qui anime cet art et son histoire. Mon style de combat est le fruit de mon propre travail après avoir reçu les enseignements de deux hommes d'une grande force et d'une grande sagesse. J'en suis donc actuellement le seul praticien. Il est conçu pour permettre à la fois la défense et l'attaque et peut être adaptable au nombre d'opposants en présence. Lorsque j'en aurais l'opportunité, je nous munirai de bokkens, des sabres en bois, afin de pouvoir pratiquer de manière plus complète, pour l'instant nous allons profiter du voyage pour que tu apprennes à te placer et te déplacer en combat. Si tu progresses rapidement, nous pourrions voir les premières frappes.

Je me tût un instant, le bruit des roulis du navire devenant le seul perceptible durant ce laps de temps. Puis, je montrais un emplacement face à côté de moi. Il serait plus simple que nous nous déplacions en parrallèle l'un avec l'autre.

- Les déplacements de ce style de combat sont reprit du Kenjutsu, l'art du sabre. Le pied gauche légèrement en retrait et talon soulevé de quelques centimètres donne l'impulsion pour permettre au pied droit d'avancer. C'est techniquement à ce moment là que l'on porte la frappe. Mais nous verrons cela plus tard. N'hésites pas à frapper le plancher du pied droit en le posant pour marquer le temps de frappe.

Je commençais par appliquer mes propres consignes, ralentissant volontairement le mouvement pour permettre à Maëlys d'analyser au mieux de ses capacités. Avec l'espace donné, j'eûs la possibilité de faire trois déplacements avant de me retourner et de faire signe à Maëlys de s'y tenter. Mes enjambées étaient plus grandes vu la différence significative de taille et d'expérience, aussi elle aurait peut-être la possibilité d'en faire plus. Si ce n'était pas le cas de toute manière, j'avais une dizaine de jours pour lui faire recommencer autant de fois que nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Première leçon   Jeu 31 Mar - 20:11

Mettre en condition?L'adolescente pencha légèrement la tête sur le coté, les sourcils légèrement froncés, avant d'imiter l'adulte et de s'asseoir sans façons en tailleur pour enlever ses vieilles bottes de marche... Et la dague au passage, puisqu'elle l'agaçait... Impossible de se baisser avec ce machin à la taille, qui arrêtait pas de se prendre dans ses vêtements! Les bottes furent rapidement et sans façon envoyées dans un coin, l'arme par dessus, et la jeune fille se releva, découvrant assez rapidement qu'elle "accrochait" mieux au bateau, et qu'elle était donc moins gênée par les vagues que lorsqu'elle portait ses bottes...

Ryusei continue à parler, attentivement écouté par Maëlys. Ca lui disait pas grand chose, mais bon.

"Bokken?"



Le mot était clairement interrogatif, mais l'étonnement ne venait pas du fait qu'elle ignore le sens de ce mot... Non, c'est juste que... elle avait déjà une dague. On lui avait a peu près appris à s'en servir, si tant est qu'en trois jours elle avait eu le temps d'acquérir grand chose... Pourquoi vouloir lui apprendre un machin qu'elle avait pas? Mais bon, d'un autre coté... Dire au type qui se casse le cul pour vous "ouais, mais tu sais, ton machin ça sert à que dalle"... C'était pas très gentil, surtout que Maëlys reconnaissait elle même ne pas s'y connaitre assez du tout pour pouvoir émettre un tel jugement...

Secouant légèrement la tête pour laisser tomber l'idée, la demoiselle rejoignit Ryusei, se plaça où il lui avait indiqué, et suivit avec attention son mouvement, tout en écoutant. Le gauche, derrière le droit... Hmm, ptet un peu plus écarté, parce que sinon, elle allait se casser la figure... Relever le talon? Et Un pas... Elle avait l'air ridicule... Et elle se sentait pas franchement stable, surtout avec le plancher qui bougeait sur ses pieds... Ramener le pied gauche, toujours un peu derrière l'autre, et recommencer. Lever le talon...

"Tu ressemble à un échassier, Ninaë! Un échassier qui à le tournis!"

C'était ptet pas faux... Mais la remarque ne fut pas vraiment appréciée de la guérisseuse, qui gratifia l'enfant d'un regard noir (faisant se réfugier la gamine derrière Ghar, sans cesser de rire pour autant) avant de pousser un sifflement d'agacement, et d'essayer de recommencer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Première leçon   Ven 1 Avr - 19:05

Je n'accordais aucune attention à Lunaë, comme aurait du le faire Maëlys. Mais elle devait se sentir ridicule. Ce qui en soit était logique. Ces déplacements n'étaient pas conçus pour que l'on s'arrête dessus. Ces déplacements étaient conçus pour porter une lame au devant de l'adversaire et donner l'impulsion au coup qui viendrait frapper en une seconde. En tout les cas, il ne fallait pas qu'elle se concentre sur Lunaë. La jeune enfant, moqueuse, ne pourrait que perturber son travail sans réaliser que tout ceci avait pour but de les protéger toutes les deux. D'autant plus que finalement, n'importe quel déplacement pouvait être tourner au ridicule. Que ce soit la démarche chaloupée des marins ou celle des cavaliers aux jambes arquées par les journées passées en selle. Le tout était de me laisser seul maître de l'environnement de Maëlys. Je fixai mon regard dans le sien, m'assurant d'avoir son entière attention. Une fois cela fait, je me remis en position en lui indiquant du doigt mes pieds nus.

- Penses à ramener ton pied gauche lorsque tu avances. Le but est d'avancer et ton adversaire peut-être un plus d'un pas de toi.

Je reproduisis une série de pas, veillant à bien décomposer chaque mouvement et en me stoppant une demie seconde de plus à chaque mouvement. Puis je me positionnais en face de Maëlys et avançait à nouveau de quelque pas pour me retrouver à un peu moins d'une longueur de bras d'elle. Seul maître de son environnement, mes yeux d'ébène dans les siens. Je commence à parler d'une voix calme tout en tapant du pied sur le plancher. Juste assez fort pour légèrement couvrir le roulis du navire et les jeux de Ghar et Lunaë. Lentement. Le rythme accompagne mes paroles, régulier, fort mais lent.


- Ne regardes que moi. Nous allons avancer et reculer avec ce mouvement. D'abords doucement et en accélérant progressivement. Lorsque je recule, avances et inversement. Lorsque j'avance, recule. Ne te concentres pas sur autre chose et laisse les bruits et les couloirs passer sans t'arrêter. Seul importe mes yeux, ma voix et le rythme de mon pied.

C'était une technique enseignée par Hachirō. A la limite entre l'hypnose et la simple autorité du professeur et élève, le tout était d'entièrement englober ses sens. Par la proximité, j'occupais son champ de vision et par la voix je dominais son ouïe. Soit les deux sens que nous autres humains utilisions le plus pour percevoir notre environnement, pour nous avertir du danger et savoir que nous en étions en sécurité. Un visage familier, une voix calme et profonde. J'espérais parvenir à utiliser cette technique. Mais je ne l'avais jamais mise en pratique avant, les jeunes à qui j'avais eût l'occasion de donner des leçons arrivaient d'ors et déjà pour la plupart à se consacrer entièrement à leur entraînement. Sans compter qu'ils ne souffraient que de peu de source de distraction et aucune d'entre elle n'était la moquerie. La punition pour de ceux qui se moquaient était suffisante en soit pour que les possibilités que cela se produise soient ridicules.

Je soulevais mon pied une nouvelle fois et frappais plus fort que précédemment, marquant un changement de rythme et donnant l'impulsion de mon pied gauche une seconde plus tard pour avancer vers elle. Le but n'était pas de lui rentrer dedans. Simplement de la surprendre un peu, de lui faire actionner ses réflexes. A partir de là, si tout ce passait bien, nous allions faire ça pendant quelques minutes. Avancer, reculer, reculer, avancer, reculer, avancer, avancer. Le tout n'était de ne jamais garder le même ordre trop longtemps et de systématiquement marquer le temps ou l'on devait bouger par une frappe de pied. Ainsi je lui donnais un rythme qui lui suffisait de suivre et en changeant le rythme, j'évitais que le mouvement ne devienne qu'une simple mécanique irréfléchie. Enfin pour cela il faudrait que j'ai réussi à la faire ce concentrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Première leçon   Dim 3 Avr - 19:12

Le rouge de la honte (et un peu de la colère) envahit les joues de Maëlys... Il était marrant, lui! Elle ne comprenait pas ce qu'elle faisait, chose qu'elle détestait; Lunaë se moquait, certes pas méchamment (l'enfant se contentait de trouver ça "drôle", et la connaissant, n'avait sans doutes même pas compris que ça pouvait être vexant), mais bon, ça ne faisait que lui rappeler à quel point elle pouvait avoir l'air cloche à manquer de se casser la figure tous les deux pas...

"Pour avancer, j'ai appris à marcher à un an..."

La phrase était plutôt marmonnée que réellement prononcée, une manifestation d'humeur que se permettait la petite guérisseuse alors même qu'elle reprenait tant bien que mal le mouvement en regardant ses pieds pour s'assurer de les placer comme il fallait... Enfin jusqu'à ce qu'un truc viennent envahir son champs de vision, la faisant sursauter. Ah, non, en fait, c'était juste le pied de Ryusei... Euh... Il était obligé d'être aussi pret, là?! Regarder que lui? Suivre la voix? Qu'est-ce que c'était que cette histoire?! Enfin, bref... Prenant une grande inspiration, Maëlys chassa comme elle pouvait les rougeurs qui avaient envahit ses joues, avant de replacer ses pieds comme prévu... Et de reculer le pied droit, quand Ryusei avance, pour pas se faire rentrer dedans. Bon, ok... Concentration, concentration... Bon, les mouvements étaient parfois un peu emmêlés, et à chaque fois que Maëlys pensait avoir attrappé le rythme, il changeait, la perturbant de nouveau... Ce qui n'empêchait pas qu'à ses yeux ça ressemblait quand même vachement à...

*Une danse... bizarroïde, mais de la danse...*

Un, on frappe le pied, deux, on ramène le gauche, derrière le droit, trois on lève le talon, quatre on lève le pied droit, Un on frappe le pied, deux on...

Deux, on perd l'équilibre... Elle se retrouva par terre, sur les fesses, avant même d'avoir compris, une bordée d'injures franchissant ses lèvres... Des mots qui sonnaient très vilainement dans la bouche d'une demoiselle bien élevée, d'ailleurs... Mais bon, les demoiselles bien élevées ne se promènent pas dans un bateau pas très net comme passagers clandestins, et ne sont pas laissées "seules" avec un homme, quel qu'il soit, alors...

"J'en ai marre! J'arrive pas à comprendre ce foutu truc!"

Oui, c'est un cri du coeur... Mais bon, si Ryusei s'attendait à ce que Maëlys soit particulièrement patiente... L'adolescente à besoin, toujours, de comprendre le but de ce qu'elle fait. Les souterrains, elle comprenait pourquoi elle devait le faire. Les combats aussi. Se battre également... Mais cette marche incompréhensible, là... Elle voyait pas à quoi ça menait... A part à avoir l'air maligne, les fesses par terre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Première leçon   Lun 4 Avr - 14:46

De la colère. Bien. C'était toujours une énergie supplémentaire dont je pourrais me servir. Cependant je ne devais pas laisser cette colère détruire les efforts de Maëlys. Car quoi qu'elle en dise, ce n'était pas si mal pour un second essais. Elle avait même presque réussi à mettre une sorte de fluidité calculée dans son mouvement. Mais avec les mouvements du bateau et son inexpérience totale, je ne pouvais pas lui en demander beaucoup plus. Je n'élevais pas la voix mais lorsque je m'adressais à elle mais je m'exprimais d'un ton ferme et qui devrait rappeler à Maëlys que la colère n'avait aucune place lorsqu'il s'agissait d'éduquer ou d'enseigner à un enfant.

- L'enseignement du combat prends du temps. Si tu n'es pas prête à assumer les erreurs qui permettent l'apprentissage alors peut-être ne devrais-tu pas apprendre du tout.

J'évitais de montrer des signes particuliers de sévérité sinon mon intonation. Le but n'était pas de la faire se replier sur elle-même mais de simplement canaliser à bonne escient son énergie.

- Vois ces mouvements comme tu le souhaites mais une fois que tu les maîtriseras parfaitement alors ils te permettront de te déplacer autour de ton assaillant de façon libre et rapide. Tu pourrais même éventuellement éviter l'affrontement direct. J'aurais pût commencer ton entraînement en t'enseignant des passes mais tu as besoin d'entraînement même avant cela. Le cour de tes paumes doit être résistants et chacun de tes doigts puissants. Avant cela je ne pourrais pas t'enseigner beaucoup sinon à éviter ton adversaire, un peu de patience et la force morale de te battre pour toi et elle.

Je n'avais pas besoin d'expliquer qui était ce elle. Je ne serais pas forcément avec elle pendant encore très longtemps, elle ne pourrai pas toujours compter sur une âme honorable ou une bête empathique aux fillette pour être protégée. Et avec tout ce qu'elle avait fait pour moi et même pour Alkor et Ézéchiel durant la bataille, je devais m'assurer qu'elle pourrait s'occuper d'elle-même si les kamis avaient d'autres dessins pour moi. Je pouvais cependant espérer que je retrouverais ma contrée natale et que je parviendrais à y faire revivre mon ancien clan et alors si tel était mon destin, je pourrai prendre le temps d'enseigner à Maëlys. Mais nul ne connaît l'avenir sinon les Kamis et leur créateur, il me faudrait donc faire sans. Je tend la main à Maëlys pour venir l'aider à se relever.

- Alors es-tu prête à reprendre ou est-ce que tu va continuer à te plaindre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Première leçon   Lun 4 Avr - 18:16

La, c'est plus une rougeur qui envahit les joues de Maëlys c'est carrément un fanal! Un brasier! un feu ou se mélangent la honte, la colère, un brin d'orgueil et de fierté. Et de mauvaise fois aussi. Cette mauvaise foi qui lui souffle que flute, elle y comprend rien s'il expliquait un peu plus, elle verrait où elle va, qu'elle est déjà en train d'enfreindre l'une des plus vieilles règles dictées par sa mère, et qu'elle se sent déjà assez mal comme ça...

Cependant, les explications demandées arrivèrent, et avec elles, une partie de la colère de Maëlys disparu, laissant son visage boudeur, certes, une expression qu'elle n'avait plus arboré depuis plusieurs années, mais moins rageur que précédemment. Et la contrition commençait à se lire sur son visage... Enfin, fallait la regarder en face, vu qu'elle avait baissé les yeux pour ne pas croiser le regard du guerrier, et cacher un peu ses joues écarlates.

Il avait raison, en plus. C'était pour Lunaë que Ryusei avait proposé de lui apprendre à se battre. Maintenant qu'elle était réveillée, elle risquait d'être à nouveau convoitée par les pierres. Et il était hors de question de laisser sa soeur être utilisée ainsi à nouveau. Lunaë allait devoir apprendre à se contrôler, mais ça ne suffirait pas... Elle devait aussi prendre sur elle...

Lorsqu'une main entra dans son champs de vision, Maëlys la prit sans toutefois regarder Ryusei dans les yeux, lâchant un "désolé" du bout des lèvres. Pas qu'elle le pensait pas, mais... La honte lui venait vite. Et elle était plus tenace que la colère. Reprendre sa concentration risquait de ne pas être aisé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Première leçon   Jeu 7 Avr - 12:54

De la colère à la honte, Maëlys passait rapidement d'un sentiment à un autre. Mais ce n'était pas étonnant, la prime jeunesse était souvent partagée entre la fronde et le respect pour les aînés. Cela ne simplifiait en rien la tâche des enseignants mais je n'était pas un adulte depuis si longtemps que j'eûs oublié ce que c'était de ne pas comprendre les desseins de mes maîtres. Même encore récemment, lorsque j'avais appris les arts buggïns, j'étais alors rongé par une colère et une impatience bien plus brûlante que celle de l'adolescence et j'avais fait passer des moments difficile à cet ami aujourd'hui mort. Si la concentration de Maëlys semblait devoir être difficile à retrouver, je ne m'en souciais pas particulièrement. Cela lui passerai. Pour l'heure, concentrée ou non, je lui fit pratiquer ces mouvements déjà vu pendant près de deux heures. L'aidant à replacer ces pieds lorsque mal disposés, reproduisant des exemples à loisirs. Lorsque nous arrivâmes au termes de cet entraînement, je me trouvais moi-même essoufflé. Après tout deux heures d'efforts n'épargnaient personne, pas même un homme entraîné comme moi. Mais j'étais probablement bien moins fourbut que Maëlys. Récupérant les provisions mise à notre disposition pour le voyage, j'offris à boire à Maëlys qui l'avait mérité avant d'aller m'assoir à quelque mètres de là.

- Bois, manges et reposes-toi. Demain nous en viendrons à une situation un peu plus réelle mais pour l'instant, tu en as fait assez.

Une simple phrase avant de croiser les jambes et de laisser mes bras posés dessus tandis que mes yeux se fermaient peu à peu. La méditation. J'aimerais pouvoir lui apprendre mais je crains que son esprit ne soit encore trop jeune, trop terre à terre, trop accroché à la peur et à Lunaë. Peut-être bientôt. Alors tu pourra toi aussi ressentir le vrai repos du corps et de l'esprit que nous fournira jamais un véritable sommeil. Le lendemain, j'ouvris les yeux. J'étais bien sûr aller dormir. Le repos de la méditation ne remplace pas les besoins du corps. La lumière du soleil venait de quelques petits hublots dont l'un avait eût sa vitre brisée depuis longtemps. On pouvait voir la lumière orange du soleil qui se levait de l'autre côté de la mer. Me plaçant à proximité, j'inspirais profondément l'air salé venant de la mer. Pour un peu, cela me rappellerait presque lorsqu'un vent venu du nord soufflait sur le Ming-Chè. L'odeur du sel et des algues remontait alors légèrement le long du fleuve, comme le parfum d'un pays inconnu. Aujourd'hui la mer était destinée à être ma maison et mon champ de bataille. J'allais ensuite boire une gorgée d'eau claire et allait réveiller Maëlys.

- Le jour est levé. Bois un peu et nous commencerons. Manger ne fera que te faire sentir mal pour l'instant.

Je me rendis ensuite à la petite zone dégagée que nous avions amenagée la veille et me plaçais au centre approximatif, pieds nus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Première leçon   Sam 9 Avr - 17:32

Elle en pouvait plus... Quand Ryusei avait annoncé la fin de l'entrainement, elle s'était laissé choir de manière totalement disgracieuse sur le bois, et elle avait mis quelques minutes avant de trouver le courage de se relever pour boire et manger un morceaux. Voir sa soeur aussi fatigue (et irritable, même si Maëlys faisait de son mieux pour ne pas crier sur la petite empathe)avait valu à Ryusei un regard noir assorti d'une bouderie (dont Ryusei ne s'était probablement même pas rendu compte) en règle, bouderie qui ne fit qu'empirer quand Lunaë se rendit compte que Maëlys s'était endormie avant de lui raconter l'histoire qu'elle lui avait demandé... Bon, vu les talents de conteuses de Maëlys, c'était ptet pas une grande perte, mais bon...

Le lendemain, lorsque Ryusei la secoua, Maëlys eut du mal à émerger, repoussant d'abord vaguement le samourai, avant de se rappeler qu'on était pas en plein milieu de la nuit sur une caravane, mais sur un bateau, et...

"C'est déjà le matin?"

La phrase fut à moitié mangée par le baillement, et le juron que prononça Maëlys en se rendant compte que des muscles dont elle ignorait encore l'existence la veille se rappelaient à son bon souvenir...

Se défaisant de Lunaë (il fallut la chatouiller légèrement pour que l'enfant endormie consente à lacher le T-shirt de sa soeur), Maëlys se leva, et alla boire en s'étirant, avant de rejoindre Ryusei.

"On refait comme hier c'est ça?"


En parlant elle ne put s'empêcher de grimacer en songeant aux courbatures qu'elle avait déjà...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Première leçon   Lun 11 Avr - 16:07

La répétition de notre entraînement de la veille aurait été une bonne idée. Si j'avais eût de longs mois pour former Maëlys aux subtilités et à la véritable maîtrise du Kenjutsu du Loup, alors nous aurions passer plusieurs jours uniquement à répéter ces mouvements jusqu'à ce que les mouvements de Maëlys soient si rapides et sûrs qu'ils ressemblent d'avantages à une course et des sauts qu'à des pas glissants. Mais c'était ainsi pour tout les débutants ou à chaque fois que l'on décomposait le mouvement. Mais en combat réel, les pieds conservaient les mêmes appuis mais pendant si peu de temps qu'il était difficile de parler de pas réel. Ceci étant dit, il s'agissait de pas de Kendo et pour l'instant, sans bokken ni véritable arme, je ne pouvais pas lui enseigner le Kenjutsu Okurayami mais plutôt l'art martial du loup. Je n'avais pas de longs mois. Je n'avais que dix jours. Non, plus que neuf. Il me fallait donc lui faire voir le maximum d'éléments possibles tant que c'était possible et les retravailler chaque fois que nous en aurions l'occasion.

-Nous allons commencer par nous échauffer. Suis mon rythme et nous allons refaire une ou deux séries de déplacements.

J'invitais Maëlys à ce placer à côter de moi et entamais les mouvements, marquant le rythme par les coups sur le plancher avec la paume de mon pied droit. Avant, arrière, arrière, avant. Juste quelques minutes afin de faire monter quelques couleurs sur le visage de Maëlys et qu'elle commence à devoir respirer un peu plus fort mais sans l'essoufler. Ce n'était qu'un échauffement et cela remettrait en mémoire les mouvements qui sont oubliés si facilement au début de l'apprentissage. Une fois le résultat escompté obtenu, j'indiquai un emplacement face à moi afin que la jeune fille presque femme s'y place.

- Le fait est que je n'ai pas le temps de t'enseigner suffisament en profondeur pour être certains que tu puisses affronter un véritable adversaire au terme de ce voyage. C'est d'autant plus évident vu les conditions dans lesquelles je dois t'enseigner. Je ne peux pas non plus te laisser avec uniquement des déplacements. Même maîtrisés à la perfection, ils ne t'apporteront jamais la victoire ou même la vie sauve si ils ne sont pas couplés avec des contres-attaques. Je marquais une courte pause, afin de laisser le temps à Maëlys d'assimiler ce que je venais de dire, puis poursuivi. Cet entraînement va consister à un apprentissage intuitif. Je vais porter des attaques en douceur contre toi et tu tentera de repousser cette attaque, voir de contre-attaquer. Au terme de cette passe, je t'indiquerai si besoin ce que tu aurais pût faire en mieux.

Malheureusement, la jeune fille manquerait encore de force physique pour que je puisse réellement dire si ça façon d'agir était bonne ou pas mais au moins cela lui donnera les bases d'un échange de coup. Contre un véritable guerrier ce serait une résistance futile mais peut-être qu'au terme de ce voyage je lui donnerai les éléments suffisant pour qu'elle ait la force de défendre sa sœur.

- Des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Première leçon   Mar 12 Avr - 20:35

Bon, on commençait par un truc qu'elle avait compris. Cool. Pas "facile", encore que, quand il n'y avait à ce concentrer que là dessus, ça venait sans difficultées, et mis à part une fois où deux où elle s'était laissée surprendre par les changements de rythmes, elle réussissait à suivre. Cool. En plus (et c'était, elle le savait, le but d'un échauffement), ses courbatures se ressentaient un peu moins maintenant que ses muscles étaient chauds, et ne la faisaient plus grimacer tous les deux pas...

Par contre, elle craignait que la suite ne soit pas aussi simple...Les mains à nouveau dans le dos, elle écoutait l'explication de Ryusei. Ca c'est sur que si dix jours suffisaient pour apprendre à se battre, toutes les écoles de chevaliers, les "donjons" de Hubei et le reste, ça aurait pas besoin d'être... Quand aux déplacements... Elle était assez réaliste pour comprendre que ça lui permettrait peut-être elle d'esquiver, mais certainement pas de défendre Lunaë... Ah, non, même pas? Bon, d'accord... Mais de toutes façons, elle avait bien compris qu'il allait falloir qu'elle apprenne à taper...

*Heureusement que Maman et grand mère ne sont plus là...*


Les deux femmes auraient été furieuse contre l'adolescente. Maëlys était contente d'avoir les mains dans le dos, comme ça Ryusei ne la voyait pas serrer ses mains l'une dans l'autre à s'en couper la circulation. Une profonde inspiration, comme si elle s'apprêtait à plonger dans une eau glacée, puis l'adolescente acquiesça. Après tout, sa mère était morte, et elle seule juge désormais de ce qu'elle devait faire pour protéger sa soeur et elle même. Même s'il était dur de s'en convaincre...

Uh? Elle allait devoir essayer toute seule? Euh... ouais... La façon dont le regardait Maëlys, un peu comme si Ryusei venait de devenir bleu, un peu effrayé disait bien ce qu'elle en pensait. Elle avait peur de se faire mal, de faire mal à Ryusei (oui, d'accord, il y avait peu de risque, mais elle avait peur quand même! Depuis quand c'est rationnel la crainte?!)

"t'faisattentionhein? peurdefairemal..."


Oui, elle avait oublié d'articuler, mais bon... Respirant profondément, elle plaça ses pieds comme le lui avait montré Ryusei, montant un poing un peu sous son visage, et l'autre devant son coeur... Ce qu'il lui semblait le plus important à protéger, quoi... Des poings très serrés, plus pour les empêcher de trembler que pour autre chose, d'ailleurs, mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet:    Jeu 14 Avr - 20:30

Pas de question. Très bien. Alors on allait entamer les choses sérieuses. Je remarquais que Maëlys prenait une position instinctive, probablement par rapport à quelque chose qu'elle avait déjà vu et qui formait une garde approximative. Une garde qui ressemblait beaucoup au style du garde personnel de Vylris Pjeyhs. On appellait ça la boxeu je crois. Ou quelque chose comme ça. C'était un style assez particulier et j'avouais que j'aurais aimé avoir l'opportunité de me confronté amicalement à un pratiquant de ce sport de combat afin de pouvoir l'étudier un peu. Malheureusement, je ne pensais pas que Maëlys ait une idée réelle de ce en quoi consistait cette façon de combattre. Au mieux, elle ne ferait que reproduire de façon inexacte des choses déjà vues. Cela ne les rendraient pas nécessairement mauvaises mais il était peu probable que ce soit l'inverse.

Je pris une profonde inspiration et me mis en garde à mon tour. C'était une garde mi-offensive, mi-défensive, adaptée à une situation où je me devais d'attaquer mais aussi d'anticiper des contre-attaques. Mon talon gauche était légèrement soulevé pour me permettre de donner une impulsion, ma main gauche se plaçait à hauteur de l'épaule droite tandis que la main droite se tendait en direction de Maëlys. Les doigts étaient légèrement relâchés, les tendre à l'excès avant de frapper n'avait pas d'intérêt, au mieux cela pourrait créer une crampe. Je laissais passer quelques secondes avant d'entamer véritablement notre entraînement. J'envoyais ma main droite en direction de la garde de Maëlys afin de la contraindre à repousser l'attaque avec ses défenses établies, tandis que ma main gauche venait viser au-dessus du bassin dans la partie molle sous les côtes. Mes attaques était d'une vitesse qui aurait été ridicule dans un véritable combat mais là le but était de laisser le temps à Maëlys d'analyser et d'agir le mieux possible en conséquence. La force que je m'étais dans ces coups était également risible. Si la jeune herboriste y mettais du sien, elle serait à peine bousculer par les coups, en admettant qu'ils passent sa garde.

Il est temps d'apprendre à te battre Maëlys.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Première leçon   Dim 17 Avr - 8:36

Maëlys n'était pas une combattante. Normal, si elle l'avait été, elle n'aurait pas eu besoin d'apprendre à se battre. Mais elle connaissait son anatomie (même si elle n'avait appris qu'au travers des livres et des leçons de sa mère), et elle avait suffisemment de logique pour comprendre le principe de la garde de Ryusei. La main droite pour attaquer, tandis que la main gauche (ou plutot le bras) pouvait rapidement parer toute attaque visant les poings vitaux... Il n'était pas difficile de voir qu'elle analysait ce qu'elle voyait, essayant de comprendre la logique, et les éventuelles failles... le premier, ça pouvait aller, trouver ne serait-ce que l'une des secondes, c'était pas gagné...

Quand Ryusei bougea, Maëlys réagit relativement vite. Sa main droite vint repousser le poignet de Ryusei, à la manière d'un mouvement réflexe... Un peu comme ceux d'un chat à qui vous présentez une balle, mais sans les griffes... Le but était d'éloigner Ryusei. Dans le même temps, Maëlys recula d'un pas vif, puis fit un pas sur le coté. Sans quitter Ryusei des yeux. Son but premier était d'esquiver, pas d'attaquer, surtout qu'elle ne voyait pas grand chose de susceptible de marcher... A part le grand coup de pied dans la fierté masculine (un coup qui lui avait été enseigné sur sa première caravane par l'intendante, et qu'on lui avait conseillé d'utiliser avec un appel à l'aide pour attirer les autres membres de la caravane... Bien sur, c'était si un membre de la caravane se montrait "insistant" avec la petite demoiselle... Pas pour un véritable combat...), et encore... Donc, vu qu'elle ne savait pas trop quoi faire, ben... L'esquive c'était bien...

(10 lignes justes... Je vois pas trop que faire de plus ^^" Ou plutôt, moi j'ai des idées, mais pour que Maë les aie...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Première leçon   Dim 17 Avr - 20:41

Une esquive pourquoi pas. J'avais ouvert de façon très large ma garde par cette double attaque. Maëlys aurait pût en profiter pour s'y infiltrer, frapper en plein torse, me forcer à reculer avant de se remettre en garde. Mais elle ne l'avait pas fait, elle avait tout à apprendre. C'était une erreur et on n'apprends malheureusement pas d'une erreur sans conséquence. Même les animaux apprennaient ainsi. En cas de réussite ils étaient félicités en cas d'échec, punis. Leurs instincts faisait alors l'association entre l'échec à une action spécifique et la conséquence déplaisante et plus généralement douloureuse qui s'en suivait. C'était une technique basique d'apprentissage à laquelle obéissait tout les êtres vivants et qui fonctionnait toujours si correctement appliquée. Je ne pouvais pas dire que mon propre vécu de cette technique fût le plus réussi qui soit mais je n'avais pas besoin de reproduire les erreurs du passé. Les erreurs de Jôta. Je prit l'impulsion sur mon pied gauche, puis me servant du droit pour imprimer une direction, je fis un pas vers l'avant, juste un peu sur le côté pour suivre Maëlys. Dans le même temps, je ramène ma main gauche dans sa position de garde initiale. C'est une seconde plus tard, lorsque mon mouvement s'achève que j'élance ma main droite sous mon coude et élance ma main, doigts en avant, vers l'abdomen de Maëlys.

Elle avait encore moins d'espace pour esquiver à présent et j'avais juste légèrement acceléré le mouvement afin de lui faire sentir la conséquence de l'échec si elle commettait encore une erreur. Dans le combat, il n'y avait pas de deuxième chance. L'erreur voulait dire la mort au mieux. Le déshonneur le plus total au pire. Je doutais encore une fois que la jeune fille partage mon point de vue sur les issues possibles d'un combat, préférant probablement survivre dans le déshonneur que de mourir. Mais son éducation était différente de la mienne, comment l'en blâmer ? Peut-être pourrais-je lui inculquer un peu de fierté au travers des coups que nous échangerions ? Un peu de hargne et de volonté de faire plus de sa vie que de survivre à ses opposants ? C'était ce que je pouvais espérer de mieux pour elle. C'est pourquoi, si mes doigts venaient à atteindre son abdomen, elle sentirait cette douleur vive qui la rappellerait à la réalité, entraînement ou non. Mais que je touche ou non, mes pieds étaient déjà en position. Talon gauche légèrement soulevé, mon poids répartit équitablement sur chaque pied. Près à bondir là où il faudrait pour agir comme il le faudrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Première leçon   Lun 18 Avr - 19:00

Bon, première passe, elle avait pas été touchée, alors ça devait être bon, non? Impossible de le voir sur le visage de Ryusei, qui reprenait déjà sa garde. Ce qui incita Maëlys à ne pas baisser la sienne. Euh. Il ré attaquait, là. Et beaucoup plus vite, en plus!Encore une fois, Maëlys s'écarta d'un pas sur la gauche. Ca suffirait pas, elle savait qu'elle irait pas assez vite. Donc la demoiselle attrappa la main... Et s'en servit comme appui pour lancer sa jambe juste sous le genou de Ryusei. Parce que ça lui semblait plus facile à atteindre. Bon, fermer les yeux pour lancer le pied, c'était pas une très bonne idée... Parce qu'à deux millimètres plus à droite, et son pied aurait raté le genoux et serait remonté plus haut dans une cible que Maëlys préférait éviter... Bien pour ça d'ailleurs qu'elle avait préféré viser la jambe...

Sitôt qu'elle senti un obstacle, Maëlys rouvrit les yeux (elle n'avait pas du les fermer plus de quelques dizième de seconde, le temps pour son pied de partir) et lacha le bras de Ryusei pour essayer de le contourner. Si elle réussissait à passer dans son dos, elle pourrait le pousser, et espérait ainsi le faire tomber... Ben quoi, on peut essayer! Pis si vous avez une meilleure idée... Elle était preneuse! Parce qu'elle voyait pas vraiment le but de l'exercice, là... Et ça la rendait mal. Elle avait beau avoir compris qu'il lui faudrait apprendre à se battre, c'était loin d'être son fonctionnement. Et ça lui plaisait pas du tout... Ptet que c'est pour ça qu'elle se cassa magistralement la figure toute seule comme une grande... Un pas loupé, dans la précipitation, et ce que j'appellerai une gamelle magistrale qui la sonna légèrement, et lui fit monter les larmes aux yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Première leçon   Lun 18 Avr - 20:31

Une nouvelle esquive, inutile... Et soudain, je sens sa poigne sur ma main. J'aurais pût tordre son poignet et me retrouver dans son dos en deux pas mais c'était bien une contre-attaque. Alors je n'interompts pas mon mouvement. Je suis ses directives pour ainsi dire. Mais je n'aurais pas dû m'attendre à trop et c'est son pied qui vient frapper contre mon tibia. Je ne pouvais pas dire que je ne l'avais pas sentit, c'était quelque chose de douloureux mais comment le comparer aux blessures ouvertes que m'avait ingligé le Loup de l'Ombre ? Après avoir constaté l'attaque, je relevais le regard, juste à temps pour la voir rouvrir les yeux. Elle n'avait pas vraiment fermer les yeux pendant qu'elle m'attaquait... Si ? Mais alors que je m'apprêtais à l'envoyer à terre pour pouvoir reprendre depuis le début, je remarque qu'elle entame un nouveau mouvement. Peut-être cette fois-ci ? Mais finalement, un mouvement trop rapide, elle tombe d'une façon pour le moins ridicule sur le sol. Je souris involontairement. Ce n'était pas par moquerie mais plutôt parce que c'était le genre de chose qui pouvait réellement arriver en voulant reproduire un pas trop rapidement et qui m'étais déjà arrivé ainsi qu'à de nombreux jeunes en phase de devenir des samouraïs.

Effaçant mon sourire, je me retournais vers Maëlys, n'ayant aucune peine à voir l'humidité de son regard. Encore des plaintes ? Pour une jeune fille qui avait vécu tant de chose, elle me paraissait très... Geignarde. Il est vrai qu'elle avait affronté presque stoïquement la situation de Fentaeris mais était-elle encore au stade où elle commençait à pleurer lorsqu'elle s'egratignait en tombant ? Autant enseigner à Lunaë. Mais le vrai problème était que je n'avais pas assez de temps. Si je l'avais eût, nous aurions pût entraîner son corps par des méthodes plus douces. Là, seule la pratique pouvait lui inculquer quoi que ce soit de durable.

- Relèves toi Anima-chan, on recommence. Cette fois-ci, je te laisse passer à l'offensive.

Je n'entamais pas vraiment d'explication, attendant debout, les bras le long du corps. Je sentais que malgré tout, Maëlys n'allait pas vouloir poursuivre immédiatement. Peut-être pour se plaindre sur un élément X ou Y de sa situation ou de l'entraînement. Je la laisserai faire. Rien ne sert de vouloir stopper le torrent mais on peut toujours en détourner le courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Première leçon   Mer 20 Avr - 18:02

Elle était vraiment bien tombée, là... Massant doucement son poignet (elle se l'était légèrement tordu en tombant dessus) Maëlys regarda tour à tour le sol, et Ryusei... Histoire de comprendre comment elle avait réussit ce coup là... Ryusei lui parla, et elle le regarda d'un air complètement perdue (et si Ryusei avait été aveugle au point de ne pas comprendre, le "hein?" assez explicite qu'elle lui envoya) avant de se rappeler que c'était son nom de famille... Autant elle répondait sans soucis au prénom de Maëlys, autant son nom de famille... Disons qu'elle avait pas franchement l'habitude qu'on l'appelle comme ça...

La demoiselle se releva, secouant la tête, et s'essuyant les yeux. Et respira profondément. Non, elle allait pas pleurer... Elle était grande, elle allait pas pleurnicher! Et encore moins devant Lunaë qui commençait à émerger (ou en tout cas, à remuer). Une grande inspiration, elle serra les poings, et les relacha. Elle replaça ses pieds comme le lui avait montré Ryusei... Et hésita sur la position de ses mains... Elle avait encore moins d'idées pour attaquer que pour contre attaquer...Finalement, elle laissa tomber, et préféra poser la question à Ryusei.

"Tu peux me débriefer sur le premier tour, avant, s'il te plait?"


Ca lui donnerai ptet des idées... Ou tout du moins un aperçu de ce qu'il y avait à faire ou non... Et (accessoirement) ça lui donnerait un peu plus de temps... Ben quoi, on cherche où on peut...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Première leçon   Jeu 21 Avr - 17:03

Je suis légèrement surpris, c'est vrai. Elle se montrait moins prévisible que je ne l'avais crû et peut-être avec la volonté de moins cacher son véritable caractère. A mon sens, personne ne pouvait réellement vivre dans la timide, être introvertie ainsi. Ce n'était qu'un masque, une protection pour ceux qui avaient peur d'affronter ce qui les entourait. Cela pouvait être valable un temps mais cela n'aidait en rien pour vivre une saine et honorable vie. Tout cela, j'étais là pour lui enseigné. Sinon, pourquoi les kamis l'auraient-il mise sur mon chemin ?

- Le problème de tes mouvements étaient qu'ils étaient faibles et exécutés avec fébrilité, ce qui à ta amené à l'erreur. Peut-être un peu brutal sur cette première phrase. Mais ils n'étaient pas mauvais dans l'idée que tu devais en avoir. Si ce n'est ton attaque qui était mal choisie, dans un combat réel, passer derrière ton adversaire est toujours un excellent élément. Seulement ne va pas chercher à te retrouver systématiquement derrière lui. Dans la manœuvre, tu ouvres ton flanc et un combattant aguerrit saura saisir l'occasion pour frapper.

Je devais apprendre à faire preuve de patience avec elle. Nos éducations, nos horizons étaient entièrement différents. Je ne pouvais pas lui demander de répondre de la façon attendue comme l'aurait fait un adolescent de son âge dans mon clan. Tous n'étaient pas honorables et certains ne l'auraient jamais été si il leur avait été donné de vivre mais tous avaient la volonté nécessaire de devenir de véritables samouraïs. De suivre le Bushido tracé par leurs ancêtres des siècles auparavant. Pour Maëlys il s'agissait de la volonté de protéger sa sœur. Je ne formais pas une samouraï mais c'était tous ce que j'aurais sût former alors nous en étions là. Je prends une profonde inspiration. Peut-être pourrions nous prendre un peu de temps pour combler les écarts culturels et permettre un enseignement général plus aisé ?

- Au début, tu avais l'air de ne pas comprendre quand je t'ai appelé Anima-chan. Je l'ai fait un peu instinctivement. A Hù-Béï, au quotidien on s'adresse aux personnes qui nous entourent par le nom de famille suivit d'un suffixe comme chan, qui désigne les jeunes filles. Seuls les membres de la famille et les amis les plus proches sont appelés par le prénom.

Chan désignait également les très jeunes enfants mais Maëlys n'avait pas non plus besoin d'avoir l'impression que cela la dévalorisait alors je me garderais cette explication pour plus tard dans notre voyage. Peut-être quand elle aurait construit un peu de confiance en elle-même ? Nous verrions bien. Tout vient à point à qui sait attendre. Finalement, nous en revenions à la patience. Elle avait également besoin de patience, de ne pas être brusquée.

- Nous reprenons. Fais tes mouvements avec lenteur, je réagirais en conséquence. Accélères lorsque tu te sentira prête à le faire.

Je me mets en garde. Mes pieds s'orientent vers la droite, mon pied gauche en avant. Ma main gauche vient se placer sous mon visage, prête à défendre le visage et le torse, la main droite vient protéger l'abdomen. Voyons ce que tu arrivera à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Première leçon   Dim 24 Avr - 19:53

(J'aimerai bien savoir où tas vu que la demoiselle voulait vivre une "vie honorable"? XD)

Ouf... Il y allait pas avec le dos de la cuillère, le samourai. Fin, en même temps... Elle n'osait pas taper particulièrement fort (bien pour ça qu'elle avait fermé les yeux en lançant la jambe, histoire de s'obliger à ne pas pouvoir s'arreter avant de toucher) et visiblement elle avait voulu aller trop vite... Et qu'attaquer systématiquement par derrière n'était une bonne idée qu'à condition de se protéger correctement... La demoiselle soupira légèrement en se grattant l'arrière de la tête, réfléchissant à une meilleure idée...Et n'en trouvant pas... Un léger hochement de tête à l'explication sur le prénom, qui avait presque "glissé sur elle comme l'eau sur feuille songe" comme aurait dit sa grand mère.

Lunaë s'était réveillée, et ghar l'avait aussitôt entrainé plus loin, comme pour l'empêcher de distraire la leçon. Maëlys leur tournant le dos, elle ne s'en était pas rendu compte.Elle étudiait la garde choisie par Ryusei... Elle ne l'imita pas, réfléchissant d'abord à voix haute.

"Tu fais pas comme la dernière fois... Parce que tu défends, c'est ça? La dernière fois tu défendais le haut, et tu attaquais avec l'autre main... Sauf que là... tu défends partout... sauf ton dos bien sur, mais tu as dit que c'était pas toujours une bonne idée... Donc..."


C'était presque plus facile de réfléchir à voix haute... La demoiselle se remit dans sa garde incertaine, avant d'essayer de mettre un coup de poing dans le ventre. Plus pour vérifier sa théorie que pour taper vraiment, et son mouvement est assez maladroit... Peu rapide, aussi... Et sa main gauche n'a pas bougé... elle bouge un peu de l'endroit ou Maë l'avait placé, mais sans plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Première leçon   Lun 25 Avr - 13:40

Elle analyse la situation à voix haute. Je ne dis rien, voyons ce qu'elle en apprend. Puis un coup de poing en direction du ventre. La main droite vient s'interposer, et se saisir de ce poing serré en douceur, ouvrant la garde à hauteur des abdomens mais d'avantage de mon côté gauche. Évidemment, même sur mon côté droit, où le point gauche de Maëlys pourrait frapper, la garde est moins bonne mais elle est toujours suffisante. Un instant passe. L'apprentissage se faisait pas à pas. Sans relâcher la position, j'explique doucement.

- Dans la plupart des combats à mains nues, tes adversaires vont d'avantage lutter que donner des coups de poings car ils manquent beaucoup de technique. Que ton poing soit saisit dans une attaque n'a rien de surprenant. Si cela te permet d'ouvrir la garde de ton adversaire, cela te piège également. C'est pour cela qu'il vaudrait mieux procèder à deux attaques enchaînées pour éviter cela. Mais peu importe. Dans le cas présent, je vois deux choix pour toi. Tu peux soit essayer de frapper quelque part maintenant que tu as ouvert ma garde, soit tenter de te défaire de mon emprise.

Je resserais mais main sur celle de Maëlys avec juste assez de force pour l'empêche de la retirer si facilement. Bien sûr elle pouvait me surprendre et parvenir à la retirer simplement en tirant mais le but était qu'elle essaye une diversion ou une attaque qui m'empêche ou plutôt m'empêcherait en combat réel, de maintenir mon emprise sur elle. Nous n'étions pas dans la réalité mais c'était ceux à quoi je la préparais après tout. Après ces excercices, nous aurions posés les premières bases du combat dans l'esprit et les muscles de Maëlys. Le travail de sa coordination, de sa force et de son agilité serait les prochaines étapes. La cale de se bateau était loin d'offrir le cadre idéal au renforcement musculaire, il constituait cependant un espace clos dans lequel la jeune fille pouvait prendre ses marques. Comme le ferait un jeune de mon clan en apprennant dans le Dojo. Et même si elle n'avait rien d'un jeune garçon du Clan du Loup, elle était mon apprentie, au moins pour ces quelques temps. Ainsi, les repères éducatifs que je pouvais lui donner, je devais les lui accorder, ce ne serait que facilité son assimilation de techniques ancêstrales qui ne m'avait moi même été enseignée que partiellement. Je maîtrisais certes le sabre et avait longtemps été parmi les meilleurs de mon clan mais mes arts martiaux étaient bien moins puissants que ceux de véritables Buggïns.

Ce n'était cependant ni le lieu ni le moment pour de telle réflexion. Recentrant mon attention sur Maëlys, je me préparais à éventuellement recevoir un coup. Qui sait quand la jeune démérienne se sentirait prête à accélérer ses mouvements et à leur donner la force requise pour un véritable combat ? Avec sa confiance encore hésitante je ne pouvais me permettre de relâcher mon attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maëlys et Lunaë Anima
Chaperon Rouge
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2607
Race : Louve garou se faisant passer pour une humaine
Classe : Guérisseuse/Herboriste
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Première leçon   Mar 26 Avr - 20:14

Maëlys s'attendait à être repoussée, pas "prisonnière". Heureusement, Ryusei explique en même temps, ce qui aide à comprendre... ou pas... Manquer de techniques? Si en face, ça manquait de technique, qu'est-ce qu'elle devrait dire! Bon, elle était coincée, mais, si elle avait bien pigé, lui aussi. Il était obligé d'utiliser une main pour la bloquer, et donc était moins protégé... Bon, c'est clair aussi que, comme l'expliquait Ryusei, il valait mieux agir plus vite, parce que sinon, il avait largement le temps de réagir...La miss regarda brièvement sa main gauche, avant de revenir sur le samourai. Deux possibilités, hein? Profiter de son "avantage", et taper à nouveau, ou se remettre en sécurité... Sauf qu'il tenait assez fort pour que la demoiselle comprenne que la première possibilité lui était préférable...

Elle avait toujours sa main gauche de libre... Mais celle de Ryusei protège mieux ici que de l'autre coté, et elle n'ose pas tenter de frapper en diagonale... L'image d'un chassé croisé lui survient brièvement en tête, et disparait avant même que Maëlys n'aie formée la pensée allant avec l'image. Il y a un coup qui permettrait de frapper ET de se dégager... du moins en théorie... La demoiselle tire légèrement sur sa main droite, emprisonnée par Ryusei, mais pas assez fort pour se libérer. Juste pour s'assurer que ryusei la bloque bien, en fait. Et son pied droit monte vers un organe cher aux hommes. Pas assez vite pour que le "coup" soit douloureux, mais assez pour que l'idée soit comprise. Un coup avec le dessus du pied dans un certain ensemble.

"Ca, ça marche?"

Elle rougit un peu, parce qu'elle sait qu'en temps normal (on le lui a expliqué) ça fait MAL... Mais en théorie, il n'y a pas de séquelles. Pas avec sa force. La miss dégage son poing en redescendant son pied (une secousse sèche suffit, mais de toutes façons, toujours supposément, la prise se serait relachée en temps normal...) et recule d'un pas.

(A réussit à placer ce coup... contente XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dors.forumgratuit.org/forum.htm
Ryûseï Okurayami
Le Loup du Ming-Chè
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1498
Race : Humain
Classe : Ronin
Date d'inscription : 19/08/2009

MessageSujet: Re: Première leçon   Sam 7 Mai - 21:08

Le pied se lève et bien que le coup soit porté sans force, c'est une partie de l'anatomie masculine qui ne peut-être frappée sans que le propriétaire n'en éprouve un sentiment désagréable. Ceci étant dit, c'était plus ou moins l'objectif voulût. La plupart du temps, les attaques à cette zone du corps permettaient un dégagement assez rapides. Cependant dans les combats d'homme à homme, il en allait presque d'un accord tacite de ne pas chercher à spécifiquement atteindre ces parties. Mais Maëlys était une femme en devenir, non pas un homme et même lorsque deux samouraïs s'affrontent, il n'y aucune fourberie à user d'une arme déjà révélée. Le corps était une arme en soit, cela avait été prouvé à de suffisamment nombreuses reprises dans l'histoire. Une inspiration pour me débarrasser de cette sensation désagréable qu'à apporté le coup de Maëlys puis reprends ma contenance en défaisant ma garde.

- Cela peut fonctionner effectivement. Cela étant dit, si tu souhaites protéger Lunaë, il n'y aura pas que des hommes que tu aura à redouter. De plus, la magie attire de nombreux dangers qui ne sont pas pourvût d'attributs de ce type ou du moins qui sont devenus insensibles à ce type de mesures.

Je pensais beaucoup à Hùbéï. De nombreuses fois, le danger avait prit les traits charmeurs d'une femme ou l'horrible apparence des sbires de l'Ombre. Ces deux ennemis là ne pouvaient être neutralisés, même temporairement par une telle défense. Il fallait frapper droit au but, droit au cœur pour les stopper. Les morts-vivants étaient les seuls créatures à avoir échappés, à ce jour, à cette logique offensive. J'espérais cependant que Maëlys n'aurait pas à affronter de mort-vivants de sitôt. Après les évènements à Fentaeris, mieux valait qu'elle ait un peu de temps pour s'en remettre. Ceci étant dit, je ne lui souhaitait pas non plus d'avoir à affronter un autre monstre ou une femme de hùbéï. Ces dernières, lorsqu'elles étaient des combattantes, pouvaient s'avérer des adversaires tout particulièrement féroces. Une nouvelle inspiration profonde, je me remets en garde comme précédemment. L'entraînement se poursuit.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première leçon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première leçon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Le 26 mai... La première armée permanente française...
» Cours de Sport [première classe arrivée]
» Première nuit dans Dreamland...
» Pas touche, je l'ai vu en première. [Déborah]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Origine et le Changement :: Le Monde D'Origine :: Les Mers et les océans :: La Mer d'Izilia-
Sauter vers: