L'Origine et le Changement

Bienvenue sur l'Origine et le Changement; un forum RPG. Plongez dans ce monde médiéval fantastique aux possibilités infinies.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Voyage vers l'horizon

Aller en bas 
AuteurMessage
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Voyage vers l'horizon   Jeu 2 Déc - 12:27

Embrun sentit ses forces disparaitre d'un coup. La colère et l'adrénaline lui avait permis d'utiliser la quasi totalité de son énergie, mais elle s'était bien trop dépensée. Déjà, alors qu'elle maintenait la gorge de son adversaire, elle sentit ses doigts trembler. Si elle ne finissait pas le combat cette fois, s'en serait terminé pour elle. La suite fut très floue... Kylde lui avait empoigné les poignets et elle chutait en arrière, incapable de garder l'équilibre. Son ultime amas d'énergie partit au loin alors qu'il la plaquait au sol. Elle vit la mort dans les yeux de son adversaire avant de sombrer. Maintenant qu'il avait le dessus, il allait la tuer... Plus aucun doute. Comme dans un rêve, elle entrevit deux yeux bleu acier un instant, mais elle n'y prêta pas grande attention. Ce devait être un fragment de son passé qui lui revenait, ou quelque chose du genre. Le plus étrange était qu'elle ne ressentait aucune douleur. Était-ce vraiment la mort ? Ce fut sa dernière pensée à peu près cohérente.

des coups frappés à la porte la firent se lever d'un bond. Elle s'écroula aussitôt, pas encore vraiment remise et absolument pas éveillée. Seul le réflexe l'avait fait lever. La jeune fille s'assit sur la sol le temps de comprendre où elle se trouvait et refit une tentative bien plus prudente pour se lever. Quelqu'un avait du la sortir du combat avant que Kylde ne la tue car il n'avait certainement pas changé d'idée en cours de route. Ce regard, elle le connaissait très bien. Elle l'avait vu dans les yeux de ses compagnons et de ses adversaires durant certains combats particulièrement violent. Elle avait elle aussi ressentit cet instant de pouvoir, juste avant d'achever un homme et elle savait bien qu'il l'aurait forcément tué si il l'avait pu. Elle secoua la tête pour dissiper cette vision, parfaitement consciente d'être passée à deux doigts de la mort.

Après s'être assurée qu'elle était toujours vivante, Embrun fit un rapide inventaire de son état physique et géographique. À part la fatigue, rien n'avait changé. Quelques blessures s'étaient réouvertes pendant le combat mais elles étaient à nouveau cicatrisées, ce qui lui fit comprendre qu'elle était ici depuis au moins au marrée. Elle portait des vêtements inconnus et bien plus propres que d'habitude. On avait du s'occuper d'elle pendant son sommeil forcé. Elle était apparemment dans sa cabine, bien qu'elle n'en fut pas vraiment sûre vu les capacités du Thul à changer son intérieur comme bon lui semblait. Ils étaient en plein mer, aussi. Elle avait manqué le départ. Rien de surprenant vu qu'elle était restée pas mal de temps inconsciente. Enfin, détail non négligeable, quelqu'un avait frappé à la porte et elle devait donc aller ouvrir.

La pirate s'étira pour éveiller ses muscles et ouvrit la poste de la cabine. Elle avait l'air à la fois un peu perdue et prudente. Ses longs cheveux noirs tombaient de façon complètement désordonnées de tous les cotés, comme elle n'avait même pas pris la peine de les jeter en arrière. Elle était toujours pieds nus et même si elle n'était plus en haillons, son accoutrement était loin d'être ajusté. Elle ne semblait pas pour autant mal en point, déjà parce qu'elle n'avait pas l'intention de le montrer, mais aussi parce que son corps avait beaucoup profité de son sommeil. Pour une fois qu'il pouvait guérir tranquillement...


- Qu'est-c'qu'vous voulez ? Marmonna t-elle avant même d'ouvrir entièrement la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Ven 3 Déc - 14:14

La porte s’ouvrit sur un large gaillard. Plutôt grand, des cheveux probablement d’un brun clair coupés courts, aux épaules larges et la mâchoire carrée, il portait une tenue simple incluant une chemise déchirée qui laissait voir des morceaux de tatouages complexes qui courraient le long de ses bras et s’étendaient sur la partie haute de ses pectoraux, visible malgré le vêtement. C’était un jeune homme. Peut-être le même âge qu’Embrun mais une barbe naissante rongeait son visage, alors il pouvait bien être plus vieux. Lorsqu’il vit la jeune fille, il sembla un peu gêné, de quoi, à elle de deviner. Mais, balbutiant un instant il déclara :

- Euh, je voulais simplement vous souhaitez la bienvenue sur le bateau m’dame. J’étais au rang des spectateurs pendant votre duel et j’ai été plutôt impressionné. Parmi les apprentis du bateau, il y en à pas beaucoup qui tiennent tête à Kylde dans un combat face à face. On à rien contre lui mais réussir à égaliser ce n’est pas rien non plus.

Il avait l’air gêné simplement parce qu’il parlait à Embrun ne gardant ses yeux noirs dans ceux de la jeune fille que quelques secondes avant de le détourner pour regarder un coin de la porte ou le couloir. Et en même temps qu’il parlait, il bougeait beaucoup ses mains, comme si il ne savait pas vraiment où les mettre, une fois dans ses poches la seconde il en plaça une derrière sa tête, une troisième fois elles suivirent un peu ses paroles comme si il expliquait avec ces mains en même temps et elles terminèrent finalement dans son dos. Cependant cela n’aurait pas été difficile de remarquer que les mains du jeune homme étaient larges et couvertes d’écorchures, brûlures, cales et autres marque d’un homme qui se sert beaucoup de ces mains. Il marqua une pause avant de tendre brusquement sa main vers Embrun, d'une manière un peu trop mécanique et brusque comme si il se rigidifiait de honte d'avoir oublier se signe de politesse.

- Je suis Ariech Reach, au fait.

Alors qu’il se présentait, un autre marin passa dans le couloir sans réellement faire attention à eux et se dirigeant droit vers le placard qui amenait au pont, ne les saluant que d’un signe de tête. Enfin Embrun savait qui était là et ce qu’il voulait à présent. Ce serait à elle de décider ce qu’elle voudrait en faire. Même si elle pourrait probablement refermer la porte aussi sèchement et retourner ce coucher mais par ce temps, le pont devait être bien plus agréable qu’avec la bruine sous laquelle elle était montée pour la première fois sur le Thul.

_________________


Dernière édition par L'Origine le Dim 5 Déc - 16:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Sam 4 Déc - 0:48

Certains marins ne savent pas parler aux femmes, mais celui ci il fait fort. Il a l'air d'un dur, pourtant, le bougre. Je le regarde en fronçant les sourcils, ne pouvant pas admettre qu'il est aussi maladroit à cause de moi. Je n'ai pas l'air bien effrayante, surtout face à un gaillard comme lui. Vrai que je m'énerve vite et que si il venait à me taper sur les nerfs, j'hésiterais pas à lui en coller une, mais il est deux fois plus large que moi ! Qu'est-ce qu'il craint ? La magie ? Je ne sais même pas l'utiliser correctement... Kylde m'aurait tuer si il l'avait pu, ce n'est certainement pas un match nul. Apparemment, celui qui m'a aidé l'a fait discrêtement, mais je ne l'ai pas vaincu et je n'ai pas l'intention de m'approprier cette victoire. Je le battrai réellement, et alors les autres pourrons me féliciter si bon leur semble. Je ne combats pas pour les honneurs, juste pour me faire une place et montrer que je ne suis pas prête à me laisser marcher sur les pieds. Je préfère encore le détromper plutôt que laisser courir de fausses rumeurs. Je ne compte pas me construire une réputation sur des mensonges.

- J'sais pas c'qu't'as vu, en tous cas j'l'ai pas mis au tapis c'te fois. J'compte pas l'laisser s'en tirer, mais c'coup ci il a gagné. I' pouvait m'tuer. C'quelqu'un qui l'a r'tenu j'pense, parc'qu'i' s'en s'rait pas privé sinon. P't'êt' mon maître. J'y règlerai son compte seule la prochaine fois à c't'enfoiré.

Bon sang, il est vraiment pas débrouillard... Je profite de la porte ouverte pour jeter un coup d'oeil dans le couloir et constater que je suis bien dans ma chambre. Ce doit être Asiaric qui m'y a ramenée. Pourtant il avait dit que seul le propriétaire de la chambre peut en ouvrir la porte. Est-ce que le Thul est aussi capable de reconnaitre si quelqu'un est inconscient ? Sans doute. On est dans son ventre, il doit bien pouvoir tout voir. Depuis combien de temps a t-on quitté le port ? Pas très longtemps, sinon l'autre matelot ne me souhaiterait pas la bienvenue. Quoique... Si je suis restée enfermée plusieurs jours dans ma chambre, peut être. De toute façon sa démarche n'a pas vraiment de sens. Je ne vois pas trop l'intérêt de le remercier, je ne comprends déjà pas pourquoi il est venu me voir. Il ne semble pas en avoir été chargé par mon maître, ni chercher des compagnons pour asmater mon adversaire.

Après un haussement d'épaules, je lui sers la main rapidement. Il a des cicatrices de partout... Et des tatouages aussi. Pour un marin aussi jeune, ce n'est pas mal. J'ai un peu de mal à savoir son âge, mais il est moins vieux que Zaukon en tous cas. Je n'avais encore jamais vu de caïd refermé. Je ne parviens même pas à croiser ses yeux. Il y a des marins qui s'offusquent de mon regard trop franc, mais jamais qui se détournent. Bref, étrange ce type. Après une courte poignée de main, je me présente rapidement, bien que ce soit sans doute inutile. Mon combat m'a au moins permis de me faire remarquer.


- Embrun, j'viens du Prime p'is l'cap'taine m'a engagé à cause d'la magie.

Sans m'attarder plus longtemps dans la cabine, je referme la porte derrière moi et m'engage dans le couloir. Je ne vais pas rester enfermée alors qu'il y a le pont là haut. J'ai déjà manqué le départ... Plus aucune chance de saluer Olaf maintenant, si tant est qu'il soit rentré à temps. Dommage, il devra se contenter du message de Zaukon. J'aimerais bien savoir ce qui s'est passé durant mon sommeil.

- Depuis combien d'temps on a quitté l'port ? P'is où on va si tu l'sais ? À l'embarquement, personne a su m'le dire.

Je jette un dernier regard à la porte de ma chambre pour bien en retenir l'emplacement et commence à me diriger vers le placard. Vu comme l'espèce de pirate timide semble dégourdit, je me retourne presque immédiatement pour vérifier qu'il suit. J'ai envie de voir la mer. Le Thul a beau avoir essayé de me faire une chambre qui me rappelle mon chez moi, je ne suis vraiment libre que sur le pont. Sans même lui laisser le temps de répondre aux premières questions, j'enchaine d'un ton plutôt empressée, trépignant presque d'impatience.

- On r'monte ? J'préfère avoir l'ciel au d'ssus d'la tête.


Dernière édition par Embrun Sabredor le Mar 7 Déc - 11:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Lun 6 Déc - 16:58

Le jeune homme à l'air plutôt surpris par les paroles d'Embrun. Il la regarde un instant avec de grands yeux remplit de ce sentiment qu'est la surprise puis, réalisant qu'il fixe une jeune femme, il détourne le regard tandis que ses joues s'empourpre et qu'il se frotte avec vigueur l'arrière de crâne tout en balbutiant :

- Euh euhm, Kylde ne t'aurais pas tuer. Il t'aurait sans doute fait très mal mais en tout cas, si il avait dû te tuer cela n'aurait pas été volontaire. Et puis personne ne l'aurait laisser faire, évidement, puisque c'est un Interdit sur le Thul. On ne peut pas tuer un compagnon de bord, qu'il fasse partit de l'équipage depuis 3 jours ou 3 siècles. Le cap'taine le pardonnerai pas et le Thul encore moins.

Ariech parlait correctement et pas à la manière des marins ni d'une brute de bas étage. Il parlait un peu vite mais c'était plus probablement dû au stress qu'à autre chose. Autrement il ne devait pas avoir été comme Embrun ou même Kylde. Ce n'était pas un enfant de la rue, de la mer ou des champs, peut-être qu'il venait d'une ville, issu d'une famille modeste mais au revenu suffisants pour prendre le temps de s'assurer que sa grammaire orale restait correcte ? C'était autant de suppositions que la jeune fille pourrait faire si elle prenait le temps d'y penser, sinon, comme elle semblait plus encline à le faire, elle pourrait toujours penser au pont et au bruit des vagues caressant la coque qui se faisait encore entendre même dans le couloir. Ariech suivait bien et alors qu'ils arrivaient devant le placard, répondit aux dernières questions de Embrun.

- On à quitté le port alors que le soleil n'allait pas tarder à se coucher donc ça fait environs une demi journée. Lupen Z'en Rahar allait entamer des négociations et le Cap'taine Zalidan à dit qu'il était temps de se préoccuper de ce qui nous concernait vraiment. Après le cap'taine n'a pas à me rendre compte de ces décisions, je suis qu'un marin parmi d'autre mais on à prit pour cap le Nord-Ouest ce qui ne peut vouloir dire que deux destinations, Port Menetyr ou le Port d'Azur.

Les deux plus grands ports Démériens, tout simplement. A moins que le Capitaine Zalidan ne guide son bateau et son équipage vers une autre mystérieuse destination, ces deux là étaient les plus évidentes et les plus probables. Car si le règne de ténèbres des Pjeyhs s'était étendu à tout ce pays et que ces deux régions étaient tout particulièrement rongée par le mal qui y vivait, le pouvoir des Pjeyhs s'effilochait aux dernières nouvelles et bien que magiciens, ils étaient également pirates et les nécromanciens n'auraient guère les moyens de fuir Déméria et combattre un équipage aussi puissant que celui de Thul Galvondir. Après tout, il était le troisième équipage légendaire, celui dont la puissance était si grande qu'elle était entrée dans la légende au point de faire douter les esprits les plus rationnels de son existence. Après le choix entre les deux ports semblait plus difficile à faire avant qu'ils n'aient avancer d'avantage dans leur itinéraire. Ariech posa sa grande main couverte de brûlures et cicatrices sur le côté du "placard" dont les portes s'ouvrirent, laissant les deux jeunes marins remonter jusqu'à létage supérieur. Une fois dans le couloir Ariech déclara :

- Tu verra que Kylde et moi ne sommes pas les seuls apprentis. Vous avez des maîtres pour la magie mais il y à aussi des apprentis marins comme moi. J'ai assez de force pour être utile mais je saurais pas naviguer tout seul et puis le Cap'taine Zalidan m'avait dit que j'avais du potentiel quand il m'a fait monté à bord mais je sais toujours pas pourquoi.

Le ton du marin était plus détendu alors qu'il abordait un terrain connu, ses propres souvenirs, là il n'avait pas à faire avec une jeune femme revêche, ce qui semblait l'embarrasser au plus haut point. A moins que ce ne soit seulement d'avoir à faire à une femme ? Il avait aussi un vague sourire qui lui donnait un air un peu idiot mais c'était souvent le cas avec les jeune hommes bien charpenté comme lui, les signes de gentillesse donnaient l'impression qu'ils étaient bêta, même lorsque de larges tatouages et plusieurs cicatrices étaient là pour les contredire. Le jeune homme ouvrit la porte à Embrun et la laissa sortir en première. Le soleil ne les surprit pas grâce à la zone d'ombre que créait cet espèce de porche avant les portes mais il baignait l'ensemble du pont tandis que un quart de l'équipage travaillait, nettoyait et riait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Mar 7 Déc - 12:45

Quoi qu'Ariech en dise, je ne suis pas si sûre que Kylde m'aurait épargné. Je ne doute pas que le capitaine ait interdit les duels à mort, mais sous le coup de la colère, il peut très bien oublier ce détail. Il a assez de morgue pour. Mais que j'y risque ma peau ou non, je compte bien le combattre à nouveau. Pas tout de suite, quand j'en serai capable... Bientôt. Je ne vais pas laisser son imbécile de maître me regarder de haut.

- J'suis pas sûre qu'il aurait suivit les règles...

Le placard ne m'inspire toujours pas confiance, et en plus je ne suis pas certaine de parvenir à le faire fonctionner. Mon compagnon n'a pas l'air d'avoir de difficultés avec... Suffit il de toucher le mur ? Je me débattrai avec plus tard. Il y a plus important... Le gars a toujours un regard aussi fuyant. Ce ne doit pas être un pirate, ni un marin, vu comme il cause. Beaucoup de magiciens ne le sont pas d'ailleurs, sur le Thul. À croire que ce n'est pas un critère de recrutement. Peu importe, il le deviendra bien assez tôt celui là. Je pense qu'il en a l'étoffe même si il manque vraiment de répondant. On ne se retrouve pas couvert de cicatrices sans se battre, et je ne connais pas beaucoup de fils de marchants qui se couvrent de tatouages. Et puis au moins, il sait se repérer sur la mer. Ou alors, quelqu'un lui a dit la destination. Les gnomes avait raison, on part pour Déméria. Tant mieux, des fuyards politique, y a des chances qu'ils soient lestés d'or ! J'ai hâte d'arriver. Sur le Prime, à part quelques tempête, les voyages étaient beaucoup trop calmes.

Finalement, je n'ai pas dormit si longtemps... Même pas un jour entier. Asiaric a vraiment fait tout un drame pour pas grand chose. Je ne suis pas blessée et je me sent plutôt bien. Un peu fatiguée encore, mais ce n'est pas ce qui m'empêchera de travailler. Je ne vais quand même pas commencer mon service sur ce navire en me faisant porter pâle. Je ne tiens pas à passer pour une tire au flanc. Ce serait aussi mauvais que si je m'étais laissée marcher sur les pieds par Nomag.

Ariech se met enfin à causer correctement... Il faut croire que ma présence le gênait vraiment, il n'a plus l'air si gauche maintenant qu'il parle de lui. Finalement, il n'est pas si réservé et il semble aimé être mis en valeur, alors je ne vois pas pourquoi il tire cette tête devant moi. Ce comportement doit lui venir de son séjour sur terre, ils ont des manières bizarres et illogiques là bas. J'ai de moins en moins envie d'y passer du temps. Quand je pense que Rallen voulait m'envoyer dans ces sortes d'écoles de magie... Sans doute un truc semblable à cette bibliothèque dont vient mon maître. Je préfère être ici ! Au moins je peux rester pirate même si beaucoup de mes compagnons de bord n'ont rien de marins. Je me retourne vers mon compagnon, ravie que son comportement ait changé.


- Sûr qu'tu f'rai un bon pirate. T'as l'air capable de t'battre. P'is l'travail en mer, t'verras qu'tu trouv'ra vite ça naturel. T'as bien du vivre au grand air, non ? Là c'pareil sauf qu'en plus t'as un paysage sublime et pas les bizarreries d'la terre. T'es ici d'puis combien d'temps au fait ? Et t'fais quoi comme magie ?... Enfin p't'êt' toutes comme mon maître... J'sais pas...

Ce disant, je sort sur le pont et m'arrête quelques secondes, le temps d'apprécier l'air du large. Il fait plus frais qu'au port, mais il fait un temps idéale pour la navigation. Je cherche des visages connus des yeux avant de m'engager plus avant. Kylde n'est peut être pas encore sortit de sa chambre vu qu'il parait qu'il s'est pris une raclée et Nomag doit être en bas. J'ai peu de chance de trouver mon maître, mais j'aimerais bien lui parler. N'apercevant pas grand monde, je commence un tour de pont, cherchant quelque chose à faire. Le travail ne manque pas... Je m'y mettrait bien, mais j'ai surtout envie de monter dans le gréement pour en apprendre plus sur notre destination. Les gnomes sont peut être au courant des secrets du capitaine. Je m'arrête au pied du grand mat et attend qu'Ariech me rejoigne. Il n'aura pas besoin de paroles pour comprendre mon intention, puisque j'ai déjà une main sur le cordage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Mar 14 Déc - 17:58

Ariech suit la jeune fille mais à l'air une nouvelle fois embarrassé. Il joue nerveusement des doigts de la main gauche alors que la jeune fille pose une main sur le cordage et lorsque leurs regard se croise, le large marin à l'air surpris, un peu comme si il venait de se rappeler que des questions lui avaient été posées. Réfléchissant un instant, il déclare ensuite :

- Ça fait trois semaines et quatre jours que je suis là. Je suis arrivé environs une semaine après Kylde et trois après Lynia. Il y à d'autres apprentis mais je ne sais pas quand ils sont arrivés eux. Puis la vie au grand air, c'est ma première vraie expérience, avant je vivais à Déméria près de Menetyr. Puis... Je fais pas de magie... Enfin pas vraiment...

Ce passage sur la magie semblait être celui qui gênait le plus le jeune marin. Il était certains qu'il disposait d'une énergie puisqu'il avait fait fonctionner le placard qui permettait de changer d'étage mais pour le reste, contrairement à Sithar, les gnomes ou le Capitaine Zalidan, il n'avait fait aucune démonstration de ses pouvoirs. Marquant une pause, le garçon tourna un regard plein d'espoir vers Embrun :

- Mais tu crois vraiment que je peux faire un bon pirate ? Je veux dire, père et mère m'avait tenu éloigné de tout ce genre de chose mais maintenant que je suis là, j'aimerais bien faire...

Autour d'eux, l'équipage travaillait sans vraiment se soucier de ce qu'ils disaient. Au sommet du mât, un elfe aux cheveux brun d'écorce et au tatouage facial observait l'horizon une main le raccrochant encore au mât qu'un homme blond au sourire blanc commandait aux cordes afin de faire son travail. D'autres membres d'équipages travaillaient à leurs côtés, même si par un temps clair comme celui-là, le travail demeurait limité dans les mâts. Sur le pont en lui-même, deux elfes aux cheveux d'argents passaient avec énergie des serpillères imbibées d'un mélange d'eau de mer et de savon de Hù-Béï, faisant presque briller les planches derrières eux mais c'était plus probablement dû à quelques étincelle magique qu'à une brillance réelle.

- Enfin si tu montes je te laisse. Les hauteurs ça me dérange pas mais je suis plus utile sur les planches. Déclara Ariech avant d'ajouter : Mais si tu veux, Lynia et moi nous nous retrouvons pour déjeuner au moment du changement de quart à la pointe dela proue. Enfin tu fais comme tu veux...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Mer 15 Déc - 12:37

Pas de pouvoirs ? Mais pourquoi est t-il sur ce navire alors ? Je n'ai jamais vu la magie comme une condition à la piraterie, bien au contraire, mais sur ce bateau j'avais cru comprendre qu'il n'y avait que des magiciens. D'un certain coté, je suis plutôt rassurée. Je ne porte pas les magiciens en très haute estime... Enfin tout dépend de ce qu'ils savent faire d'autre évidemment. Mais j'ai encore du mal à voir la magie comme un bienfait. La magie originelle, encore, d'accord, mais les autres, je m'en passerais bien. Sauf pour le Thul bien sûr. Lui, il est fait de magie et il n'en est que plus beau, mais ce n'est pas pareil. On ne met pas les même pouvoirs entre les mains d'un être de sang ou d'un navire.

Enfin, il a dit "pas vraiment"... Il doit avoir quelque chose de pas naturel, lui aussi. Quant à savoir quoi exactement, vu la tête qu'il tire, je m'en occuperai plus tard. Je ne sais pas quel est son problème, mais il a vraiment des manières étranges avec moi et il se replie sur lui même dès qu'il me regarde. J'ai mieux à faire que de lui faire raconter son histoire, je n'ai que trop dormi. Il n'y a pas énormément de travail, mais ce n'est pas une raison. Sans rentrer plus dans les détails pour le moment, je lui donne rapidement congé.


- T'as d'la chance d'pas avoir d'pouvoirs, tien... P'is s'tu cherches à apprendre et qu't'aimes la mer, sûr qu'tu f'ra un bon pirate. Y a pas b'soin d'êt' magicien pour, c'même très mal vu sur les aut' rafiots. Par cont' va falloir qu't'arrêtes de m'regarder comme si j'étais un Kraken ! T'as l'air d'un p'tit mousse qu'fait sa première journée en mer... Assumes toi, quoi !

Je lance un regard vers le haut et ces étranges cordes qui dansent toutes seules. Il y a aussi l'elfe que Ale m'avait présenté, Sithrand. Enfin, celui qui lance les carreaux verts, quoi. Je bondis sans prévenir vers le haut, et me retourne vers le jeune mousse, suspendue au cordage, une jambe encore dans le vide.

- Bon, j'monte, j'vais donner un coup d'main. Pour l'repas, j'verrai si j'ai l'temps. Faut qu'j'aille voir mon maître aussi alors m'attendez pas.

Sans plus de cérémonie, je me hisse rapidement vers la voile. Sans même y prendre garde, je vérifie les nœuds et la tension des cordes sur mon passage, les refaisant si nécessaire. Il me faut une bonne trentaine de minutes pour grimper en travaillant, mais j'arrive finalement en haut du mat et m'arrête pour jeter un regard à l'horizon. Nous avons bien avancés... Assez pour ne même plus voir la côte. Il faut dire que le temps est idéale. Là haut, une brise fraiche gonfle joyeusement les voiles et m'ébouriffe les cheveux. Enfin le grand large... Je ne suis pas restée une journée au port, mais j'en avais déjà mare !

D'ici, j'ai une belle vue sur le pont aussi. La plupart de l'équipage se tourne royalement les pouces, mais vu le nombre de matelots, il serait tout à fait inutile que tous le monde travaille. Je sens que le voyage ne sera vraiment pas épuisant... Si il n'y avait pas les cours de magie, je risquerais même de m'ennuyer. D'ailleurs, il va falloir que je m'y attèle. Alors que je m'apprête à redescendre, répondant à une impulsion, je m'arrête à coté de Sithrand.


- Hé, l'truc du carreau vert, c't'ait toi non ? Comment t'as fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Sam 18 Déc - 18:12

- Euh d'accord. Déclare Ariech alors que Embrun commence son escalade après lui avoir conseillé de s'assumer. Tout en la regardant poursuivre son ascension, le jeune homme eût l'air pensif. Puis baissant le regard, il passa l'une de ses large main à l'arrière de son crâne, passant ses doigts entre ses cheveux courts. Puis, comme si il avait prit une résolution, il releva le regard et les épaules et dit pour lui-même :

- Assumes-toi !

Puis partant d'un pas décidé, il retournât à son travail qui avait déjà trop attendu. Bien plus haut, dans le nid de pie car c'était bien là que Sithrand c'était placé, empruntant l'endroit aux habituelles vigies qui étaient allées récurer le pont avec leurs amis aux cheveux d'argent, la jeune pirate arrivait à hauteur de l'elfe. Ce dernier n'avait définitivement pas l'air d'un pirate de nature. Ses vêtements et le tatouage sur son visage étaient bien du style des hommes de la mer bien qu'il fallait avouer que la chemise blanche bouffante avait cet aspect de bourgeoisie démérienne que les corsaires Hù-Béï affectionnaient tout particulièrement, autant pour l'esthétique que cela procurerait que pour le pied de nez que c'était pour la marine des Hommes du Nord. Non, le corps de Sithrand était finement musclé, comme celui d'un homme qui fait du sport pour son plaisir et son hygiène plus que par nécessité réelle. De plus, il n'arborait aucune cicatrice visible sur la peau claire qui était la sienne et si cette dernière aurait pût être un signe qu'il avait pour habitude de vivre à l'intérieur, les marques que le sel avait laissé par endroit ne trompait pas sur la durée de sa vie en mer. L'elfe n'avait pas l'air d'un marin mais il en était un, il semblait faire corps avec le Thul et la mer environnantes, ayant parfaitement confiance en ces deux entités qu'il connaissait car seule ses pieds le retenaient de tomber. Si une mauvaise vague venait, qu'elle secouait trop fort la coque du Thul alors il pourrait chuter. Mais il était persuadé que cela n'arriverait pas. Ou du moins on pourrait le croire.

Lorsque Embrun vient, il ne la regarde même pas, les yeux transcendant l'horizon le transportant dans un endroit qui ne pouvait être atteint par aucun navire, aucun être. Il semble ne même pas l'écouter lorsqu'elle parle. Sithrand semblait un peu éthéré. Mais pas à la manière d'un mystique trop absorbé par ses perceptions métaphysique. Il était absent par son regard mais il dégageait une telle aura. Une aura de... brutalité. Une violence sauvage retenue par des murs de chair qu'était son corps.

- De quoi parles-tu ?

Sa voix est de cristal et l'impression de cet aura sauvage se brise aussitôt. Elle laisserait la jeune Embrun à ses propres sensations qu'elle ne pourrait décrire que par ses propres mots, ceux qu'elle arriverait à mettre dessus. Sithrand ne la regarde toujours pas et en fait ses paroles semble êtres une illusion. A-t-il réellement parler ? Le souvenir de ses lèvres qui bougent, elle l'aurait. Le souvenir des paroles qui viennent jusqu'à ses oreilles, elle l'aurait. Mais c'était comme si il y avait quelque chose en plus, qu'elle ne pouvait pas vraiment percevoir mais dont elle sentait la présence. De quoi parlait-elle ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Lun 20 Déc - 12:34

Je me fige sans lâcher l'elfe du regard. Il doit maitriser une magie bien étrange... Cette aura, je n'ai jamais rien vu de semblable. La violence, la fièvre du combat retenue en un être, ou alors je n'ai rien compris ? Possible, je n'y connait pas grand chose magie. Mais là, s'en est, j'en suis sûre. De toute façon, la magie comprend tout ce qui n'est pas naturel. Bien sûr, il y en a différentes formes et je ne sais pas de laquelle il s'agit. D'ailleurs je ne dois pas toutes les connaitre... N'empêche que j'aimerais bien savoir ce qu'il faisait. La violence ne m'a jamais effrayée après tout, mon maître a même dit que j'étais sorcière parce que je m'énerve vite ou quelque chose du genre. Je suis plus intriguée qu'autre chose. Surtout que je soupçonne cet elfe d'avoir envoyer la flèche verte un peu plus tôt. Il est vraiment étrange et sa façon d'être attire bien plus mon attention que les autres magiciens. Certains sont des pirates ou de marins, mais ceux là ne m'intriguent pas. Je n'ai jamais cherché à sonder l'esprit de mes compagnons de bord, ce serait une belle perte de temps. Quant aux mages comme mon maître, je n'ai pas franchement envie de les comprendre. Ils n'ont vraiment aucun rapport avec la mer. Cet homme est différent. Il est pirate, ses vêtements n'y changent rien. Je sens son lien avec la mer et ce navire. Il est toujours en train de regarder l'horizon et partage avec les marins cette soif de nouveaux horizons. Je suis surtout attirée par cette alliance de calme, et de violence. Je remets un peu d'ordre dans mes pensées, prenant un temps tout à fait inhabituel pour répondre... Du moins pour moi.

- Heu... L'carreau vert... S'lui qu't'as lancé quand j'suis montée avec Ale t'sais.

Je hausse les épaule, abandonnant la question. Si il voulait me le dire, il aurait déjà parler. Je demanderai plutôt à mon maître. d'un bond, je saute un peu plus loin sur les cordages, jette un regard à l'horizon et me retourne à nouveau vers lui. N'ayant pas l'habitude de poser des questions complexes, je ne sais pas trop comment formuler ma phrase. Je manque surtout de connaissances dans le domaine pour m'exprimer correctement, et comme tout ce qui est surnaturel était très mal vu sur le Zéphyr, je ne sais pas trop comment aborder le sujet. Après un soupire irrité, je me lance enfin. Je ne suis pas énervée par cet elfe, mais par mon manque de connaissances sur la magie... Tien, je n'avais jamais ressentit le besoin de savoir avant...

- Laisse tomber. Juste j'sais pas c'que tu fais avec la magie. T'es bizarre... Enfin non, juste tes pouvoirs quoi... Tu f'sais quoi là ? Tu r'gardais... L'truc magique qu'tu f'sais j'veux dire, comme s'tu t'battais...

Je me tais abruptement. À quoi bon continuer sur cette voix, je n'arrive pas à exprimer par des mots ce que j'ai ressentit. Je fronce les sourcils, regardant les vagues bondir sur la coque, loin en dessous. Ce spectacle m'aide à faire le trie entre les trop nombreuses informations réunit dernièrement. La magie n'est peut être pas si étrange après tout... Mon maître avait dit que la mienne était basée sur une très forte quantité d'énergie difficilement contrôlable. Je relève les yeux vers l'elfe, une nouvelle piste en main.

- Toi aussi t'n'as beaucoup d'l'énergie, non ? C'est c'truc qu'j'ai sentit ? J'sais pas pour les aut', mais pour moi la magie elle est bien brutale comme ça.

Je tourne finalement la tête dans la direction qu'il observait précédemment, abandonnant mes tentatives d'explications fumeuses et me jurant de poser la question à mon maître. Il va peut être même falloir que j'apprenne à lire correctement si je veux en savoir plus... Mais si je n'apprends pas, je ne comprendrai jamais la magie. J'aimerais mieux éviter de passer du temps à lire... Après tout, Asiaric doit pouvoir me renseigner, lui il les a lu les livres. En tous cas, je ne vois rien de spécial à l'horizon et je n'en susi pas surprise.

- T'voyais quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Mer 22 Déc - 20:59

Sithrand ne la regarde toujours pas. Comme si elle n'existait pas vraiment pour lui. Ou était-ce lui qui n'existait pas vraiment pour elle ? Tout autour de l'elfe planait cette aura curieuse qui le rendait si difficile à comprendre et percevoir, probablement la source du désarroi de la jeune fille. Car si regarder les vagues et l'écumes aidait à mieux comprendre ce qu'elle avait assimiler, porter le regard sur Sithrand semblait effilocher cette compréhension. Ou la renforcer ? Il existait une telle dualité autour de cet être qu'il était difficile de savoir quoi penser des pensées qui vous traverse l'esprit.

- Je vois sans voir. J'imagine car mon esprit est libre jeune Embrun. J'imagine l'écume lorsqu'elle se ternit de rouge ou lorsqu'elle s'illumine de blanc.

Encore une fois, le cristal, mais maintenant que les mots sont plus nombreux, ils semblent également être chantant. Pas vraiment comme les gnomes qui donnaient cette impression par le rythme de leurs paroles et les rimes mais plutôt comme si il chantait réellement, seulement il ne le faisait pas. Un nouvelle élément chez cet elfe qui prêtait à confusion, à plus forte raison que même ces paroles comportaient une dualité. Finalement son regard descend sur la jeune fille. Un regard d'un bleu presque transparent. A moins que ce ne soit une curieuse teinte de gris, comme certains nuages effilochés d'une tempête depuis longtemps terminée.


- Le vert dont tu parles à pour source le Torque d'Émeraude, l'Artefact du Seigneur Blafard.

L'elfe marque une pause, reportant à nouveau son regard à l'horizon tandis qu'un vent avant amène ses cheveux blonds vers l'arrière, révélant la longue cicatrice droite et sombre qui court le long de sa pommette sous son œil droit. Le vent gonfle aussi un instant la chemise blanche et fait claquer ses long cheveux blonds. Mais le souffle de l'air cesse de gonfler la voile du navire qui ralentit un peu un instant. En contre bas l'équipage reste un instant en suspens, prêt à rentrer les voiles pour que le navire ne fasse pas demi-tour. Puis le vent reprends son sens normal, venant gonfler les voiles et le Thul repart de plus belle vers l'horizon et l'équipage retourne à ses occupations. Sithrand déclare alors :


- Le vent est bon, chargé de sel et de la force des éléments. Sens cela. Je ne suis pas destiné à t'enseigner.

Sithrand saute alors du nid de pie, se laissant tomber sur plusieurs mètres dans le vide avant de saisir une corde afin de se ralentir mais profitant de son élan, il sauta sur l'un des filets permettant l'escalade des mâts avant de redescendre d'un saut sur le pont et de se perdre au regard de Embrun alors que les mouvements d'équipage indiquaient un changement de quart.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Mar 28 Déc - 12:59

Je le regarde disparaitre, sans trop comprendre ce qu'il a voulu dire. Pour l'écume, il devait parler de la guerre... Le sang sur les vagues, en Athé, ou du moins je ne vois rien d'autre qui explique ses paroles. Mais peut il vraiment voir aussi loin ? Peut être après tout, avec la magie. J'ignore si elle le permet, mais rien de ce que je sais ne l'en empêche en tous cas. Le temps que je comprenne, il est déjà loin... J'aurais bien aimer savoir ce qu'il a vu. Je ne me préoccupe pas tant du port, mais j'aurai peut être à y retourner quand même. On ne peut pas passer toute sa vie en mer sans escales.

Pour la Torque, il a surtout esquiver la question pour ne pas parler de ce qu'il a fait. Enfin, j'ai au moins compris qu'il est inutile de lui poser des questions. Quant à ce qu'il a dit sur la mer, j'ai passé ma vie à humer le vent, je n'ai vraiment pas besoin de ce conseil. À moins qu'il ne parle encore de magie ? Ce qui ne change pas grand chose puisque dans ce cas, je ne vois absolument pas ce qu'il a voulu dire. Je hausse les épaules et bondit dans le vide pour attraper une corde. Je n'ai plus rien à faire là haut et j'ai mon maître à aller voir.

Après une descente vertigineuse, j'atteins enfin le pont et retourne vers les cabines... Ou plutôt devant le placard. Je l'avais oublier... Personne ne m'a dit comment l'utiliser... Après quelques grommèlements, j'ouvre la porte et entre, bien décidée à dompter ce placard démoniaque. Les autres posaient leur mains sur le mur... Mais avant que j'ai pu m'y résoudre, la porte se ferme derrière moi. Je n'aime pas être enfermée, mais alors pas du tout. Je ne suis pas claustrophobe, mais j'ai besoin de liberté et cette minuscule pièce clause percluse de magie me stresse. Je ne m'y suis toujours pas habituée... Je sens que je vais finir par dormir sur le pont si il faut passer par ici tous les jours pour se rendre aux cabines. Seulement, pour trouver mon maître, je n'ai pas vraiment le choix. Il n'est pas sur le pont et il y a trop de chance qu'il soit dans sa cabine pour que je me dispense d'y aller. Il doit y passer pas mal de temps, vu son nombre de livres.


- Descend, saleté... J'veux aller voir Asiaric...

Je regarde anxieusement autour de moi. Ma mauvaise humeur passagère m'a fait oublié que la magie n'aimait pas être malaimée. Enfin, Ale semble le penser du moins et je serais plutôt portée à le croire. En plus, là, il s'agit peut être du Thul ? Je ne veux pas l'insulter, lui. Juste ce maudit placard... Ils ne pourraient pas faire des échelle, comme tous le monde ? Les magiciens sont vraiment bizarres et surtout, ils ont des gouts de luxe. Même des cabines individuelles pour tous les membres d'équipage... Je n'ai jamais vu une chose pareille. Je ne suis pas fâchée d'avoir la mienne, mais je m'en serait passer sans le moindre regret.

Avec plus de prudence, je pose la main sur le mur comme j'ai vu les autres le faire. Rien ne bouge... Il veut quoi de plus ? Je veux simplement descendre ! Vraiment, les échelles sont bien plus simples ! Alors que je m'apprête à ressortir, le placard se met à bouger... À descendre. Enfin ! Je garde la main bien pressée contre le mur de peur qu'il ne s'arrête. Je deviendrai vite folle si je devais rester coincer ici et je ne sais pas très bien ce qui l'a fait fonctionner. Après une légère secousse, les portes s'ouvrent et je me rue à l'extérieur, renversant un autre matelot au passage. Je ne lui prête aucune attention, trop pressée de m'éloigner de la cabine infernale. Ce n'est qu'après avoir mis cinq bons mètres entre le mécanisme étrange et moi même que je me retourne.


- 'Scusez...

Il peut bien se relever tout seul, moi je dois voir Asiaric. D'un pas vif, je m'engage dans le couloir en regardant les portes. Je ne m'arrête pas avant de reconnaitre le nom de mon maître. Je ne peux pas l'ouvrir, parait il, mais je n'en ai pas besoin. Je frappe quelques coups assurés et attend ma première leçon. Enfin, la deuxième, mais je ne sais pas si la première en était vraiment une... J'y ai plus appris que si j'avais du lire des livres, pourtant. J'espère qu'il va plutôt m'emmener dans al salle d'entrainement en bas parce que je ne suis restée enfermée que trop longtemps. Du moins, si il est là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Lun 3 Jan - 19:42

La porte s'ouvre et derrière elle, la haute et fine silhouette de Asiaric. Il prends un fin sourire en voyant Embrun avant de lui faire signe d'entrer dans la cabine. L'ambiance est toujours la même. Les épais tapis sur le sol accueillent sans broncher les pieds nus de la jeune fille tandis que les bibliothèques paraissent toujours plus hautes que les murs du couloir extérieur. Cependant, le centre de la pièce à été dégagé et un vaste tapis blanc tressé placé par-dessus les confortables tissus de velours vert. Sur le tapis, deux longs parchemins accompagnés de petits pots d'encre noire dans lesquels trempent de longues et fines plumes. L'écriture nécessitait de l'encre du parchemin.

- Je suis content que tu sois là. Je mettais justement en place un petit travail. Déclara Asiaric en refermant la porte.

Ce jour là, le feu était éteint, la chaleur apportée par le soleil permettant surement d'éviter d'utiliser un tel élément déjà parfaitement improbable dans un navire. En fait il faisait plus frais que la dernière fois que Embrun était venu mais la température restait agréable bien que en aucune façon comparable avec la chaleur du soleil et la brise marine mais on ne peut pas tout avoir à la fois n'est-ce pas ? Le mage allât s'assoir en tailleur devant l'un des parchemins avant de faire signe à la jeune fille de s'installer à son tour.


- J'ignore quel est ton niveau dans ce domaine mais la sorcellerie requiert non pas forcément de l'écriture classique mais une capacité à dessiner les sceaux et interpréter les sceaux laisser par les autres sorciers. Il marqua une pause, se saisissant de sa plume et inscrivant une rune simple faites d'un rond parfait avant d'y apposer trois points en son centre.La rune s'illumina légèrement d'une lueur bleue, pendant à peine trois secondes en fait. Chaque rune est unique car personnelle à chaque sorcier. Seulement, un sorcier ne peut "créer" une rune qu'à partir d'un certains stade de maîtrise de son pouvoir brut pour choisir quelle utilisation en feront ses runes. Donc pour apprendre à maîtriser les runes, ils faut d'abords utiliser celles d'un autre. Mais pour faire ces runes il te faudra de toute manière apprendre à dessiner de manière précise. N'importe quel support est bon, même le sable humide d'une plage peut être suffisant pour peu que la rune soit clairement lisible à ton sens. Pour certains sort, des sorciers se servent même de sang, souvent d'animaux en pensant renforcer le pouvoir de la rune. J'ignore si c'est exact et cela ressemble plus à de la mystification d'un art scientifique mais le sort reste opérationnel donc pourquoi pas.

Le professeur de Embrun inscrivît de nouvelles runes à la suite de la première. La plupart étaient des cercles à l'intérieur desquels étaient placés des figures simples comme des lignes croisées ou certaines séries de points qui formaient des débuts de motifs. Puis levant son regard vers son élève il déclara :

- Essaye de reproduire ces quelques runes en y induisant le moins possible de ton pouvoir mais une petite partie néanmoins.

Si elle parvenait à activer les cinq runes inscrites sur le parchemin de son maître tout en les inscrivant de manière correcte, la jeune fille devrait voir le cercle s'illuminer, une sorte de triangle se mettre à tourner sur lui-même sans quitter le parchemin, un rectangle avec une série de sept traits verticaux produire un peu de fumée, un nouveau cercle contenant un triangle lui-même contenant une croix changer successivement de couleur en alignant celle d'un arc-en-ciel et enfin un carré émettre une mélodie simple qui s'éteindrait rapidement.

Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par L'Origine le Sam 12 Fév - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Mar 4 Jan - 12:50

La salle est toujours aussi peu accueillante avec ces étagères pleine de livres qui me donnent le vertige. Il fait chaud, et l'odeur de la mer ne semble pas pouvoir entrer ici. Comme si mon maître avait élaborer un mur magique filtrant pour que rien de marin n'entre ici ou quelque chose du même genre. Je pense que ce n'est pas lui mais plutôt le Thul qui crée cette atmosphère étanche, comme il a créé une cabine aux douces senteurs salées pour moi. Je ne comprendrai jamais les gout d'Asiaric... Au moins il ne me fait pas de remarque sur ma défaite. Je suppose qu'il s'y attendait. Lui il doit bien savoir que je n'ai pas vaincu l'apprenti de son ennemi, pas besoin de le lui expliquer. Surtout que je le soupçonne très fortement d'être responsable de la triche.

Pas de chance, pas de salle d'entrainement ni de pont aujourd'hui. Je n'aurais apparemment le droit qu'à des parchemins. Franchement, j'aimerais mieux passer mon temps à des leçons plus utiles. Je n'ai pas l'intention de faire des potions maléfiques comme les sorciers, moi ! Je ne dois pas avoir l'air motivée du tout mais je le suis à l'intérieur et m'accroupie devant ces saletés de parchemins. J'ai du mal à me concentrer sur les explications de mon maître. J'aurais vraiment préférer aller m'entrainer pour de vrai plutôt que d'apprendre à faire ces runes stupides. Si il s'agissait d'une punition parce que je n'ai pas suivi ses conseils la dernière fois, il a parfaitement réussi...


- Hum... J'vais faire... Mais après on ira s'entrainer en bas ?

Sans attendre la réponse, je prends la plume et une feuille de parchemin vierge que je tourne plusieurs fois avant de me décider à en choisir le sens. Je n'ai jamais été bonne pour dessiner des cartes. Enfin, ce n'est pas sûr vu que j'ai très vite laissé ma mère seule avec sa plume, désertant ses cours pour filer dans le gréement. Je ne sais même plus comment on tient cet instrument de torture... Après l'avoir tourner plusieurs fois entre mes doigts, je retrouve la technique dans mes plus lointains souvenirs et plonge la plume dans l'encre. J'en ai sur les doigts, maintenant, et si je me rappelle bien, la couleur part très mal. Peste soit des érudits ! Comme pour confirmer mes pensées, une grosse tache noire tombe sur la feuille. Gâchée... J'en prends un autre et fait tomber une goute de la plume imbibée d'encre sur le premier parchemin pour ne pas tacher le nouveau. Maintenant, il faut que je recopie ces fichues arabesques ! Pire que quand j'apprenais l'écriture... Elles sont encore plus complexes que les lettres.

- Pourquoi du sang ? L'encre c'mieux pour écrire quand même... Déjà qu'c'est pas pratique les plumes... J'préfère les fusains, ils cassent moins. Mais du sang, j'vois pas l'intérêt. Puis en plus ça d'vient dur très vite... Ils se promènent sans arrêt avec des bêtes ou quoi ?

Avec un soupire exaspéré, je commence à dessiner. Ma dernière question n'a pas grande importance, ce n'était qu'une occasion de grogner. Je n'aime pas cette leçon. La plume émet un crissement désagréable quand je comment à tracer un rond qui ressemble plutôt à une patate conservée durant des mois dans un tonneau humide. J'avais oublié qu'il fallait avoir la main aussi légère pour écrire, la pointe est complètement tordue. Plus possible d'écrire avec, mais là, je sais comment y remédier. Je sors le petit couteau que me sert à trancher les cordes emmêlées et coupe la plume légèrement plus court, formant une nouvelle pointe. Ce n'est pas très difficile et j'ai toujours été manuelle. Pour tenir le crayon et dessiner, ce n'est pas un problème de capacité, mais plutôt de motivation.

Avec plus de concentration, je prends l'encrier dans ma main et y trempe à nouveau cette saleté de plume. Pas trop profond, et je l'égoutte un peu avant de la mettre au dessus de la feuille. Le dessin est tout simplement irrécupérable. Serrant les dents de frustration, je retourne le parchemin pour recommencer. Penchée sur ma feuille, j'essaie de dompter la plume pour la forcer à faire un rond correcte. Quand Asiaric dessine, la manipulation avait pourtant l'air simple... Mon rond n'est pas si mal mais je crois que j'ai oublié une étape... Ah oui, la magie. Plus qu'à recommencer et j'ai gâché un second parchemin.

j'en suis au troisième... Il va quand même falloir que je réussisse sinon je ne vais jamais sortir. Je trempe à nouveau ma plume et en pose la pointe sur le parchemin en cherchant comment envoyer de la magie dans cet instrument de torture. Je l'ai déjà fait sur la porte de ma chambre, il n'y a qu'à faire la même chose. Sauf que la feuille ne va pas absorber si j'envoie autant d'énergie... Pas facile de se réguler quand on a envie de sortir en courant. L'énergie se met à crépiter, d'abord le long de ma plume puis dans le parchemin et un eu sur le sol alors que je commence à dessiner. Mon rond n'est presque pas trop raturé... Par rapport à mon écriture enfantine. Le rectangle par contre, il pourrait s'apparenter à un parallélogramme tigré mais rien de plus. À coté, je trace un triangle aux bords tremblants et un autre rond qui a du se prendre un coup de savate sur le sommet. Quand on dessine un triangle dans un ovale, le résultat n'est pas équilatérale... Et pour la croix, je fait l'erreur de continuer les barreau jusqu'à la bordure du rond.

Le tout m'a pris une bonne demi heure et une bonne partie de mon énergie aussi. Il faut dire que les runes brillent avant même de s'activer tellement je leur ait envoyé de magie... Il faut bien que je trouve un moyen de me défouler vu que je ne peux pas sortir ! Pourquoi je suis descendue voir mon maître déjà ? Je le regrette déjà. Une fois mon œuvre terminée, je plaque la plume par terre un peu trop fort et envoie une bonne décharge dans les runes pour les activer. Elles ont aussi le droit à un beau regard noir menaçant, par la même occasion.


- Voilà !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Arthadel Halverion
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 360
Race : Elfe de la Lune
Classe : Mage
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Mer 5 Jan - 0:07

    Un nouvel éclair déchira le ciel. La tempête était aussi déchaînée que depuis qu'elle avait commencé, si ce n'était plus. La pluie martelait le pont du navire, qui tanguait, et ses passagers couraient dans tous les sens. Arthadel sera ses mains à en faire blanchir ses phalanges. Dire qu'il faisait un temps magnifique quelques heures auparavant...

    ☼ ☼ ☼

    Arthadel avait le sentiment d'être oppressé, mais sans savoir pourquoi. C'est alors qu'il ouvrit les yeux, étant pris de panique il s'agrippa encore plus fort autour du morceau de bois flottant qui l'avait sauvé. Le Mage était au beau milieu de l'océan, calme avec chance, mais sans rien à l'horizon. Il essaya de se souvenir, les pensées confuses. Peu à peu, des images lui revinrent, Arthadel avait dû employer sa magie durant la tempête, essayant de conjurer une barrière protectrice. Le flux de mana n'avait pas été bien contrôler, il avait surchargé son sort, Arthadel subissant le retour d'énergie brute s'était expulsé lui-même à la mer.


    - Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire... souffla Arthadel, d'une voix décourager.

    Le naufragé tourna la tête de part et d'autre, cherchant un navire sans réel espoir. Arthadel devait sûrement encore avoir ses sens endormi, parce que dès qu'il posa les yeux sur le navire qui approchait, il ressentit une puissante concentration de pouvoir magique. Il fut partagé entre la joie et la peur, la joie de voir un navire, et la peur en vue de son aura de pouvoir. Le Mage n'hésita pas bien longtemps, préférant encore mourir sous des sorts et des épées que finir mangé par les poissons. Il nagea tous en restant accroché à son "bateau" de fortune. Ayant prit en compte ça vitesse et son cap, Arthadel réussit à approcher le navire.

    Le navire passa, gardant la même vitesse. Arthadel fut plutôt impressionné par le bâtiment qu'il avait devant lui. Il n'était pas un fin connaisseur en navire, mais il savait que celui-ci n'était pas ordinaire, rien que la concentration de magie à son bord le rendait plus qu'étrange. Cela excita son esprit, le faisant presque oublier sa situation actuel. Avant même qu'il puis-ce lancer un sort ou demander de l'aide, une corde tomba près de lui, et subitement, s'enroula autour de lui au niveau de la taille. Le Mage n'était certe pas un guerrier, mais il n'avait pas pour autant l'esprit lent. Rapidement, il voulut concentrer son énergie magique dans sa main, voulant détruire la corde. Mais il s'arrêta, ce n'était pas logique, un navire normal en voulant à sa vie l'aurait tiré dessus, et un tel navire avait assez bien de magie pour lui lancer un sort beaucoup plus dévastateur qu'une simple corde manipulé.

    Arthadel essaya alors de grimper à l'aide de la corde, mais ses vêtements étaient lourds d'eau. Déjà qu'en temps normal, il aurait eu de la difficulté à faire une telle action physique, à cause de la blessure de son poumon droit, et il était au milieu de l'océan perdu et fatigué. Restant stable grâce à la corde, le Mage se mordit au sang le pouce, et débuta le traçage d'un petit sceau. Après quelques murmures, dans une langue inconnue à la plupart des gens, le corps d'Arthadel devint léger. Très rapidement, il atteint le pont du navire, s'écroula de fatigue au sol. Après quelques minutes de repos, il porta son regarde sur son environnement, voyant un homme de l'équipage l'observant, intrigué, mais sans plus. Arthadel se releva, tant bien que mal, et se dévêtu de sa cape, devenue bien lourde. Avant d'approcher l'homme, il porta une petite pensée pour son chapeau à jamais perdu dans ce vaste et cruel océan.


    - Bien le bonjour, mon brave. Auriez-vous l'obligeance de me dire sur quel bâtiment je me trouve présentement ? Dit-il, d'une voix sûr et joviale.

    Arthadel n'obtenu comme réponse qu'une visage acerbe et un regarde acéré. Voyant son comportement, le Mage posa négligeablement sa main sur sa ceinture, voulant garder à porter le peu de composant qui lui restait. Après un moment de silence, Arthadel se dit qu'il devait se trouver, soit face à un marin bien aigri, soit devant un pirate. Par précaution, il prit la bourse qu'il portait et la laissa tomber au sol. Le son qui se fit entendre n'était pas celui attendu, n'ayant comme contenu que des herbes utiles à un seul mage. Arthadel changea son attitude, rentrant sa tête dans les épaules et prenant un visage neutre.

    - Euh... Hum... S'lut, dis moi, sur quel rafiot j'me trouve ? Dit Arthadel, d'une voix rapide. Il n'était pas coutumier à Arthadel de parler ainsi. Mais c'était pareil que la première fois, il ne parlait habituellement pas comme un noble non plus.

    Arthadel était calme, son esprit comme dans une sorte d'inconscience, lui permettant de réagir avec rapidité à toute menace potentielle. Il avait d'ailleurs un ou deux sorts en mémoire pour se sauver en cas de problème. Le Mage secoua légèrement la tête pour dissimuler ses oreilles avec ses longs cheveux couleur d'argent, il préférait ne pas révéler pour le moment qu'il était elfe, ne sachant pas la position des gens du navire envers sa race.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Mer 5 Jan - 17:59

La plume est fébrile et bientôt tranchée nette. Bon, une plume d'aigle des archipels du fer à deux pièce d'or l'unité. Mais après tout avec une apprentie sorcière, il fallait bien s'attendre à des dégâts. Simplement, Asiaric ne s'attendait pas exactement à ce type de dégât sur ses plumes. Encore que le parchemin et l'encre avaient été prévus pour être utilisés. Peu importait que cela soit partiel ou complètement, couvert de rature ou de note, on pouvait les utiliser à son bon loisir. L'encre était directement issus des glandes de pieuvre récoltées en mer et le parchemin n'était pas de la meilleure qualité. Les runes brillent, même celle qui ne le doivent pas et plutôt que de les activer au fur et à mesure, Embrun les active en impulsant une vague d'énergie à travers l'ensemble du parchemin qui se met purement et simplement à brûler tandis que des mélanges de couleurs et de mouvements se laissent entrapercevoir avant d'êtres dévorés par les flammes. D'un mouvement légèrement paniqué, Asiaric fait s'élever la feuille dans les airs, la laissant se consumer seule et laissant le parchemin légèrement roussi à même le sol. Toussant un peu à cause de l'odeur et de la fumée, le mage déclare ensuite :

- C'est ce que je craignais un peu. Papier et encre sont des supports plus simples à utiliser lorsque l'on en à l'habitude. Par chance comme je te l'ai expliqué, nous n'avons pas besoin de cela pour travailler. Il nous suffira de sel ou de cordage.

Se levant pour prendre un pot de verre remplit d'une centaine de milliers de granulés blanc sur sa table, Asiaric se dirigea vers sa porte alors que six coups successif y étaient frappés. Il ouvrit le battant de bois, laissant s'effondrer les triplés sur le sol de sa cabine. S'agitant comme des poissons dans un filet qui tenterais de s'en échapper, les trois gnomes passèrent une bonne minute à pousser des cri de douleur et à râler les uns après les autres pour un coup de pied ou de poing inopinés jusqu'à ce que Asiaric s'éclaircisse bruyamment la voix et demande :

- Que puis-je faire pour vous les garçons ?

- Un nouveau !
- Avec un chapeau !
- Là-haut !
- Braaa.

Le mage se tourna vers son élève :

- Je pensais que nous pourrions continuer la leçon sur le pont de toute manière. Tu sera peut-être plus réceptive à des leçons un peu académiques dans un lieu que tu apprécies. Alors que dirais-tu d'aller voir qui est ce nouvel arrivant ?

Avant d'attendre une réponse réelle de sa part, les gnomes accoururent pour l'entourer d'une ronde dansante avant de se disperser en riant au moindre signe de la part de la jeune fille qui pourrait montrer qu'elle allait se lever et donc les dominer de sa taille ou essayer d'en frapper un et donc les dominer de sa force. Alors que le maître et l'élève sortiraient de la pièce, les triplés ouvraient déjà le placard et sautillaient devant.

- Vite !
- Vite !
- Vite !
- Braaa.

Sur le pont Arthadel était accueilli par un marin d'un certains âge. Il devait avoir plus de trente ans ce qui en faisait un vétéran dans un milieu où l'on commençait sa carrière avant d'avoir vu 15 printemps et que l'on pouvait terminer avant le seizième. Témoignaient se long vécu, ses habits éliminés et marqués par le sel mais aussi plusieurs cicatrices si e là, notamment sur ses bras et son torse presque nu. Il ne portait qu'une chemise noire ouverte qui avait depuis longtemps perdu manches et col, accompagnée d'un pantalon dans le même ton et une paire de botte qui avait connu de meilleure jour. Une chevelure brune abondante sans être longue ne tombait pas dans ses yeux bleu ciel grâce à un bandeau rouge si délavé qu'on pouvait se demander si ça couleur ne venait pas d'avantage du sang d'anciennes blessures que d'une véritable teinture. Observant le nouvel arrivant, il passa une main dans ses cheveux lorsque l'elfe habillé noblement ce mit à parler comme un pirate.

- Sur le Thul Galvondir. Mais j'avais compris la première fois. J'étais simplement curieux de voir pourquoi le Thul t'avait fait monter et le silence à tendance à rendre les derniers arrivés plus bavards.

- Quel manque de manières Ale ! Claironna une voix enjouée.
- Désolé Capitaine, s'excusa le dénommé Ale.

Cette voix venait d'une silhouette fine et élancée vêtu de vêtements à en faire pâlir d'envie ceux d'Arthadel puisque les siens n'avaient pas connus un séjour prolongé dans l'eau de mer. Un pantalon et une veste de tissus noire qu'accompagnaient à la perfection une chemise blanche à manche bouffantes et un magnifique chapeau noir doté d'une belle plume blanche à panache. Mais ce qui détonnait le plus était probablement la chevelure rousse flamboyante, visible malgré le chapeau et qui ne dissimulait pas les oreilles en pointes mais qui s'accordait à merveille avec un long tissus de la même couleur qui faisait office de ceinture et dont une partie pendait le long de sa jambe droite. De quelques pas gracieux, ce qui semblait être le capitaine du Thul Galvondir s'approcha de leur invité et déclara :


- Je me serais bien présenté mon cher ami mais il s'avère que les règles de politesse en mer veulent qu'un passager décline son identité au capitaine avant d'embarquer.

Un sourire fin et joyeux. Il ne semblait pas se formaliser plus que cela de l'arrivée d'Arthadel, il souhaitait connaître son nom. Mais comme ce dernier pouvait le savoir, les illusions sont légion dans ce monde, tout particulièrement lorsque l'on parle d'une légende comme le Thul Galvondir. Un navire qui aurait été enchanté, avec un équipage composé de marins dotés de pouvoirs arcaniques et dirigé par un homme dont les pouvoirs n'ont rien à envier à ceux de l'archimage. Ce navire à la coque d'un blanc éclatant mais dont les fioritures n'étaient pas d'or et d'argent comme la plupart des bateaux elfes mais plutôt rouge et orange de feu avait bien de quoi faire peur à ceux qui pensaient devoir le craindre.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Jeu 6 Jan - 21:26

Je recule vivement quand la feuille s'enflamme. Fichue magie ! Je savais bien que faire des dessins maléfiques était une mauvaise idée ! Je m'éloigne du sortilège au plus vite pour ne pas être touchée par ses effet. Il clignote et crépite de façon inquiétante, à croire qu'il va exploser et répondre je ne sais quelle malédiction sur le navirte, comme dans les conte de ma mère. En plus, je ne peux rien faire... Heureusement qu'Asiaric sait l'arrêter. Même lui il semble effrayé, preuve que la sorcellerie est vraiment une magie mauvaise. Le parchemin s'élève dans les air en finissant de se consumer et tombe finalement en cendres, son pouvoir démoniaque réduit à néant. Pour ma part, si je suis encore dans la cabine ce n'est que parce que je n'ai pas osé tourner le dos à cette chose pour sortir en courant. Je vais me faire gronder...

Asiaric se met à tousser et je fais un pas en avant, pensant que le sortilège l'a touché. En fait non, ce n'est que la fumée... Et il n'y en a pas tant. Il ne semble pas le moins du monde inquiet, comme si il ne s'était rien passé de grave. En y repensant, la feuille n'a fait que brûler en émettant des sons et des couleurs étranges. Elle n'avait sans doute aucun autre pouvoir, sinon mon maître ne me l'aurait pas fait faire sans même me demander si je savais tenir une plume. Quoique... Peut être que dans son monde tous le monde apprend à tenir cet instrument de torture. Moi, maintenant, j'ai encore moins envie d'apprendre. Enfin, au moins il ne me gronde pas et surtout, ô bonheur, je vais pouvoir utiliser des instruments plus appropriés. J'ai du être assez convaincante, je crois qu'il tient beaucoup à ses vieux tas de paperasses dans les étagères. J'ai quand même du mal à voir comment on peut dessiner avec des cordages. On doit pouvoir faire des motifs, mais de là à les assimiler à l'activité ennuyeuse à laquelle je viens de me livrer... Peut importe, si ma magie peut fonctionner de cette façon, je suis plus que partante !

- C'est dang'reux quand même c'truc... Pourquoi on va pas à la salle d'entrain'ment ? Puis...

Les trois gnomes choisissent cet instant pour entrer. Ce n'est peut être pas plus mal parce que je ne crois pas que mon maître aurait aimé savoir que je n'avais aucune intention d'abandonner le combat contre Nomag et son disciple. Je ne vais pas le laisser s'en tirer ! Mais je ne vais pas non plus retarder une sortie de cette abominable pièce enfumée. Déjà qu'elle était stressante avec toutes ses étagères, elle ne s'est pas arrangé. En plus, il y a un nouveau et même si je suis loin de connaitre tous les anciens, j'aime savoir qui est dans l'équipage où je travaille. Et avec un peu de chance, l'embarqué de pleine mer sera un pirate.

- Ouais, on monte. J'préfère l'grand air t'façon, puis l'pont l'est assez grand pour s'entrainer.

Sans même m'intéresser aux trois nabots qui font la java, je sors de la pièce d'un bond. Ils devaient s'attendre à une réaction de ce genre car ils s'écartent aussitôt et se dispersent en courant. Je les suis en courant dans le couloir et marque l'habituelle pause devant le placard magique. Je ne m'y habituerai jamais. Pourquoi ils n'ont pas mis une échelle de corde pour les vrais marins ? Les gnomes sont déjà dedans quand je m'y glisse avec prudence. J'ai fait un effort quand même, je suis rentrée avant mon maître. En même temps, l'excitation des triplés ne semble pas le gagner. Moi, ils m'agacent, mais je les aiment bien. Ils ne perdent pas leur temps dans des bibliothèques, eux. La pièce se met à monter, comme à chaque fois, mais je ne peux toujours pas me débarrasser du malaise. Un truc magique qui bouge tout seul, Origine seul sait où il peut nous amener !

Enfin à l'air libre ! En effet, il y a un visage inconnu (ce qui n'est pas si rare sur le Thul), avec le capitaine devant. Ce doit être lui le nouveau. Je m'approche d'une démarche vive aussi bien que chaloupée, suivant sans peine les chaos du navire. Je n'ai pas l'âge d'Ale, loin s'en faut, mais je suis bien du même bois. Je vais sur ma vingtaine d'année environ, je crois. Je n'ai jamais pris la peine de compter précisément. Peut être même l'ai-je passer, qui sait ? Aucune importance. Je suis bien mieux vêtue depuis mon sommeil forcé, mais extrêmement loin des atours de mon capitaine. Pantalon rappé et chemise ventilée par quelques déchirures. De plus, ces habits sont trop grands, ce qui ne semble pas me gêner. Mes cheveux étaient ondulée comme des vagues roulant sur la grève quand ma mère était encore de ce monde. Maintenant, il reflètent plutôt une mer en pleine tempête et n'ont pas du voir de peigne depuis des lustres. Je suis plutôt propre sinon, mais pas d'inquiétude à avoir sur ce point, ce n'est pas toujours le cas. Mon corps semble modelé par le travaille de marin et plusieurs traces de blessures en racontent les péripéties. J'ai même une belle couture dans le dos dont je suis très fière même si Olaf m'a dit que j'aurai du mal à me trouver un mari. Qu'importe, rester à terre pour veiller sur des mômes, plutôt crever ! Enfin, détail de taille, je fixe le nouveau venu avec de beau yeux violets qui n'ont rien d'humain. Des yeux d'elfe même si mon ancêtre ne doit pas être tout proche.

Je m'approche, restant en retrait du capitaine en marque de respect. Il a demandé son nom au nouveau venu, mais je serais plutôt curieuse de savoir ce qu'il fait là pour ma part. Pas un pirate de toute évidence... Un elfe en vêtement de fête au milieu de l'océan, je n'avais encore jamais vu. Pourtant j'en ai fait des voyage et j'en ai rencontrer des gens étranges. Pas autant qu'ici... Le Thul est un aimant à bizarreries je crois. Normal, il est étrange de nature puisqu'il est magique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Arthadel Halverion
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 360
Race : Elfe de la Lune
Classe : Mage
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Ven 7 Jan - 0:17

Spoiler:
 

    Le Thul ?! En voilà de la chance, si Arthadel l'avait su avant de monter à bord, il l'aurait coulé de loin. Oui, heureusement qu'il ne l'avait pas fait, il serait mort par la suite dans cette maudite mer. Enfin, il ne voulait que d'un lieu stable pour effectuer les rites nécessaires à l'ouverture de son portail. Le Mage n'aimait pas dépenser ainsi ses précieux composants, mais c'était cela ou rester sur un navire pirate, remplis de magicien qui plus est. Arthadel secoua la tête, avec ses mains il essora sa chevelure comme il pu. Il commençait à y avoir trop de monde, cela ne le plaisait pas particulièrement.

    - Oh... Le Thul ?... J'espère que vous ne vous moquez pas de moi. Mais je suis prêt à vous croire, en vue du nombre de magicien présent sur le navire.

    Un sourire se dessina sur son visage, il recula de quelques pas, retournant jusqu'à sa cape, lourde d'eau. Puis, sans raison, il sauta sur un pied en tournant plusieurs fois. S'arrêtant face au capitaine, les yeux dans les yeux. Il reprit la parole, d'une voix bien moins amical.

    - Je suis Arthadel Halverion, le Mage rouge, Archimage des Magiciens.... Enfin, futur Archimage. Il secoua la main, pour faire comprendre l'insignifiance du détail. En vue de l'autorité qui m'est conféré, je devrais brûler ce navire. Après tout, vous êtes des pirates bien dangereux. Normalement, je n'aurais rien fait, mais vos idéaux sont nés des extrémistes des Magiciens. Je suis sûrement le Mage le moins enclins à la guerre. C'est bien dommage pour nous tous.

    Des Mages qui ne voulaient qu'une vraie guerre avec les religions, voilà ce qu'était le Thul d'après les informations d'Arthadel. Il était vraiment mal tombé, il le sentait en lui, cette stupide envie de se battre. C'était stupide et suicidaire, mais il n'arriva pas en fin de compte à rester calme. Arthadel leva alors son bras droit, dans voix fort qui donnait l'impression de venir d'un autre monde, il incanta quelques paroles. "Serpent des mers, vient à moi" furent les paroles rapide du Mage Rouge. Un serpent, bien plus grand que la moyenne passa sur le pont de la mer, répandant encore plus d'eau sur celui-ci. Sans attendre d'ordre, il s'élança sur le Capitaine sans hésitation. C'était une très belle illusion, mais stupide à mettre en oeuvre, le saut à croche-pied en faisant partie. Elle était sûrement assez puissante pour faire croire un moment, même à un mage, qu'elle était réelle. Arthadel, entre temps, attrapa de sa ceinture deux billes de verre, les plaçant à l'extrémité de ses doigts.

    - Vous êtes bien gentils pour des pirates, sûrement votre côté mage. Mais vous devriez pas être aussi confiant. Je suis particulièrement stupide, il serait dommage que je me tue en coulant ce navire.

    Arthadel agita légèrement sa main qui tenait les deux billes enchantées. Il avait bien passé deux semaines pour chaque, il n'avait vraiment pas envie d'en user. Le Mage tentait de bluffer ses opposants. Un bateau pirate, il n'avait vraiment pas envie de voyager sur un tel navire. Mais il fut prit d'un doute, le navire lui-même était magique d'après ses sens, dans ce cas, même ses armes enchantés ne créeraient pas de réel dégât.

    - J'ai les nerfs à vif... Je deviens stupide. Mais ce qui est fait est fait. Bon je... murmura-t-il à lui-même avant de n'avoir plus d'air.

    La corde qui l'avait permis de monter à bord s'enroula autour de sa gorge. Évitant de lâcher les billes enchantées, il accumula de dangereuses énergies dans la main droite et coupa rapidement la corde étrangleuse. Sans prendre le temps de retrouver ses esprits, Arthadel prononça un mot de pouvoir, tout en lançant dans l'air un peu de poudre grisâtre. Cela activa une téléportation courte distance. Mais le sort ne se passa pas comme prévue, l'utilisant pourtant à chaque combat, il avait plus que l'habitude. Peut être que les énergies à bord rendait le sort instable. Tout ce que sentit Arthadel fut un choc sourd et horriblement douloureux. Il s'était littéralement projeté sur la paroi qui était face à lui. Tombant lourdement au sol, le nez en sang, Arthadel avait la tête qui tournait, sans parler de la douleur. Il était un Mage, pas un guerrier, il n'avait pas l'habitude de subir un tel traitement. Les deux billes enchantées roulèrent de la main d'Arthadel, arrivant jusqu'aux pieds du Capitaine du navire. Tournant la tête comme il pu, il observa ses billes, dernier espoir de menace direct sur le navire partir.

    - Oh... J'ai mal... Je souffre... quelle malchance, quel infortune. J'dois être maudit, ça dois être ça... Dites-moi, cher Capitaine, et si on oubliait se qui s'est passé ? Mettons ça sur l'ivresse enflammée de notre rencontre, ça marche ?

    Il se retourna, avec difficulté sur le ventre. Essayant de ramper jusqu'à sa cape, mais s'arrêta bien vite. Il était bien trop fatigué physiquement, en plus de la tempête à laquel il avait survécu, il n'était pas au mieux de sa forme. Où était donc passé le peu de dignité qui lui restait ? Même lui ne le savait pas. Stupide, il l'était, même lui le savait. Mais faible ? Il n'avait pas connu cette sensation depuis la guerre d'il y a quelques siècles. Et dire qu'il avait eu le culot de se dire futur Archimage. Arthadel aurait bien rigolé si son nez ne le faisant pas autant souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Sam 8 Jan - 17:00

Le serpent de mer s'éleva au-dessus du pont et s'élança droit vers un capitaine tout sourire. Il retira son chapeau, effectuant une révérence alors que la plume de son chapeau passait au travers du serpent démontrant la supercherie de cette illusion visuelle et sonore à son équipage. Plusieurs marins s'étaient aussitôt crispés en voyant la créature s'échapper des profondeurs de l'océan mais d'autres étaient restés parfaitement détendu. Avaient-ils détecté l'illusion ? Ou pensaient-ils leurs capitaine parfaitement à même de vaincre une telle créature si elle venait à les attaquer aussi frontalement ? Impossible de le savoir sans lire leurs pensées mais Arthadel était bien d'avantage occupé à se débattre, allant de sort en raté en maladresse pour finir sur le ventre, laissant le pont silencieux si l'on exceptait les marins qui n'avaient pas stoppés leur travail pour autant car un navire ne se pilote pas lui-même ! Quoi que le Thul Galvondir ? Amenant dans sa main les deux billes de verre par le biais de la télékinésie, le capitaine du vaisseau pirate les laissa flotter en suspens à quelques centimètres de son chapeau revenu sur ses cheveux tandis que d'un mouvement de l'autre main, il envoya un nœud de corde frapper un marin blanc au sourire plus blanc que nature tel un coup de poing bien sentit.

- Enfin Karl ! On n'attaque pas nos invités, après tu vois ce qu'ils font avec nos cordes ? Puis se tournant vers le futur archimage, le capitaine lui sourit. Si vous n'aviez pas pensé pouvoir prendre ce navire en otage avec la même magie que celle dont il est fait, je me serais excusé du comportement de mon homme d'équipage. Cependant, la fatigue doit bien tirailler votre esprit à voir vos cernes alors ce que je suggère c'est que en ces temps où le commerce est difficile, je vous échange ces deux billes contre un repas digne de ce nom et une couverture.

Sans attendre que l'accord soit conclu d'une quelconque manière, un marin partit du rang des spectateurs de la scène et se rendit à l'intérieur du navire avant de rapidement revenir avec un bol de gruau fumant et une épaisse couverture de laine. Mais soudainement, trois voix aigus interrompirent toute forme de réflexion. Venant du sommet du mât principal, ces voix déclaraient :

- Capitaine !

- Navire à l'horizon !
- Drapeau de Trydeon !

- Parfait, déclara le capitaine du navire. Cher M.Halverion, j'ajoute à notre accord un aller simple pour l'Archipel Elvem Adisil, qu'en dites vous ?

Pendant ce temps à l'horizon, la silhouette d'un navire dont la provenance était difficile à déterminer s'approchait au rythme du vent du Thul Galvondir, se préparant à ralentir pour arriver à sa hauteur en toute sérénité. Et bien que Embrun ne puisse déterminer l'exacte nature des occupants du navire, Arthadel pouvait aisément savoir que Ar'maral Trydeon était le nouveau Chef des elfes sauvages. La jeune Embrun n'aurait d'ailleurs aucun mal à bientôt voir les occupants du navires, grands, forts, élancés, leur peau sombres, marquées de cicatrice et leurs yeux qui renfermaient plus de férocité que ceux de toutes les peuplades elfes réunies.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Embrun Sabredor
Fille des Mers
avatar

Féminin
Nombre de messages : 691
Race : Humaine
Classe : Pirate !
Date d'inscription : 03/11/2009

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Lun 10 Jan - 12:27

L'immonde... ! Un immense serpent de mer fond brusquement sur le capitaine. Je bondis en arrière et y envoie une belle slave de d'énergie brute... Qui passe à travers. Apparemment je suis la seule à m'en inquiéter ou presque. Le capitaine fait une révérence et tranche la gorge du serpent d'un coup de plume sans que rien ne se passe. Je reste figée quelques instants avant de comprendre que ce monstre marin n'est sans doute pas réel. Ce n'est pas si évident quand on ne connait presque rien à la magie. Le seul magicien que j'ai vu convoquer des gardiens de la mer était un prêtre Originel, et les créatures étaient bien réelles. Du moins je pense...

Le temps que je comprenne que le danger ne viendra pas de ce coté, l'étranger est déjà à terre. Je n'ai pas la moindre idée de ce qui s'est passé bien entendu, j'étais occupée à massacrer un monstre intangible. Je ne suis pas la seule à avoir réagit aux provocations du passager clandestin, mais le capitaine, lui, ne semble pas du tout en tenir compte ou si peu. Il réagit un peu comme si il avait affaire à un enfant qui fait une colère et qui n'a pas le moindre moyen d'action. Si j'avais été à sa place, je l'aurais achevé sans hésiter... Je ne me retient que par respect pour le capitaine, et peut être accessoirement parce qu'il est largement plus expérimenté que moi, bien que ce ne soit pas un critère suffisant pour m'empêcher d'attaquer.


- Ça oui t'es stupide. T'as d'la chance qu'i' soit patient not' cap'taine, mais s'tu l'menace à nouveau quelqu' m'anière qu'ce soit, j'te fais la peau. Vu ?

Je suis tendue comme un arc et une puissante énergie crépite en moi, ne demandant qu'à s'exprimer. Vu le contrôle aléatoire que j'ai dessus, à la moindre provocation, je ne pourrai même pas me retenir. De toute façon je n'en aurai pas envie. Même les cris des triplets ont du mal à me distraire de ma fureur et ce n'est que quand l'ambiance général se détend que je me décide à regarder la mer. Je ne pense pas que le capitaine ait l'intention d'attaquer ce navire, sans quoi il aurait donné d'autres ordres... Mais au moins je sais où nous allons. Scrutant la mer non sans lancer de fréquents regards vers le passager indésirable, je finis par reconnaitre des elfes sur le pont. Mais ils sont plutôt étranges... Ou plutôt ils ne ressemblent pas au capitaine. Contournant l'intrus, je vais rejoindre mon maître.

- C'qui l'rafiot ? Des elfes un peu, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.brin-d-if.info
Arthadel Halverion
Libre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 360
Race : Elfe de la Lune
Classe : Mage
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Lun 10 Jan - 13:52

Spoiler:
 

    Ar'maral Trydeon ? Il est vrai qu'Arthadel le connaissait, il le trouvait d'ailleurs plutôt sauvage et brutale, mais au moins ce n'était pas un pirate. Le Mage essuya le sang qu'il se trouvait encore sur son visage, essayant de reprendre une certaine allure. Il alla rapidement récupéré sa cape quelque peu avant que le Thul ne s'approche trop de navire elfique. Il observa encore la gamine qui l'avait menacé, il comprenait déjà pas bien ses propos. Mais le Mage la salua de la main, avec une sourire ironique. À la vue d'Ar'maral, il le salua, l'ayant déjà rencontré, mais il y a longtemps. Arthadel se retourna vers le Capitaine, en fin de compte, il l'appréciait plutôt pour un pirate. Mais il sentit en lui une sorte de rivalité en tant que magicien.

    - Heureuse rencontre, Capitaine. Je vous remercie pour le repas, et j'espère que vous ne me jugerez pas sur cette piètre performance de ma part, ça serait bien dommage. Herion détourna son regarde vers la pirate qu'il l'avait parlé plus tôt. Quand je pense que j'ai connu l'épée et la mort durant la guerre d'y il a des siècles pour les générations futurs, et voilà comment elles sont ? Je devrais être bien moins indulgent par fois.

    D'un saut, bien que maladroit, le Mage passa sur le pont du navire elfique. Il échangea quelques paroles avec Ar'maral puis se retourna de nouveau vers le Capitaine. Se mordant, encore une fois, le pouce au sang, il commença a dessiner un cercle incantatoire sur le bois. Rajoutant un morceau d'argent, il parla d'une voix forte, regardant les yeux dans les yeux le capitaine pirate, avec un petit air malicieux.

    « Naur an edraith ammen! Naur dan i ngaurhoth ! »

    Une puissante lumière sortit du cercle, elle monta devant le visage d'Arthadel. Il lui murmura quelques paroles, puis elle disparue. Réapparaissant dans la main du Capitaine, s'envolant de suite sans laisser le temps à un quelconque magicien d'intervenir. La lumière d'une étrange lueur s'enroula autour du cou du Mage Rouge, se comportant comme une sorte d'animal vivant, elle lâcha deux billes dans la main de son maître. Arthadel agita de nouveau la main, montrant ses précieux billes enchantées, avec un large sourire. Il s'inclina quelque peu en face du Capitaine.

    - J'espère que vous m'en voudrez pas, Capitaine. Considérez ma rencontre comme un prix suffisant à ce repas gracieusement offert.

    Le navire elfique repartit, prenant de la distance avec le Thul, ce bateau qui intriguait même Arthadel. Une fois que l'équipage de Ar'maral reprenait leurs activités, le Mage rouge retourna à son cercle d'invocation, il en changea quelques symboles et envoya de nouveau un sort vers le Capitaine, en guise de salutation. Une illusion apparut au-devant du Capitaine du Thul. C'était un elfe aux cheveux d'argent, portant une armure rouge gravé de nombreuses runes de pouvoirs. Il avait les yeux brillant d'une vive lumière violette et il dégageait une très grande concentration d'énergie brute dans sa main droite. D'une voix distante, comme venue d'un autre âge, l'Éclair Blanc était l'Arthadel du passé, celui qui avait participé à cette grande guerre des siècles auparavant. Même s'il était une illusion, il émanait de lui un aura de puissance et de charisme, il était dur de faire un lien avec celui de cette époque.

    « Un jour j'aimerais me battre en duel contre vous, Capitaine. J'espère qu'on ce reverra. Préparez vous, nous nous reverrons, adieu... »

    Puis, sans bruit, l'illusion se dissipa, s'effacent doucement. Arthadel allait enfin pouvoir rentrer chez lui, il avait des centaines d'idées de recherche et de sort depuis qu'il avait vu le Thul, il allait s'y intéresser de plus près. Il ouvrit sa main, révélant un morceau de bois du Thul, oui le Mage allait vraiment s'y s'occuper. Direction la Tour des Mages, mais il avait gardé à l'esprit cette gamine insolente, Le Mage Rouge avait sûrement quelques taquineries futurs pour elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Origine
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6184
Race : Entité
Classe : Dieu créateur
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   Ven 14 Jan - 14:19

La malice est un art chez certaines personnes. Savoir ce jouer de l'autre et faire des passes des mains pour subtiliser un objet tout en adressant une pique à son adversaire. Un art fort développé chez cet Arthadel sans nul doute. Cependant c'était sans compter sur le manque d'humour caractéristique des elfes sauvages et de l'un de leurs passager. Alors qu'il examinait le morceau de bois prélever sur le Thul, Arthadel verrait ce dernier s'échapper de ses doigts tandis qu'un filin d'un violet translucide l'attirait soudainement derrière lui. Là se tenait un homme. Un elfe lunaire, grand par rapport aux critères de sa race aux cheveux argentés et aux yeux d'un bleu surnaturel. Cet elfe, était vêtu d'une toge violette marquée de nombreuses runes pour la plupart d'un rose scintillant. Peu utile pour la discrétion mais il n'était pas utile de préciser que les runes étaient clairement de nature magique, tout comme le tissus de la robe lui-même. Tharan Tréduil, Mage Royal de l'île des elfes de la lune et par conséquent représentant de l'autorité du Roi Lunaire et du Roi Sylvestre venait de confisquer le fragment de bois du Thul.

- Prenez garde aux personnes que vous volez, certaines s'avèrent avoir des amis puissants. Déclara le mage qui plongea son regard dans celui du Mage Rouge tandis que le morceau de bois disparaissait dans une nuée de point scintillant. Nuée qui se rematérialisa à l'endroit où le morceau de bois avait été habilement subtilisé. De l'autre côté du bastingage, sur le Thul, le Capitaine Zalidan éclata de rire.

- Tharan ! S'écria le capitaine du navire pirate.

Sautant habilement, le capitaine du navire enchanté enjamba les deux bastingage pour se retrouver face au mage royal avant de lui prendre l'avant bras et de lui frapper dans le dos, comme auraient pût le faire.

- Elowyn, répondit Tharan d'un ton plus mesuré.

Les deux hommes ne se ressemblaient pas vraiment physiquement, si ce n'étaient qu'ils étaient tout deux des elfes de la lune, ils étaient cependant comme des frères et manifestement près à s'éviter mutuellement qu'un mage tout feu tout flammes ne s'en prennent à leurs effets personnels.

- Je te confie cet étrange et, ma foi, amusant jeune homme. Si tu as prit tes dispositions contre les enchantements de destruction, tu devrais pouvoir ramener le navire entier jusque dans l'Archipel.

- Je vois. Quant à Déméria, les humains ont reprit leurs trône des mains des Pjeyhs. On à pas pût arrêter tout les navires seuls, vous étiez en retard. Plusieurs nécromanciens ont réussi à fuir et si vous vous dépêchez, vous devriez les trouver avant qu'ils ne se terrent dans une cave humide.

- Merci de l'information. Déclara le capitaine Zalidan avant de s'écarter de son ami d'un puissant bond en arrière qui l'amena sur le bastingage de son propre navire. Nous nous reverrons au Concile Arcanique.

- Je suppose. Au revoir frère. Répondit Tharan.

Les deux navires s'écartèrent doucement l'un de l'autre tandis que les deux hommes continuaient de s'observer par-dessus les bastingage. Puis ils déployèrent leurs voile tandis qu'ils prenaient des directions opposées. Sur le Thul Galvondir, le bruit du verre qui s'entre-choque, le Capitaine Zalidan, avec un sourire, faisait jouer deux bille capables de créer des flammes tandis que sur le navire des elfes sauvages, Arthadel sentirait le poids de ses billes changer dans sa poche. Il pourrait alors sortir de sa veste un petite sphère de la taille d'une de ses billes mais qui était de bois. Le capitaine n'avait rien vu lorsque ce jeune elfe avait prit le morceau de bois. Il avait bien mérité une récompense. La bille de bois présentait effectivement plus de matière que le petit copeau qu'il avait pût retiré. Se tournant vers ses hommes le capitaine Zalidan déclara :


- Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, Cap sur le Port Azur !

Des cris d'approbation et d'encouragement se levèrent alors parmi les membres d'équipages et ceux qui étaient au travail montèrent dans les cordages pour ajuster les voiles au vent. Embrun pourrait se joindre au travail, Asiaric ne l'en empêcherait pas et le temps de faire tout ce qu'il y avait à faire, on apercevrait déjà les hauts murs de la cité de Fentaeris sur la côte.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origine-changement.forums-actifs.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyage vers l'horizon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage vers l'horizon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le voyage vers l'ailleurs (quête dragon)
» Voyage vers Dol Amroth, l'héritage d'une lignée
» « Toute la vie n'est qu'un voyage vers la mort. » - Gian.
» Yeux Tournés Vers l'Horizon ♣ Feat Placide Flamboyant
» Voyage vers Opertale !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Origine et le Changement :: Le Monde D'Origine :: Les Mers et les océans :: La Mer d'Izilia-
Sauter vers: