L'Origine et le Changement

Bienvenue sur l'Origine et le Changement; un forum RPG. Plongez dans ce monde médiéval fantastique aux possibilités infinies.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Ombre d'Athée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: L'Ombre d'Athée   Mar 14 Déc - 21:34

Sautant de toit en toit, 6 silhouettes, toutes de noir vêtus, s'élancent dans la direction du palais. Les pas de ses hommes sont particulièrement rapides et léger. Plus de 8 heures que ceux ci combattent et arpentent la ville dans l'espoir de limiter la casse dans la glorieuse cité républicaine. Durant ces 8 heures, ils avaient prouvé leur valeur et leur dévotion envers le Joyaux. Avaient ils la force de protéger le palais présidentiel ? Dans peu de temps, cette question sera réglée. Si les ordres signifiaient de protéger le palais, cela voulait dire que la forteresse de n'avait pas encore subit d'assaut.

Les combats avaient surement mis à bout les forces des religieux à rude épreuves tout comme celle des agents du joyaux, ils ne devraient plus être aussi virulents que plus tot. Mais Raregord avait vu la volonté des défenseurs de la tour des fondateurs, il savait que la rage de l'Origine et du Changement ne serait jamais apaisé, cela le rendait encore plus prudent. Il ne restait plus grande distance avant d'arriver à portée des défenses du palais. Il fallait faire le point. L'homme au masque grimpa donc sur la plus haute maison à portée afin d'avoir une bonne vue de la situation avant de faire son topo


"Nous ne sommes pas nombreux, pas assez pour retenir une quelconque armée, c'est pourquoi nous allons adopter une technique de franc tireur. Vous aurez chacun un secteur à défendre. Utiliser la discrétions, visez les cibles prioritaires : prêtre, capitaine, sergent. Une fois découvert, vous devrez vite changer de position de tir au risque de vous faire allumer. QUand vous viserez assurez vous de bien viser, faites que chaque tir compte. Quand vous sentez que vous ne pouvez plus harceler l'ennemi, planquez vous, laissez les passer et attaquez les par derrière un peu plus tard. Notre mission est de faire en sorte que l'ennemi soit ralenti et cela ne marche que si vous êtes encore en vie"


Une fois les secteurs donnés à ses hommes, l'espion se mit en route vers les défenses du palais, il devait prendre contact avec les défenseurs afin de coordonner les troupes. Ses hommes eux, ne pourront tenir bien longtemps si l'ennemi arrive en masse. Ses jambes étaient douloureuse de toutes ces courses, mais il faisait en sorte de ne pas y penser. Il devait tenir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Ven 17 Déc - 15:12

Qu'ils se déplacent dans les ombres les agents d'athéïle, mais ces dernières tendant à disparaître alors que les troupes avancent depuis le quartier Sud, armées de nombreuses torches qui illuminent le jour couchant. C'est une puissante armée, les agents peuvent presque les compter depuis leurs secteurs de défenses. Au moins un millier. Des dizaines de minotaures et de créatures s'étaient mêlés à ceux que le Changement avait convertit et le ciel était devenu le domaine de trois vastes silhouettes aux hurlements aigus et puissants qui n'étaient pas sans rappeler ceux des aigles. Des rangs d'humains enchaînés au regard apeurés forment les premières lignes de cette armée qui s'était levé au nom de la foi au nom de l'Ultime Évolution mais le temps n'était pas encore venu de s'élancer à l'assaut du Palais Présidentiel. L'armée s'était arrêté à hauteur de la dernière ligne de bâtiment avant le Palais. Il y avait ensuite une centaine de mètres de pavés parfaitement à découvert, habituellement lieu de parade et de célébrations officielles, ces pavés seraient bientôt le champ de bataille entre l'athéisme et la foi changeante. Que pouvaient faire cinq hommes face à une telle armée ? Combien de carreaux pourraient-ils abattre avant que mille tirs de leurs répondent ?

Raregord ne le saurait pas car il se dirigeait vers les défenses du palais. Les défenseurs étaient bien là, présents sur les créneaux, installant des torches au sommet des murs pour continuer à voir tandis que des hommes courraient pour amener plus de carreaux, qu'on clouait plus vite plus de planches sur les portes, que l'on enchaînait plus de gonds. Le Palais devenait une fourmilière en ébullition dans laquelle le Changement s'apprêtait à frapper et l'agent du Joyau ne pourrait rentrer par la grande porte. Quand bien même les défenseurs auraient acceptés de l'ouvrir malgré la présence d'une armée, ce n'était plus possible. Scellée pour les besoins d'un assaut qu'ils ne pourraient peut-être pas repoussé, ils ne sortiraient pas avant que le Changement n'ait payer le plus lourd tribu pour rentrer.

Derrière l'espion, des cris et des mouvements l'informe que ces hommes on commencé à harceler les troupes du Changement. Combien de temps tiendront-ils ? Pas assez probablement. De l'autre côté du mur, des soldats et des officiers athées attendaient le début de la bataille. Les défenseurs que l'archiviste souhaitait atteindre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Ven 17 Déc - 16:30

Si Raregord avait été croyant, il aurait surement prié. Le changement avait une armée capable de raser de palais et les défenseurs n'avaient rien d'autre que des projectiles et des soldats à répondre à ces abomination. La main de l'espion se mit à trembler devant un tel niveau de puissance. Même avec Jelemiad arrivant par le sud, les pertes seront bien trop grandes Athée. Que peut faire un espion, alors que tout s'acharne autour de lui. On lui avait appris à rester loin des combats, à s'éclipser et ne jamais montrer son visage. Mais cela ne fonctionnait que lorsque la paix est installé. Les espions sont les instigateurs de guerres et non leurs acteurs. Que pouvait il faire ?

Serrant son poing, il sortit un petit morceau de papier et nota quelques mots. C'était une liste de nom, ceux des 5 soldats qui avaient accepter de l'accompagner pour la grandeur du joyaux. S'il s'en sortait, Raregord se jurait de faire connaitre ses hommes aux généraux Athéens. Leur sacrifice ne devait pas être fait en vain. Après deux trois respiration, l'espion s'approcha du rebord du toit où se trouvait les premières lignes. Il devait faire vite et passer à la phase essentiel de son travail d'espionnage. Totalement concentré, il cherchait sa cible : la personne responsables des boucliers humains. Le problèmes dans des espions avec les fanatiques c'est leur fanatisme. Il est difficile de corrompre quelqu'un qui ne cherche qu'à satisfaire son dieu. C'est là que les novices entrent en jeu. Ils sont les piliers faibles sur lesquels reposent leur pouvoir. Si ces hommes étaient enchainés, c'était pour une bonne raison. Leur foi n'étaient pas plus forte que leur instinct de survie. C'est sur celui ci que Raregord comptait.

Observant sa cible, il cherchait un moyen de s'infiltrer jusqu'à sa cible. Les ruelles étaient parfaites pour s'infiltrer parmi les soldats, ses pouvoirs d'illusionnistes parfait pour imiter les uniformes des soldats qui composent cette armée. Les troubles que faisaient ses hommes suffiraient surement à créer le mouvement pour qu'il puisse arriver jusqu'aux "esclaves athéens" et à leur gardien. Son sang froid était revenu dans mes veines. Son attention concentrée sur sa cible. Son plan en tête, il s'assura que son manteau était bien serré pour ne pas troubler son illusion et retira son masque pour le placer dans sa besace. Il savait que s'il était repéré, il devra jouer des coude. Il prit alors la précaution de glisser une dague dans chaque manche


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Lun 20 Déc - 14:09

L'illusion semblait bonne. Du moins pour l'instant. Il faudrait arrivé à la maintenir tout le temps nécessaire et ensuite revenir avec. Le tout serait de ne pas se retrouver au milieu d'une armée de mille religieux lorsque la magie ne serait plus opérante, n'est-ce pas ? Pour le reste, Raregord recherchait le responsable des boucliers humains. Ou les responsables ? Il y avait plus d'une centaine d'esclaves, ils ne pouvaient donc pas tous être surveillés par un seul être. Parmi les gardiens de ces hommes, quatre hommes aux uniformes de soldats athées auxquels ils avaient ajoutés des écharpes violacées en guise de ceinture armés de fouets et lances et un large minotaure armé d'une massue et vêtue d'une large toge violette. Chacun semblait commander à un groupe d'une vingtaine d'esclaves tous enchaînés entre eux afin de limiter leurs mouvements. De plus à voir les dos zébrés de lignes rouges et les multiples blessures dont souffraient certains esclaves, les contres-maîtres n'avaient pas peur de les abîmer. Mais pour l'instant, ils n'avaient aucune raison de les battre d'avantage, tous restaient assis sur le sol humide, recroquevillés sur eux-même sans d'autres bruits que des pleurs ou des gémissements. Les plus stoïques gardaient le regard dans le vague, incapables de rester fixés à cette réalité qui les condamnait à mort. Tous avaient été brisés moralement et il ne restait presque plus que des coquilles qui seraient sacrifiées pour permettre l'avancée des troupes du Changement.

Pendant ce temps, à des points différents de l'armée, des mouvements de troupes signalaient la présence à Raregord de ses hommes. Pour l'instant ils semblaient avoir tous tenu bons et pouvaient avoir emporté plusieurs personnes avec eux chacun mais combien de temps cela durerait-il ? Viendrait un instant où ils n'auraient ni souffle pour s'échapper ni carreaux pour abattre leurs ennemis. Alors il ne resterait plus que quelques dagues qui prendront peut-être une vie supplémentaire ou deux avant que cent carreaux ne les transpercent de toute part. Parlant de carreau, l'un des contre-maître en reçu un droit dans la gorge alors que Raregord s'approchait du groupe d'esclaves. Une silhouette passa à toute allure derrière une fenêtre d'un bâtiment derrière l'archiviste et des dizaines de carreaux volèrent, faisant exploser la vitre et réduisant le mur de pierre à un amas de gravats. Il était temps d'agir pour ne pas rendre inutile le sacrifice de ses hommes, pour sauver le joyaux et son palais, dernier rempart face à l'avancée religieuse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Lun 20 Déc - 14:58

Le camouflage de l'espion fonctionnait bien pour le moment, d'ailleurs, il n'y avait aucune raison que celui ci ne tienne pas pour le moment. L'illusion n'était pas très fatiguante mais elle n'était pas pour autant facile à maintenir indéfiniment. Ce qu'il lui fallait c'était une juste une de ces magnifiques écharpes violettes que portaient les responsables des esclaves. Toutefois, Raregord se doutait que ces derniers n'allaient pas la céder aussi facilement. Quoique, lorsqu'un carreau se figea dans l'un d'entre eux, cela fut tout de suite plus évident. Alors que tout le monde se focalisait sur l'un des tireurs embusqués, Raregord se hata d'attraper les symboles de son statut, l'écharpe, le fouet et la lance. Toujours baissé sur le cadavre, il faisait mine de l'observer avant d'incanter un petit sort d'illusion banale afin de faire apparaitre une ombre sur le toit opposé à celui du tireur embusqué. Pointant du doigt l'illusion qu'il avait créé Il s'écrit :

"UN AUTRE TIREUR !!!"

Usant de son doigt comme d'une commande pour bouger l'ombre il la faisait partir à toute vitesse vers l'arrière de l'armée Changeur afin d'éviter qu'il regardent dans ma direction et surtout que les arbalétriers ne continuent de s'acharner sur son homme. Cela lui permettra aussi de fouiller le macchabée avec un peu plus en profondeur pour trouver la clé des chaines des esclaves. Ceux ci semblaient déjà brisés par leur tortionnaire, provoquant chez l'espion une vague d'adrénaline qui apparut que par un petit rictus de colère sur son visage. A l'aide de sa discipline faciale, il réussit à contenir ses émotions pour ne pas sortir de son role. Et se focalisa sur sa recherches. En réalité ce qui le gênait le plus c'était cet énorme minotaure. Il lui faudra une bonne stratégie pour le neutraliser celui là. Mais pour l'instant il fallait trouver la clef et surtout gagner du temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Jeu 23 Déc - 13:50

Un autre tireur ? Immédiatement, plusieurs groupes d'arbalétriers réagissent et les carreaux volent en direction de l'ombre et la suivent sur plusieurs mètres avant qu'un officier n'ordonne que l'ont cesse les tirs et que des groupes d'hommes soient envoyés à la poursuite de ces tireurs embusqués. Les officiers se positionnèrent alors de façon plus sécurisée, souvent entre quatre soldats sinon entre deux minotaures afin de se protéger de tout tentative d'assassinat. Car après une dizaine de tirs, il n'avait pas été difficile de remarquer que les cibles avaient été des membres de la chaîne de commandement ou certains des clercs en toge violette qui n'étaient de toute manière pas très nombreux. Alors pour contrer ses francs-tireurs en attendant qu'ils soient neutralisés, il fallait protéger les cibles potentielles. Évidemment les protections n'étaient pas parfaites puisque cela demanderait de les enfermer dans des dômes d'acier mais pour des soldats qui n'étaient pas déjà formés à l'assassinat ou la guerre urbaine, cela compliquerait largement la tâche.

En tout les cas, la diversion aurait effectivement permit à Raregord de fouiller le cadavre dans une relative tranquillité et donc de trouver un trousseau de clef mais aussi de prendre les armes et vêtements nécessaires à son déguisement de contre-maître. Seulement, alors qu'il avait finit de s'habiller, le regard du minotaure tomba sur lui. La créature de près de trois mètres de haut s'approcha alors de l'espion, faisant légèrement trembler le sol à chacun de ses pas, brisant un pavé à chaque fois que l'un de ses sabots de posaient. Lorsqu'il arriva face ou plutôt au-dessus de Raregord, il sembla que la créature fronça les sourcils avant de dire de sa grave et puissante voix :


- Tu souhaites assumer la fonction de contre-maître soldat. Ce n'était pas une question mais plutôt un constat. Si c'est vraiment ce que tu veux alors que le Changement bénisses tes actions et le courage que tu as d'être marqué de sa main.

Le courage d'être marqué de sa main ? Le minotaure lève sa large main qui semble se déformer alors que des centaines d'épines d'acier naissent dans sa paume. Il en faudrait du courage pour accepté d'être marqué par cette main qui faisait approximativement la largeur du corps de Raregord et qui devait être moitié aussi grande.

- Présentes l'endroit que tu acceptes de voir marqué par le Changement mais n'oublies pas que c'est tout ton corps que tu lui soumettra de la sorte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Ven 24 Déc - 0:26

Fier de sa diversion, Raregord avait vu des dizaines de carreaux se figer dans les pierres des murs des nombreuses batisses alentours. Cela fera ca de moins qui viendra percer ses compatriotes. Le plan continuait son chemin et l'espion espérait que son soldat avait réussi à s'enfuir pour préparer son futur assaut. La paranoïa des Changeurs avaient atteint son paroxysme au point de les enfermer au milieu de gardes lourdement armés. Cela allait lourdement entrainer un manque de perspective sur le champs de bataille. Mais ce qui lui plaisait le plus était le fait que tout les soldats avaient peur du ciel, ils avaient peur que les carreaux, vexé de ne pouvoir atteindre leur chef, se rabattraient sur eux. Comme le dit le dicton athéens : "A trop regarder en l'air on bute contre un pavé". L'espion espérait bien être le pavé de cette armée, la faire trébucher, la déstabiliser, la faire sautiller quelques instants voir la faire se tenir le gros orteil en jurant.

Mais alors que la fierté emplissait l'ame de l'espion, celle ci s'est fait tout de suite remplacée par une émotions beaucoup moins agréable. Alors que les ondes de chocs de la terre, atteignaient son corps, celui ci se glacait d'effroi. Le minotaure avait bougé et ils allait droit vers lui. Ne sachant que faire, Raregord se cantonnait à rester stoique face à son nouvel ennemi. Il devait être un prêtre ou une personne assez importante pour gérer tout ces esclaves. Que faire ? Devait il tenter de le tuer, en sachant pertinemment que celui ci était de loin plus fort que lui ? Devait il rester dans son role jusqu'au bout pour laisser passer la tempête ? Au bout du compte, sa réflexion avait fortement fait perdre du temps à Raregord qui se retrouvait finalement face au minotaure. Toujours dans son role, l'espion s'adressa à ses esclaves nouvellement sous son controle.

"VOUS LA ! PROTEGEZ NOUS ! A MOINS QUE VOUS NE VOULIEZ QUE MON FOUET NE VIENNE VOUS MOTIVER !"


Secrètement, l'espion espérait que tous se réunissent autour de lui et du minotaure, non seulement parce qu'il n'avait toujours pas d'idée pour résoudre ses soucis mais surtout parce qu'il ne voulait pas que les troupes changeurs ne puissent l'identifier avec certitude. Le doute a toujours était le lieu de travail des espions. Alors que le grand cornu s'approchait et énoncait le principe de l'avancement chez violets, l'archiviste vit là une opportunité qui était particulièrement alléchante avoir la marque du changement signifiait ouvrir de nombreuses portes dans ces sectes si fermée. Mais cela signifiait aussi laisser la magie de ces prêtres modifier sont corps et cela il ne l'appréciait que très modérément. Les nombreuses stratégies se bousculaient dans sa tête. L'une d'entre elle était tout de même de caler la lance qu'il avait en main, droit dans l'oeil de ce minotaure. Mais cela voulait dire, se lancer dans une fuite improbable au milieu de changeur. Cela risquait de faire du bruit mais pas forcément d'aider l'armée athée. Il fallait qu'il réponde. Prenant un air sur de lui, Raregord inclina légèrement la tête pour saluer son supérieur avant de lui répondre :

"Mon corps est dévoué au Changement. De sa mains droite il crée et de la gauche il détruit. J'aurais surement pris la main gauche marquer d'une pierre blanche le jour où nous avons détruit son armée. Toutefois, j'aurais trop besoin de mon bras pour chatier les serviteurs récalcitrant sous ma garde alors ..."

L'espion enroule alors le fouet pour le mettre en bandoulière, tenait la lance dans sa main droite légèrement en arrière de son corps, prêt pour utiliser toute la force de son bras droit dans son mouvement. Il ne lui fallait pas grand chose pour frapper, il ne devait que réduire la distance et détourner l'attention de cet énorme boeuf. Il se baissa donc remonta la jambe gauche de son pantalon pour découvrir son mollet


"Ce sera donc le mollet gauche"


Si le minotaure voulait toucher son mollet, il devra forcément se baisser, ne plus avoir en vu le haut du corps de Raregord, du moins à par sa vision périphérique moins réactive. Quand la bête sera à portée, Raregord profitera de sa proximité pour sortir une dague de sa manche gauche et de la planter droit dans l'oeil de la créature. Profitant alors de l'occasion, il assurera sa prise sur sa lance et tentera de la loger en plein dans la tête de la créature par le dessous. Le plan était risqué et dépendait de tellement de facteur, que l'espion était à l'affut du moindre élément pouvant mettre son plan en branle. Si le minotaure n'était pas seul (dans le genre des soldats changeur le protégeant), Raregord voyait ses chances de survie baisser et préférait encore se retrouvé marqué que mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Dim 26 Déc - 11:39

- Alors que la volonté du Changement soit faite.

Autour du Minotaure et de Raregord, les esclaves s'étaient rapprochés, craintifs et toujours recroquevillés sur eux-même. Un habile tireur pourrait aisément passer outre ce mur de chair en tirant au-dessus de leurs dos voûtés mais toujours est-il que le souhait de Raregord s'était accomplit, une douzaine d'esclaves s'étaient réunis autour d'eux. Sinon, il n'y avait pas de garde du corps particulier affectés au minotaure, ce dernier devant largement se suffire à lui-même et les autres contre-maître ayant pour ainsi dire d'autres chats à fouettés. Alors qu'il se tenait devant l'espion, le Minotaure s'apprêtait à se baisser lorsqu'un grand cri retentit derrière lui alors qu'un groupe d'hommes armés rentraient dans le gros des forces changeantes et s'approchait d'un autel qui se trouvait en son centre. Porté par une vingtaine d'esclaves, qui le reposèrent sur les pavés à l'approche des soldats, cet autel était clairement dédié au Changement et cette relique religieuse avait suivit l'armée, probablement dans le but de les motiver. En son centre trônait un crâne qui semblait être celui d'un humain mais d'une taille hors normes, duquel s'échappaient deux larges cornes semblables à celles des minotaures le tout entièrement fait d'acier. Ce crâne était entouré de nombreuses bougies dont s'échappaient une fine fumée violacée qui plongeait cet autel dans une aura à la fois étrangement attractive et malsaine lorsque l'on attardait trop longtemps son regard sur lui.

- Voici l'un des tireurs, murmura le minotaure.

En effet, c'était bien l'un des tireurs, Raregord n'aurait aucun mal à le reconnaître. Ses vêtements étaient déchirés et il était blessé en de nombreux endroits, marqué par des carreaux encore fichés dans sa chair et les coups qu'il avait reçu avant d'être parfaitement maîtrisé par les changeurs. Il fût alors jeté sur l'autel, à genoux face au crâne, laissé tremblant à son épuisement et à sa peur tandis qu'autour de lui, les soldat changeurs observaient dans un silence mortel. Quelques secondes. Des secondes longues comme l'éternité s'écoulèrent avant que le crâne d'acier ne semble se mettre lentement en mouvement, prendre vie tandis que ses yeux s'illuminaient d'une vie d'un vert émeraude. Alors sa voix, curieusement humaine et douce pour un objet animé, fût entendue par tout ceux qui marchaient parmi ses soldats :


- Voilà l'hérésie. A genoux face à la puissance du Changement. Ne manques-tu pas d'un dieu à prier à présent que tu es à la merci du Changement pauvre fou de mortel ?

Sans laisser la possibilité au tireur de répondre, le crâne poursuivit.

- A présent, que ton corps et ton âme soient marqués car tu as défié le Changement et lorsque ton esprit lui appartiendra, tu rachètera le moindre de tes pêchés.

La mâchoire du crâne s'entrouvrit alors que le fond de sa gorge inexistante montait un son grave et saccadé qui glacerait le sang de ceux qui n'adoraient pas le Dieu aux Milles Visages. De l'autel montèrent alors de large épine d'acier qui transpercèrent de part en part le soldat dans un terrible hurlement de douleur que les prières des soldats couvraient. En effet, les mille hommes de cet arme avaient commencés à murmurer tout en observant la scène :

- Le Changement règne sur Ta Chaire et Ton Âme. Le Changement règne sur Ta Chaire et Ton Âme. Le Changement règne sur Ta Chaire et Ton Âme.

Hurlant toujours de douleur alors que les épieux d'acier se retirait, l'homme de Raregord n'était pas mort. Mais il tomba, front contre l'autel alors que ses sanglots parvenaient jusqu'aux oreilles du serviteur du Joyau. Des sanglots qui devinrent grognement alors que le sang de ses plaies semblait animés d'une volonté propre et couvrait entièrement son corps, cachant ce qu'on ne pouvait que deviner et entendre, le mouvement de sa chair, la restructuration de son ossature. Alors que le sang se retirait, retournait à ses plaies, on découvrit le nouveau visage du soldat, déformé semblait-il par l'acier. Comme-ci de l'acier liquide avait été injecté dans ses veines mais ce n'était pas répartit également, des parties du corps du soldats étaient des amas de chair boursoufflée et sanguinolentes tandis que certains de ses anciens membres avaient été déplacés sur une autre partie de son corps, remplacé par un membre d'acier à leur emplacement original. Une créature chaotique, issue des expérience du Changement.

- Un échec. Son esprit et son corps étaient trop faibles. Déclara le minotaure. Mais il servira néanmoins le Changement du mieux de ses capacités, poursuivit-il en se tournant à nouveau vers Raregord. Sois fort soldat et telle une chenille qui sort de sa chrysalide, tu deviendra une magnifique créature du Changement, forte et gracieuse.

Le minotaure commença alors à se baisser et à tendre la main vers le mollet gauche de Raregord. Il était temps de décider quoi faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Dim 26 Déc - 16:23

Concentré, Raregord voyait le minotaure tomber dans le panneau et commencer à se rapprocher mais quelque chose sembla attirer son attention. Une forte agitation issue d'une victoire. Les soldats portaient quelqu'un, un de ses hommes, l'un de ses braves compatriotes. Intérieurement, l'espion pesta. Comme il l'avait dit au soldat originel plus tot, lui avait expérimenté les geôles d'une prison et les joies de la torture, pour l'endurcir pour le préparer au pire. Il savait ce qu'il l'attendait ... du moins c'est ce que le pensait l'agent du Joyaux à ce moment là. Le Minotaure détournait le regard c'était le moment rêvé pour préparer la suite. De manière discrète, l'espion se tourna vers l'un des esclaves et plus plaça la clef de ses menottes dans la main. Il croisa alors son regard avec un rictus rapide mais identifiable. Il lui disait "je suis avec toi, ne perd pas espoir".

Mais cette impression fut assez vite dissipée et c'est une scène d'horreur que l'espion vit devant lui. Il n'y avait nulle cage, nulle menotte, nulle chaine, seulement un autel aussi monstrueux que terrifiant. Il entendit la voix du changement, la voix d'un dieu. Pour l'esprit incroyant du soldat cela devait être un moment paralysant alors que Raregord, lui, avait déjà monté une idéologie défensive contre les abominations que ces fanatiques nomment "miracle". Il était sûr que, qu'au bout du compte, ces pouvoirs n'étaient rien d'autre que des outils développé par des sorciers ou des fous. Ils n'étaient pas plus divins que les illusions magiques qu'il utilisait pour tromper ses adversaire. C'est avec cette idée que l'espion acceptait les pouvoirs de ces religieux, avec cette idée qui refusait de voir le destins des hommes décidé par des entités "supérieurs".

C'est alors que la bouche s'ouvrit provoquant chez l'Archiviste un frisson le long de son échine. Il voyait son soldat subir un sort pire que la mort, être converti en une créature monstrueuse opposé total à ce qu'il était de son vivant. Son propre Némesis. Intérieurement, Raregord priait (facon de parler) pour que les autres de ses hommes ne soient pas dans le coin, un tel spectacle était quasiment insoutenable et de la sueur commençait à perler sur le front de l'espion. Ces épines d'aciers étaient ce que le minotaure risquait de lui faire subir. Pas question de devenir une abomination sans cervelle au service d'un dieu destructeur. Le minotaure allait payer. Alors que le spectacle se terminait, l'espion jeta un coup d'oeil à celui à qui il avait confié les clefs de leur liberté. S'il voulait tuer le grand prêtre, il devait avoir un moyen de fuite. Si quelques esclaves arrivaient à s'échapper, à se libérer. Il devait leur offrir un spectacle digne d'intéret, ne serait ce que pour leur donner de l'espoir et contrer celui auquel il venait d'assister.

C'est alors que le minotaure se tourna vers lui, prêt à faire de lui un marqué du changement. Sa main tremblait, non pas de peur, mais par la rage que lui avait inspirer cette scène d'épouvante. Si un dieu acceptait de détruire un homme de la sorte, il méritait de voir ce que les athéens pensaient de sa facon de voir, ce que pouvait faire les hommes libres de pensée et de choix. Alors que le Minotaure le comparait à une chenille lui se voyait plus comme un serpent faisant le mort, attendant qu'un prédateur ne s'approche et ne tente de le mordre pour le surprendre et le marquer à vie. Son seul regret fut de n'avoir de poison sur ses dagues mais on ne peut pas tout avoir. Il se permit même de lacher une petite phrase pour favoriser la confiance du prêtre


"Que la marque soit placer, cela fait longtemps que j'attends"

La seule différence était que la marque dont il parlait était une balafre qu'il placera sur l'oeil de la créature cornue. Alors que celui ci ce baissait, il sortit sa dague et se lança pour la plonger dans l'oeil droit de son adversaire. Dans le même mouvement, il affirmera sa poigne sur la lance et déchainera toute sa colère dans un coup porté à la tête. Cela allait sans doute faire sensation, il en était conscient, mais son attaque au coeur de l'armée changeur était devenu bien plus importante qu'il y a quelques seconde. Elle était un symbole, la preuve qu'un homme peut, s'infiltrer dans leur rang, blesser le monstrueux et se dresser contre la volonté des dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Mer 29 Déc - 0:36

"Que la marque soit placée, cela fait longtemps que j'attends"

De funestes paroles pour quiconque ne se trouvait pas dans la tête dans l'espion. Pour ceux qui ne pouvait comprendre quelle était son intention. Une situation dans laquelle il avait été plongé par son astuce pour tenter de donner un avantage aux athées avant la bataille contre cette large armée qui, même si elle avait attaqué les murs de la cité, aurait représenté un quart de l'armée terrestre athée. A présent, c'était bien pire. Cette armée se trouvait entre les murs du Joyau, composée d'anciens soldats entraînés, de créatures puissantes et de monstres dégénérés alors qu'il ne reste que quelques centaines de soldats et de mercenaires pour leurs faire face. Alors Raregord avait mené une mission suicide car elle ne pouvait pas porter d'autre nom. Cinq hommes qui savaient quel serait leur destin mais qui avaient acceptés depuis longtemps qu'ils mourraient pour leur patrie et que depuis que les religieux avaient investit leurs cité natale, leurs espérance de vie avait chuté de manière vertigineuse. Alors de nombreux carreaux avaient été tirés afin d'abattres des membres de la chaîne de commandement afin de briser l'organisation et le moral des religieux. Y étaient-ils parvenu ? Raregord avait-il le temps d'y penser alors que la large main qui semblait faites de cuir tanné noir s'approchait de son mollet.

A bien y observer, les épines que l'on aurait pût croire être d'acier ou de cuir ressemblait d'avantage à des tentacules. Des dizaines de tentacules qui semblaient pulser au rythme du sang, du cœur du minotaure mais qui tendaient vers la chair de Raregord, comme si ils la sentaient et n'avait qu'une hâte, plonger entre les fibres de ses muscles avec délices pour s'en repaître. Mais ce n'était qu'une illusion, une impression dû à l'impatience qui montait, l'attente du moment propice pour frapper le minotaure. N'est-ce pas ? Soudain l'instant vient ! Raregord fait fuser sa lame droit en direction de l'œil et l'enfonce dans l'orbite tandis que le sang chaud de la créature bovine arrose sa main et qui puissant mugissement de douleur s'échappe tandis que la lance fonce droit vers la mâchoire, prête à achever le minotaure déjà mourant. Mais c'était sans prévoir la rage d'un minotaure, l'élan de douleur, la volonté de survivre et le fanatisme qui semblait donner une vigueur surnaturelle à ceux qui se pliait à cette folie. La large main du minotaure se saisit effectivement du mollet de Raregord et dans un coup de tonnerre, l'espion sent la sensation d'une crampe mais la crampe d'un muscle entrain d'être brûlé à vif ! La douleur lui fait perdre une partie de son intention de frapper mais le coup portât. Si il ne touchait pas la tête, la lance se ficha en travers de la gorge du minotaure tandis que la créature perdait sa force et laissait s'échapper la jambe de l'espion. La douleur se dissipait mais le membre était en sang. Utilisable mais il ne fallait pas espérer courir ou pas bien loin, la crampe le rattraperait.

Mais alors que Raregord aurait pût vouloir perdre espoir, que les cris des changeurs montaient autour de lui et que l'un d'eux s'apprêtait à l'empaler de son épée, le changeur reçut un carreau au travers de la gorge tandis que trois autre s'effondraient, entre ouvrant un chemin. Il faudrait néanmoins jouer des coudes et des dagues pour s'échapper. Mais la douzaine d'esclaves, encouragée par les efforts de l'espion, se saisit des armes abandonnées sur le sol et commença un timide combat. Ce dernier ne durerait pas longtemps. Affaiblit et intimidés, les esclaves cessaient de se battre à la première blessure mais quelques-uns se défendaient avec hargne et offriraient quelques précieuses secondes. Quelques précieuses secondes pour vivre et s'enfuir avant que ne fusent les carreaux et les coups d'épées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Mer 29 Déc - 1:11

La douleur dans sa jambe était vive et ce saloperie de tentacule avait réussi à lui vriller les muscles du mollet. Adieu la mobilité et la fuite sans combat. Mais cela ne voulait pas dire qu'il devait abandonner pour autant. Mais, mine de rien, la souffrance lui avait fait perdre un temps précieux, chose qu'il regrettait alors que les lames des changeurs fondait vers lui. Comme toute personne dans sa situation, Raregord eut l'adrénaline qui lui irrigua le cerveau le paralysant totalement. Il vit alors toute la scène ralentir, son futur assassin lever son arme, pour le percer. Mais la scène sembla ralentir encore ... non là ce n'est plus son cerveau qui faisait cet effet, mais plutot le carreau qui venait de pointer hors de la gorge de son assaillant. Le destin avait un plan pour l'espion et ce n'était pas de mourir maintenant. Ses hommes avaient réussi à le couvrir. Comment ? Ca c'était une bonne question mais au moins il avait une couverture et surtout une occasion pour disparaitre.

Le sang de Raregord bouillonnait et son flegme était devenu bien moins efficace pour effacer les émotions de son visage. Ses mains se placèrent sur ses dagues alors que la douzaines d'esclaves faisaient une pseudo diversion. Il allait aussi vite qu'il le pouvait vers le chemin de sortie qu'avait fait ses anges gardiens. Il savait aussi que la surprise était toujours la meilleur des armes. Il n'affichait pas ses armes à la vue de tous, les dissimulant contre ses avants bras (la poignée toujours dans sa main. L'agitation était de son coté et, il faut l'avouer, son accoutrement de changeur pouvait troubler plus d'un opposant. C'était en cela qu'il comptait. Le trouble lui laissera assez de temps pour s'approcher de son ennemi, lui planter une lame là où ca fait mal et se dégager alors que les esclaves finissaient de se rebeller. Cette rébellion était néanmoins un prix qui allait rester dans la mémoire de l'espion. Il détester impliquer des innocents dans ses plans. Il aurait souhaiter les libérer ou leur laisser une chance de survivre à cette bataille, mais il y avait des centaines de civils et de soldats Athéens qui allait risquer leur vie dans cette bataille ... Non pas le temps de penser à ça. Raregord se concentrait sur sa survie et la continuité de l'opération. Celle ci devait continuer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Mer 5 Jan - 17:14

De nouveaux carreaux abattent des assaillants de Raregord et le sang jaillit. En quelque instant, sous les pieds de l'agent du Joyau, c'est une vaste mare de ce liquide écarlate, chaud et visqueux qui s'est répandu sur le sol, s'y mêlant celui du minotaure plus abondant, celui de Raregord, des esclaves, des soldats et de l'adversaire de l'archiviste qui, pensant le traître désarmé, s'apprêtait à frapper lorsque la dague dissimulé à hauteur de l'avant-bras lui ouvrirait la carotide. Une course frénétique mais d'autres s'interposent, il faut continuer le combat pour survivre tandis que les tirs alliés sont de moins en moins nombreux car les répliques sont cinglantes et des gravats s'écroulent des bâtiments d'où ils venaient sous la force de cent carreaux par salve. Mais alors que ses muscles combattent encore par réflexes et que sa jambe l'élance comme si une braise était appliquée sur de la chair à vif, des éclairs secouent sa vision. Une fosse, profonde et noire, résonnant de cris torturés. De larges mains bleues qui deviennent violacées à la lumière manipulant une chaire hurlante et pourtant loin d'être vivante. Des yeux qui s'entrouvrent pour en laisser voir le vert d'émeraude. Des crocs couverts de sang. Et finalement, un miroir brisé dans lequel il voit un homme aux somptueux habits. Il porte un masque partiellement brisé marqué d'un R. Le masque de Raregord. Sa main gantée de blanc se porte sur le masque pour le retirer. Un pan de gris se révèle à la base des cheveux et l'éclair s'interrompt. Un puissant cri monte alors. Le cri d'une créature déformée, torturée et dégénérée.

Une ombre s'élève au-dessus de l'armée et atterrit avec le bruit et la force d'une enclume sur le sillage de cadavre derrière Raregord. Un cri qui projette une salive sanglante dans le dos de l'agent tandis que plusieurs carreaux volent depuis les hauteurs dans le dos de la créature mais ricoche sur une plaque d'acier qui suit sa colonne vertébrale. Le visage qui n'a plus rien d'humain, pas même les yeux dont l'un d'eux est secoué de spasme alors que ce qui ressemble à de l'acier liquide le traverse comme bloqué à l'intérieur, rebondissant sur les parois gélatineuse de l'organe de vision. Les lèvres déchiquetées s'entrouvrent révélant une dentition chamboulée qui laisse les canines prendre les devant tandis que les incisives se rangent au-dessus et que les molaires forment un tapis sur la langue de la créature qui fût l'un des hommes du Joyau. Une main qui semblait encore une humaine si ce n'était du bras qui la reliait directement à l'omoplate gauche de ce monstre, se saisit de Raregord avant qu'un bond puissant ne les fassent tout deux passer au travers du mur d'un bâtiment voisin.

Raregord reçu autant le choc que le monstre mais les multiples avaient heureusement affaiblit la paroi, sans quoi l'agent du Joyau eût été écrasé contre la surface de pierre à présent effritée et dont il n'avait sentit presque aucune résistance. Voyant que sa proie ne semblait plus bouger, la créature s'en désintéressa alors qu'une porte s'ouvrait et qu'un carreau fusa droit dans son flanc. Un éclair de douleur qui ferait frémir l'espion. Pourquoi ? Il n'avait pas souffert lui même mais en avait eût l'impression un instant. La créature s'élança alors pour mettre en charpie son nouvel adversaire, courant sur deux bras dont un d'acier et le membre difformes qu'étaient devenues ses deux jambes lorsque elles avaient fusionnées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Dim 9 Jan - 13:15

Le premier soldat venait s'opposer à la fuite de l'espion, mais, de toutes évidences, les soldats ignorent qu'un peu de stratégie est possible dans la mêlée. C'est là toute la différence entre un agent et un bourrin que l'on place en première ligne d'une armée. Toujours se méfier de la cible qui parait faible, telle était la leçon que Raregord apprenait à ce rustre. D'une parade de septime, l'espion dégagea la lame qui fonçait sur lui et amena son adversaire assez près pour que sa deuxième lame puisse lui trancher la gorge de manière nette, mais néanmoins sanglante.

Le chemin était enfin dégagé, du moins un minimum. L'espion s'engouffra dans la brèche. Il était presque tiré de l'affaire quand le premier flash vint lui attaquer l'esprit. Il pensait d'abord à une simple hallucination du à la douleur ou au fait qu'il n'avait dormi que quelques heures depuis 48h.
D'ailleurs il pensait remercier Sennacherib pour ces précieuses heures de repos qu'il lui a fait perdre à cause de son idiotie. Toutefois, sa
vision sembla le transporter près d'une fosse. Par réflexe, l'espion se stoppa. Comment pouvait il imaginer une chose pareil ? Et la question se
posa encore plus lorsqu'il entendit les cris, vit les mains violacée, les yeux d'émeraudes et surtout son double. C'était une vision provoqué par la marque. L'espace d'un instant, Raregord se rassura en se disant que c'était surement un sort que lui avait lancé cet enfoiré de prêtre avant de mourir. Il devait se concentrer sur son évasion !

Cette erreur allait d'ailleurs se payer cher sous peu d'après ce qu'il entendait derrière lui. Le fracas de la bête le paralysa un instant mais la flaque de sang qu'il sentit dans son dos lui disait qu'il se devait de bouger. A peine l'espion eut il le temps de se retourner que la créature l'empoignait et le faisait traverser le mur dans un nuage de poussière blanche. Il atterrit lourdement sur le bois du sol non sans une certaine surprise d'avoir l'impression d'avoir juste traversé une matière friable. Quand je me relève, je vois la créature se relever après le choc mais aussi l'un de mes hommes débarquer et placer un carreau pile là où le trait pouvait s'enfoncer.


C'est alors que la douleur semble me déchirer le flanc. Comment cela pouvait être possible ? Regardant la zone d'où provenait la douleur, Raregord ne voyait aucune raison de sentir la douleur à moins que ... Oh l'enfoiré de prêtre. D'une manière ou d'une autre l'espion était lié à cette
créature plus intensément qu'il ne le pensait. La douleur qu'il avait ressentis avait été assez fulgurante pour ne pas avoir envie de tenter celle qui viendra avec la mort de cette amas de chair et d'acier. Raregord se devait de neutraliser cette chose. Profitant du fait que la créature avait quelques soucis à se relever vite. Il attrapa le fouet qui entourait son torse, le déroula avant de le faire claquer et de l'enrouler autour de l'unique jambes de la bête. Il interpela alors son soldat à la porte en tenant fermement la poignée du fouet d'une main et la partie souple de son autre comme pour se préparer à parer avec


"Ne le tuez pas !"

Usant de toute sa force, l'espion tira sur le liens pour au mieux faire tomber la créature, au pire attirer son attention. Le liens parfaitement devant lui, il attends que la bête attaque pour enroulé le cuir autour du membre, de passer derrière et de tirer d'un coup sec. Tout adversaire aussi fort soit il ne peut se soustraire aux lois de la gravité et des équilibres. Tout ce que l'espion espérait c'était que la créature ne soit pas aussi agile que forte, sinon il serait vraiment dans une drôle de panade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Dim 9 Jan - 18:22

Ne pas le tuer ? Ce n'est pas comme si il avait pensé pouvoir le faire. Enfin il avait espérer pouvoir au moins calmer la créature avec ce carreau mais manifestement cela l'avait plus énervé qu'autre chose et à présent l'agent du Joyau lui demandait de ne pas tenter d'achever cette créature difforme qui fût un jour son frère d'arme ? Qu'il aille au diable ! Se dit l'homme. Il ne laisserait pas cet athée dont la chaire et l'esprit avait été corrompues par les religions vivre plus longtemps, quelques soit les raisons de ce Raregord. Réarmant son arbalète alors que la créature s'apprêtait à attaquer, il décocha le carreau tandis que le monstre sautait pour se jeter sur lui. Mais alors Raregord tira sur le fouet qu'il avait enroulé autour de la jambe unique et difforme. Alors quelque chose d'étrange ce passa. Une douleur foudroya le crâne de l'espion alors qu'il avait la sensation d'avoir deux pieux qui se plantaient au travers de son crâne mais comme soudainement plus fort, ses muscles se bandèrent et cette attaque qui n'aurait pût qu'attirer l'attention de la créature avec une force humaine fût bien plus que cela. Le cuir du fouet s'était enroulé autour de la chaire meurtrie, assurant une prise solide et une grande puissance avait investit les muscles de Raregord, alors qu'il tirait sur le fouet, la créature passât au-dessus de sa tête pour aller s'écraser contre un mur quelque mètres plus loin dans un pitoyable glapissement de douleur.

Mais la douleur dans le crâne de l'agent du Joyau ne s'éteignit pas immédiatement. Au travers des larmes qu'amenait cette souffrance difficilement soutenable, il verrait pendant un instant, une main gantée de blanc. Le gant de soie est retiré de la main, révélant une peau grisâtre et de longs ongles blanc. La main encore gantée se saisit de quelque chose sur Raregord, ou du moins il sentit sa main plonger dans une veste de soie pour en retirer un objet lourd, rond et froid. L'objet était doré surmonté d'une sorte de bouton, gravé d'un dessin alambiqué et doté d'une chaîne. La main gantée appuya sur le bouton. L'objet s'ouvrit, révélant l'éclat d'un miroir. Mais avant de pouvoir en apercevoir le reflet, la douleur se dissipa tandis qu'un grognement de rage montait derrière Raregord. Sous la douleur il était tombé à genoux et juste derrière lui, le soldat athée tenait une arbalète tandis que deux nouveaux carreaux s'étaient fichés dans la chaire du monstre. Ce dernier paraissait ne pas être tant affaiblit par les carreaux que par le choc qu'il avait subit en traversant un mur et en le faisant s'effondrer et semblait sur le point de se relever.

Mais du plafond pleuvait de la poussière, un peu comme si il faiblissait, s'apprêtait à s'affaisser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Dim 9 Jan - 23:49

L'espion n'avait que très rarement combattu de manière direct un adversaire uniquement sur la force, du coup il ne savais pas tout à fait où pouvait ce qu'il pouvait tirer comme poids. Mais il était sur de ne pas avoir la force de faire voler près de 100kg de chair et d'acier à travers une pièce, ce qui le surpris au point de le faire rouler sur le coté pour éviter de prendre la créature sur lui. Mais en pleine roulade, la douleur vint lui vriller l'esprit. La douleur prit alors une forme particulière. Une autre vision lui vint à l'esprit. Il se revoyait encore sous ces atours de riches en train de se découvrir petit à petit avant de chercher quelque chose à l'intérieur de ma veste. Ce foutu sort hallucinogène était sacrément fort mais aussi d'une douleur intense lui donnait l'impression de mourir, le paralysant littéralement. Comment bouger alors qu'on avait l'impression de mourir. La chose qu'il cherchait dans sa veste était étrange, un objet encore inconnu de Raregord ressemblant presque à un boulet que l'ont met aux prisonniers mais celui ci avait un bouton. A l'intérieur, cet éclat de miroir qui me faisait d'autant plus peur à regarder qu'à ne pas le faire. Alors que son regard allait se poser sur lui la douleur mis fin à la vision et la réalité réapparaissait devant lui, une réalité bien tout aussi troublante que cette vision.

Il se trouvait au milieu de cette pièce ravagée par deux corps lancés à toutes vitesses contre ce murs fragilisé par la guerre. La créature s'était presque incrustée dans le mur derrière lui. Des larmes avaient marqué son visage poussiéreux le zébrant en partie ses joues. Le soldats était là en train de le regarder. C'est alors qu'il s'aperçut que son statut de créature sans visage, inexpressif et insensible. Par réflexe, Raregord avait mis sa main dans sa besace pour sortir son masque et le placer sur son visage. Cela sembla alors effacer ses doutes ou encore ses craintes. Il s'était retransformé en Raregord l'archiviste, l'espion du joyaux. Concentré sur son évasion, il fonça vers le soldat allié. La fuite était plus importante que tout les combats possibles. seul comptait le fait de rejoindre les toits ... non ils étaient surement protégés maintenant. Les égouts ! Sa mémoire fouilla pour trouver une entrée vers la pourriture et les ténèbres de cette cité.

Guidant le soldat qui ne pouvait que le suivre, Raregord fonça droit vers la bouche d'égout qui se trouvait dans cette rue avant d'entendre un grand bruit de craquement. L'immeuble s'effondrait ... BORDEL ! La fonçant à toute vitesse, il sort une de ses lames et glisse sur le pavé encore légèrement humide de la tempête de la veille pour arrivé près de la bouche d'égout. Finissant ma glissade, je place ma lame dans la vente entre le bord de la grille et le sol. Des morceaux de murs avaient déjà commencé à tomber de tout les cotés, ce qui avait l'avantage de retenir les ennemis hors de la ruelle mais la sécurité du petit groupe était loin d'être assurée. Les blocs de pierres se mirent à pleuvoir forçant l'espion à agir plus vite encore. D'un coup de pied, Raregord fit levier et dégagea légèrement la grille, qui pesait son poids mine de rien. Le soldat à ses cotés se pétrifia alors, la lumière autour d'eux commençaient à disparaitre. Raregord avait alors dégagé le passage mais son acolyte lui était tombé au sol, inerte, des morceaux de crépis partout sur lui. L'espion ne pouvait se résoudre à le laisser là. Il plongea sur lui presque à califourchon, poussa avec ses jambes de toutes ses forces, le faisant glisser jusque dans le trou juste à temps pour éviter de terminer tout les débris.

La tête la première, les deux hommes chutèrent une hauteur de deux bon mètre avant de se toucher environ 90cm d'eau. Le choc fut sacrément rude mais il ne pouvait se permettre de rester ainsi : sous le poids de son camarade à étouffer sous une marre d'immondice. Surmontant la douleur dans son dos, surement une joli cote fêlée, Raregord sortit de l'eau usée pour prendre une bouffée d'air quand celui ci vint lui attaquer les narines. Il avait déjà parcouru les égouts d'Athée et l'odeur d'excrément ne le dérangeait pas plus que cela, mais il n'avait jamais parcourut celui ci alors que le sang de milliers de victimes et des reste de corps humains en décomposition embaumé les canalisations d'une odeur ferreuse et pestilentielle. Il lui fallut quelques seconde pour ne pas vomir, seconde qu'il mit à profit à sortir la tête de son sauveur hors de la marre de boue monstrueuse. Il tenta tant bien que mal de le réveiller sans succès. Il avait encore du pouls, il y avait donc encore de l'espoir qu'il s'en sorte en vie. Dans le doute, Raregord attrapa le corps de son compatriote et commença à le trainer en s'aidant de l'eau souillée des égouts. C'était le meilleur moyen de réduire son poids. Il ne pouvait pas laissait sa mission en plan comme cela, Il avait encore une dernière chose à faire. Fouillant dans sa mémoire, il cherchait une bouche d'égout lui permettant de voir les esclaves qui portaient l'énorme tête en argent métamorphosant les corps en immondice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Dim 16 Jan - 15:43

Un accès à ce crâne infernal. Retourner au centre de cette armée ? Quelque chose dans le coin d'un esprit de l'espion lui soufflerait que c'était une mauvaise idée. Mais sa mémoire pratique et son entraînement l'aideraient à se rappeler qu'il y avait une bouche d'égoût au centre de la place où l'armée changeante s'était installée, elle se trouvait donc à quelques mètres à peine du crâne ! Raregord pourrait donc s'engager librement sur le chemin, devant seulement faire attention aux ordures traitresses accumulées dans les eaux usées des égouts et dont certaines, rendues coupantes par l'usure seraient les instruments d'une infection qui pourrait lui coûter sa jambe déjà blessée. Mais alors que l'archiviste ne se trouvait plus qu'à une vingtaine de mètre de son objectif, il sentit comme la pulsation d'un cœur dans l'air. Un coeur large et puissant dont le battement faisait battre l'air autour de lui. Un nouveau battement et il sembla que le cœur était d'acier. Alors une puissante envie monterait en Raregord. L'envie de sortir de cet égout puant et de s'offrir corps et âme au changement ! Après tout, si il le faisait, alors, la douleur cesserait n'est-ce pas ? Il n'aurait plus jamais mal et vivrais dans la félicité d'un dieu dont il avait pût constater la puissance par lui-même à de multiples reprises. Mais pour cela, il faudrait offrir un présent au Dieu aux Mille-visages pour faire pardonné les offenses qu'il lui avait faites en tuant ses serviteurs. Comme poussé par une volonté qui n'était pas la sienne, Raregord regarda autour de lui, cherchant ce qui pourrait faire le cadeau idéal pour le Changement. Alors il sentit le contact chaud de la main du soldat dans la sienne. Ne serait-ce pas un cadeau parfait ? Du sang pour du sang.

Il poserait un genoux dans la fange avant de poser sa main sur le torse animé d'une faible respiration du soldat. Le souffle de vie dont sont animées les créations du Maître de l'Évolution. Il semblera alors un instant que la main de Raregord était devenue tout de blanc gantée. Un blanc de soie. Refermant sa prise sur le tissus de l'uniforme de l'homme Raregord sentirait ses muscles puissants. Ceux que le Changement lui avait donné. Il pouvait accomplir sa volonté maintenant. Anéantir cette misérable existence et offrir son âme au Changement afin de vaincre le règne d'hérésie dresser sur la cité de son enfance. C'était ce qu'il voulait n'est-ce pas ? Pourquoi lutter contre cette envie. Une voix dans un recoin dans son esprit lui soufflait que l'idée était sage mais alors il devrait être un bon serviteur, continuer d'oeuvrer pour le Changement. Ailleurs dans son esprit, une voix endormie par les battements d'un cœur métallique tentait de se réveiller, de lui rappeler pourquoi il était là, de lui hurler de s'éloigner. Raregord en aurait-il la force, malgré les blessures et la fatigue, sauverait-il son corps et son esprit ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Lun 17 Jan - 1:31

L'espion s'approchait petit à petit de l'endroit où se trouvait le symbole du changement, le crane d'acier au yeux d'émeraudes. A chaque pas qu'il faisait dans ce goulot, certes commun par rapport aux autres, il la sentait habité d'une présence mauvaise, une présence étouffante aussi bien psychiquement que physiquement. Plus il avançait plus son coeur se serrait, son corps tremblait et ses yeux s'écarquillaient. Il avait beau se rappeler que ce n'était qu'une statue, que ce qu'il sentait n'était que l'effet d'un sort complexe lancé par un sorcier en train de mourir, il sentait le coeur du changement battre. Ressentir ces battements était une chose qui aurait effrayé n'importe qui mais ce n'était rien comparait à ce que Raregord ressentait. A chaque battement, l'espion avait l'impression que le siens lui répondait. A chaque pas, il se remémorait les visions dans son esprit. Son double habillé de soie blanche, c'était ce que le dieu lui promettait. Athée ne lui avait jamais fait de cadeau, il avait du se sortir lui même des emmerdes et ne s'était intéressé à lui seulement lorsqu'il avait prouvé qu'il pouvait faire preuve d'intelligence, que lorsque sa nation d'origine pouvait l'utiliser tel un outils.

Sans s'en rendre compte, l'espion était retrouvé sous la bouche d'égout, pile dans le petit filet de lumière produit par l'aube qui se levait doucement. Sa tête se leva comme si le dieux se trouvait au dessus de lui, ce qui était finalement le cas. A cet instant, la présence intimidante était devenu une véritable sensation de plénitude. Il devait rejoindre les fidèles, c'était sa place, c'était son choix, c'était le seul endroit où il avait envie d'être, la seule vie qui le satisfera à jamais. Ne faire qu'un avec le Changement, l'ultime récompense. Et celle ci était à portée de la main, littéralement. Il ne lui suffisait que de tuer ce soldat qui était déjà mort ou presque. Il était son cadeau au changement, son passage vers le monde meilleur. La chaleur dans sa main se répandit dans sa main. Une main blanche de soie, garantie d'être lavé de ses péchés envers un dieu. Alors que le corps du soldat était là sans défense, l'espion observait sa main devenu puissante, mortelle et destructrice. Finis le plans à essayer d'éviter des gardes, il n'avait plus qu'à les tuer. Finis les serrure à ouvrir, il n'avait qu'à les exploser. Faibles athéens à protéger dans l'ombre, il n'aurait plus peur de montrer son visage. Ses yeux se fermèrent et il gouta ses rêve en les touchant à peine, seul obstacle entre lui et eux, la mort d'un soldat. Sa main se rapprocha de la gorge du soldat, il était temps de mettre fin à sa souffrance.

Mais c'est alors que sa main eut une petite réaction étrange, un petit tic nerveux. Quelque chose qui ne lui arrivait jamais d'habitude. Curieux, il observa d'abord sa main avant de réitérer sa manoeuvre. Le même tic se produit. Cela ne le gênait nullement pour liquider sa cible, il lui suffisait de continuer de rapprocher sa main de la gorge du soldat et d'user de son nouveau pouvoir. Ce petit grain de sable le tétanisa littéralement. Dans sa mémoire, il n'avait souvenir que de quelques fois où sa main avait tremblée. Il se rappelait de ce soir pluvieux sur le territoire du corbeau. Le jour où il avait du liquidé une jeune femme sans défense dans un dojo du Corbeau. C'était soit la tuer et faire passer son effraction pour un simple vol raté (en foutant le bordel tout autour de lui) soit laisser l'indice du passage d'un maitre en infiltration dans la batisse ... Il s'apprêtait à la tuer quand, au moment de la frapper, sa main trembla. C'était la malédiction de Raregord, une conscience qui l'empêchait de tuer les innocents. Cette pauvre créature n'avait rien fait, elle n'était loin de tout conflits. Mais ce n'était pas le cas du soldat qui était entre mes mains. Alors pourquoi ?

En lui, il avait envie de rejoindre les gens au dessus de lui, de les aider à détruire l'aberration athé qu'était cette république de marchand et de mercenaires. Ils ne croient en rien si ce n'est à l'argent et au pouvoir alors que le vrai pouvoir, celui que le changement tente de leur donner il le rejette comme la peste. Qui sont ils pour rejeter ces paroles et ses dons ? Qui sont ils ces hommes de peu de foi à rejeter les paroles de celui qui à lui seul pourra nous offrir le pouvoir ?

...

...

...

Le pouvoir ? Est ce pour cela qu'il est devenu l'une des ombres d'Athée ? Il n'avait jamais cherché la puissance ou la fortune personnelle dans ses missions et pourtant il aurait pu. Il aurait pu être mille métier plutot que se battre pour la République. Il aurait pu aussi fuir sa cité plutot que de la défendre pendant toute la nuit, en affrontant les changeur, les pirates, les morts vivants et les originels. Pourquoi avait il fait cela ? A cet instant il se posait la question. Il se rappelle de sa vengeance, mais celle ci a été assouvie depuis longtemps. Il se rappelle l'excitation de l'apprentissage de la magie, mais celle ci n'est pas sa passion. Il se rappelle de l'adrénaline des missions, mais cela ne lui était pas indispensable. Alors pourquoi ? Son regard se posa sur le soldat qui lui aussi venait de passer dans la lumière dévoilant le symbole d'Athée.

Et là tout s'éclaira comme une évidence. C'était Athée sa motivation. Non pas le patriotisme de cet idiot de Senacherib. Mais le symbole même d'Athée. C'était une petite république sans affiliation religieuse qui nargue les géants à coup de commerce, de politique et d'argent. Telle sont les athéens. Ils n'ont pas les soldats les plus forts, les plus entrainés, les plus puissant ou encore les armes les plus perfectionnés, ils ont la plus grande ingéniosité, la détermination et surtout un égo capable de faire passer les dieux pour des rigolos. C'était ça qui lui donnait l'envie de protéger sa cité natale. C'était sa raison de dire M*rde à la facilité et aux divinités. C'était en ridiculisant et tuant leur agent qu'il aimait vivre. Réunissant son égo et son excitation, Raregord prit une dague et s'entailla la paume, transformant la soie blanche et pure en une couleur écarlate. La douleur lui avait fait reprendre ses esprits, au moins un minimum, assez pour que Raregord puisse se venger. Le temps le pressait, si près d'un sacrifice l'espion se concentra sur sa magie. Il se souvint de la voir qui était sorti de la statue et décida de s'adresser aux esclaves qui la maintenait. A la rangée d'esclave à gauche il leur dit :
"Soulevez et allez à droites, esclaves" et "Baissez et poussé à gauche" à celle de gauche.

Espérant que les esclaves étaient assez asservis pour ne pas trop réfléchir quand leur dieu leur parle directement, l'espion n'ira même pas regarder si sa ruse a marché, préférant s'éloigner de l'épicentre de la tentation. De toutes manière si elle a marché, la chute du symbole va faire un sacré bruit. Sa destination futur était de rejoindre l'évacuation vers la mer. Un peu de lumière et surtout un peu d'eau douce ne pouvait que faire du bien à son collègue. Il pourra au moins le stabiliser. Raregord estimait avoir déjà bien ennuyé ses ennemis pour le moment et son corps avait déjà bien assez souffert pour la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Ven 21 Jan - 15:29

La mer. La Mer de Sang. Tel était le nom de la Mer d'Izzilia bien avant que la première pierre de la Tour des 3 Fondateurs, premier bâtiment de la Cité d'Athéïle ne soit posée. Aujourd'hui, ce nom était plus vrai que jamais. Comme l'avait constaté Raregord, le sang coulait dans les canalisations mais le sang n'était pas si abondant compte tenu du nombre de morts. Non car la pluie torrentielle avait évacué le sang dans les égouts, nettoyé chaque pavé tâché de pourpre. Alors qu'il débouchait à l'air libre grâce à la canalisation d'évacuation qui déversait les effluves nauséabondes de la cité dans une petite crique profonde à l'eau trouble à plus de deux-cent mètres de la Cité. L'écume était rouge, et l'eau était teinté de la couleur du sang même si celle de déchets accumulés par des années de rejet lui disputait la propriété de cette eau. Mais même au-delà de cette crique, le sang léger et frivole, désireux de se répandre et l'arrivé là des restes de la bataille navale qui s'était déroulée dans le port avait teinté l'eau d'une couleurs presque aussi pur que celle du rubis si loin que Raregord ne pouvait pas voir une eau claire.

Mais Raregord n'avait pas écouté les voix qui lui soufflait de si sages conseils quelques minutes plus tôt. Si l'une avait suggéré de se rendre au Changement, l'autre avait voulût hurler de s'éloigner. Cette envie de servir le Changement était montée à l'approche du crâne et si l'archiviste s'était entaillé la main, revenant un peu à ses esprit grâce à la douleur, cette envie remontait doucement en lui tandis que les battements lointain d'un cœur d'acier se répercutaient sur les parois de la canalisation. Mais le plus perturbant n'était pas tant ces battements que le ciel. Ce ciel qui dominait une mer de sang semblait doucement se teindre. Les nuages, ils se teignaient de violet tandis qu'un soleil noir se levait à l'Est. Raregord, l'espace d'un instant, ne sentit plus tout à fait son corps, ne commandant plus à ses membres qui agissaient d'eux même. Il se mit à marcher, abandonnant le corps à peine en vie de son camarade, se dirigeant vers un endroit moins puant. Comment savait-il qu'il cherchait un tel endroit ? Il l'avait pensé, enfin du moins cela lui avait parût évident, comme une envie, un besoin. Ce besoin l'amena jusqu'à une petite crique de sable bleu au près de laquelle poussait une forêt d'arbres entièrement fait de verre, prêt à se briser au moindre souffle de vent mais il n'y en avait aucun pour l'instant.

Alors Raregord entra dans cette forêt de verre, se glissant avec agilité entre ces géants qui ne demandaient qu'à se briser sur lui pour le découper de toute part. Il marchât un long moment, jusqu'à un arbre de verre qui semblait comme tout les autres mais lorsqu'il s'en approcha, une personne arriva face à lui. Ou plutôt, son image se refléta. Face à lui se tenait un homme, ou du moins un être qui y ressemblait sans en être un. Son visage et ses mains, seules parties de sa peau qui soient visibles étaient gris sombre. Son visage aux traits fins, se terminait au menton par ce qui ressemblait à un bouc fait de lanières de cuir. Ses yeux étaient deux billes bleues perçantes et hautaines dont la gauche était souligné par de curieuses marques noirs sous l'œil et au-dessus du sourcil. Toujours ce visage, il était encadré par une chevelure grise légèrement plus claire que sa peau dont les ultimes terminaisons flirtaient avec le bouc mais dont les racines dissimulaient les bases de deux larges cornes. Des cornes qui s'enroulaient au-dessus de la tête du reflet, ressemblant pour l'essentiel à des cornes de béliers si ce n'était de ses étranges morceaux de métals qui les couvraient par endroit, d'avantage des fioritures que des armatures. Parlant de fioriture, l'habit du reflet était de noir de sa veste chic à ses soulier fin si ce n'était du collant et de la chemise de soie qu'il portait. Dans sa main droite, un lourd objet rond et doré au sommet duquel trônait un petit bouton qui permettait de l'ouvrir et d'en dévoiler le miroir brisé. Le reflet ne l'avait pas encore ouvert mais l'agent du Joyau le saurait. Un simple souvenir. Dans la main de Raregord, le poids de cet objet et la chaîne qui glisse de sa manche.

Le reflet, comme animé de sa propre volonté regarde Raregord de haut en bas puis soupire.

- Raregord, Raregord, Raregord. Que vais-je bien pouvoir faire de toi ?

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Ven 21 Jan - 18:11

La lumière du soleil ! Raregord l'espérait enfin pouvoir voir l'aube se lever et enfin les rayons dorés l'irradiait enfin. Après avoir déposé son collègue sur le bord de l'embouchure, là où les quelques déjections sont les moins hautes, histoire d'éviter de mourir de septicémie ... oui bon c'est peut être trop tard pour lui mais bon mieux vaut ne pas aggraver la situation. L'espion, s'installa face à lui pour reprendre son souffle et surtout voir la nuit de folie qu'il avait vécu. Il espérait que son action, certes minime pourra jouer dans la balance de la bataille mais cela n'était plus bien important. Fatigué, il avait néanmoins vécu la plus dur épreuve de toute sa vie : Résister au Changement. Le Changement, malgré son éloignement, il sentait encore son coeur battre dans sa poitrine. Regardant son gant rougi par son sang, Raregord serra le poing pour réveiller la douleur. Mais cette fois, rien ne pouvait lui empêcher de sombrer. Il croyait que son corps allait tentait de tuer son collègue comme tout à l'heure, mais celui ci décida de l'emmener faire une petite balade.

La balade l'emmenait dans un endroit que Raregord ne connaissait pas, une foret totalement fantasmagorique. Une foret d'une beauté et d'une fragilité magique. Aucune main humaine n'aurait jamais pu faire cette foret et la nature ... soit il y a tellement de choses bizarre dans notre monde que la nature a pu créer cette chose mais c'est pas forcément évident. A chacun de ses pas, Raregord sentait un malaise. Il sentait que c'était cette foutue divinité qui l'entrainait dans cet endroit. Que pouvait il lui vouloir encore ? Il le saura bien assez tot. Intérieurement, l'espion préparait son esprit pour combattre d'autre assauts de cette magie démoniaque. Mais il ne s'attendait pas à avoir à discuter avec un reflet. La couleur de peau lui fait penser à sa vision ce qui ne manqua pas de le faire sourire avant de répondre à ... aux ... enfin le truc devant lui d'un simple :


"Et bien quoi ? Ne me dites pas que vous m'en voulez, allons. C'est pas comme si j'étais le premier à résister ... si ?"


Il y avait une pointe d'inquiétude que Raregord cachait avec un certain talent grace à l'honneur qu'il avait de rencontrer un "diplomate" du Changement. Il faut avouer que les membres de cette religion ne sont guère connu pour laisser le choix aux gens et, il devait l'avoir compris, peu de chose pouvait forcer Raregord à faire ce qu'il voulait. Aaaah égo quand tu nous tient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Jeu 27 Jan - 20:06

Le soupire avait été une forme de désespoir. Un peu comme si le reflet c'était adressé à un enfant qui ne cesse de faire des bêtises. Cependant, lorsque Raregord lui répondit, le reflet eût l'air lui-même étonné. Il appliqua un index à longue blanc d'ivoire sur son menton qui se prolongeait en ce curieux bouc qu'était le sien, l'air pensif tout en fixant l'archiviste. Puis plissant les yeux, comme si le fruit de sa réflexion lui avait apporté la suspicion, le reflet demanda :

- Qu'entends-tu par le premier ?

Diplomate du Changement ou quelque chose d'entièrement différent ? Cette discussions semblait être à même de le déterminer. Alors qu'il achevait de poser sa question, le reflet positionna l'objet doré et rond que Raregord avait déjà vu dans ses vision de façon à ce qu'il soit le seul à en voir le contenu. Appuyant une fois sur le bouton, le couvercle s'ouvrit, le reflet regardant alors à l'intérieur pendant un court moment, manifestement très intéressé avant de le refermer manuellement et de tourner le regard vers l'archiviste. Puis fermant les yeux et se les massant à l'aide de son pouce et son index, il demanda :

- Mon cher Raregord, que t'a-t-on dit exactement quand tu as reçut la bénédiction du Changement ? Que tu allais éclore tel un papillon qui sort de sa chrysalide ? Ce n'était pas si faux. Vois-tu, tu n'es qu'une vulgaire chrysalide.

Rouvrant les yeux et regardant Raregord au travers de son masque si intensément que ce dernier eût la sensation que la créature le regardait de si près qu'il aurait pût l'embrasser si il l'avait voulut. Ou le dévorer, mais cela ne semblait pas dans ses intentions immédiates.

- Une enveloppe sans autre intérêt que de protéger la merveilleuse âme dont le Changement à doté ses créatures à leurs créations. Lorsque tu es entré au contact de la magie du Changement, cette chrysalide s'est fissurée et le papillon en toi n'a demandé qu'à sortir. Autrement dit, moi. Si tu avais accepté le merveilleux cadeau qui t'étais fait au lieu de te rebeller stupidement, nos esprits auraient fusionnés et tu serais devenu bien plus fort, bien plus beau, tu as même pût sentir mon pouvoir ! Mais malgré cela, tu n'as pas souhaité te plier à ta destinée. Tu n'as fait que compliquer les choses et à présent nous voilà bien embarrasser. Toi avec ton âme entrain d'évoluer indépendamment de ton corps et moi avec un corps faible et impossible à contrôler, m'empêchant de vivre selon mon bon gré.

Le reflet marqua une pause poussant un nouveau soupire las tout en posant une main sur sa hanche.

- Qu'allons nous faire mon cher Raregord ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Ven 28 Jan - 6:48

Ainsi le reflet était bien ce que Raregord craignait, ce n'était pas le Changement qui l'avait amené ici, mais c'était son changement. La saloperie qu'avait injecté le prêtre du changement avait semblé faire son effet, au point de lui injecter une ame pro-changement dans mon corps. Disons que c'était un petit cadeau que ce grand minotaure n'a pu s'empêcher de faire malgré tout. Mais ce n'était pas pour autant que l'espion allait perdre de la superbe. C'était donc à cela qu'il allait ressemblait s'il rejoignait les fidèles de cette religion dingue ? Un bouc sans poils à la peau grise. L'idée ne lui donnait guère envie de basculer à l'ennemi. L'espion aimait bien son visage comme il était et il aimait particulièrement tout les traits que sa mère lui avait légué.

En tout cas, l'archiviste n'avait pas manqué quelques points intéressant lorsque son double lui avait parlé. Tout d'abord, la personne qu'il avait en face de lui était une personnalité induite par le sort du prêtre et non pas une incarnation du changement. Sinon pourquoi aurait il été surpris en utilisant le terme "premier". De plus il semblait avoir une certaine exaspération en face de lui même. Mais cela pouvait aussi démontrer un stresse pouvant s'expliquer par le manque de temps ou bien par la difficulté de la tache qu'il avait à accomplir : prendre le controle de mon corps. L'usage du terme "vulgaire" montrait un manque de respect envers mon intégrité physique ce qui était un autre point sur lequel nous divergeons. Enfin, il semble que ma "rébellion" ait formé une sorte de schisme entre l'âme qui était dans mon corps et celle qui y a été injecté de force. La bonne nouvelle étant qu'il ne semblait pas pouvoir en prendre le controle pour le moment. Raregord, gardant toujours sont masque s'assura de son apparence présentable avant de répondre à son interlocuteur.


"Tu sais ... je ne sais pas comment t'appeler alors, je te nommerai "Numéro 2" pour le moment. Tu sais, Numéro 2, l'espace d'un instant j'ai eu peur de ce que tu pouvais me dire. Je te voyais comme un coté sombre de ma personnalité, un recoin de mes désirs que je me refusais d'écouter ou même encore une personnalité créée par mon esprit bien trop souvent forcé de prendre des couvertures et de jongler avec. Mais, bizarrement, je ne vois aucun intéret tels que toi tu les vois. Tu considère le changement comme une bénédiction parce qu'il offre pouvoir, force et beauté alors que moi je n'y vois que ... des gadgets ou des jouets qu'on fait miroiter à un enfant pour qu'ils fasse ce qu'on lui dit"


L'espion se met alors à tourner autour de l'arbre, ne lachant pas son interlocuteur des yeux à travers son masque de porcelaine. Croisant les bras, il se mit à prendre une pose réfléchie et surtout peu intimidé face à son reflet. Ses pas, contrairement à ceux de l'entité dans l'arbre en verre retentissaient dans le silence de la zone. Il en était conscient ce qui donnait un aspect bien plus rythmés à ses paroles qu'ils débitait comme s'il était dans une pièce de théatre. Voyons si le Numéro 2 savait jauger les apparences.

"J'avoue que, malheureusement, tu ne m'offre qu'une bien pauvre vision de la doctrine du changement. Cela ne m'étonne d'ailleurs pas que vos armées soient si faciles à infiltrer. Je vais tacher de m'expliquer afin de vous rendre compte de ce que tu m'inspires, Numéro 2. Ma vulgaire chrysalide, aussi simple qu'elle était, poursuivait son chemin tranquillement dans la vie, son évolution était certes lente mais le papillon qui était à l'intérieur était destiné à porter des couleurs flamboyantes comme la révolte que toi et ton dieu m'inspirez, pour diverses raisons dont il n'est pas nécessaire de mettre au propre. Rien ne disait que mon chrysalide atteigne sa maturation, c'est là tout le dilemme de l'existence, n'est ce pas ? Cependant, lorsque ton ami le prêtre du changement à touché ma jambe, il a ,semble-t-il, décidé que cette couleur ne lui convenait pas et a déchiré mon enveloppe pour en faire ressortir un papillon aux couleurs froides tels que le bleu ou le violet"

Raregord stoppe un instant, la main sur son menton de terre cuite blanc, réfléchissant à ses mots autant qu'à sa manière de les amener à provoquer chez son interlocuteur des réactions quelconque qui le permettrait de juger les émotions de son interlocuteur. Après un instant, il continue donc :

"Ainsi le développement de la chrysalide n'est ni la nature, ni le temps mais seulement les gouts esthétiques d'une personne unique, le prêtre qui a décidé de déchiré l'enveloppe et forcant le papillon à étendre ses ailes ... Si je ne m'abuse, je ne vois là aucune justice ni évolution, ni même pouvoir. Certes, on peut penser en voyant ce que je peux devenir, que le Changement m'ouvre ses bras, mais ce n'est qu'un simple pot de vin pour que je sois de son coté, que je renie mes idéaux ... que je me laisse faire en somme. Que l'espace d'un instant je détourne les yeux. Tu y vois une situation embarrassante et je comprends pourquoi. Elle n'est nullement embarrassante pour moi, elle me motive, elle m'illumine littéralement. Voilà des centaines d'années que les personnes ayant accès au pouvoir du changement lui laisse diriger son ame au point que celle ci se laisse phagocyter par des entités comme toi en l'échange de pouvoir et coup de malchance, te voilà catapulter dans un corps qui ne te voulait pas. Je me dis que c'est une première pour nous deux pas vrai et il serait dommage de gacher une telle expérience"

L'espion s'approche alors son double afin de conclure sa rhétorique


"Tu demandes ce que nous allons faire, Numéro 2 ? C'est très simple. Toi et moi allons attendre et voir ce qu'il se passe. Qui sait, peut être prendra tu le controle, peut être pas. Mais quoiqu'il en soit, je suis sûr que nous en sortirons grandit au final. Ne penses tu pas ? Enfin ... je me doute que nous allons avoir du temps pour disserter toi et moi à l'avenir. Malheureusement, je n'ai que très peu de temps devant moi, j'ai un blessé sur les bras, pourrais tu m'indiquer comment retourner à Athée, je te serais reconnaissant"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Lun 31 Jan - 19:44

Pendant l'ensemble du discours, "numéro 2" n'avait pas lâché Raregord du regard, pivotant sur lui-même pour suivre l'archiviste au rythme de ses déambulations. Il l'observait, un brin amusé mais aussi et surtout avec cet air hautain qui était le sien et qui caractérisait beaucoup de nobles d'Athéïle et d'ailleurs. Lorsque Raregord acheva de parler, le reflet sourit, révélant ses dents fines et aiguisées qui respectaient de manière approximative le nombre et l'organisation d'une dentition humaine.

- Tu me sera reconnaissant pour bien d'autres choses mon cher Raregord. Première de ces choses, je vais t'apprendre que le nom que je le porte fût choisit au moment de ta naissance. Dès lors ton âme portait ce nom. Malheureusement si tu es incapable de le trouver toi-même, ce n'est pas à moi de te le révéler. Mais faute de mieux, tu peux m'appeler Vadorian Arkerag. Mais je t'en prie, prends un siège.

Vadorian s'assoit dans le reflet, forçant par la même le corps de Raregord à faire de même. Ainsi, l'archiviste se retrouva donc dans une position physiquement extrêmement difficile à tenir dans la mesure où il était effectivement sensé se reposer sur son dos et son fessier seulement aucun des deux ne trouvaient de surface contre lesquelles s'appuyer. Mais ses muscles ne paraissaient pas souffrir, du moins par pour l'instant. Mais quelque chose souffla à Raregord que la douleur mettrait probablement de longues heures à gagner ces muscles capables de contenir la charge d'un être fait de chair et d'acier de plus de cent kilos.

- Tu vois les choses de façon trop métaphoriques mon cher Raregord. Peu importe les couleurs du papillon, c'est le contact avec la magie qui ta changé profondément, qui à évité que de ta chrysalide reste fermée à jamais. C'est ce qui t'attendais en marchant trop près du Changement et malgré les avertissements que ta conscience magique en plein éveil, tu t'es encore approché de l'un de ses plus puissants adepte. Autre point où tu te trompes, le contrôle. Tu sembles croire que la plupart des croyants sont contrôlés mentalement ou physiquement par le Changement. Ce qui est faux. J'ignore de quelle manière ils ont procédés ici mais si je me fie à tes souvenirs, ils étaient manifestement pressés de rassembler une armée et convertir jusqu'au cœur de soldats athées avec une religion aurait prit des semaines. Dans notre cas, une partie de toi est toujours athée et l'autre, moi connaît la nature véritable du Changement. Cela ne veut pas dire que je me lèverais chaque matin pour lui rendre hommage mais un sacrifice rituel de temps à autre et une prière avant le repas n'ont jamais fait de mal à qui que ce soit, sacrifiés exceptés j'entends.

Marquant une pause, Vadorian sortit le large appareil doré déjà aperçu à plusieurs reprise pour observer son contenu quelques instants avant de le refermer et de le ranger dans un pan de sa veste. Raregord pourrait alors sentir le poids de l'objet dans sa main sans pouvoir regarder si il s'y trouvait réellement.

- La question du contrôle de ce corps ne ce pose pas. Le papillon est là et inévitablement, il sortira. Il ne forcera rien mais tu sentira lentement l'enveloppe devenir de plus en plus inutile et ressentir le besoin de tes ailes. Pas le besoin du Changement mais celui du pouvoir qui est tiens. Alors quand tu auras accepté que nous ne sommes qu'un et pas un athée soumit à la fourberie d'un Dieu hors de sa compréhension, alors nôtre âme retrouvera son intégrité. A ce moment j'ignore laquelle de nos facettes l'emportera d'un point de vue purement physique mais j'espère au moins que cela aura le bon goût de conserver mes yeux et mon grain de peau, tu ne penses pas ?

Puis, comme dans un rêve, Vadorian se leva de son siège invisible et marcha jusqu'au bord du miroir, comme si il s'apprêtait à le franchir.

- Mais à présent...

La phrase ne serait jamais achevée. Comme si un immense poing s'était écrasé au milieu de celui-ci, le miroir se brisa, faisant disparaître Vadorian tandis qu'un hurlement terrible faisait s'écrouler la forêt de verre. Raregord n'aurait jamais fermé les yeux mais pourtant sa vision changea du tout au tout. Il n'était plus dans la forêt de verre mais dans un bois à un demi kilomètre d'Athéïle qui avait récemment brûlé, probablement à cause de la guerre. Il était dans cette forêt, en mouvement et à hauteur des feuillages. Dans son dos il pouvait sentir la brûlure de quatre longues griffes portée entre ses deux omoplates. Projeté dans les airs par un mouvement contrôlé, Raregord se saisirait d'une branche par réflexe pour amortir sa chute et atterrir lestement sur le sol couverts de cendres. En regardant derrière lui, il verrait une monstrueuse créature de chair et d'acier qui avait encore dans sa bouche difforme la moitié d'un bras, son bras d'acier couvert dans un sang d'une couleur aussi pure que le rubis et non pas d'un écarlate sombre tel que le sang humain. Mais elle portait également son propre sang, son dos était parsemé de large débris enfoncés dans sa chair et la moitié de son visage atroce n'était plus qu'un amas de chaire bouillie, cependant à mesure que le bras dans sa gueule disparaissait, la chair meurtrie semblait le devenir de moins en moins.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Mar 1 Fév - 16:18

Numéro 2 semblait donc avoir sa propre volonté et vouloir le corps non pas pour des raisons religieuse mais juste par égoisme. Comme si Raregord allait laisser son corps a quelqu'un qui ne lui donnait comme raison que "je suis ton ame originel". L'espion avait déjà entendu assez de personnes mentir avec talent pour ne pas les écouter quand ils disaient des énormités comme celle ci. L'Archiviste était tout de même déçu de voir que la deuxième personnalité en lui était un connard fini au final. Il n'avait qu'un mot à la bouche : "pouvoir". De fait la décision de Raregord était prise, pas question de laisser Numéro 2 gagner sans qu'il ne montre qu'il mérite le controle de son corps. Mais la discussion se termina brusquement, faisant remarquer au jeune homme que, mine de rien il avait bougé depuis qu'il étaient rentré dans cette foret de verre.

Mais le plus ennuyeux fut le coup de griffe qui reçut au milieu du dos le projetant en avant. Sortant de l'amas de cendre qui avait amortie sa chute, son regard se figea sur son ancien collègue devenu abomination du changement. Encore un glorieux exemple de la puissance de la magie du changement, au moins Raregord savait qu'il n'allait pas finir comme lui, encore que son futur état ne le motivait pas plus que cela. Passant les mains sur le coup de griffe, l'espion remarqua que son armure de cuir avait tout de même sacrément bien absorbé le coup ne faisant qu'une blessure superficiel, ce qui ne la rendait pas moins douloureuse en fin de compte, encore plus avec toutes cette cendre (riche en potasse) qui ne manquent pas de faire bruler ses plaies. Il était tout de même content de voir qu'il pouvait encore marcher et que sa colonne vertébrale fonctionnait toujours assez pour lui permettre de courir.


"Dis moi, vieux, tu peux vraiment pas me laisser ? A croire que tu es amoureux de moi"


Raregord voyait tout de suite la sournoiserie de la situation, c'était une épreuve faite pour le faire se servir de ses nouveaux pouvoir. Préférant user de sa tête plutot que de son corps, l'espion décida d'attendre, là sur le tas de cendre, n'attendant que la bête ne lui saute dessus. Elle avait beau être une créature du changement, elle devait se fier à des informations sensoriel. Il était temps de voir si la bête pouvait elle aussi se faire tromper. La créature étant en surplomb et son sens de l'attaque étant pour le moins rudimentaire, il allait surement sauter pour l'assaillir. Raregord comptait bien sur cela d'ailleurs car cela allait rendre son sort d'illusion encore plus crédible. Patientant, il préparait un clone, certes peu détailler, mais qui allait partir dans sa direction opposé juste après que la bête ai soulevé un grand nuage de poussière qui troublera sa vision. C'était un plan bien loin de pouvoir lui permettre d'abattre son ennemi mais il lui permettra surement d'avoir un peu d'avance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Dim 6 Fév - 16:45

- Ou à croire qu'il sent l'odeur du Changement là où elle se trouve, murmura une voix désormais familière.

Avoir quitté la forêt de verre ne séparait pas Raregord de Vadorian. De même que alors que l'archiviste pensait produire un clone, un ricanement retentit dans son esprit. Mais de part de son entraînement, l'agent du Joyau ne serait pas déstabilisé dans sa manœuvre. Mais alors que sa magie arcanique, enseignée lors de sa prime enfance, s'activait pour créer une image approximative de lui-même, il sentirait comme un léger blocage. Comme une pierre ronde qui bloque un instant un filet d'eau avant de le suivre dans sa course. Aussi, lorsque Raregord s'écarta, laissant la créature informe faire exploser les environs telle une bombe de cendres, il n'eût qu'une seconde pour percevoir l'image qui se matérialisait. Cette dernière avait des vêtements sombres et une peau à peine plus claire ainsi que de larges cornes au sommet de son crâne. Clairement, ce n'était pas Raregord ou du moins, pas la partie visible de lui-même. Cependant, le "double" exécuta parfaitement le reste de la manœuvre prévue en premier lieu par l'archiviste et le monstre de chair et d'acier après avoir pousser un hurlement atroce et humer l'air emplit de cendres, se lança à sa poursuite.


Un peu d'avance, Raregord en aurait. Mais pendant ce temps, certains arbres semblaient avoir d'étranges reflets, paraître curieusement transparents. Dans certains d'entre eux l'image de Vadorian reproduisant les mêmes actions que Raregord apparaissait. Dans d'autres la créature semblait s'amuser d'observer Raregord tenter d'échapper à la créature du Changement.


- Avant de faire d'autres bêtises mon ami, souviens toi que l'Arcane et le Changement n'ont jamais fait la paire. Le pouvoir auquel tu t'es confronté est bien plus grand et tes pouvoirs arcaniques vont lentement décliner face à notre puissance. Encore une échéance que tu pourra ralentir pour l'instant mais elle est inéluctable.

Puis Vadorian partit d'un petit ricanement tandis qu'un hurlement furieux retentissait à quelques centaines de mètres de là. Il fallait se hâter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Raregord Varkarian
Agent double
avatar

Masculin
Nombre de messages : 203
Race : Humain Athe
Classe : Espion
Date d'inscription : 19/02/2010

MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   Dim 6 Fév - 20:11

Citation :
- Ou à croire qu'il sent l'odeur du Changement là où elle se trouve, murmura une voix désormais familière.

Encore une preuve que quelque chose puait dans le Changement pour Raregord. Mais ce n'était pas une petite voix agaçante qui allait le déranger, on lors de sont apprentissage on lui avait bien appris à incanter sans avoir l'air de le faire et dans une foule, mais ce qui le troublait plus c'était les cornes sur son double. Comme si le changement voulait s'insinuer dans les pouvoirs qu'il lui était vraiment utile, là encore, surement pour le forcer à préférer la force brute à la subtilité... Une autre preuve que le Changement n'avait aucun talent dans la manipulation, encore moins Numéro 2. Mais les pouvoirs de l'espion n'étaient pas que l'utilisation des arcanes. Pour lui, celles ci n'étaient que des outils particulièrement utiles dans ses missions. Courant à toutes jambes, le jeune homme savait cependant qu'il se devait de courir vers la rivière. Une idée lui était venu en étudiant la "bête", celle ci n'avait que des instinct primitifs et surtout des raisonnements limités. De par sa nature métamorphose ascendant n'importe quoi, Raregord avait noté un certain soucis d'ordre hydrodynamique ainsi qu'une surcharge non négligeable due à des membres exotiques en métal particulièrement lourd.

Fort de ce raisonnement, l'archiviste avait décidé de mettre ses observation en pratique. Durant sa course la voix de Numéro 2 ne cessait de tenter de l'énerver à rabacher ses paroles. Comprendra-t-il que ce n'est pas comme cela qu'on argumente ou encore que l'on rallie à sa cause quelqu'un ? Il devrait apprendre qu'une bonne parole bien placé fait bien plus d'effet qu'une succession de mots discontinue. Mais cela l'espion lui fit bien comprendre quand, en plein milieu de la phrase de son interlocuteur, il lacha


"Garde moi ca pour plus tard crétin !"

Pendant sa course, Raregord avait bien d'autre pensée en tête : atteindre la rivière. De mémoire, il savait que cela lui prendra environ une minute pour atteindre le lit de celle ci. Sachant qu'il avait réussi à mettre environ 50 voir 100 mètres de distance avec la créature, il y avait des bonnes chance de pouvoir atteindre l'eau sans se faire attaquer. Mais au cas où l'espion avait commencé à déboutonner son manteau, pour le rendre plus facile à enlever. Troubler la vision de l'ennemi était le meilleur moyen de le prendre par surprise et surtout de le neutraliser. Pour le coup c'était surtout dans le but de le tenir à distance pendant un petit moment au moins, cela pouvait être suffisant pour lui échapper. De plus, l'espion tentait de prendre une direction avec assez d'arbre pour ennuyer les déplacement sautillant de la bête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ombre d'Athée   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ombre d'Athée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Et les athéniens s'atteignirent...! ~ Pv Luc
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Origine et le Changement :: L'Auberge Du Renard Blanc :: La Vitrine-
Sauter vers: